Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 10:06

En 1969, le Fleuve Noir passe en mode Tête-bêche. Erotique, non !

Une collection : FLEUVE NOIR DOUBLE

Cette collection, appelée aussi “ Tête Bêche ” de par sa présentation originale - deux romans en un seul volume reliés en tête bêche - n’aura rencontré que peu de succès. Pourtant l’initiative était intéressante en elle-même car elle avait l’avantage de rééditer des ouvrages anciens parus dans les principales collections du Fleuve Noir, avec toutefois une prépondérance pour les reprises d’Espionnage et de Spécial Police, et de faire découvrir les différentes collections proposées par l'éditeur

Sur les douze volumes parus en 1969 il y eut 10 Espionnage, 8 Spécial Police, ceux-ci étant plus souvent couplés, 2 Angoisse, 2 Aventurier et 2 Anticipation extraits du fond des années 50 avec quelques romans représentatifs de cette période. A noter toutefois que si le nom de Paul Kenny, l’auteur vedette en Espionnage, n'est pas présent, ses auteurs sont représentés de façon détournée puisque Graham Livandert (2 fois) et Jack Murray (2 fois), deux autres pseudonymes de l’auteur bicéphale, ont été sélectionnés. Quatre titres de Serge Laforest sont réédités. Le reste étant représenté par Peter Randa, M.G. Braun, Alain Page, Adam Saint Moore Jimmy Guieu, André Lay, J.B.Cayeux, D.H. Keller et Richard-Bessière.

Serge Laforest, qui s’inscrit ici un peu comme une locomotive sera quelques années plus tard mis sur la touche, et coïncidence, cela correspondra au début du déclin du Fleuve Noir.

On ne peut pas dire que le choix des titres fut malheureux ni heureux, mais si l’entreprise avorta, c’est bien parce que l’amateur pouvait encore trouver facilement chez les bouquinistes, à des prix très abordables, ces titres souvent réimprimés dans leurs collections respectives et que la production du Fleuve Noir commençait à devenir inflationniste. Alors le lecteur, qui recherchait l’inédit, ne voyait pas forcément l’avantage de telles rééditions. Les couvertures, qui figurent elles aussi en tête-bêche, ne sont pas des dessins dus à Gourdon.

 

1 - Livandert Graham : Prison à vie  Rééd. Esp. 58

2 - Laforest Serge : Une poigne de fer  Rééd. SP 60

 

3 - Cayeux J.B. : Aveux spontanés  Rééd. Esp. 37

4 - Lay André : Je condamne et j'oublie  Rééd. SP 103

 

5 - Braun M.G. : Jeux sans loi Rééd. Esp. 47

6 - Page Alain : L'Ombre joue à cache-cache  Rééd. Avent. 21

 

7 - Laforest Serge : Choc sans merci Rééd. Esp. 39

8 - Randa Peter : Le libéré Rééd. SP 105

 

9 - Murray Jack : Justice à minuit  Rééd. Esp. 72

10 - Saint-Moore Adam : La mort sort de l'ombre  Rééd. SP 94

 

11 - Richard-Bessiere  : Croisière dans le temps Rééd. Ant. 6

12 - Randa Peter : L'escalier de l'ombre Rééd. Ang 11

 

13 - Laforest Serge : Mort en vue Rééd. Esp. 57

14 - Braun M.G. : Le chemin du couteau  Rééd. SP 65

 

15 - Livandert Graham : Terre brûlée  Rééd. Esp. 44

16 - Randa Peter : Impasse à la dame  Rééd. SP 96

 

17 - Braun M.G. : Route suicide Rééd. Esp. 78

18 - Page Alain : L'Ombre gagne la belle Rééd. Avent. 26

 

19 - Murray Jack : Réseau secours Rééd. Esp. 84

20 - Laforest Serge : Du sel dans la plaie Rééd. SP 66

 

21 - Cayeux J.B. : Activités suspectes  Rééd. Esp. 33

22 - Saint-Moore Adam : Corrida en musique  Rééd. SP 99

 

23 - Guieu Jimmy : Le pionnier de l'atôme  Rééd. Ant. 5

24 - Keller D.H. : L'aile de l'abîme  Rééd. Ang. 9

Un autre essai de relance ou de mise en vente des invendus par des volumes doubles, sous couvertures neutres et qui ne se présentaient pas tête bêche comme dans la collection décrite ci-dessus fut tenté.

Une collection : FLEUVE NOIR DOUBLE
Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections Curiosités
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 12:43

Mais d'aventures en aventures, de pages en pages...

Collection Aventures aux éditions du Carnoplaste.

S'inspirant d'un modèle qui connut un grand succès entre les deux guerres, pas besoin de préciser lesquelles, les éditions du Carnoplaste, le spécialiste des fascicules, lancent une nouvelle collection titré Aventures.

En effet reprenant le principe et l'esprit des collections Mon Roman d'Aventures, Le petit roman d'aventures, Le Livre de l'aventure, Voyages et Aventures, des fascicules de 32, 64, 96 ou 128 pages dans lesquels s'illustrèrent des romanciers comme Georges Simenon sous les pseudonymes de Christian Brulls et Georges Sim, Maurice Limat, Max-André Dazergues, Albert Bonneau, Jean de la Hire sous leurs divers alias, Robert Darvel, le maître d'oeuvre, vient de créer la Collection Aventures, de petits fascicules de 32 pages, au prix de 3,00€ l'ouvrage.

Créer une nouvelle collection, c'est bien, mais Robert Darvel s'amuse à imposer des contraintes aux auteurs, qui se laissent faire, pris par le jeu et l'enjeu.

 

Robert Darvel rêve un titre puis Fred Grivaud conçoit une illustration. Ensuite, un auteur s'amuse de cette double contrainte et le diable seul sait le récit que vous allez découvrir...

 

Puis-je me permettre d'ajouter qu'une troisième contrainte doit être respectée : la pagination ! Et après, champ libre est laissé à l'heureux postulant de développer son récit avec une autre contrainte : intéresser le lecteur, une condition sine qua non, évidemment !

La première livraison de quatre fascicule est disponible et se compose des titres suivants :

 

N°1 : Le naufragé de l'île de chair par Jacques Baudou.

N°1 : Le naufragé de l'île de chair par Jacques Baudou.

N°2 : Loyola de la jungle par Jean-Hugues Villacampa.

N°2 : Loyola de la jungle par Jean-Hugues Villacampa.

N°3 : Les chœurs de la mer rouge par Arnaud Cuidet.

N°3 : Les chœurs de la mer rouge par Arnaud Cuidet.

N°4 : Perdus dans la zone commerciale par Romuald Herbreteau.

N°4 : Perdus dans la zone commerciale par Romuald Herbreteau.

Les chroniques de ces ouvrages bientôt sur vos écrans....

Mais d'ores et déjà vous pouvez les commander en vous fiant au lien ci-dessous.

Repost 0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 10:20

“ La femme éternelle et toujours renouvelée.

Collection : PRESENCE DES FEMMES. Editions Fleuve Noir.

N’avez-vous pas regretté, mesdames, de n’avoir pas vos livres comme vous avez vos journaux, vos programmes de radio et de télévision, vos salons de coiffure, vos magasins et vos secrets ? Ne vous êtes vous pas indignées de voir que sous l’appellation de “ romans féminins ”, on ne vous offrait trop souvent que des historiettes fades et roses, écrites toutes, ou presque, sur le même ton et d’après le même modèle ?

De grands livres ont, certes, été écrits pour les femmes. Il leur manquait cependant une collection de romans modernes, bien écrits, bien construits, passionnants et profonds, dont les personnages principaux, leurs problèmes, leurs réactions, leurs amours et leurs aventures, leurs drames et leurs joies soient spécifiquement féminins : des romans tout entiers consacrés à la PRESENCE DES FEMMES dans le monde d’aujourd’hui. Des romans, en un mot, qui vous apporteront le reflet de vous-même, de vos rêves mais aussi de vos réalités.

Ce sont ces romans que vous offre notre collection “ PRESENCE DES FEMMES QUI VOUS PRESENTE? DEPUIS Janvier dernier, à raison d’un titre par mois, les œuvres les plus marquantes de quelques unes des meilleures romancières françaises, anglaises, allemandes, américaines. Parmi elles, des noms déjà bien connus en France : Monica Stirling, Toni Howard, Vina der Mar, Charity Blacstock, Florence Hurd.

Avec PRESENCE DES FEMMES, les femmes deviennent présentes dans le roman et la vie d’aujourd’hui.

Cette présentation est parue dans Fleuve Noir Information n° 41 de Mai 1968 (une date historique !). Malgré tout, et quoique le ton se veut résolument moderne il n’y aura que quarante sept titres édités de Janvier 1968 à mars 1972. La révolution a-t-elle véritablement porté ses fruits, les femmes sont-elles restées fleur-bleue ? La collection n’a pas eu l’impact escompté.

Pourtant elle se voulait la concurrente d’autres collections spécifiquement féminines en vogue à l’époque, patronnées par des revues non moins féminines, Nous Deux, Intimité, Mode de Paris, dont le succès s’étala sur des années. La grosse machine Harlequin reprit le flambeau, et le succès des romans de Barbara Cartland ne s’est jamais démenti.

Le Fleuve Noir essaya par deux autres fois avec Femme Viva et Tourmente, d’accrocher à son catalogue des collections destinées aux femmes, mais l’aura du Fleuve, avec la production de Spécial Police, Espionnage ou Anticipation, plus axée sur le lectorat masculin, ne parviendra pas à franchir la barrière des sexes.

Si les auteurs sont essentiellement féminins, quelques hommes se sont immiscés, ayant souvent produit par ailleurs des titres pour la collection Grands Romans notamment. Les premières couvertures ne sont pas signées et contredisent quelque peu l’esprit de modernité. Il est bientôt fait appel à Gourdon, la référence en matière de graphisme.

A signaler que sous le pseudonyme de Nadine de Longueval se cachait la romancière et essayiste Françoise d'Eaubonne, féministe libertaire, née le 12 mars 1920 et décédée le 3 aout 2005. Elle était la sœur de Jehanne Jean-Charles, femmes de lettres également et épouse de l'écrivain et humoriste Jean-Charles.

 

Collection : PRESENCE DES FEMMES. Editions Fleuve Noir.

1 - Hurd Florence : Arabella (Secret of Canfield house) trad. Marie Daix [jan-68]

2 - Pala Dolores : Toi, qui m'aimais (In search of Mihailo) trad. Lily Jumel [fév-68]

3 - Stirling Monica : La mal-aimée (Lovers aren’t company) trad. Claude Saunier [mar-68]

4 - Napier Géraldine : Rayon mariage (Here come the brides - ) trad. Lily Jumel [avr-68]

5 - Howard Toni : Une femme dans un port (Lavinia) trad. Lily Jumel [mai-68]

6 - Cetto von Gitta : Le métier de mari (Ehe man Eaemann wir) trad. Laure Casseau [jun-68]

7 - Mar del Vina : La pension de Mrs Leslie (About Mrs Leslie) trad. Lily Jumel [jul-68]

8 - Greenaway Gladys : Le carnaval des coeurs (trad. ) [sep-68]

9 - Blackstock Charity : Ceux qui viennent la nuit (The knock at midnight) trad. Claude Saunier [oct-68]

10 - Miles Roger : Plus morte que vive (The wench is dead) trad. Lily Jumel [nov-68]

11 - Greenaway Gladys : Le vent du diable (trad. ) [déc-68]

12 - Longueval de Nadine : Les quatre miroirs [jan-69]

13 - Stirling Monica : Le ciel des autres (Sigh for a strange land - ) trad. Claude Saunier [fév-69]

14 - Glanville Brian : Un mariage romain (trad. ) [mar-69]

15 - Hoffmann Peggy : La fille folle (trad. ) [avr-69]

16 - Turnbull Patrick : Tu es venue comme le printemps (You came like the spring) trad. Wanda Vulliez [mai-69]

17 - Tibber Robert : Un jour comme les autres (The common place day) trad. Lily Jumel [jun-69]

18 - Rico Don : Les filles du crépuscule (trad. ) [jul-69]

19 - Eng Rita : Ruthie (trad. ) [sep-69]

20 - Paley Judith : L'avenir portait un nom (trad. ) [oct-69]

21 - Trevor Elleston : 80 000 suspects (trad. ) [nov-69]

22 - Longueval de Nadine : Les feux de l'émeraude [déc-69]

23 - Braunburg Rudolf : Gina et la stratosphère (Gina und die stratosphare) trad. Laure Casseau [jan-70]

24 - Funk Peter V. : La poupée et la ballerine (trad. ) [fév-70]

25 - Stuart Alex : La croisière du S.S. Viking [mar-70]

26 - Walker Lucie : La vallée radieuse (trad. ) [avr-70]

27 - Longueval de Nadine : Croyez à mes envoûtements distingués [mai-70]

28 - Bishop Sheila : La nuit de Ravento (trad. ) [jun-70]

29 - McCrae Elisabeth : Une vie bien remplie (A well furnished life) trad. Robert Favart [jul-70]

30 - Greenwood Robert : Les trois filles de M. Lipton (Spring at the limes) trad. Laure Casseau [sep-70]

31 - Shulman Irving : Une idole est née (trad. ) [oct-70]

32 - Longueval de Nadine : Laquelle des trois ? [nov-70]

33 - Cetto von Gitta : Jeune femme avec enfant ... (trad. ) [déc-70]

34 - Wolff Victoria : Un autre homme (trad. ) [jan-71]

35 - Denham Alice : Vivre à deux (trad. ) [fév-71]

36 - Peters Elizabeth : La tête du chacal (The jackal’s head - 1968) [mar-71]

37 - Zurecker Jill : Les astres ne mentent jamais (Sterne lugen hicht - ) trad. Laure Casseau [avr-71]

38 - Gray Tony : Interlude (Interlude) trad. Mario Daix [mai-71]

39 - Lampel Rusia : Adina (Schuhe fur Adina) trad. Lily Jumel [jun-71]

40 - Longueval de Nadine : La mort du cygne [jul-71]

41 - Walker Lucy : Le désert de sable (trad. ) [sep-71]

42 - Longueval de Nadine : Drôle de meurtre [oct-71]

43 - Bishop Sheila : Enigme en Sicile (trad. ) [nov-71]

44 - Peters Elisabeth : La bague mystérieuse (trad. ) [déc-71]

45 - Walker Lucy : La vallée des oiseaux (trad. ) [jan-72]

46 - Lewis Maynard : L'orgueil de l'innocence (trad. ) [fév-72]

47 - Walker Lucy : Jour de joie pour Jodi (trad. ) [mar-72]

Collection : PRESENCE DES FEMMES. Editions Fleuve Noir.
Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 09:18

Après l’échec de la Collection Noire, Jean-Baptiste Baronian, le nouveau Directeur du Fleuve Noir, tente de lancer une nouvelle collection dans la continuité de Spécial Police en avril 1991.

CRIME FLEUVE NOIR : Présentation d'une collection.

Les premiers numéros sont des rééditions et il faut attendre le dix-huitième titre pour enfin découvrir un inédit. Cette collection qui comportera 54 volumes, 13 nouveautés pour 41 rééditions, ne pouvait se pérenniser dans de telles conditions. D’autant que, si les premiers volumes proposés étaient des rééditions signées G.-J. ARNAUD, Brice PELMAN, Jean VAUTRIN, Hervé JAOUEN, bientôt le directeur tombe dans la facilité en inscrivant au catalogue Frédéric DARD, auteur au succès incontesté mais par trop réédité dans différentes collections, au détriment des inédits.

Frédéric DARD se vend bien et est victime de son aura littéraire. Les rééditions poches ont proliférées aussi bien au Fleuve Noir, où il se voit attribuer des collections particulières, ainsi que chez Pocket, anciennement Presses-Pocket où il figure au catalogue depuis de nombreuses années. A part ceux qui achètent un livre afin de passer uniquement le temps lors d’un voyage en train (d’où le terme de littérature de gare) les lecteurs, collectionneurs ou non, trouvent facilement les titres qui leur manquent chez les bouquinistes.

 

Claude RHODAIN, Béatrice NICODEME, Emmanuel ERRER, Jean-Pierre ANDREVON, Joseph BIALOT, KAA et dans une moindre mesure CANINO, n’ont pu redresser une situation en déliquescence.

Pourtant Jean-Baptiste Baronian, et Christine Gouffier qui était directrice de marketing aux Presses de la Cité, en charge de Presses Pocket (devenue tout simplement Pocket), du Fleuve Noir et de Vaugirard, étaient confiants et déclaraient dans un magazine édité spécialement pour ceux qui bénéficiaient des services de presse et des libraires :

 

Affaires du crime

Roman noir, roman de détection, suspense, thriller... non, il n'est jamais facile de trouver son chemin dans la jungle du polar actuel. Quand le mot est lâché, chacun l'entend comme il le veut. Et chacun pense à ses auteurs favoris. Georges Simenon, Raymond Chandler, Léo Malet, Agatha Christie, John Dickson Carr, San-Antonio...

Autant dire que la littérature policière est très vaste et qu'elle peut avoir de multiples visages. Avec la collection Crime Fleuve Noir, l'accent est mis sur le mystère, le suspense, l'angoisse au quotidien.

Qu'on ne cherche donc pas ici des romans à l'ancienne ni, à l'inverse, de faux livres modernes pleins de faux bruits et de fausses fureur. Dans la collection, les héros sont des gens ordinaires... eux, vous, nous.

Mais ce qui leur arrive est, neuf fois sur dix, une véritable tourmente.

A preuve les romans de G.-J. Arnaud qui racontent, presque toujours, de sombres et passionnantes histoires criminelles. A preuve aussi les romans de Brice Pelman, d'Hervé Jaouen, d'Emmanuel Errer et de Gérard Delteil. Pour distiller le frisson, ils n'ont pas leurs pareils. Et puis surtout, leurs livres sont toujours des récits remarquablement construits qui procurent de réels et de grands plaisirs de lecture. Mais qui a dit que le roman policier était en perte de vitesse ? Surement de tristes prophètes. Car il suffit de lire n'importe quel titre de la collection Crime Fleuve Noir pour constater aussitôt que le genre est bien vivant et qu'il n'a rien perdu de sa vigueur. De toute façon, les vrais connaisseurs, eux, sauront goûter. Et approuver sans réserve.

 

Hélas une profession de foi qui n'aura eu qu'un impact limité !

CRIME FLEUVE NOIR : Présentation d'une collection.
CRIME FLEUVE NOIR : Présentation d'une collection.

1 - Arnaud Georges - J.: Enfantasme. [avr-91] rééd. de SP 1235

2 - Vautrin Jean : Typhon gazoline [avr-91] rééd. de Eng. 7

3 - Errer Emmanuel : Un détour par l'enfer [avr-91] rééd. de Instant Noir 13

4 - Arnaud Georges - J. : Le coucou [avr-91] rééd. de SP 1574

5 - Pelman Brice : La maison dans les vignes [jun-91] rééd. de SP 1578

6 - Arnaud Georges - J. : Tel un fantôme [jun-91]. rééd. de SP 543

7 - Arnaud Georges - J. : Bunker-parano [juil-97] rééd. de SP 1743

8 - Jaouen Hervé : Marée basse [juil-91] Eng. 61

9 - Delteil Gérard : Coup de cafard [sept-91] rééd. de SP 1942

10 - Arnaud Georges - J. : Les jeudis de Julie [jul-91] rééd. de SP 1389

11 - Errer Emmanuel - Le syndrome du P.38 [oct-91] rééd. de Eng. 81

12 - Arnaud Georges - J. : Le pacte [oct-91] rééd. de SP 1813

13 - Pelman Brice : Attention les fauves [nov-91] rééd. de SP 1641

14 - Arnaud Georges - J. : Tendres termites [nov-91] rééd. de SP 966

15 - Jaouen Hervé : Quai de la fosse [dec-91] rééd. de Eng. 34

16 - Arnaud Georges - J. : Noël au chaud [dec-91] rééd. de SP 1479

17 - Arnaud Georges - J. : La recluse [jan-92] rééd. de 14/22

18 - Rodhain Claude : La charité du diable [jan-92] Inédit

19 - Arnaud Georges - J. : La défroque [fev-92] rééd. de SP 1044

20 - Pelman Brice : Les plumes du paon [fev-92] Inédit

21 - Jaouen Hervé : Toilette des morts [mar-92] rééd. de Eng. 74

22 - Kaa : Trois chiens morts [mar-92] Inédit

23 - Errer Emmanuel : Le cercle d'argent [avr-92] Inédit

24 - Vilard Roger : Abattez vos dames [avr-92] Inédit

25 - Arnaud Georges - J. : La vasière [mai-92] rééd.de SP 1620

26 - Andrevon Jean-Pierre : Coup de sang [mai-92] Inédit

27 - Nicodème Béatrice : Meurtres par écrits [jun-92] Inédit

28 - Andrevon Jean-Pierre : Comme une odeur de mort [jun-92] rééd. de Gore 85

29 - Arnaud Georges - J. : Deux doigts dans la porte [juil-92] rééd. de SP 1268

30 - Pelman Brice : La troisième victime [juil-92] Inédit

31 - Dard Frédéric : Le cahier d'absence [sept-92] rééd. de SP 289

32 - Dard Frédéric : Toi qui vivais [sept-92] rééd. de SP 178

33 - Canino : Mort blanche [oct-92] Inédit

34 - Dard Frédéric : Refaire sa vie [oct-92] rééd.

35 - Leroy Frédérick : Mourir côté jardin [nov-92] Inédit

36 - Dard Frédéric : Les bras de la nuit [dec-92] rééd. de SP 102

37 - Andrevon Jean-Pierre : Leur tête à couper [fev-93] Inédit

38 - Dard Frédéric : Des yeux pour pleurer [fev-93] rééd. de SP 142

39 - Dard Frédéric : Ma sale peau blanche [mar-93] rééd. de SP 148

40 - Nicodème Béatrice : Défi à Sherlock Holmes [avr-93] Inédit (non signalé)

41 - Dard Frédéric : Les mariolles [mai-93] rééd. SP de 227

42 - Canino : La Vénus du peep-show [jun-93] Inédit

43 - Dard Frédéric : L'accident [sept-93] rééd. SP de 247

44 - Dard Frédéric : Les séquestrés [sept-93] rééd. de Grands Succès.

45 - Andrevon Jean-Pierre : La mort blonde [oct-93] Inédit

46 - Dard Frédéric : La dame qu'on allait voir chez elle [dec-93] rééd. de Grands Succès

47 - Bialot Joseph : La main courante [mars-94] Inédit

48 - Dard Frédéric : Coma [avr-94] rééd. de SP 185

49 - Dard Frédéric : Le cauchemar de l'aube [mai-94] rééd. SP de 271

50 - Dard Frédéric : Du plomb pour ces demoiselles [juil-94] rééd. de SP 15

51 - Dard Frédéric : Puisque les oiseaux meurent [sept-94] rééd. de SP 241

52 - Dard Frédéric : Le pain des fossoyeurs [oct-94] rééd. de SP 127

53 - Kaa : Le marteau [nov-94] Inédit

54 - Dard Frédéric : On n'en meurt pas [dec-94] rééd. de SP 122

 

CRIME FLEUVE NOIR : Présentation d'une collection.
CRIME FLEUVE NOIR : Présentation d'une collection.
CRIME FLEUVE NOIR : Présentation d'une collection.
Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 08:52

Et vingt ans, c'est le bel âge, tout le monde vous le dira !

 

Chemins.jpg


Et pour le prouver, Viviane Hamy a décidé de mettre les petits plats dans les grands, ou inversement car à compter du 1er mars 2014, jusqu'au 30 janvier 2015, trente cinq romans, oui j'écris bien 35, seront proposé à un petit prix : 8,90€. Je pense que cela réjouira tous les lecteurs qui sont passés à côté de ces livres lors de leur parution et qui pourront s'adonner à leur plaisir sans aucun complexe financier.

La collection Chemins Nocturnes, crée en 1994 a accueilli en son sein des auteurs devenus culte. Fred Vargas par exemple qui, après un bref passage au Masque pour Les jeux de l'amour et de la mort en 1986 puis chez Hermé avec L'homme aux cercles bleus en 1991, entamait une carrière époustouflante avec Ceux qui vont mourir te saluent. Un manuscrit qui trainait dans ses tiroirs, Fred Vargas étant découragée par les refus des éditeurs. Viviane Hamy lui a tendu la main, et vous connaissez la suite. Mais ce que vous ne connaissez peut-être pas, c'est qu'à peu près en même temps Viviane Hamy recevait coup sur coup trois manuscrits d'auteurs, tous féminins, de la part d'Estelle Monbrun, Meurtre chez Tante Léonie, Un été pourri de Maud Tabachnik puis Baka de Dominique Sylvain. Un quarté gagnant !

Il me revient à l'esprit une anecdote à ce propos. Lors des 24 heures du livres du Mans, Viviane Hamy tenait son stand accompagnée de Maud Tabachnik notamment. Et elle avait eu cette réflexion : Moi qui n'avais publié que des auteurs féminins, Fred Vargas, Maud Tabachnik et Estelle Monbrun, j'étais contente de recevoir enfin un manuscrit émanant d'un auteur masculin. Mais quelle ne fut pas ma déception en apprenant que ce nouveau romancier était en réalité une femme. Il s'agissait de Dominique Sylvain. Et depuis, Dominique Sylvain a largement contribué au succès de cette collection dont certains de ses romans ont été adaptés à la télévision et que vous pour voir actuellement avec dans le rôle de Lola Jost Muriel Robin.

D'autres romanciers en devenir se sont bousculés au portillon, le billet d'entré n'étant accordé qu'à des manuscrits de qualité. Savoir si on aime ou pas relève de l'appréciation personnelle. Plus inhabituel mais courageux de la part de l'éditrice, ne furent publiés que des romanciers français ! Ce qui ne veut pas dire que ces romans se ressemblaient, au contraire ils offraient une grande diversité dans le choix des thèmes, dans l'écriture, dans l'appréhension des intrigues...

Depuis certains de ces auteurs se sont fait un nom, devenant la référence de qualité de la collection Chemins Nocturnes, restant fidèles à Viviane Hamy ou partant vers d'autres cieux littéraires avec succès. Quelques-uns n'ont connu qu'un bref passage, pour des raisons diverses, mais les écrits restent et méritent d'être signalés.

Parmi tous ces auteurs qui continuent leur carrière ailleurs mais qui doivent à Viviane Hamy le coup de pied au cul nécessaire pour avancer : Maud Tabachnik, Philippe Bouin, et les sœurs Liliane et Laurence Korb, qui avaient déjà à leur actif des romans écrits en solo ou sous le nom de Liliane Korb et Laurence Lefèvre, principalement pour des collections juvéniles. Mais Sang dessus dessous en 1999 les a véritablement révélées au grand public qui les a redécouvertes quatre ans plus tard sous le pseudonyme de Claude Izner.

Et parmi les fidèles des fidèles figurent Fred Vargas et Dominique Sylvain.

 

Je vous propose donc la liste des 35 romans qui seront vendus au prix anniversaire de 8,90€ du 1er mars 2014 au 30 janvier 2015 avec par ordre d'apparition :

 

Philippe Bouin: Les Croix de paille; La Peste blonde; Implacables vendanges; Les Sorciers de la Dombes.

Sandrine Cabut & Paul Loubière : Contre-addiction; Contre-Attac.

Laurence Démonio: Une sorte d'ange.

Colette Lovinger-Richard: 37e parallèle; Crimes dans la cité impériale; Crimes de sang à Marat-sur-Oise; Crimes en Karesme; Crimes en série; Crimes et trahisons; Crimes et faux-semblants.

Jean-Pierre Maurel: Malaver à l'hôtel; Malaver s'en mêle.

Estelle Monbrun: Meurtre à Isla Negra; Meurtre chez Colette; Meurtre chez Tante Léonie.

Dominique Sylvain: Baka; L'Absence de l'ogre; La Nuit de Géronimo; Manta Corridor; Passage du désir; Strad; Sœurs de sang; Techno Bobo; Vox.

Maud Tabachnik: Gémeaux; La Mort quelque part; L'Etoile du temple; Le Festin de l'araignée; Un été pourri.

Eric Valz: Cargo.

Antonin Varenne: Fakirs.

Vous pourrez trouver dans les jours et les semaines qui suivent quelques chroniques qui furent effectuées lors de leur parution initiales, ou écrites pour cette occasion. Les chroniques seront signalées en gras, en italiques et soulignées. Et n'oubliez pas :

La lecture est un plaisir solitaire qui se partage !

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 14:53

Il ne faut pas se leurrer. Arrivé à un certain âge, pour ne pas dire un âge certain, l'être humain "voit" son acuité visuelle, tout comme d'autres organes sur lesquels je ne m'étendrai pas plus, décliner. J'en sais quelque chose. Et lire un livre imprimé en petits caractères devient rapidement un parcours du combattant, recherche de lunettes adéquates et chères, de loupes grossissantes mais encombrantes, ou autres objets qui rapidement à l'usage ne satisfont pas le liseur impénitent.

Créées en 1998 les éditions Libra Diffusio ont pensé à nous qui ne pouvons plus, ou dans des conditions laborieuses, satisfaire à notre plaisir quotidien qu'avec difficulté.

 

 

libra.png

 

Je leur laisse la parole :

Libra Diffusio, maison d’édition en gros caractères, a pour vocation depuis sa création en 1998, de redonner le goût de la lecture aux personnes malvoyantes ou ayant besoin d’un meilleur confort visuel, en leur proposant un large choix de best-sellers (romans, terroirs, policiers, sagas historiques...) par des auteurs reconnus (Patricia Cornwell, Marie-Bernadette Dupuy, Irène Frain, Jean-Christophe Grangé, Katherine Pancol, Jean Teulé, Nicolas Vanier, Delphine de Vigan…)

À ce jour, elle a publié plus de 650 titres.

Depuis plusieurs années, Libra Diffusio travaille en étroite collaboration avec les bibliothèques, médiathèques, maisons de retraite ainsi que les professionnels de santé (ophtalmologues et orthoptistes) dans un objectif de sensibilisation à la basse vision.

Ainsi, ses ouvrages sont spécialement adaptés, avec un papier ivoiré antireflets, pour une lecture plus confortable.

 

Je précise que cette maison d'édition propose les ouvrages imprimés en différentes grosseurs :

Dans un souci de répondre à votre demande, les Éditions Libra Diffusio vous proposeront à partir du mois de janvier 2014 des livres en corps 19.

Testez les différentes tailles de caractères entre le corps 12 (taille classique), le corps 16 (pour un meilleur confort de lecture) et le corps 19 (pour un confort encore plus grand).

·         Corps 12

·         Corps 16

·         Corps 19

 

Un petit tour sur leur site vous permettra de consulter leur catalogue, et si vous n'êtes pas concernés, ce que je vous souhaite, vous possédez sûrement un membre de votre famille, un ou une amie qui saura apprécier ces ouvrages en toute plénitude et décontraction.

 

Et n'oubliez pas, l'important c'est de lire !

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 16:09

 

Une page se tourne, un chapitre se clôt, un livre se referme.

 

fleuve-editions-as


C’est le destin même des cours d’eau… À partir de janvier 2014, après 65 ans d’évolution, Fleuve Noir se jette dans plus grand que lui et devient Fleuve Éditions, une nouvelle maison aux rives élargies. Cela fait des années déjà que nous débordons de notre lit devenu trop étroit : éditeur de poche à nos origines - 1949 a vu sortir les premiers titres - nous publions aujourd’hui uniquement des grands formats.

Longtemps éditeur de littérature de genre, nous avons progressivement étendu notre offre en nous ouvrant à la littérature générale, à la jeunesse, à l’illustré et aux essais. Autre changement notable : le nombre de parutions par an a été équilibré et comporte aujourd’hui 100% d’inédits.

Éditeur sans frontières et surtout sans œillères, Fleuve Éditions va chercher pour ses lecteurs la fine fleur de la littérature générale, de qualité et accessible. Les polars et thrillers qui ont jalonné l’histoire de la marque depuis le premier San-Antonio seront regroupés dans la collection qui gardera l’appellation qui leur va si bien : Fleuve Noir.

Si Fleuve Éditions est un nom qui correspond mieux à notre nouveau visage, notre vocation, elle, reste inchangée : proposer les meilleurs moments de lecture, des histoires fortes qui font rire ou pleurer, qui interrogent, qui font peur, en un mot, qui divertissent.

C’est le départ vers de nouveaux horizons… Embarquement le 1er janvier !

 

FLEUVE ÉDITIONS EN QUELQUES CHIFFRES

 50 millions d’exemplaires vendus depuis 1949

 60 titres publiés par an en moyenne

 Les plus forts tirages de 20131 :

A quelques secondes près, Harlan Coben : 190 000 exemplaires
Et soudain tout change,
Gilles Legardinier : 130 000 exemplaires
Puzzle,
Franck Thilliez : 120 000 exemplaires
Vengeance en Prada,
Lauren Weisberger : 100 000 exemplaires


Au 4ème rang (sur 35 éditeurs) sur le secteur du policier/thriller en grand format2


Au 13ème rang (sur 90 éditeurs) sur le secteur de la fiction moderne en grand format2


1 - en nombre d’exemplaires
2 - source panel distributeurs GFK, sorties de caisse cumulées janvier - octobre 2013

 

 

Ceci est l'annonce effectuée par les éditions Fleuve Noir fkeuve noirconcernant le changement d'appellation de la maison d'éditions. Mais le chiffre de 50 millions d'exemplaires vendus depuis 1949 m'a semblé en dessous de ce qu'il devrait être, aussi je vous propose la liste des différentes collections éditées depuis 1949 et le nombre d'ouvrages publiés par collection.

Le secteur Poche disparait officiellement et définitivement, ce qui entérine la politique éditoriale mise ne place depuis quelques mois avec le transfert chez Pocket des Frédéric Dard et des Perry Rhodan. Aussi il m'a semblé intéressant de reprendre un article publié en 1999 dans la revue 813 (N° 68 d'octobre 1999) qui recensait toutes les collections du Fleuve Noir, Grands Formats et Poches depuis l'origine de la maison d'éditions qui avait fait vibrer bon nombre de lecteurs.


Quant à la litfleuvenoir1térature dite générale, ou généraliste, elle était présente dès les débuts de la collection Grands Romans qui abordait tous les genres : romans d'Aventures, d'Aventures maritimes, d'Amour, de Guerre, Féminins, d'Anticipation, de Fantastique, Historiques, Sociologiques, un panel dans lequel tout lecteur quel que soit son domaine de prédilection pouvait y trouver son bonheur.

Le sigle du Fleuve Noir qui était couramment employé, aussi bien sur les couvertures par que les amateurs de cette maison d'édition, devenait lourd à porter: FN. Et je suppose que c'est l'une des raisons, peut-être la raison qui a provoqué ce changement. Et dans ce cas, cela enlèvera toute forme d'ambigüité et les mal pensants ne tourneront plus en dérision ce sigle.

 

fleuvenoir0

 

fleuvenoir4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inventaire des collections

Liste établie par Paul Maugendre et Pierre Turpin


fleuvenoirAfin de permettre aux collectionneurs, aux curieux, ou tout simplement aux fanatiques des statistiques, le tableau ci-dessous recense toutes les collections éditées par le Fleuve Noir depuis sa création, avec les abréviations qui reportent au tableau des auteurs. Si certaines collections se suivent à la trace facilement, pour d’autres il s’agit parfois d’une véritable casse-tête que seul un émule de Sherlock Holmes pourrait résoudre. En effet dans les années 1980, et même encore aujourd’hui, des livres paraissent sans être véritablement intégrés dans une collection. Il en va ainsi de grands formats, la plupart du temps, qui ont été édités un peu au bonheur la chance. Sans compter les rééditions de rééditions.

Cette liste a été améliorée par rapport à celle publiée dans la revue précitée, en apportant quelques ajouts et corrections. Toutefois si vous découvrez des anomalies, flagrantes ou non, qui auraient échappé à nos yeux de lynx, ou des oublis, n’hésitez pas à nous en faire part. Nul n’est infaillible, et nous comptons sur la bonne volonté de tous pour nous remettre dans le droit chemin. Dans la collection Hors collection, sont répertoriés les romans n’entrant pas dans une catégorie définie. C’est ainsi qu’ont été inclus des ouvrages parus après de la collection Grand Succès aussi bien en Policier, S.F. ou divers. On trouve aussi bien des romans signés Dard/Hossein, G.-J. Arnaud (pour des ouvrages réédités à l’occasion de la sortie de films tirés de ses romans), des San Antonio, et autres. Peut-être aurait-il fallu séparer les San Antonio des autres, ce sera pour une prochaine remise à jour de cet inventaire. Ainsi les deux collections Bibliothèque du Fantastique et Superpoche sont des omnibus poches reprenant des rééditions et des inédits d'auteurs français et étrangers parfois publiés ailleurs qu'au Fleuve Noir. Je prendrai un seul exemple : Le volume 15 de la collection Superpoche intitulé Juges et assassins comporte pas moins de 20 signatures dont celles de Bram Stoker, Henry Slesar, Sheridan Le Fanu, Dashiell Hammett, Pierre Gripari, Pierre Louÿs, Charles Dickens, Ed Lacy, Gaston Leroux ou Fredric Brown, pour des nouvelles ou des romans.

 

Cette liste avait été arrêtée, tout comme la liste des auteurs, au 31 mars 1999, mais remaniée quelque peu depuis. Il fallait bien se donner un repaire et se caler sur la date de parution de la revue ainsi que l'hommage dont la Bilipo fut le théâtre et qui donna lieu à la publication du livre : Fleuve Noir, cinquante ans d'édition de littérature populaire. Ce qui représente plus de 9000 titres ou volumes environ. En effet de nombreuses rééditions (je ne parle pas des réimpressions, sous couvertures différentes mais qui gardaient leurs numéros d'origine dans les collection comme Spécial Police) ont été publiées dans des collections dédiées aux auteurs, tels que San Antonio, Sam & Sally, Paul Kenny, voisinant avec des inédits. D'autres collections étaient résolument alimentées par des rééditions : Frédéric Dard, Best-sellers de la SF, Jean Bruce, Polar 50, Tête-bêche....

Alors il m'a semblé en lisant le communiqué du Fleuve Noir devenu Fleuve Editions qu'il y avait comme un défaut (comme aurait dit Fernand Raynaud) dans le chiffre annoncé de 50 millions d'exemplaires vendus depuis 1949. En effet, à la liste arrêtée en 1999 pour le cinquantenaire du Fleuve Noir, il faut ajouter toux ceux parus depuis et en cumulant ceux éditée entre 1999 et 2013 je pense que nous avons dépassé largement les 10 000 ouvrages.

Et si on applique une simple règle de calcul, la division de 50 millions d'exemplaires vendus depuis 1949 par 10 000 volumes recensés, on arrive à une moyenne d'un tirage de 5 000 exemplaires par ouvrage, ce qui est à mon avis une sous estimation flagrante. Pourtant Estelle du Fleuve Noir m'a certifié que les chiffres annoncés avaient été vérifiés ! J'aimerais bien savoir comment et par qui, car cela relève de la plus haute fantaisie, même si les tirages annoncés par Eugène Moineau dans son bulletin Fleuve Noir Info étaient gonflés.

 

Nom de Collections, nombre de volumes, début et fin de collections.

 

 

ANGOISSE

261

1954

3/1974

ANTICIPATION

2002

1951

2/1997

AVENTURIER (L')

206

4/1955

3/1974

AXE (L')

13

4/1978

1/1982

ALBUMS ILLUSTRES (BANDES DESSINEES)

13

1972

1975

BATTLETECH

6

02/1996

05/1997

BIBLIOTHEQUE DU FANTASTIQUE

16

2/1997

4/1999

JAMES BOND 1ère série

13

4/1979

11/1982

JAMES BOND 2ème série

12

1/1996

4/1997

JEAN BRUCE

38

3/1978

198?

BEST-SELLERS de la S.F.

24

2/1982

11/1985

BUFFY

30

1997

2000

LE CARROUSEL FN DOCUMENTS

13

1983

1987

LE CARROUSEL

12

2/1949

2/1954

CASH

12

2/1979

1/1982

COLLECTION NOIRE

19

06/1988

11/1989

COMPAGNIE des GLACES 1

62

02/1988

03/1992

COMPAGNIE des GLACES 2

15

10/1996

05/2000

CRACKER

6

03/1999

11/1999

CRIME FLEUVE NOIR

54

04/1991

12/1994

CRIME STORY

37

04/1992

11/1994

FREDERIC DARD 1ère série

36

1976

3/1979

DRAMES DE L'HISTOIRE

10

01/1992

03/1993

DOBERMANN (Le)

5

2/1984

1/1985

DOCUMENTS

10

4/1954

4/1957

DON

11

1/1983

9/1986

ENGRENAGE

101

4/1981

2/1986

ESPIOMATIC INFRA ROUGE

102

1/1971

4/1979

ESPIONNAGE

1905

2/1950

7/1987

FLIC DE CHOC

43

1/1981

11/1988

FEU

244

2/1964

2/1975

FEMME VIVA

14

1/1987

12/1987

GORE

105

4/1985

12/1989

GRANDE DIFFUSION

6

3/1986

2/1988

GRANDS ROMANS

260

4/1954

3/1972

GRANDS SUCCES

123

1/1971

11/1985

HARD 2004

14

11/1985

12/1986

HOWARD

20

09/1991

05/1993

FRAYEUR

32

09/1994

11/1195

EARTHDOWN

7

06/1997

12/1998

ENQUÊTES DU COMMISSAIRE JOUBERT (Les)

22

1/1986

9/1989

PAUL KENNY

202

3/1973

5/1996

LANCEDRAGON

70

04/1996

2000

LITTERATURE POLICIERE

27

4/1982

9/1985

MARK HARDIN

24

1/1980

9/1985

BOB MORANE

46

5/1988

/1991

LEO MALET (NOUVEAUX MYSTERES DE PARIS) 1ère série

32

1/1982

3/1987

NOIRS les

71

10/1995

11/1999

NUIT GRAVE

11

10/1998

03/1999

POLAR 50

36

2/1988

11/1990

PERRY RHODAN (réimpressions)

48

1980

1983

PRESENCE DES FEMMES

47

01/1968

/03/1972

QUATUOR

4

2/1982

5/1982

RANER

13

2/1979

4/1981

RAVENLOFT

 

06/1995

06/1998

ROUGE ET NOIRE (La Flamme)

47

1949

1954

SAM ET SALLY

77

1/1974

12/1984

SAN ANTONIO OEUVRES COMPLETES

27

 

en cours

SAN ANTONIO

172

1/1973

en cours

SCUM

6

9/1986

2/1988

SECRET DEFENSE

9

03/1990

06/1991

JOHN SINCLAIR

10

1992

1992

SPECIAL POLICE

2076

3/1949

12/1987

SUPER LUXE

170

3/1974

/1985

SUPER POCHE

31

1992

1996

SUPERCOP

22

05/1994

09/1995

SUPERHEROS

13

09/1994

10/1995

STAR TREK

54

1993

1999

TÊTE-BÊCHE

12

1/1969

6/1969

ROMANTIQUES TOURMENTES

26

11/1986

12/1987

WESTERN (JOHNY SOPPER)

23

1952

4/1954

 

A lire également mon article sur Les chiffres du Fleuve Noir ainsi que l'excellent article de Claude Le Nocher sur Action Suspense

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 16:38

Le Fleuve Noir change de nom et devient Fleuve Editions.

 

de-Caro.jpg


Peut-être est-il bon de rappeler ce que représentait cette maison d'éditions populaire en chiffres, ou quels étaient les tirages du Fleuve Noir dans les années 60 dans ses diverses collections.


Le bulletin du Fleuve Noir de mars 1965 précisait, sous la plume d’Eugène Moineau le responsable du service presse et communication, le nombre statistique de volumes vendus par certains auteurs phares du Fleuve Noir dans les collections Espionnage et Spécial Police. Et les chiffres annoncés laissent rêveur aujourd’hui tout auteur et tout éditeur, que ce soit dans le domaine de la littérature générale ou du roman populaire.

Dard1.jpgBien évidemment on pourrait penser qu’en tête des ventes figurait Frédéric Dard, ou plutôt son double San-Antonio, qui à l’époque c’est-à-dire en 1965 avait réalisé une vente de 350 000 exemplaires pour son seul Histoire de France vu par Bérurier. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, que ce soit sous son nom ou sous celui du célèbre commissaire, les ventes étaient quasiment équivalentes. Ainsi pour 28 titres Frédéric Dard avait cumulé 3 960 000 exemplaires soit 141 430 exemplaires par titre, et sous le nom de San Antonio 51 titres pour un total de vente de 7 350 000 soit par titre 144 120 exemplaires. San Antonio ne battait pas encore les Frédéric Dard ou d’une courte tête. Mais après 1965, avec les très nombreuses rééditions les chiffres se sont bien évidemment envolés, et Frédéric Dard du s’effacer sous son double même pour des romans qui ne mettait pas en scène San-Antonio.

Paul Kenny, le chantre du roman d’espionnage avec son héros Esp56b.JPGFrancis Coplan, pour 84 titres parus, avait un total de 15 708 000 exemplaires soit par titre : 187 000 volumes.

Paul Kenny était donc en tête des ventes, mais rien que de plus normal, car à cette époque, celle du rideau de fer, les romans d’espionnage étaient fort prisés et drainaient un lectorat fidèle.

Quatre autres auteurs qui œuvraient tout aussi bien dans le roman d’espionnage que dans celui du policier, étaient ainsi analysés : il s’agissait de Serge Laforest, Claude Rank, M.G. Braun et Adam Saint-Moore, quatre auteurs entrés au Fleuve Noir dès sa création ou presque.

Serge Laforest avait 47 titres à son actif en Espionnage pour une vente de 6 640 000 exemplaires soit 141 280 volumes par titre et en Spécial Police 28 titres pour un total 3 240 000 soit 115 714 livres par titre. Dans ce cas la différence entre Espionnage et Spécial police est flagrante avec un net avantage de près de 26 000 titres de plus en espionnage.

Claude Rank avec 40 titres pour 5 980 000 exemplaires Espionnage arrivait à 149 500 exemplaires par titre et en Spécial Police 2 650 000 pour 19 romans soit 139 474 exemplaires par titres. Pour cet auteur le rapport Espionnage/Spécial Police était moindre avec seulement 10 000 exemplaires.

M.G. Braun avec 36 titres en Espionnage pour une vente de 5 320 000 exemplaires établissait un score de 147 778 par exemplaires et en Spécial Police avec 28 titres pour un total de 3 240 000 exemplaires, la moyenne étant de 115 714 soit une différence significative de 32 000 exemplaires de moins en Spécial Police qu’en Espionnage.

Enfin, Adam Saint-Moore, pour 36 titres en Espionnage et 5 320 000 ventes avait réalisé une moyenne de 147 778 exemplaires tout comme son confrère M.G. Braun. Et en Spécial Police pour 18 titres, seulement oserais-je écrire, et 2 460 000 volumes sa moyenne était de 136 667 exemplaires par titre.

Soit dans tous les cas de figure un net avantage à la collection Espionnage.

En 1971, la revue Espionnage, qui ne vécut que le temps de 15 numéros, publiait dans son numéro 13 une table ronde avec quatre auteurs, Paul Kenny, Fred Noro, Jean-Pierre Conty, Pierre Nemours. L’entretien était réalisé par Jean-Claude Guilbert et Georges Rieben. La présentation annonçait que pour Paul Kenny, au rythme d’un nouveau roman tous les soixante jours, et sans compter les traductions et les rééditions, il se vendait un Coplan toutes les huit secondes. Il me semble que ce chiffre soit quelque peu exagéré, à moins qu’il s’agisse d’une erreur de retranscription ou de typographie, car cela équivaudrait à une vente globale de 648 000 exemplaire.

Bruce1Toutefois Paul Kenny, alias Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse, explique qu’au début de leur carrière en remplacement de Jean Bruce parti aux Presses de la Cité, le tirage de leurs 10 premiers romans était de 24 000, sans qu’il y ait quelque écho. Puis d’un seul coup, vers le 11ème ou 12ème il a fallu en tirer 10 000 de plus et la progression a été constante. Dans le même article, Pierre Nemours, qui écrivait aussi bien pour Espionnage, Spécial Police que pour la collection Feu, estimait qu’un roman édité à 100 000 exemplaires était lu par 400 000 personnes. Et (c’est moi qui précise), il est vrai que les bouquinistes à cette époque, revendait peu cher les livres, effectuait les échanges : par exemple 1 livre prêté pour 3 livres rendus, ou alors le prix était dégressif selon le nombre de fois qu’il avait été emprunté. Ainsi un livre vendu 10 francs était repris 7 francs, revendu 9 repris 6 et ainsi de suite. Certains livres effectuaient la navette vendeur lecteur une bonne dizaine de fois, sinon plus.

En février 1970, dans un entretien réalisé par Luc Geslin, qui fut le créateur avec Georges Rieben du Prix Mystère de la critique, prix qui existe toujours, et publié dans le numéro 264 de Mystère Magazine, Eugène Moineau avançait les chiffres suivant :

« Les tirages de Frédéric Dard s’établissent entre 380 000 et 420 000 exemplaires, mais ils atteignent 600 000 exemplaires quand il écrit sous le pseudonyme de San-Antonio -  le premier tirage de 35 000 exemplaires est épuisé dès le premier mois -  et L’Histoire de France a dépassé le million d’exemplaires. En Espionnage, parmi nos auteurs vedettes, nous avons G.J. Arnaud, M.G. Braun, Paul Kenny, J.P. Conty, Serge Laforest, Alain Page, Claude Rank et Adam Saint-Moore. On retrouve à peu près les mêmes en Spécial Police. M.G. Braun ou G.J. Arnaud ont des tirages de 230 000 exemplaires en Espionnage et 130 000 en Spécial Police ». Il ajoute : « Quand nous lançons un auteur débutant, il atteint dès son premier livre le tirage moyen de la série. A savoir 100 000 exemplaires dans Spécial Police et 140 000 exemplaires dans Espionnage ». Personnellement j’ai rencontré des libraires qui m’ont affirmé que pendant ces années de vaches grasses, ils recevaient les romans du Fleuve Noir par palettes. Précisons que le rythme de parution était en général de six titres différents pour Espionnage, Spécial Police, auxquels il fallait ajouter les collections Anticipation, L’Aventurier, Angoisse, Feu, Présence des Femmes, uniquement pour les collection dites de poche car il existait aussi une collection plus généraliste, celle des Grands Romans dont les auteurs vedettes étaient Robert Gaillard et Jacques Chabannes.

En 1982, la donne n’est plus la même. Patrick Siry, qui est le nouveau directeur littéraire du Fleuve Noir, s’exprime dans le numéro 2 de Mystère Magazine, nouvelle série. Parlant de la collection Spécial Police, qui est toujours la plus vendue en France dans ce domaine, les chiffres de vente ont dégringolé. « Nos tirages avoisinent les 30 000 exemplaires, avec de légères différences selon les auteurs. Les Jacquemard, les Pelman, les Arnaud atteignent le chiffre rond de 30 000. Pour les autres les tirages sont de l’ordre de 25 à 28 000 ».

Une désaffection du public pour la collection Espionnage dueEsp78.JPG en partie à la fin de la guerre froide et une inflation d’aventures parfois répétitives, mais également pour la collection Spécial-Police dont les raisons elles sont plus complexes. Mais le Fleuve n’est pas la seule maison d’édition touchée par les méventes. L’impact de la télévision n’y est pas étranger, mais également plus de loisirs annexes, les jeux vidéo, etc. Le but de cet article n’est pas d’entrer dans des considérations oiseuses, de cerner pourquoi les livres se vendent moins car même si l’on nous affirme que certains ouvrages se vendent bien, c’est l’arbre qui cache la forêt de papier. Et lorsque le Fleuve Noir, ou plutôt ses auteurs, vendait à plus d’une centaine de milliers d’exemplaires leurs romans, il ne faut pas oublier non plus que les maisons d’éditions n’étaient pas moins présentes sur le marché qu’aujourd’hui. La Série Noire, Le Masque, Un Mystère, Sueurs Froides, L’Arabesque, la Chouette, Gerfaut pour ne citer que les plus connues sont elles aussi passées par des hauts et des bas et ont été obligées de mettre plus ou moins la clé sous la porte.

A la question de Luc Geslin dans le numéro 264 de Mystère Magazine, source déjà évoquée, L’auteur publié par le Fleuve Noir est-il un auteur heureux ?

Eugène Moineau a répondu : Il vit confortablement. Il y a un nombre considérable d’écrivains en France, mais je pense que 2 000 auteurs, pas davantage, peuvent vivre de leur plume. D’abord, il y a les grands auteurs qui ont une audience internationale ; en écrivant un livre tous les cinq ans, ils vivent de leur production littéraire. Leurs droits d’auteurs se montent parfois à 25% - la grande Colette établissait un record avec 27% - parce que ce sont des porte-drapeaux pour un éditeur, mais ils sont très peu nombreux. Les autres sont des professionnels du roman et ils ne se retrouvent guère que dans les collections d’action. Un lauréat du Goncourt qui arrive à 300 ou 400 000 exemplaires écrira un livre deux ans plus tard mais son tirage sera nettement plus faible et il risque d’aller en s’amenuisant. En deux ans, nos auteurs ont publié huit ouvrages, faites le compte… Au début leurs droits sont ceux de tous les romanciers et, quand un auteur devient vedette, c’est-à-dire qu’il va très au-delà du tirage moyen de la collection, les droits sont réévalués. Pratiquement, il n’y a aucun auteur dans notre maison, même débutant, qui exerce un second métier. Ils avaient un métier quand ils ont apporté leur premier livre mais ils ne l’ont conservé qu’un an au plus. Frédéric Dard a fait plusieurs films en tant que réalisateur, Jacques Chabannes anime une émission régulière à la télévision. André Lay était boucher à La Varennes, André Caroff chauffeur de taxi, M.G. Braun restaurateur, Victor Harter et Mike Cooper comédiens, Pierre Nemours, Michel Saint-Loup, Richard Caron, journalistes, B.R. Bruss ancien ministre, Roger Vilard expert philatéliste, Marc Arno professeur de judo, etc. Seuls ont conservé leur activité première, un chirurgien, J.P. Garen, et deux pharmaciens, P.J. Marcel et Pierre Barbet.

Nemours.jpgA ceux-là j’ajouterais Franck Evans, diplomate, Robert Clauzel, médecin. Et il ne faut pas oublier non plus deux autres sources de revenus : les droits pour la télévision et le cinéma, ainsi que les traductions et rééditions dans divers supports. Si je me réfère au bulletin Fleuve Noir Information N° 40 du mois d’avril 1968, les traductions privilégiaient ce moi-là les Paul Kenny avec deux titres en Espagne et trois en Suède. En Espagne un Pierre Nemours : Le commando de la soif, et trois Mario Ropp : Douce haine, Les dangereux retours et Le temps d’une chute. Au Chili un Jimmy Guieu : Black-out sur les soucoupes-volantes, en Argentine, avec extension à toute l’Amérique latine, deux Jacques Chabannes et en Angleterre : La grande Vadrouille des frères Tabet et Georges Oury. La parution en feuilleton était également présente dans l’hexagone et à l’étranger : en France, dans Le Petit-Bleu de l’Agenais, d’Agen, Thalassa de Mario Ropp, dans La République des Pyrénées basée à Pau, La peste noire de Michel Saint-Loup, dans Le Soir de Marseille : Jeu nul de Roger Faller. Sans oublier le Maroc avec Retour grinçant de Pierre Courcel, la Suisse avec Arabella de Florence Hurd, etc. Et lorsque j’ai évoqué le cinéma, il faut savoir que les droits étaient achetés mais les films pas toujours réalisés.

Effectuons maintenant un petit calcul. En se basant sur un droit d’auteur à 5%, le minimum, le livre étant vendu à 3,80 f, cela fait 0,19 centimes par volume multiplié par 100 000 exemplaires = 19 000 francs. 19 000 f. auxquels il faut déduire les impôts qui à l’époque étaient de 70%, le bouclier fiscal n’existait pas, il restait donc 5700 francs, soit dix fois le salaire mensuel que je percevais à la même période.

Quels sont les tirages aujourd’hui dans les collections spécialisées, qui peut nous donner les chiffres, et leurs auteurs vivent-ils de leur plume comme ils en vivaient lorsqu’ils écrivaient pour le Fleuve Noir ? Il serait intéressant de le savoir, mais les éditeurs sont-ils prêts à dévoiler leurs chiffres ?

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 14:23

helena

 

En 1988, les éditions Fanval ont eu l'heureuse initiative d'entrouvrir les portes du purgatoire dans lequel était confiné André Héléna depuis de longues années.

Grâce à Bayon, Phil Casor et Franck Evrard, les dix volumes composant la série Les Compagnons du destin furent réédités dans un ordre qui n'était pas celui d'origine mais reproduisaient les couvertures originales de Jeff de Wulf avec comme particularité des postfaces inédites.

André Héléna, un auteur peu ou mal connu, redécouvert à cette époque et dont d'autres titres parurent chez 10/18 notamment et qui eut l'honneur de se voir consacrer un dossier dans la revue Polar N° 23 en l'an 2000. Ce n'était que justice.

Des romans malgré un petit air désuet n'ont pas pris une ride. Paradoxal ? Non. Ceux qui n'ont pas connu ces endroits chauds que sont encore Pigalle, Barbès, La Goutte d'or n'ont pas connu Paris à la fin de la guerre, n'ont pas connu ces bouges avec les comptoirs en zinc et la sciure sur le sol, ne peuvent se rendre compte de la force d'évocation des écrits d'Héléna.

Si les mauvais garçons et les filles écument encore les trottoirs entre l'avenue de Clichy et Barbès, les lumières, les musiques, les devantures accrocheuses ne sont plus les mêmes et c'est le Paris d'aujourd'hui qui parait superficiel.

Mais les romans d'Héléna n'ont pas pris une ride car son écriture possède toujours cette force d'évocation, ce mélange acidulé de langue française et d'argot que l'on retrouve chez les grands anciens comme Francis Carco. De même les histoires sont de tout temps. Cette mouise dans laquelle se débattent les acteurs des drames de la ville, cette déchéance dans laquelle ils sont aspirés comme dans des sables mouvants, cette misère qui s'accroche à leurs basques et avec laquelle ils s'habituent à vivre, tout cela existe encore. Les demi-sels qui veulent se prendre pour des caïds ou qui sont jugés à tort comme tels, des victimes de la société, des autres, d'eux-mêmes ou du hasard qui fait toujours mal les choses.

Mais une fois de plus l'auteur, comme bien d'autres, ne jouira pas de ce regain d'intérêt porté à son œuvre car il est décédé en 1972. Restent ses compagnons de route, ses admirateurs, ses condisciples, qui par quelques lignes en fin de volume rendent hommage à un romancier disparu dans l'indifférence générale et n'eut jamais de chance auprès des éditeurs ou alors trop tard.

Léo Malet, Gérard Mordillat, Yvan Audouard et quelques autres présentent ces œuvres et leur auteur, chacun à sa façon mais tous avec sobriété et sincérité.

 

Helena1-copie-1

La victime. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°5. Présentation de Bayon, Phil Casoar et Frank Evrard.

 

helena2

 

 

Le Demi-sel.Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°2. Postface de Léo Malet.

 

helena3.jpg

Le Baiser à la veuve. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°6. Postface de Gérard Mordillat.

 

Le Fourgue. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°7. Postface de Gérard Mordillat.

 

Le Donneur. Première édition : 1959 SEPFE, collection La Grenade. Les Compagnons du destin N°10. Postface d'Alain Page.

 

helena4

Le Goût du sang. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°4. Postface d'Yves Boisset. En appendice reproduction d'un article paru dans l'Indépendant de Perpignan en 1958.

 

helena5

Passeport pour l'au-delà. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°8. Repris en 1962 dans la collection Le Moulin noir aux éditions de l'Etoile. Postface de Georges-Jean Arnaud.

 

helena6

Les Anges de la mort. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°1. Postface de Jean Rollin.

 helena7


La Croix des vaches. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°3. Postface, entretien avec Frédéric Ditis.

 

helena8

Hold-up. Première édition : 1953, Vinay et Champs Fleuris. Les Compagnons du destin N°9. Postface de Pierre Genève.

 


Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 13:22

Fer de lance du FLEUVE NOIR, dans sa stratégie de reconquête et de renouvellement de la littérature policière : la COLLECTION NOIRE.

Ouverte aux romans d’atmosphère, de mystère ou de suspense, la COLLECTION NOIRE, pour assouvir sa soif de qualité, accueille sans discrimination tous les auteurs connus ou inconnus pourvu qu’ils aient du talent.

Oui, tous nos renseignements confirment que la COLLECTION NOIRE est résolue à ne publier, à partir d’une rigoureuse sélection, que des inédits de langue française.

Avec la COLLECTION NOIRE, le FLEUVE entend créer une collection haut de gamme, dont l’élégante couverture blanche est un argument supplémentaire pour inciter le lecteur à conserver des livres qu’il aura pourtant dévorés.

En inaugurant la Collection par trois romans de Patrick Mosconi, Alain Nallet et Claude J. Legrand, originaux tant par l’inspiration que par sa construction du récit, le Fleuve Noir persiste et signe.

 

quint.jpgLe Fleuve aura beau persister et signer, cette collection n’atteindra que 19 titres, de juin 1988 à novembre 1989, dont le bon côtoie le moins bon, hélas. Si des auteurs comme Michel Quint, Patrick Mosconi, G.-J. Arnaud, Robert Destanque, Kââ, Gilbert Picard, et un revenant du nom de J.M. Valente nous offrent comme à leur habitude des livres de qualités, ou presque, les autres ne sont pas toujours à la hauteur des ambitions affichées. Toutefois parmi les inconnus, on peut citer des noms comme Alexandre Dorozynski, dont le roman est original. Quant à Jean-Christophe Chaumette, Claude J. Legrand, Claude Ecken, Michel Honaker ils se rendront plus célèbres par la suite dans le domaine du fantastique ou de la science-fiction dans d’autres collections ou chez d’autres éditeurs. De même que Dominique Zay, comédien et metteur en scène il écrit de manière évanescente des ouvrages pour adolescents.

Mais Alain Nallet, Jean-Jacques Dupuis, Henri Marchal, Jean Anié et zay.jpgFrédérick Leroy semblent s’être égarés dans la nature puisque l’on n’entendra plus parler d’eux lorsque LA COLLECTION NOIRE à la couverture blanche s’éteindra. A moins, et cela est toujours possible, qu’il s’agissait de pseudonymes à déterminer.

D’ailleurs il ne semble pas que cette couleur, qui se voulait révolutionnaire pour une collection de romans policiers ou noirs, ait eu les faveurs du public.

A noter cette petite phrase significative : l’élégante couverture blanche est un argument supplémentaire pour inciter le lecteur à conserver des livres qu’il aura pourtant dévorés.

Il est un fait avéré que le Fleuve Noir fut peut-être la maison d’édition qui se retrouvait le plus sur les étals des bouquinistes. Et qui dit troc, échange, revente à petit prix, sauf pour certains titres devenus mythiques, la vente de romans pâti de cette concurrence, tant au point de vue de l’éditeur que du romancier, puisqu’aucun subside, aucune taxe, aucun pourcentage n’est reversé. Seul le lecteur y retrouve son compte.

 

1 - Mosconi Patrick : Nature morte [jun-88]

2 - Nallet Alain : Monsieur le député ou le sang des autres[jun-88]

3 - Legrand Claude J. : La virée[jun-88]

4 - Dupuis Jean-Jacques : La gigue des féroces[sep-88]

5 - Arnaud Georges-Jean : Une si longue angoisse[sep-88]

6 - Ecken Claude : Auditions coupables [nov-88]

7 - Marchal Henri : Les morts ne swinguent plus [nov-88]

8 - Valente J.M. : Mais quelle esr la victime ? [jan-89]

9 - Honaker Michel : Manhattan dry [jan-89]

10 - Quint Michel : Jadis [mar-89]

11 - Destanque Robert : Pas perdus pour un tueur[mar-89]

12 - Chaumette Jean-Christophe : Le jeu [mai-89]

13 - Zay Dominique : Dingue de swing [mai-89]

14 - Anie Jean : Dégât des os [jul-89]

15 - Dorozynski Alexandre : La bonne graine[jul-89]

16 - Dupuis Jean-Jacques : Le ventre de l'ombre[sep-89]

17 - Picard Gilbert : Le calife des neiges [sep-89]

18 - Kââ : Rendez-vous à Forbach [nov-89]

19 - Leroy Frédérick : New-York 7ème avenue [nov-89]

 

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Collections
commenter cet article

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables