Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 09:42

Un hommage non déguisé à Jules Verne.

Pierre BARBET : Voyage au centre de la Lune.

Le 21 juillet 1969, le monde entier est rivé devant son téléviseur ou les oreilles accrochées à son poste de radio. Pour la première fois, un homme va poser un pied sur la Lune. Puis un deuxième et ainsi de suite. Armstrong et Aldrin entrent dans la légende faisant naître des vocations.

Ainsi, en France, Jacques, douze ans, et son frère Eric, son aîné de trois ans, ont demandé à leur père de les réveiller afin d’assister en direct à cet événement. Au Japon le jeune Natsumé profite également de ce reportage, tout comme à Moscou Grégory, dont les parents ne possèdent pas la télévision, écoute à la radio les commentateurs.

Douze ans plus tard, et après de sérieuses études scientifiques, les quatre gamins devenus des adultes, sont sélectionnés pour participer à un voyage sur la Lune pour une mission qui leur sera signifiée sur place. Le parcours s’effectue en quelques étapes, avec arrêts sur des stations orbitales et deux autres compagnons leur sont adjoints : Guiseppe, un Italien et Karl, un Allemand. Ils sont géologue, spéléologue, géophysicien, spécialiste de la communication radio ou vulcanologue et ensemble ils devront mener à bien ce pour quoi ils ont été embauchés.

L’arrivée sur le sol lunaire, à bord d’une capsule, une espèce de canot de sauvetage en forme du suppositoire, leur réserve quelques surprises. Bientôt les six hommes commencent à manquer d’oxygène, l’un d’eux tombe même en syncope. Heureusement, des pionniers installés dans une base sur la face cachée de la Lune les retrouvent et ils sont soignés. Mais leur mission doit se poursuivre, et Jane, une médecin-psychologue, intègre le petit de même qu’un petit singe rhésus, qui leur tient compagnie dans leurs déplacements, les amusant par ses facéties.

Enfin la mission peut débuter et les voilà tous les sept, plus le macaque, s’enfonçant dans les entrailles lunaires à bord d’une fouisseuse munie d’une tarière.

 

Dans ce roman inédit, écrit probablement au début des années 1970 et qui était resté inédit, Pierre Barbet démontre son engagement écologique et son pacifisme, surtout vers la fin de l’intrigue. Une utopie, mais l’on peut toujours rêver. Alors que bien d’autres de ces romans, il s’amusait avec l’uchronie, mettant en scène des épisodes de l’histoire de France et les détournant, ici c’est dans une anticipation proche qu’il nous entraîne.

Ainsi que le déclare l’un des protagonistes :

Pour éviter une guerre meurtrière, il faut que les habitants de ces planètes possèdent un sens moral, une notion de fraternité qui, souvent, ne se développe pas de pair avec les sciences de la matière. Il faut donc éduquer ces gens sur le plan moral en faisant disparaître les luttes entre états, en provoquant la formation d’un gouvernement international qui soit au-dessus de tous les préjugés raciaux et répartisse les richesses du globe.

Il y a du travail pour, avant de mettre en pratique cette déclaration, en faire comprendre le sens et le bienfondé à nos dirigeants.

Les développements scientifiques sont nombreux mais pas lourds à digérer, contrairement parfois à ce que pouvait développer Jules Verne, et donc abordable à tout un chacun, adolescents compris.

 

Quatre nouvelles complètent ce recueil préfacé par Jean-Marc Lofficier, ainsi que deux articles. Le premier étant une conférence, Le pharmacien devant la science-fiction, dans lequel il retrace, un peu, son parcours et fait l’éloge de quelques grands maîtres Français et Américains, dont l’un des fondateur de ce qui était nommé à l’époque le Merveilleux scientifique, Jules Verne, l’autre article étant relatif à la Bionique, contraction de biologie électronique.

La première de ces nouvelles, Psycho-contrôle, est une critique ironique et désabusée de la Terre vue par un extraterrestre chargé d’étudier le comportement des humains.

Stupéfiante planète est une aimable parodie de roman noir et policier, avec un enquêteur qui a pour but de mettre fin aux agissements d’un trafiquant de drogue sur une planète lointaine. Avec quelques gadgets qui semblent issus de la panoplie d’un James Bond futuriste. A noter que l’une des protagonistes de cette histoire se prénomme Dora, Dora comme la compagne de Jean-Louis Le May qui était fort ami avec le couple Barbet.

Des ossements dans une épave relève tout aussi bien du passé que de l’avenir. Mais le titre à lui seul est quelque peu explicite donc je n’en dirais pas plus. Toutefois, dans Voyage au centre de la Lune, une phrase annonce cette nouvelle.

Les papillons sont au parfum joue également dans le domaine du policier. Le narrateur est dérangé durant ses vacances par un sien ami hippie. L’homme fait partie d’un petit groupe d’écologistes, le Process, qui effectue des recherches notamment sur des appareils pouvant fonctionner sans pollution. Or il semblerait qu’il y ait des fuites. Une histoire qui respire l’écologie, avec des technologies nouvelles à inventer comme le moteur à collagène.

Cette petite phrase pourrait, aujourd’hui, faire bondir quelques personnes au langage politiquement correct, ou se prétendent ouvertement hostiles à certaines déclarations, mais n’en pensent pas moi le contraire.

Je déteste qu’on m’appelle flicard : les flics, il en faut. Tout le monde n’apprécie pas leur boulot, mais c’est comme les putes : ils existent depuis le commencement du monde – dit civilisé – et personne ne peut s’en passer.

 

Pierre BARBET : Voyage au centre de la Lune. Collection Blanche N°2149. Editions Rivière Blanche. Parution janvier 2017. 246 pages. 20,00€.

Repost 0
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 10:02

Ne la laissez-pas ouverte, cela risque

de s'évaporer...

Laurent GENEFORT : Une porte sur l’éther.

Lors de la parution de ce roman, Laurent Genefort n'avait que 32 ans, mais il possédait déjà à son actif plus de vingt cinq titres.

Imaginez deux planètes, Favor et Dunaskite reliées par une espèce de tube, l’Axis, un peu comme les haltères soulevés par les athlètes lors des derniers jeux olympiques. Ce tube, long de 126 000 km pour un diamètre de 815 km, est un peu le régulateur des deux planètes puisqu’il sert de conduit navigable et aérien au pollen de l’Ambrozia, une plante qui pousse sur une des deux planètes et sert à la survie commerciale de l’autre.

Jarid Murray, envoyé de la DemeTer est chargé de régler diplomatiquement l’animosité qui règne entre les deux planètes jumelles, voire siamoises, animosité qui pourrait bien conduire à leur destruction commune. L’Axis n’est pas vierge mais est habité par les Kunis et les Ogounistes, divisés en nombreux clans marginaux, pouvant pencher en faveur de l’une ou l’autre planète ou profitant de l’état belliqueux qui les animent pour développer une indépendance et une reconnaissance de leur situation de marginaux.

Comme tout roman de science-fiction, ce livre pourrait être une parabole sur les arrivistes qui privilégient une carrière personnelle au détriment de la communauté, sur le risque d’anéantissement d’un monde lorsque le déséquilibre économique, avec tout ce comporte de disfonctionnements entre deux états, est engendré par les phantasmes dictatoriaux d’un clan politique résolu à devenir le maître du monde au détriment des autres humains, au nom d’un système, d’une religion, d’une idéologie.

Le vecteur de la science fiction est parfois plus souple, plus anonyme, que le roman noir afin de mieux cerner la réalité actuelle et la mettre en évidence, de dénoncer les dangers qui nous guettent devant les prises de positions de certains chefs d’état.

 

Réédition J'ai lu Science-fiction N°6544. Parution 10 avril 2003. 252 pages.

Réédition J'ai lu Science-fiction N°6544. Parution 10 avril 2003. 252 pages.

Laurent GENEFORT : Une porte sur l’éther. Grand format SF, Fleuve Noir. Parution 16 mai 2000. 266 pages.

Repost 0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 09:15

Les nouvelles aventures de Blade et Baker, à ne pas confondre avec Blake et Mortimer ou encore Black et Decker...

Rémy GALLART : Les otages de Maalsthrom.

Alors qu'il voyage à bord d'un nouvel engin, l'aérobulle, concocté par le professeur Zébulon Krasbaueur, afin de se rendre à l'astroport de Nylghur, sur la planète Joklun-N'Ghar, et récupérer ses amis Baker, Samantha Montgomery et le jeune Xhyvor, Ronnie Blade est tiré en sursaut de ses rêveries par la voix métallique de Robic, le cerveau cybernétique.

Robic est un robot multifonctions, aussi bien domestique que chien de garde, qui vient de changer de statut grâce, ou à cause, du professeur Zébulon, lequel l'a intégré à la nouvelle machine volante.

Donc Blade est tiré de ses rêveries par Robic qui lui indique qu'un engin est en difficulté non loin. Il récupère, non sans mal, une jeune femme sur le point de se noyer, son engin gîtant fortement sur les eaux de l'océan. Elle dit s'appeler Xolvianne, une Centaurienne, mais ses assertions concernant des problèmes techniques sont réfutées par Robic, toujours aussi véloce dans ses interventions.

Comme si ce que dément Robic ne la touchait pas, la Centaurienne sort un poudrier et commence à souffler dessus. La poudre se disperse et Blade se retrouve dans les bras de Morphée.

 

Pendant ce temps, Blake et consorts sont tout étonnés de ne pas être accueillis par Blade à l'astroport. Le lendemain alors qu'ils devisent devant la télévision, les journalistes déblatèrent sur la disparition de l'homme d'affaires. Soudain l'un d'eux prend la parole pour diffuser un reportage en provenance d'Hisspaniola, une planète dont la réputation est douteuse. Le reportage, effectué en caméra cachée, montre Blade dans une taverne malfamée, jouant aux cartes, et abattant l'un des participants sous prétexte que celui-ci l'aurait accusé de tricherie.

Pour Samantha, Blake et Xhyvor, il s'agit d'un montage grossier, un trucage. Seulement, auprès du public, la réputation de Blade est entachée, et les bourses commencent à dévisser sur les actions de la multi-planétaire dont ils sont les propriétaires. Et Xhyvor déplore de ne plus être en possession de ses facultés psy, ce qui évidemment se révèle être un handicap.

 

Blade se réveille sur Maalsthrom, et Xolvianne est présente lorsqu'il ouvre les yeux. L'un de ses gardes du corps se montre quelque peu agressif mais la Centaurienne le remet à sa place, puis elle explique à Blade le motif de son enlèvement. Le sous-sol est riche en matière première, par exemple le diamant alpha qui à moindre coût peut remplacer avantageusement les autres combustibles ou minéraux.

Mais Maalsthrom est en proie à une révolution interne, opposant les deux ethnies l'habitant. La configuration de la planète a évolué à cause d'une légère rotation et les territoires désertiques empiètent maintenant sur les marécages, obligeant les b'athrax qui vivent dans les zones humides à se replier tandis que les fromiis préfèrent les zones plus sèches.

 

Le professeur Zébulon est lui aussi kidnappé, selon un informateur inconnu et lorsque Baker et Cie se rendent vers la villa qu'ils ont dû abandonner pour vice de construction, ils sont attaqués par des thermiques. La situation est grave, mais pas désespérée. Quoique...

 

Reprendre des personnages de la littérature populaire après que leur créateur ait passé la main, n'est souvent pas chose facile. Il faut respecter le fond et la forme, tout en inventant de nouvelles histoires, de nouvelles aventures, en conformité avec les précédentes, respecter, peut-être, un cahier des charges, même si toute latitude est laissée au scripteur.

Rémy Gallart, est un auteur méconnu car trop longtemps caché derrière les noms des romanciers dont il a poursuivi l'œuvre, son patronyme n'apparaissant pas sur la couverture mais à l'intérieur des romans, aussi bien pour la série des Blade et Baker de Jimmy Guieu que des Bob Morane d'Henri Vernes. Il faut également préciser que pour les Blade et Baker, il avait pris le pseudonyme de Frank Walhart, ou écrit sous son nom en collaboration avec Roland C. Wagner, qui lui signait Richard Wolfram, et qui lui avait mis le pied à l'étrier,.

Alors Rémy Gallart, dont le talent explose dans ce roman, le dix-huitième de la série Blade et Baker qu'il a écrit et qui est inédit, devrait pouvoir se faire un nom, le sien, en inventant des personnages nouveaux, peut-être ressemblant à des Héros ayant vécu moult aventures, mais faire œuvre personnelle. Il en a les capacités, l'aptitude, une écriture maîtrisée, d'ailleurs s'il a prolongé les aventures de Blade et Baker et Bob Morane, ce n'est pas un hasard.

 

Pour commander ce roman, voyagez sur la Rivière Blanche en cliquant sur le lien ci-dessous.

Rémy GALLART : Les otages de Maalsthrom. Collection Blanche N°2154. Editions Rivière Blanche. Parution juin 2017. 224 pages. 18,00€.

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 05:44

Hommage à Robert Heinlein décédé le 8 mai 1988.

Robert HEINLEIN : Le chat passe-muraille

Question : A quel moment un Zygote, c'est à dire l'œuf fécondé produit de l'union des gamètes, peut-il penser, sachant qu'un spermatozoïde et un ovocyte ne pas sont conscients de leur existence ?

Partant de ce principe, n'est-il pas envisageable d'imaginer qu'à force de connexions et d'interconnexions, un ordinateur puisse un jour se mettre à penser ?

Ces deux questions pourraient donner le ton et l'ambiance qui se dégagent de la troisième partie du livre de Robert Heinlein, ce Chat passe-muraille, un chaton plutôt du nom de Pixel qui passe au travers des murs parce qu'il est trop jeune pour savoir que c'est impossible.

Après deux parties farfelues et complètement délirantes débutant comme un roman policier, cette histoire diverge vers les multi-dimensions, les mondes parallèles (l'on retrouve la théorie du chat de Schrödinger) comme si l'auteur avait voulu changer de sujet en cours de route.

Pour rappel :

Un individu qui lui est inconnu demande au colonel Campbell d'assassiner quelqu'un. Mais lui-même meurt assassiné. Du coup Campbell s'enfuit avec sa nouvelle épouse afin d'échapper à un complot. Un trajet qui les oblige à quitter la station spatiale Règle d'or à bord d'une navette trop vétuste et ils s'écrasent sur la Lune. Un incident qui les emmène à fréquenter des personnages de tous bords dans différentes villes lunaires jusque dans un hôtel miteux. La femme de Campbell, avec laquelle il n'est marié que depuis trois jours, tente de le persuader qu'elle est un agent spatio-temporel dans un univers totalement déjanté, où il est difficile de savoir, par exemple, si les gens sont âgés de trente ou trois cents ans, où les navettes ne comportent que quatre places munies de toilettes victoriennes, ce qui est évidemment plus agréable et confortable que la cabane au fond du jardin, et autres élucubrations jouissives.

La troisième partie, qui est légèrement soporifique en comparaison des deux précédentes, ne doit pas justement faire oublier les deux premières. Un roman jubilatoire dû à une imagination débordante et débridée d'un auteur de science-fiction engagé.

Cette citation extraite d'un dialogue souligne la différence pouvant exister entre écrivain et romancier.

- Vous êtes écrivain, vous faites de la littérature peut-être ? Sans intrigue ?
- Moi ? Je ne sais pas écrire de littérature, j'écris des histoires.

Réimpression mars 1993.

Réimpression mars 1993.

Robert HEINLEIN : Le chat passe-muraille (The Cat who walks through Walls - 1985. Traduction de Jean-Paul Martin). Inédit. Collection J'ai Lu Science-fiction N°2248. Parution 1987. 508 pages.

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 08:09

Bon anniversaire à Gérard Delteil né le 11 avril 1939.

Gérard DELTEIL : L’inondation.

Depuis plusieurs jours des trombes d’eau se déversent Paris et la région Ile de France. Un déluge inquiétant, car les inondations se précisent et la population commence à s’inquiéter.

Les services techniques, les services de prévention des crues, la préfecture de région, l’EDF, la RATP, sont débordés, malgré les plans de prévention mis en place. Dans cet affolement général, certains se frottent les mains, n’hésitant pas à mouiller la chemise.

Ainsi Charles Raquet, truand notoire, envisage de dévaliser une célèbre bijouterie de la place Vendôme. L’idée est simple : il suffit de plonger dans la place inondée, de s’introduire et de rafler bijoux et joyaux. Aucun risque du côté des alarmes qui privées d’électricité seront inopérantes.

La Secte du Temple de la Science Mentale, créée par l’idéologue Norbert Bradduh (cela ne vous rappelle rien ?) supervisée pour la capitale par Brignac, un petit homme falot, entend bien elle aussi tirer profit de cette catastrophe immanente. D’ailleurs Sarah Brandt, l’une des exaltées de la secte, enfonce le clou en citant un passage des écrits de Bradduh : “ Le jour où les quatre fleuves entreront en crue, l’Apocalypse sera proche… ”.

L’Oise, la Marne, et l’Yonne ne sont que des fleuves mais il existe toujours une part d’approximation dans les prédictions. Mais sait-elle Sarah qu’elle est manipulée par un homme résidant en Suisse ? Un homme qui envisage même, afin de parvenir à ses fins, de faire monter l’eau un peu plus si l’inondation ne suffit pas.

Sarah Brandt suit à la lettre les consignes ainsi que d’autres membres de la secte. Ainsi quatre barrages en amont de Paris sont dynamités. Comme il n’y a pas de petits profits, des plaisantins avides subtilisent dans un entrepôt de la banlieue parisienne des parpaings et des matériaux de construction destinés à construire ou renforcer les digues. Alain Collard, responsable à Europe Télécom, est chargé par son patron d’en négocier le rachat, cinq fois au moins le prix de leur valeur.

Et pas question de payer en liquide, l’argent doit être viré sur des comptes étrangers, dans des pays peu scrupuleux de connaître la provenance des fonds. Deux flics des R .G. enquêtent, l’un sur Sarah Brandt dénoncée comme dangereuse par Brignac, l’autre sur Collard, supposé être à l’origine du vol. Pendant ce temps la Protection civile tente d’aider les particuliers à survivre, à les aider à fuir leurs appartements menacés par les eaux, à réconforter et à soigner.

 

Gérard Delteil, dans ce roman qui a été publié en 2005 sous le titre 2011, et dont le titre de cette présente réédition est nettement plus explicite, nous entraîne dans une fiction proche qui pourrait très bien survenir, dans un avenir indéfini mais inéluctable si rien n’est concrètement réalisé, si personne ne prend conscience des dangers, si rien n’est fait pour endiguer les risques.

Nous sommes tous conscients que sans électricité, nous nous trouvons démunis dès la plus petite interférence des éléments naturels. Pour quoi que ce soit, nous sommes dépendants. Même si les usines, les hôpitaux, les immeubles, les administrations sont équipées de groupes électrogènes.

Et Gérard Delteil montre du doigt tous les dysfonctionnements qui existent dans l’emplacement de ces groupes qui deviennent inopérants parce que placés par exemple au quatrième sous-sol des immeubles, à la merci des infiltrations par capillarité. Sans électricité, plus d’ascenseurs, plus de téléphones portables, à cause des batteries non rechargées, plus de radio, plus de télévision, plus de chauffage, même à fuel puisque l’allumage est électrique, et j’en passe.

Le captage des eaux, le ramassage des ordures, pour ne citer qu’eux sont également perturbés, et la rue devient le domaine rêvé des rats. Et il ne faut pas oublier l’influence de l’idéologie négative des sectes. Un roman qui devrait être mis entre les mains de tous ceux qui à un échelon ou un autre détiennent les rênes de la société : hauts fonctionnaires, administrations, pouvoirs publics de plus en plus privés.

Première édition 2011. Editions de l'Archipel. Parution janvier 2005.

Première édition 2011. Editions de l'Archipel. Parution janvier 2005.

Gérard DELTEIL : L’inondation. Archipoche n° 85. Parution janvier 2009. 464 pages. 8,65€.

Repost 0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 06:43

Juste quelques litres de sang suffiront !

Pierre BAMEUL : Pour nourrir le soleil.

A l'origine ce roman a été édité en deux tomes dans la collection Anticipation du Fleuve Noir : La saga d'Arne Marsson (N°1458 - mai 1986) et Le choix des destins (N°1489 - octobre 1986). Plus qu'une anticipation, il s'agit d'une uchronie se déroulant en deux épisodes qui peuvent se lire indépendamment, mais prennent toute leur saveur dans ce volume complet car des incompréhensions, ou du moins ce que le lecteur aurait pu juger comme telles en s'arrêtant à la première partie, sont expliquées et dévoilées à la fin de la seconde partie.

Collection Anticipation N°1458. Editions Fleuve Noir. Parution mai 1986. 192 pages.

Collection Anticipation N°1458. Editions Fleuve Noir. Parution mai 1986. 192 pages.

La saga d'Arne Marsson :

Le knorr est dans le potage et le bateau est soumis à la pression des eaux qui déferlent. Cela fait deux jours que la tempête s'amuse avec le drakkar qui est parti du Vinland quinze jours auparavant.

Les avaries sont nombreuses et dix hommes et quatre femmes ont péri dans la tourmente. Il ne reste plus à bord qu'Arne Marsson, le capitaine, Oleg, Olaf, Rolf et Franck dit le Savant, ses compagnons, ainsi qu'Erika, sa femme enceinte.

Soudain Arne rugit Trollstein, le mot magique qui calme peu à peu les éléments déchaînés. Il aurait dû y penser plus tôt, se morigène-t-il, mais dans la confusion ceci lui était sorti de l'esprit. Et puis il s'inquiète de cette fameuse pierre qu'il transporte à son bord, la Pierre des Trolls, une plaque de granit poli gravé de runes qui lui été offerte par un troll, lors d'un voyage en Suomie.

Les éléments marins calmés, il faut penser à remettre en état le drakkar, et puis sacrifier à quelques traditions, si l'on veut tenir en main son équipage. Arne accepte donc que son épouse Erika, quoique celle-ci soit réticente au départ, procède à un exutoire génital de ses compagnons, et, si l'on de réfère aux gémissements qui sortent du taud, Franck le Savant y met du sien afin de satisfaire ses exigences naturelles et qu'Erika ne dédaigne pas à le rejoindre dans ses transports.

Bientôt ils abordent la terre à quelques mille-deux-cents miles marins de leur point de départ. Alors qu'ils réparent leur navire, les premiers Skraelings font leur apparition. Cette invasion sur leurs terres n'a pas l'heur de leur plaire, une bataille est inévitable. Grâce à sa magnanimité et à son sens de la diplomatie, bientôt Arne et ses compagnons sont acceptés par la tribu. Ils vont même les défendre contre les attaques de barbares qui veulent déposséder leurs hôtes de leurs terrains de chasse.

Tant et si bien qu'Arne devient le chef à la place du jeune chef Skraeling qui a été tué dans un combat. Mais il pense toujours à l'inscription gravée sur sa Pierre de troll, et toute la compagnie s'exile vers le Sud, au pays des Chichimèques et des Toltèques, avant de partir plus loin à la conquête du mystérieux pays évoqué par la pierre. Une légende va naître, celle de Quetzalcoatl, plus connu sous le nom de Serpent à plumes, ainsi dénommé à cause de ses vêtements militaires, une adaptation de la vêture viking et des coutumes des autochtones.

Mais là aussi, il faut sacrifier à certaines traditions, lorsque le Soleil risque de s'éteindre. Et un voile noir issu du fin fond de la galaxie s'amuse parfois à frôler la Terre plongeant le peuple dans la crainte et l'anxiété.

Collection Anticipation N°1489. Editions Fleuve Noir. Parution octobre 1986. 192 pages.

Collection Anticipation N°1489. Editions Fleuve Noir. Parution octobre 1986. 192 pages.

Le choix des destins.

Ce second volet se déroule environ mille ans après les événements décrits ci-dessus.

Les Aztèques ont conquis le monde et étendent leur domination jusqu'en Orient. L'ordre par obscurantisme règne et Motecuhzoma V est l'empereur incontesté du Royaume du Soleil et de l'Antique Anáhuac. Son frère Tonatiuh arrive face à l'île Réac à bord d'un dirigeable.

Marié depuis deux mois, Malic, à peine vingt ans, quitte son travail à l'arsenal et rejoint, juché sur sa draisienne, le port de Tarochellan où l'attend théoriquement son épouse la belle Orana. Théoriquement car arrivé sur place, il ne peut que constater que celle-ci a été sélectionnée, comme bien d'autres femmes, pour servir d'offrande à Tonatiuh.

Mais un vent de fronde, d'insurrection règne sur l'Heurohuac et plus particulièrement en pays Franhauc. Les Sarrazins concentrent leurs troupes dans le Mahgreb, et Gallix, un ancien officier franhauc s'est exilé dans les îles du Nord afin de diriger la rébellion.

Malic se révolte contre l'enlèvement de sa femme et il est arrêté par la soldatesque. Emprisonné, il sera délivré par des partisans, résistants pour les uns, terroristes pour les autres, et rejoindra la Résistance.

Evidemment cet épisode ramène le lecteur à des événements qui se sont déroulés il y a maintenant plus de soixante-dix ans mais dans des conditions différentes. Ce sont les Aztèques qui ont conquis le monde et non le contraire. Un peu grâce à Quetzalcoatl, alias Arne Marsson.

Auparavant, les Indios n'avaient pas de chevaux, et ils ignoraient l'usage de la roue, du fer, de l'arbalète et du mousquet. En outre, contrairement aux Vikings païens, les Espaňoles, poussés par le mythe manichéen chrétien, pratiquaient la guerre totale.

Mais le régime aztèque interdit les avancées scientifiques, pensant, à tort ou à raison, que justement le modernisme leur serait fatal. Il s'agit donc bien d'une uchronie, mais ce roman ne serait pas complet, et ne justifierait pas l'appellation d'Anticipation et de Science-fiction, si Pierre Bameul n'intégrait des données supplémentaires. D'abord ce voile noir qui perturbe le bon déroulement des événements, et d'ailleurs voile noir pourrait tout aussi bien être la métaphore de l'obscurantisme scientifique et son refus des avancées techniques, louables ou non ceci est une autre histoire.

Et ce voile noir provoque un phénomène bien connu des romanciers de science-fiction, les mondes parallèles. Et alors, ce qui semblait antinomique dans la première partie, les distances en miles par exemple qui n'avaient pas cours en pays viking lors de leurs premières migrations en Vinland, c'est-à-dire, Terre-Neuve et le haut du Canada. D'autres éléments, que je n'ai pas évoqués afin de laisser un peu de suspense, sont également décryptés. Quant au pays Franhuac et Tarochellan, il s'agit bien évidemment de la France et La Rochelle. Je vous laisse deviner qui se cache sous Gallix.

Un roman plaisant à lire aussi bien dans le fond que dans la forme, et il est dommage que Pierre Bameul se montre aussi discret.

 

Pierre BAMEUL : Pour nourrir le soleil. Collection e-Anticipations. Editions L'Ivre book. Parution le 06 janvier 2017. Version numérique. 3,99€.

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:04

Bon anniversaire à Pierre Colin-Thibert

né le 29 janvier 1951.

Colin THIBERT : Le bâtard de l’espace.

Projetant, dans un futur plus ou moins proche, des faits de société, pseudo culturels ou scientifiques, Colin Thibert extrapole avec une ironie grinçante des petits événements qui semblent de prime abord anodins. Seulement il faut se méfier de ce que l’avenir nous réserve.

Dans Le bâtard de l’espace, nouvelle éponyme de ce recueil, des producteurs de télévision ont imaginé, afin de redorer leur blason et reconquérir une part d’audience qui fléchit, de réaliser un nouveau concept de Loft Story à bord d’une navette spatiale. Bien sûr les dés sont pipés, seulement pendant que les téléspectateurs se focalisent sur cette émission, des actes graves se déroulent sur Terre.

Fauché par un camion alors qu’il s’amusait en skate, le héros de Bonheur et Alacrité se réveille dans une chambre d’hôpital en 3057. Décédé, il avait été cryogénisé, et c’est par hasard que son corps a été découvert. Les êtres humains sont devenus plus paisibles, plus tolérants, plus calmes, plus pacifiques. Mais il suffit d’une visite, en compagnie d’autres élèves, d’un musée pour que tout se dérègle.

Dans Pivorce un jeune adolescent rencontre un avocat afin de se plaindre des mauvais traitements qu’il subit de la part de ses parents. Il veut pivorcer, comme les parents qui divorcent. Mais ses revendications sont-elles recevables ?

Le jour de ses quinze ans Lionel a comme cadeau d’anniversaire la surprise d’apprendre que son père lui a programmé un clone, pour si un jour il lui arrivait un accident. Tel est le point de départ de Alter Ego, une nouvelle qui prouve que parfois il est plus commode de se retrancher dans la facilité que d’affronter l’adversité.

Nettement plus poignante Le cobra nous entraîne à la suite de touristes qui découvrent avec effroi que dans le pays qu’ils visitent, de nombreux autochtones sont handicapés. Se renseignant auprès de l’un d’eux, ils apprennent avec horreur que tous ces mutilés vendent soit un œil, soit un bras, soit une jambe pour survivre.

Dans Vendredi sur la huitième lune, un chercheur de sélénium va se rendre compte, à ses dépens, qu’il n’est pas bon de trafiquer un robot, même s’il manque de compagnie. Quatre autres nouvelles complètent ce recueil qui s’intéresse à l’avenir, notre avenir, et sous couvert d’un humour souvent ravageur, décapant, et nous amène à réfléchir à un soi-disant progrès. A classer auprès des ouvrages de Fredric Brown.

 

Colin THIBERT : Le bâtard de l’espace. Nouvelles. Editions Thierry Magnier. Parution 19 janvier 2009. 186 pages. 10,10€.

Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 14:04

Une projection dans l'avenir qui n'est

guère réjouissante...

François DARNAUDET : Quartier bleu.

Paris, 2044. Le réchauffement climatique n'a fait qu'empirer malgré les décisions prises par certains gouvernements. En ce mois d'octobre, il fait encore 35° et il n'a pas plu depuis huit mois.

Le quartier de l'ancienne Gare de Lyon est bouclé, mis en quarantaine à cause du virus Gros Chat qui se propage malgré l'intervention des pompiers et de leurs lances à incendie qui déversent l'acide purificateur.

Franz Keller, vigile solo, se rend non loin, ayant lui aussi une mission de purification. Un nettoyage en règle commandé par le copse Papex. Il abat froidement un Corse et dans la foulée une blonde qui se trouvait dessous celui qui désormais n'est plus qu'un cadavre. Un métier dont les dommages collatéraux ne comptent pas, ou si peu.

En chemin, il consulte sa messagerie. Un appel a été enregistré émanant d'une certaine Nikita Warlock, une jeune femme charmante d'après l'hologramme affiché. Elle se réfère à un ami commun, et Keller renifle un piège, ou tout au moins quelque chose de pas vraiment clair car cette relation est décédée quelques jours auparavant.

Toutefois, il rentre chez lui, un cagibi qu'il partage avec Charlot, un drogué. Partageait, car la veille il a signifié à son colocataire que celui-ci ne ferait pas de vieux os s'il ne dégageait pas immédiatement et même plus vite. Enfin seul, en attendant que l'office HLM lui impose un nouveau locataire.

Keller profite de cette solitude bienvenue pour contacter la fameuse Nikita qui requiert ses services, contre rétribution naturellement.

Elle veut savoir ce qu'il s'est réellement déroulé dans le Quartier Bleu, le quartier de l'ancien cimetière du Père Lachaise. Ce quartier est hanté par les prostituées Noires, et est surveillé par les Kamis, une engeance sans foi ni loi qui tire d'abord et demande des explications ensuite.

Selon Nikita, son mari, cadre sup-sup chez Electroneurep, fréquentait quotidiennement ce quartier payant tous les soirs les prestations d'une pute Black (ce sont ses mots). Or trois mois auparavant, il s'est fait exploser avec une grenade en pratiquant le système vieux comme le monde du simulacre de la reproduction.

Keller accepte la mission qui lui est confiée, à ses risques et périls, car les Kamis qui gardent jalousement le terrain de jeux des cadres sup-sup sont du genre belliqueux. Et Keller, enquêtant sur place et donnant de sa personne se rend compte que Warlock n'est pas le premier à défunter dans des conditions pour le moins explosives.

 

Ce quartier bleu, avec ce halo céruléen qui attire les clients et ses prostituées noires, pourrait être la parabole de la vie politique et surtout de ses représentants qui veulent faire prendre aux électeurs des vessies pour des lanternes à l'aide de discours hypnotisants et d'ambiance hallucinogène.

Publié en 2006 ce roman d'anticipation dans l'action est sensée se dérouler en 2044 nous ramène à une époque proche de la notre avec des insinuations politiques qui ne relèvent pas uniquement de la fable. C'est également une vision d'un système politique axé sur la violence policière privée qui est mise en avant. Mais pas que.

Si l'intrigue se déroule en 2044, le côté politique est prorogé, rappelons-nous que ce roman est paru en 2006, à celle d'un homme qui un an plus tard deviendra président de la République et dont les effets néfastes continueront et même amplifiés.

Les livres sont devenus obsolètes et seuls restent deux ou trois bouquinistes qui proposent ces objets rares.

Franz se dit que cette histoire était bourrée de pervers : accros aux putes blacks ou aux livres... Mais les putes, c'était quand même plus sain.

Un roman d'anticipation prémonitoire par bien des aspects, dont je ne vous ai pas révélé toutes les facettes, à découvrir ou à redécouvrir.

 

Première édition Collection Novella SF. Editions du Rocher. Parution 23 novembre 2006. 128 pages. 13,10€.

Première édition Collection Novella SF. Editions du Rocher. Parution 23 novembre 2006. 128 pages. 13,10€.

François DARNAUDET : Quartier bleu. Réédité en version numérique sous le nom d'auteur : Darnaudet-Malvy. 3,05€.

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 10:08

Sans faire de taupinières...

Robert DARVEL : L'homme qui traversa la Terre. Roman d'amour et de vengeance.

Le zoo de Bréval, un zoo comme un autre puisqu'il possède comme pensionnaire un rhinocéros indien, est toutefois le théâtre de deux incidents, sans aucun rapport entre eux, c'est l'auteur qui nous l'affirme.

La santé de Dürer, le mammifère herbivore appartenant à la famille des Rhinocerotidae, ordre des Périssodactyles, inquiète la belle et jeune Emerance de Funcal, fille de monsieur Funcal, riche et redoutable homme d'affaires, et fiancée de Louis Zèdre-Rouge, un savant dont les neurones sont perpétuellement en ébullition et qui vient de mettre au point, ou presque, une invention qui devrait révolutionner le monde moderne.

Emerance s'inquiète donc de Dürer et elle demande à examiner l'animal dont la peau pèle. Elle entre dans la cage, veut flatter le rhinocéros, placide habituellement, mais qui n'apprécie pas le geste, peut-être trop appuyé et lourd sur le corps de l'unicornis, et elle se fait bousculer. Rien de grave. Mais cette main pesante et les frissons qui parcourent la belle Emerance sont probablement dus à un incident qui s'est produit la veille dans le laboratoire de Louis Zèdre-Rouge, en compagnie de Gilping, l'assistant du savant.

Remise de ses émotions, Emerance rentre chez son père, or, en cours de route, un étrange phénomène se produit. Elle marche sur le bitume mais ses pieds s'enfoncent comme s'il ne s'agissait que de vulgaire boue.

Elle a été exposée la veille, une maladresse de Gilping probablement, au rayon ZR, mais elle a confiance. Louis Zèdre-Rouge a sûrement, elle n'en doute point, mis au point le procédé inverse, le rayon RZ.

Seulement les conséquences sont plus graves qu'elle pouvait penser. Rentrée chez elle, elle est accueillie par son père en colère. Il vitupère contre Louis Zèdre-Rouge, passant sous silence que la faute n'en incombe point au savant mais à son assistant. Louis, prévenu, se rend chez de Funcal où il est reçu plus que fraîchement. Mais les deux amants peuvent se voir, dans la salle de bain, elle nue et lui habillé, et se réconfortent mutuellement.

Ils se rendent au laboratoire, ils c'est-à-dire Louis Zèdre-Rouge, Thomas Gilping et Emerance afin de procéder à de nouvelles expériences avec le rayon RZ qui doit, théoriquement contrebalancer les effets du rayon ZR. Les jours passent et Louis calcule toujours d'improbables spéculations afin de remédier au désagrément du funeste rayon. Funeste ? Et oui, Louis aperçoit Emerance s'enfoncer dans le sol bétonné, et bientôt il ne reste plus de la jeune fille qu'une vague trace bientôt effacée.

Louis Zèdre-Rouge est accusé d'avoir attenté à la vie d'Emerance et est emprisonné. Mais il se promet bien de sortir de geôle, car incarcéré pour un crime qu'il n'a pas commis, et spolié de ses inventions, il compte bien rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui sont à l'origine du drame. Selon les journaux, à scandale ou non, il se serait pendu dans sa cellule.

Dix ans plus tard, en Islande, à Snæfellsjökull exactement, où cas l'envie vous prendrait d'aller visiter les lieux, des ouvriers-racleurs altérés, en langage courant des altéracs (comme Joseph ?), travaillent en sous-sol afin d'extraire un minerai fort convoité pour la réalisation de procédés modernes n'étant plus astreints à fonctionner à la vapeur et au gaz. Ils explorent la lithosphère pour le compte de Funcal, dont l'empire ne cesse de grandir. Un empire en pire.

 

Si ce roman est placé sous les augustes parrainages de Jules Verne et de Paul Féval, il ne faut pas non plus oublier ces étonnants précurseurs du roman de merveilleux scientifique, à la trame et aux intrigues débridées que furent Paul d'Ivoi, Arnould Galopin, Jean de la Hire, Ernest Pérochon ou encore Maurice Renard et quelques autres dont l'imagination débordante produisait des feuilletons extraordinaires qui offraient des heures de lecture rafraîchissantes aux grands comme aux petits.

Mais Robert Darvel, tout en possédant ce don de romancier-hypnotiseur (dont on ne peut lâcher les romans avant le mot fin), va plus loin dans l'extrapolation tout en employant les recettes des grands anciens, mais sans la lourdeur de la narration, parfois, ou le style ampoulé, voire amphigourique et emphatique qui étaient de mise.

Robert Darvel possède et exploite habilement une élégance d'écriture au service du roman populaire, faisant la nique aux détracteurs de la littérature dite de genre ou populaire, qui justement avancent effrontément, et sans avoir lu les ouvrages, que ceux-ci sont mal écrits, bourrés de fautes et donc sans intérêt. Les pauvres qui se contentent de romans de la Blanche aux nombreuses coquilles qu'ils placent devant leurs yeux d'intégristes de la littérature les prenant pour une nouvelle forme d'orthographe.

En vérité, je vous le dis, Robert Darvel mérite de figurer dans votre bibliothèque en compagnie des plus grands noms de la littérature de l'imaginaire.

Robert DARVEL : L'homme qui traversa la Terre. Roman d'amour et de vengeance. Collection La Bibliothèque Voltaïque. Les Moutons électriques éditeurs. Parution 6 octobre 2016. 224 pages. 15,90€. Existe en version numérique : 5,99€.

Repost 0
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 13:10

Bon anniversaire à Thomas Bauduret, alias Samuel Dharma, alias Patrick Eris, né le 22 octobre 1963.

Samuel DHARMA : Nécromancies.

Par la folie d'un souverain, à cause de sa soif de domination et de pouvoir, Khemen, une cité pourtant pacifique, succombe sous les coups des Hommes Jaunes, et ce malgré la vaillance de ses guerriers, hommes et femmes.

Parmi eux Jehna et sa compagne Kehro. Mais Kehro fait partie des nombreuses victimes de la guerre et Jehna accablé par le chagrin, miné, erre à l'aventure.

Comment il parvient à Fadyen, il ne saurait le dire.

Lorsqu'un soudard l'agresse dans une auberge où il espérait le gîte et le couvert, il tente de se dérober mais le combat devient inévitable. Ses réflexes guerriers sont intacts et Jehna sort vainqueur de la rixe.

Fait prisonnier, il sera chargé par le roi Hunn d'éduquer son armée de soudards. Jehna retrouvera confort auprès de la belle Erikap une servante mise à son service mais cela ne l'empêche pas de penser à celle qu'il aime et aimera toujours : Kehro.

S'il est chargé de mission par le roi Hunn c'est bien parce que la cité de Fadyen est menacée. Mais quel est ce danger qui risque d'anéantir une cité quelque peu moribonde?

 

 

Samuel Dharma avec Nécromancies nous propose un roman plus achevé, plus dense et mieux construit que son précédent roman paru dans la même collection et qui avait pour titre Le Traqueur.Les effets sanguinolents sont quelque peu gommés, ce qui n'est pas un mal au contraire.

Il semble avoir trouvé un juste équilibre, ne forçant pas sur les clichés sur les sentiments ou les scènes d'horreur et de violence. Un auteur à suivre donc et si Dharma continue dans cette voie, je pense qu'il a devant lui- un bel avenir d'écrivain populaire; populaire étant à prendre comme un compliment évidemment.

Chroniqué sur Radio Manche. Août 88.

 

Thomas Bauduret s'est révélé en 1987 avec Mickey Meurtre publié dans la collection Espionnage N°1889. Il était alors le plus jeune romancier du Fleuve Noir. Depuis Thomas Bauduret a enchainé les traductions et l'écriture de romans dans différents genres populaires, dont je vous propose de découvrir ci-dessous quelques productions récentes :

 

 

 

 

Samuel DHARMA : Nécromancies. Collection Anticipation N°1637. Editions Fleuve Noir. Parution juillet 1988. 192 pages.

Réédité en format numérique : 4,49€.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables