Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 09:33

Les lacunes de Venise ou Les lagunes de l'Histoire ?

François DARNAUDET : Le papyrus de Venise.

Il existe certaines professions qu'il vaut mieux éviter de se flatter d'exercer. Ainsi Despons est le médiateur entre les propriétaires d'œuvres d'art et ceux qui veulent les acquérir. Mais justement ces détenteurs ne sont pas forcément prêts à se débarrasser de tableaux, de sculptures ou autres objets qui font leur fierté mais sont parfois relégués aux greniers.

Despons sert donc d'intermédiaire, s'emparant de façon illicite des bricoles convoitées par des amateurs n'hésitant pas à le défrayer grassement, et en les remplaçant par des faux exécutés de main de maître par des artistes qui eux aussi n'ont pas obligatoirement pignon sur rue.

En ce mois de novembre 2025, Despons réside à Venise et il se définit comme antiquaire-libraire. Mais il possède beaucoup de temps libre et se rend régulièrement dans un bar où officie la belle et jeune Sofia et où il déguste indifféremment café ou fragolino blanc. Ce jour du 23 novembre 2025, un homme entouré de deux gardes du corps gigantesques s'installe face à lui. Il se présente, Karl Minkmar, galeriste à Hambourg.

Despons ne le connait pas personnellement mais il a déjà travaillé pour son interlocuteur. L'homme a un petit travail à lui confier, l'objet qu'il recherche se trouve précisément à Venise. La proposition financière de dédommagement n'étant pas à négliger Despons accepte alors de rencontrer Minkmar chez lui, à l'abri des oreilles indiscrètes.

Minkmar possède des objets uniques qui vont d'une tablette rongo-rongo, une pièce qu'avait dérobé, ou emprunté, c'est selon l'appréciation du lecteur, Despons à la collection du Vatican et remplacée par une œuvre similaire mais factice, à un vélociraptor. Le clou de la collection réside en une pièce inconnue des exégètes d'Isidore Ducasse, un inédit signé Lautréamont rédigé quelques jours avant le décès du poète maudit, une traduction, maladroite selon Minkmar, du grec de La Minoade de Solon.

Cet ouvrage et Solon sont répertoriés par Platon dans Le Timée mais il s'agit de savoir s'il s'agit d'une affabulation ou la traduction d'une copie imprimée en grec ancien réalisée par un érudit, Marco Mussuros, quelques siècles auparavant. Un expert de la mythologie grecque s'appuie sur la traduction qu'il aurait effectuée du deuxième dialogue de Platon consacré à l'Atlantide dans le Critias, et particulièrement un passage concernant la dernière guerre entre les Atlantes et les Athéniens. Despons doit donc retrouver ce manuscrit ancien, sachant qu'un éventuel danger peut le guetter, l'expert ayant disparu depuis une quinzaine de jours. S'agit-il d'un meurtre, d'un enlèvement ou d'un simple voyage ?

 

Débute alors une enquête non dénuée de dangers comme le supposait avec raison son commanditaire, dans Venise, et ses îles, Murano, Burano et Torcello, mettant aux prises descendants d'Atlantes et des membres d'une secte constituée d'hommes en noir, ou rencontrant un vieil érudit nommé Odilon Vergé.

Cette narration est entrecoupée d'emprunts à l'Histoire, la découverte d'un Dinosaure dans le Wyoming en 1878, la bataille de Little Big Horn le 25 juin 1876 entre Sitting Bull et Custer, et surtout les quelques semaines précédant la disparition d'Isidore Ducasse dans des conditions ici dévoilées, et du fameux manuscrit de la Minoade. Ducasse qui résidait dans un hôtel rue du faubourg Montmartre, dont l'un des locataire, Antoine Milleret, a rédigé dans ses confessions les événements qui se sont déroulés.

 

François Darnaudet nous plonge dans une histoire entre mythe et réalité, entre personnages réels et fictifs, une étape de transition entre quelques romans, parus précédemment ou qui suivirent cette édition, dont principalement Les Dieux de Cluny et Le Fantôme d'Orsay, d'une part, et de l'autre Trois guerres pour Emma.

Ces extensions dans le passé s'intègrent parfaitement dans cette narration qui emprunte au feuilleton littéraire publié sous forme de fascicules mensuels. Et l'on retrouve des thèmes chers à François Darnaudet, l'art en général et la peinture en particulier, la bataille de Little Big Horn mettant aux prises Custer et d'amers indiens, mais aussi la répression sanglante de la Commune de 1870 par les Versaillais, thèmes qu'il développe dans les romans précités.

Le lecteur qui aborde ce roman, sans connaître François Darnaudet et l'univers fantastique dont il aime s'entourer dans son œuvre, pourrait penser que l'auteur nage en plein délire. Mais il s'agit d'un délire organisé, méthodique, dans lequel le virtuel emprunte à des faits établis. Ou ne transposant dans l'avenir que ce qui pourrait advenir. Ce roman date pour sa première édition de 2006, pourtant on peut lire, concernant Odilon Vergé :

A la retraite depuis une dizaine d'années, conformément aux lois européennes sur les 62 années de cotisation, il continuait, malgré ses 95 ans déclarés, à donner tous les 16 juin, une unique conférence aux étudiants vénitiens.

Ainsi les références aux Atlantes et à l'Atlantide ne sont pas pures suppositions, et François Darnaudet s'appuie sur des écrits et des textes anciens, ce qui ne prouve pas l'existence de ce qui était une île mais ne la dément pas non plus.

L'œuvre de François Darnaudet mériterait d'être plus connue, plus présente sur les étals des libraires, afin d'échapper au sort de quelques romanciers ou poètes qui ne connurent la gloire qu'après leur décès.

Quant à Isidore Ducasse, dit comte de Lautréamont, il pourrait avoir emprunté son pseudonyme, c'est moi qui l'avance, au titre d'un ouvrage d'Eugène Sue, datant de 1837, Latréaumont.

 

Cet ouvrage est complété par une autobiographie évolutive ainsi que de trois nouvelles dont l'inspiration est puisée par l'auteur dans le décès de sa mère alors qu'il n'avait dix ans. Trois nouvelles regroupées sous le titre de Nouvelles amères mais qui pourraient également s'intituler Nouvelles à mère.

Réédition version numérique 23 novembre 2012. Couverture d'Elric Dufau. 2,99€.

Réédition version numérique 23 novembre 2012. Couverture d'Elric Dufau. 2,99€.

François DARNAUDET : Le papyrus de Venise. Editions Nestiveqnen. Parution le 16 novembre 2006. 224 pages. 17,30€.

Repost 0
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 11:13

Bon anniversaire à Pascal Basset-Chercot né le 1er avril 1956. Et ce n'est pas un poisson !

Pascal BASSET-CHERCOT : Toine, mémoires d'un enfant laid.

Toine est un enfant très laid, tout aux moins aux yeux des autres. Personne ne l’aime, tout le monde le rejette. A l’école, il est la risée de la classe et des professeurs. Seul Paulus lui offre son amitié, et encore. Mais Paulus lui aussi est rejeté parce que trop gros, trop gourmand. Toine n’a pas de père, et sa mère ne peut le souffrir. Elle préfère fricoter avec les hommes et boire un coup de rouge avec son amant en titre, Patrice. Avant, c’était Jean-Claude. Il était gentil, mais il a déserté la maison pendant que maman était à l’hôpital, enceinte d’Anne. Anne, la petite sœur, la seule qui aimait Toine, la seule qui jouait avec lui. Anne maintenant est morte. Toine n’est pas malheureux, il subit.

Il n’aime pas être enfermé dans le noir et, lorsque Patrice le consigne dans le placard, il attend stoïquement. Pauvre Toine qui ne sait pas ce que ce sont l’amour, la haine, la justice, la révolte. Et, dans son placard, Toine revit sa jeunesse. Le cerveau de Toine, c’est comme une casserole dans laquelle les souvenirs remontent à la surface, à gros bouillons. Les bulles crèvent, un souvenir s’en échappe, accrochant un autre souvenir au passage. Et chaque bulle renferme un personnage : grand-mère qui se lavait morceau par morceau, Anne qui dansait les bras en cerceau, Joseph le clochard qui chantait des chansons de marin, et Coulant l’ancien musico, et Paulus son ami qui, un jour, chronométra sa noyade et sa mère qui ne veut pas le reconnaître dans la rue. Et Patrice, qui l’a surnommé Bus parce que Toine est trop laid.

Lorsque Patrice le libère enfin de son placard, Toine meurtri se réfugie dans une cave de l’immeuble. La nuit tombée, il part, guidé par la lune. Il est recueilli dans un orphelinat. Un docteur et une psychologue tentent une réadaptation, en lui faisant consigner ses souvenirs dans un cahier, en lui apprenant à jouer du piano. Mais Toine vit avec Bella, une poupée, et une pensée qui l’obsède, celle de rejoindre un jour Anne.

 

Les images défilent, et l’on voudrait protéger ce petit garçon martyr qui se contente de jeter sur le monde un regard naïf, étonné, supportant dans l’indifférence la douleur. Un véritable roman noir, émouvant, écrit avec simplicité. Toine ne pleure pas sur son sort, il le subit. Il n’a aucun désir de revanche, seulement celui de retrouver sa sœur Anne.

Un livre étonnant, dur et beau à la fois, dans un registre totalement différent de ce que Pascal Basset-Chercot avait abordé dans ses romans policiers ayant l’inspecteur Déveure pour héros. Quoique, comme le faisait remarquer Jean-Paul Schweighaeuser: Les missions confiées à l’inspecteur Déveure ont toujours un petit aspect de brimade.

Ici, il ne s’agit plus de brimades, mais de tortures physiques et morales. Et l’on se prend à réfléchir à ce petit mot situé entre le nom de l’auteur et celui de l’éditeur : « roman ». S’il n’y a pas une seule parcelle de vérité ou de souvenir dans ces pages, c’est que Pascal Basset-Chercot est un sacré écrivain.

Pascal BASSET-CHERCOT : Toine, mémoires d'un enfant laid. Editions Calmann-Lévy. Parution avril 1994. 194 pages. 18,20€. Version numérique 9,99€.

Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 16:19

  Du côté de Lovecraft, mais pas que...

Jacques FUENTEALBA : Scribuscules.

Plus proche de Pierre Dac et de Pierre Desproges que de Chamfort et la Rochefoucault, Jacques Fuentealba joue avec les aphorismes pour rédiger 365 micronouvelles réparties en 10 chapitres.

Les références lovecraftiennes sont légion, d’ailleurs l’un de ces chapitres s’intitule Lovecrafteries, mais c’est toute la littérature fantastique dont son univers parfois loufoque, parfois sarcastique, s’imprègne.

Jacques Fuentealba revisite également la mythologie, les contes pour enfants, les légendes vampiriques. 365 textes qui sont composés de quelques mots à une page ou deux, genre que n’a pas renié non plus Jacques Sternberg, et qui offrent toute la palette des sentiments chez le lecteur. Ce sont surtout l’émotion et le rire qui prévalent avec souvent une bonne dose de bons sens. Mais je pense que le mieux pour illustrer ces propos est de vous en délivrer quelques extraits qui jouent avec la dialectique et les jeux de mots :

Extraits de Vampire en pire :

Dis pour sang, vin pour sang, carence pour sang, cinq hantent pour sang… devenu vampire, l’assureur redécouvre avec fascination son métier.

Dracula s’enfuit de la chambre de Mina Harker en un battement d’ails et mourut dans d’atroces souffrances. Il avait suffit, pour le tuer, d’une faute d’orthographe.

Dracula rassura le Gitan cartomancien du mieux qu’il put : Je ne bois jamais… de devin !

Extrait de Le joueur de flûte de Hamelin :

Quand Georges Perec alla demander conseil au joueur de flûte afin d’écrire La Disparition, ce dernier ne trouva rien d’autre à répondre que : Euh…

Extraits de Mythe au logis :

Alice se trancha les veines avec un éclat de verre. Elle allait enfin passer de l’autre côté du miroir.

Même lorsqu’il se trouvait complètement pris au dépourvu, Casanova ne perdait jamais une occasion de séduire les femmes, de préférence déjà court vêtues. Il avait ainsi une façon bien à lui de tomber des nues.

Je pourrais continuer ainsi à vous dévoiler ces quelques raisonnements qui frisent parfois le loufoque mais il ne faut pas abuser des bonnes choses.

D’ailleurs 365 micronouvelles, une par jour si vous êtes raisonnable, cela peut vous faire passer un an. Mais si comme moi, vous vous comportez en glouton de la littérature, une ingestion déraisonnée n’est pas déconseillée, et n’écoutez pas les montreurs d’exemple qui profèrent à tout va que Tout abus… vous connaissez la suite. Vous pouvez visiter le site de la Clef d’argent et acquérir ces 365 micronouvelles qui, lorsque vous les énoncerez à votre entourage, vous feront passer pour un homme ou une femme d’esprit.

 

Réédition version numérique : ActuSF. Parution avril 2013. 2,99€.

Réédition version numérique : ActuSF. Parution avril 2013. 2,99€.

Jacques FUENTEALBA : Scribuscules. Collection KholekTh n°8. Editions de La Clef d’argent. Parution 10 juin 2011. 92 pages. 9,00€.

Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 10:42

Bon anniversaire à Brigitte Aubert, née le 17 mars 1956.

Brigitte AUBERT : La Rose de fer.

Les apparences sont trompeuses : Georges Lyons n’est pas économiste et ne pointe pas dans une entreprise comme il l’affirme.

En réalité, lorsqu’il quitte son domicile de Genève le matin, c’est pour se rendre dans un petit bureau où il se livre à des exercices physiques pour entretenir sa forme, ou alors il participe à un hold-up en compagnie de Benny, Phil et Max, la dernière recrue.

Le braquage, ce jeudi 8 mars à Bruxelles, s’effectue sans trop de problèmes. Seul grain de sable dans une machine bien huilée, Lyons croit reconnaître Martha, sa femme, au bras d’un inconnu. Il pense se trouver devant un sosie et téléphone à Martha, sensée se trouver chez sa mère.

La jeune femme décroche et Lyons est rassuré. Arrivé chez lui, il se rend compte que quel que soit le numéro de téléphone qu’il compose, il obtient Martha au bout du fil. Il se confie à Lanzman, un psychiatre qu’il voit régulièrement depuis un accident de voiture dont il est sorti indemne, légèrement amnésique, mais qui a fait une victime, un auto-stoppeur. Les souvenirs affluent parfois, surtout le visage de Grégory, son frère battu et abandonné par leur mère alcoolique à l’âge de quatre ans.

Tout se dérègle lorsque Max lui apprend que Phil a été détroussé et l’accuse d’avoir facilité cette spoliation. Dans le même temps, des tueurs tentent de l’abattre. A nouveau, il aperçoit celle qui ressemble tant à sa femme, couleur de cheveux exceptée, et la suit jusqu’à une réunion chez un avocat du nom de Silberman, dirigeant d’un parti néo-fasciste. La femme dit s’appeler Magdalena et être mariée avec l’un des invités. Il est poursuivi à la fois par des tueurs et par ses anciens acolytes.

Max, le premier, le convoque, mais Georges évite le piège tendu et tue son complice, s’apercevant que celui-ci travaillait en réalité pour les Palestiniens. C’est Phil ensuite qui se présente chez lui, et Georges doit la vie sauve à Martha qui abat sans complexe l’intrus. Une facette de la personnalité de Martha que découvre Georges, le confortant dans sa suspicion envers cette femme devenue énigmatique.

Un ami chinois vivant en fraude à Genève lui donne l’explication des mystères téléphoniques : les numéros qu’il compose sont reliés à un téléphone sans fil détenu par Martha. Le souvenir de Grégory, le frère mythique, le taraude de plus en plus. Une réminiscence obsessionnelle. Benny lui tend également un piège, mais il est abattu par un tueur auquel Georges échappe. Martha confirme à Georges qu’elle est effectivement Magdalena, ce sosie qui se trouve souvent sur son chemin et lui avoue qu’elle est à la recherche d’une liste d’anciens nazis réfugiés en Amérique du Sud. Une liste qu’elle n’est pas seule à convoiter d’où les avatars subis par Georges. Il va comprendre peu à peu qu’il a été manipulé, hypnotisé par son psychiatre et qu’en réalité il est peut-être Grégory, Georges étant mort dans l’accident, et qu’il serait le fils d’un nazi.

 

Autant le précédent roman de Brigitte Aubert — Les quatre fils du docteur March (1992) — jouait sur le suspense psychologique et mêlait avec habileté angoisse et noirceur, autant celui-ci s’avère rocambolesque, parfois à la limite de la parodie du roman d’espionnage, d’aventures et du feuilleton fin de siècle dernier.

Le côté humoristique au deuxième degré et l’absence de temps mort allègent une histoire désordonnée, qui fuse en tous sens. Les thèmes de la gémellité, du double, double vie de certains personnages par exemple, et la quête de l’identité sont une fois de plus largement exploités, alliés à des préoccupations plus actuelles : la chasse aux criminels de guerre et la résurgence du fascisme.

Double intrigue dans laquelle patauge le héros, mais parfois aussi le lecteur. Il faut du talent pour se sortir de cet imbroglio et Brigitte Aubert n’en manque pas. Elle ne se cantonne pas dans un seul genre, et l’entreprise est louable en soi.

 

Réédition Collection Points policiers N°104. Parution juin 1995. 296 pages. 6,10€.

Réédition Collection Points policiers N°104. Parution juin 1995. 296 pages. 6,10€.

Une autre couverture de la Collection Points

Une autre couverture de la Collection Points

Réédition : éditions Alliage. Parution septembre 2016. Version numérique. 3,99€.

Réédition : éditions Alliage. Parution septembre 2016. Version numérique. 3,99€.

Brigitte AUBERT : La Rose de fer. Collection Seuil Policiers. Editions du Seuil. Parution 3 juin 1993. 300 pages. 17,30€.

Repost 0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 09:36

De nouvelles révélations ?

Jean François PRE : Le Cheval du Président.

Installé au Guatemala depuis quelques années après un séjour en Amérique du Sud, Willy Anhalt, un Belge reconnu comme l'un des meilleurs chroniqueurs hippiques s'est reconverti dans une petite affaire d'import-export.

Son associé Alvaro Marques lui propose une affaire en relation avec son ancien métier. Le cheval du président guatémaltèque doit participer prochainement au Grand Prix de l'Arc de Triomphe, à Paris. Une course prestigieuse que n'a jamais gagnée un cheval américain. Il est indispensable que Pajecillo remporte la course, c'est ce que lui annonce Villa-Hernandez, le chef de la police, qui pour l'obliger à remplir sa mission gardera sa femme en otage. Il en va de l'honneur de la nation.

Pendant ce temps Jacques-Etienne Musset, dit Jacket et lointain descendant du poète, et son amie Susan Murgrove, deux riches aventuriers se prélassent aux Bahamas. Ils sont convoqués par Kitch-Maillard, un magnat de la presse new-yorkaise, qui a eu vent d'un complot visant le président dictateur de la petite république centre-américaine.

Nouveau venu dans la famille du Fleuve Noir, Jean-François Pré est chroniqueur hippique à Tiercé Magazine, au Parisien et sur TF1. Aussi le domaine des courses, il connait bien, mais contrairement à certains spécialistes qui noient leurs romans des compétences et du savoir acquis dans leur domaine, il n'aborde le sujet que pour justifier son intrigue.

Le couple d'aventuriers aux amours platoniques, au grand regret de la belle Susan soit dit en passant, s'inscrit dans la lignée de Sam et Sally qui fit les beaux jours du Fleuve sous la plume de M.G. Braun et eut son heure de gloire à la télévision.

Un roman agréable mais à Jean-François Pré de confirmer avec une suite de ces deux héros sympathiques, mêmes si ce sont des nantis. Jacket est un socialiste qui réside à Genève, à occulter sa particule afin de rationnaliser son appartenance au PS. C'est un digne descendant des romantiques du siècle dernier, a la phobie des avions qu'il surnomme des cercueils volants, est joueur dans l'âme et oubliant qu'il en est un, se dit que les nantis ont le don de se compliquer la vie. Quant à Susan, elle attend désespérément que Jacket daigne poser outre ses yeux, ses mains sur elle.

Jean François PRE : Le Cheval du Président. Collection Aventures sans frontière. Editions Fleuve Noir. Parution juillet 1997.

Réédition version numérique. Parution octobre 2015. 3,99€.

Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 06:14

Plus fort que Vivaldi et ses 4 saisons...

Jean-Christophe CHAUMETTE : Les 7 saisons du Malin.

Les 7 saisons du Malin est un recueil de nouvelles déclinant les âges de la vie en prenant comme thème les 7 péchés capitaux.

Ainsi, la Naissance associée à l’Envie met en scène une jeune femme qui aurait tout pour être heureuse mais ne se contente pas de ce qu'elle possède. C’est une jalouse, une envieuse, et évidemment cela va lui jouer un sale tour.

L’Enfance et la Gourmandise vont souvent de pair, mais le boulimique Francis va apprendre à ses dépends qu’il faut parfois se raisonner.

Suivent l’Adolescence et la Luxure, la Jeunesse et l'Avarice, l’Âge adulte et la Paresse, l’Âge mûr et la Colère, enfin la Vieillesse et l’Orgueil.

Le tout avec toujours comme personnage récurrent Théophanis Theosphelpemis.

 

Un recueil à lire le sourire aux lèvres, afin de conjurer le sort et ne pas laisser le Malin s’arroger le droit de régler le destin à sa façon.

Jean-Christophe Chaumette narre ces différents épisodes avec une verve satanique et l’on en redemande.

Jean-Christophe Chaumette a débuté au Fleuve Noir, mais la récession enregistrée tant en nombre de titres qu’en auteurs Français publiés par cette maison d’édition quinquagénaire (lors de la parution de la première édition de ce recueil) fait que quasiment tous les romanciers qui signaient au Fleuve ont été laissés sur la touche. Rares sont ceux qui ont pu tirer leur épingle du jeu et s'attirer les faveurs d'autres éditeurs.

 

Première parution : Collection 2000.com. Editions Naturellement. Parution mars 2000.

Première parution : Collection 2000.com. Editions Naturellement. Parution mars 2000.

Jean-Christophe CHAUMETTE : Les 7 saisons du Malin. Editions L'ivre-Book. Parution 25 février 2017. 166 pages. Version numérique 3,99€.

Repost 0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 06:43

Juste quelques litres de sang suffiront !

Pierre BAMEUL : Pour nourrir le soleil.

A l'origine ce roman a été édité en deux tomes dans la collection Anticipation du Fleuve Noir : La saga d'Arne Marsson (N°1458 - mai 1986) et Le choix des destins (N°1489 - octobre 1986). Plus qu'une anticipation, il s'agit d'une uchronie se déroulant en deux épisodes qui peuvent se lire indépendamment, mais prennent toute leur saveur dans ce volume complet car des incompréhensions, ou du moins ce que le lecteur aurait pu juger comme telles en s'arrêtant à la première partie, sont expliquées et dévoilées à la fin de la seconde partie.

Collection Anticipation N°1458. Editions Fleuve Noir. Parution mai 1986. 192 pages.

Collection Anticipation N°1458. Editions Fleuve Noir. Parution mai 1986. 192 pages.

La saga d'Arne Marsson :

Le knorr est dans le potage et le bateau est soumis à la pression des eaux qui déferlent. Cela fait deux jours que la tempête s'amuse avec le drakkar qui est parti du Vinland quinze jours auparavant.

Les avaries sont nombreuses et dix hommes et quatre femmes ont péri dans la tourmente. Il ne reste plus à bord qu'Arne Marsson, le capitaine, Oleg, Olaf, Rolf et Franck dit le Savant, ses compagnons, ainsi qu'Erika, sa femme enceinte.

Soudain Arne rugit Trollstein, le mot magique qui calme peu à peu les éléments déchaînés. Il aurait dû y penser plus tôt, se morigène-t-il, mais dans la confusion ceci lui était sorti de l'esprit. Et puis il s'inquiète de cette fameuse pierre qu'il transporte à son bord, la Pierre des Trolls, une plaque de granit poli gravé de runes qui lui été offerte par un troll, lors d'un voyage en Suomie.

Les éléments marins calmés, il faut penser à remettre en état le drakkar, et puis sacrifier à quelques traditions, si l'on veut tenir en main son équipage. Arne accepte donc que son épouse Erika, quoique celle-ci soit réticente au départ, procède à un exutoire génital de ses compagnons, et, si l'on de réfère aux gémissements qui sortent du taud, Franck le Savant y met du sien afin de satisfaire ses exigences naturelles et qu'Erika ne dédaigne pas à le rejoindre dans ses transports.

Bientôt ils abordent la terre à quelques mille-deux-cents miles marins de leur point de départ. Alors qu'ils réparent leur navire, les premiers Skraelings font leur apparition. Cette invasion sur leurs terres n'a pas l'heur de leur plaire, une bataille est inévitable. Grâce à sa magnanimité et à son sens de la diplomatie, bientôt Arne et ses compagnons sont acceptés par la tribu. Ils vont même les défendre contre les attaques de barbares qui veulent déposséder leurs hôtes de leurs terrains de chasse.

Tant et si bien qu'Arne devient le chef à la place du jeune chef Skraeling qui a été tué dans un combat. Mais il pense toujours à l'inscription gravée sur sa Pierre de troll, et toute la compagnie s'exile vers le Sud, au pays des Chichimèques et des Toltèques, avant de partir plus loin à la conquête du mystérieux pays évoqué par la pierre. Une légende va naître, celle de Quetzalcoatl, plus connu sous le nom de Serpent à plumes, ainsi dénommé à cause de ses vêtements militaires, une adaptation de la vêture viking et des coutumes des autochtones.

Mais là aussi, il faut sacrifier à certaines traditions, lorsque le Soleil risque de s'éteindre. Et un voile noir issu du fin fond de la galaxie s'amuse parfois à frôler la Terre plongeant le peuple dans la crainte et l'anxiété.

Collection Anticipation N°1489. Editions Fleuve Noir. Parution octobre 1986. 192 pages.

Collection Anticipation N°1489. Editions Fleuve Noir. Parution octobre 1986. 192 pages.

Le choix des destins.

Ce second volet se déroule environ mille ans après les événements décrits ci-dessus.

Les Aztèques ont conquis le monde et étendent leur domination jusqu'en Orient. L'ordre par obscurantisme règne et Motecuhzoma V est l'empereur incontesté du Royaume du Soleil et de l'Antique Anáhuac. Son frère Tonatiuh arrive face à l'île Réac à bord d'un dirigeable.

Marié depuis deux mois, Malic, à peine vingt ans, quitte son travail à l'arsenal et rejoint, juché sur sa draisienne, le port de Tarochellan où l'attend théoriquement son épouse la belle Orana. Théoriquement car arrivé sur place, il ne peut que constater que celle-ci a été sélectionnée, comme bien d'autres femmes, pour servir d'offrande à Tonatiuh.

Mais un vent de fronde, d'insurrection règne sur l'Heurohuac et plus particulièrement en pays Franhauc. Les Sarrazins concentrent leurs troupes dans le Mahgreb, et Gallix, un ancien officier franhauc s'est exilé dans les îles du Nord afin de diriger la rébellion.

Malic se révolte contre l'enlèvement de sa femme et il est arrêté par la soldatesque. Emprisonné, il sera délivré par des partisans, résistants pour les uns, terroristes pour les autres, et rejoindra la Résistance.

Evidemment cet épisode ramène le lecteur à des événements qui se sont déroulés il y a maintenant plus de soixante-dix ans mais dans des conditions différentes. Ce sont les Aztèques qui ont conquis le monde et non le contraire. Un peu grâce à Quetzalcoatl, alias Arne Marsson.

Auparavant, les Indios n'avaient pas de chevaux, et ils ignoraient l'usage de la roue, du fer, de l'arbalète et du mousquet. En outre, contrairement aux Vikings païens, les Espaňoles, poussés par le mythe manichéen chrétien, pratiquaient la guerre totale.

Mais le régime aztèque interdit les avancées scientifiques, pensant, à tort ou à raison, que justement le modernisme leur serait fatal. Il s'agit donc bien d'une uchronie, mais ce roman ne serait pas complet, et ne justifierait pas l'appellation d'Anticipation et de Science-fiction, si Pierre Bameul n'intégrait des données supplémentaires. D'abord ce voile noir qui perturbe le bon déroulement des événements, et d'ailleurs voile noir pourrait tout aussi bien être la métaphore de l'obscurantisme scientifique et son refus des avancées techniques, louables ou non ceci est une autre histoire.

Et ce voile noir provoque un phénomène bien connu des romanciers de science-fiction, les mondes parallèles. Et alors, ce qui semblait antinomique dans la première partie, les distances en miles par exemple qui n'avaient pas cours en pays viking lors de leurs premières migrations en Vinland, c'est-à-dire, Terre-Neuve et le haut du Canada. D'autres éléments, que je n'ai pas évoqués afin de laisser un peu de suspense, sont également décryptés. Quant au pays Franhuac et Tarochellan, il s'agit bien évidemment de la France et La Rochelle. Je vous laisse deviner qui se cache sous Gallix.

Un roman plaisant à lire aussi bien dans le fond que dans la forme, et il est dommage que Pierre Bameul se montre aussi discret.

 

Pierre BAMEUL : Pour nourrir le soleil. Collection e-Anticipations. Editions L'Ivre book. Parution le 06 janvier 2017. Version numérique. 3,99€.

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 16:46

Il a tout d'un grand !

Sébastien GEHAN : La traque.

Le Havre. 23 février 1942.

Simon Rafsjus, un gamin juif, déambule dans les rues, rentrant chez lui, la faim lui tenaillant le ventre. Il contemple les vitrines et la transformation de la cité portuaire.

Les Allemands construisent les édifices destinés à prévenir un débarquement des Américains, ce fameux mur de l'Atlantique qui remonte jusque dans la Manche et qui en réalité n'empêchera rien. Tant mieux.

Simon reluque les affiches vantant les mérites d'un apéritif au quinquina, dont son père raffole, et collées en dessous celles dénonçant les Résistants manipulés par les Soviets et les Juifs.

Les Juifs, stigmatisés, sur qui toute la vindicte se cristallise. Il faut bien trouver des coupables, un exutoire racial et ségrégationniste.

 

Février 2007.

Moussa, quatorze ans, en France depuis huit ans en provenance du Sénégal avec ses parents et ses deux jeunes sœurs, rentre de l'école. La maîtresse l'aime bien, elle lui fait même un petit signe amical de la main. Il baguenaude mais depuis juillet 2003 la loi Sarkozy est passée par là et depuis lui et sa famille sont en situation irrégulière.

 

Tous deux, Simon et Moussa, à soixante cinq ans d'écart vivent le même drame. Rentrant chez eux ils aperçoivent un fourgon cellulaire emmenant leur famille proscrite.

 

Sébastien Géhan met en parallèle deux situations, deux opprobres liés à l'origine de familles intégrées mais rejetées par un système politique alimenté par des relents de racisme, d'exclusion. Des sentiments de rejet entretenus par la jalousie, la peur de l'autre, de l'étranger, dont les modes de vie ou de religion sont considérés comme dérangeants.

Mais ce qui est dérangeant, c'est bien cet ostracisme qui perdure, malgré les déclarations démagogiques.

Sébastien GEHAN : La traque. Nouvelle. Collection Noire sœur. Editions SKA. Parution 3 janvier 2017. 14 pages. 1,99€.

Repost 0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 07:06

Au programme vaudou et musique cajun...

Sacha ERBEL : L'emprise des sens.

Animée par un besoin de changement, la belle Talia prend l'avion pour La Nouvelle-Orléans, vers des vacances de rêve pense-t-elle.

Lors du vol, elle est même surclassée et se retrouve en première. Elle est sous l'emprise d'un cauchemar issu de la lecture d'Autant en emporte le vent, mais les images sont détournées, violentes, putrides. Ce n'est pas la première fois qu'elle est ainsi sujette à de telles images. Le steward est charmant et comble du bonheur elle est invitée dans la cabine de pilotage. Son charme naturel agit sur le pilote qui lui offre un sourire avec de nombreux sous-entendus.

En sortant de l'aéroport afin d'héler un taxi, elle aperçoit une femme qui pointe le doigt vers elle, semblant la désigner. Un camion passe, Talia craint l'accident, mais lorsque la voie est dégagée, et qu'elle peut traverser pour rejoindre le trottoir d'en face, l'inconnue s'est évaporée.

Talia réside dans une petite maison d'hôtes charmante, de style colonial, mais elle veut visiter la ville. Elle se promène dans le quartier français puis au détour d'une rue elle aperçoit l'enseigne, sur laquelle est inscrit Baron's shop, d'une boutique consacrée à la vente de souvenirs vaudous. Elle entre et tandis qu'elle examine les divers objets qui s'y trouvent, bijoux anciens, amulettes, statuettes, elle est interpellée par une femme à la peau d'ébène, vêtue d'une tunique aux couleurs chatoyantes. Talia discute aimablement avec Azaïa jusqu'au moment où la boutiquière lui affirme qu'elle possède un lien ancestral avec la religion vaudou. Talia est interloquée surtout lorsque la femme lui déclare que dans ses veines coule sang d'une prêtresse.

Cédric, le pilote, lui donne rendez-vous dans un bar branché en début de soirée, et Talia en est tout émoustillée. Mais cette rencontre s'avère assez décevante aussi elle rentre dans sa chambre où, une fois encore elle est en proie à un cauchemar sanglant. Elle distingue une main tenant un couteau, des éclaboussures de sang, une pierre sur laquelle est inscrit un nom : Marie Laveau. Lorsqu'elle se réveille et se regarde dans le miroir, elle s'aperçoit que son visage est en sang.

Alors qu'elle se promène dans le cimetière Saint-Louis, lieu fréquenté par les touristes, Talia distingue un attroupement. Un cadavre, en position assise, nu, les bras le long du corps, la figure maquillée de façon ridicule, plus quelques blessures sur le torse, adossé à une tombe sur laquelle le nom de Marie Laveau est gravé. Les policiers sont sur place. Louis Lafontaine en compagnie du médecin légiste, Basil Pembroke, procèdent aux premières constatations morbides. Les organes génitaux de la victime lui ont été enfoncés dans la gorge.

Le mort n'est autre que Cédric, le pilote. Le rêve, ou plutôt le cauchemar de Talia est effacé comme il est coutume de dire. Commence alors une histoire dans laquelle Talia devient l'héroïne, mais une héroïne malgré elle. Elle fait partie prenante de cette enquête, ne pouvant se résoudre à en être une spectatrice. Car la magie vaudou, bénéfique ou maléfique est partout présente. D'autres victimes sont à dénombrer, torturées selon le même processus. Et cela ressemble furieusement à d'autres meurtres perpétrés douze ans auparavant, alors que Louis Lafontaine et Basil Pembroke étaient en place à Bâton-Rouge. Comme si le sort les rejoignaient. Mais cette fois, c'étaient des femmes qui s'érigeaient en victimes.

En incrustation le lecteur suit le parcours d'un nommé James, rejeté dès sa naissance par sa mère. Elle le maltraite, le bat, mais lui n'est qu'adoration envers sa génitrice. Jusqu'au jour où les événements se précipitant, il décide de franchir la barrière.

 

Ne vous y trompez pas, si l'identité du meurtrier y est partiellement dévoilé, il ne s'agit que d'une manipulation démoniaque de la part de l'auteur.

La description de la Nouvelle-Orléans, l'évocation du jazz et de la musique cajun sont des éléments indispensables mais pas primordiaux et donc n'alourdissent pas le récit. De même la pratique du vaudou est décrite mais sans plus. L'auteur s'attache plus aux personnages qui gravitent dans cette histoire aux multiples rebondissements.

Parfois puéril et naïf au départ, le personnage de Talia prend peu à peu de l'épaisseur, de la consistance, ses cauchemars récurrents la tenaillant. Elle devient le personnage clé d'une enquête à laquelle elle est intimement liée. Ses traumatismes ressurgissent, mais elle n'est pas la seule à être sous l'emprise du Baron samedi. La peur devient envoûtante, et s'imprègne insidieusement dans l'esprit du lecteur. Le final est bien amené et est prometteur malgré un début guère convaincant.

 

Sacha ERBEL : L'emprise des sens. Editions La Liseuse. Parution 14 novembre 2016. 246 pages. 17,99€ version papier. 2,99€ version Kindle.

Repost 0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 13:38

Hommage à Phyllis Dorothy James décédée le 27 novembre 2014 à l'âge de 94 ans.

P. D. JAMES : Sans Les mains.

Adam Dalgliesh, inspecteur de police londonien, rend visite à sa tante sur la côte du Suffolk.

Il veut se changer les idées, les esprits, se mettre au vert, après une enquête particulièrement pénible. De plus il a à résoudre une affaire de cœur : doit-il épouser ou non Déborah ? Mais ces quelques jours qu’il s’octroie afin de faire sa mise au point sentimentale vont être perturbés par la découverte d’un cadavre aux mains coupées, flottant au fond d’un canot.

Il s’agit de Maurice Seton, un auteur de romans policiers. Pourquoi cet assassinat et cette mise en scène morbide ?

C’est l’inspecteur Reckless qui mène l’enquête, enquête que suit de loin Dalgliesh et dans laquelle se trouvent impliqués sa propre tante et ses voisins. Voisins qui d’ailleurs ont tous un rapport avec la littérature, soit comme écrivain, soit comme critique littéraire.

Une enquête qui réservera bien des surprises aussi bien à Dalgliesh qu’à son homologue Reckless lequel ne souhaite aucune intrusion, même de la part d’un célèbre collègue londonien.

 

P. D. James déploie dans ce roman toute la palette d’un savoir-faire aux touches subtiles, délicates, savamment dosées, que ce soit dans la description d’un paysage ou la présentation d’un personnage.

Sans les mains est un suspense psychologique au final cataclysmique !

Fayard/Mazarine. Parution 21 novembre 1989. 240 pages 13,80€.

Fayard/Mazarine. Parution 21 novembre 1989. 240 pages 13,80€.

Réédition Le Livre de poche N°6835. Parution le 03/01/1990 256 pages.

Réédition Le Livre de poche N°6835. Parution le 03/01/1990 256 pages.

P. D. JAMES : Sans Les mains. (Unnatural Causes - 1967. traduction Lisa Rosenbaum). Fayard/Mazarine. Parution 21 novembre 1989. 240 pages 13,80€. Réédition Le Livre de poche N°6835. Parution le 03/01/1990 256 pages.

Réédition format Kindle 16 octobre 2016. 2,99€.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables