Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 03:24

Le grand feuilleton : épisode 3.

Jean de La HIRE : Le siège tragique. L’As des Boy-scouts fascicule N°3.

Lorsque nous avons quitté les boy-scouts dans l’épisode précédent, ceux-ci crapahutaient à bord d’une auto-chenille dans le sud du désert tunisien. Et ils entendaient des coups de feu dont ils se demandaient bien la provenance.

Mais, en même temps, j’effectuais un constat : le lecteur n’avait eu que succinctement des nouvelles de l’équipe anglaise.

Or, les coups de feu proviennent d’armes différentes et bientôt Mandar et ses amis se rendent compte qu’il s’agit de l’équipe britannique qui est aux prises avec deux bandes de Bédouins pillards. John Dogg et ses compagnons sont réfugiés dans leur véhicule, une auto-chenille également, et doivent faire face à gauche et à droite à des détrousseurs du désert. Ils sont en mauvaise posture et Paul Mandar décide de se porter à leur secours.

Ils sont munis d’armes à feu, carabines, brownings, et même d’une mitrailleuse, car tout a été prévu lors de leur départ. Ils ont été entraînés au maniement de ces armes.

Ils rejoignent l’équipe britannique et après concertation, décident de prendre les Bédouins à leur propre piège en se scindant en deux équipes, composées par moitié de Français et de Britanniques. Paul Mandar explique sa stratégie : tandis que deux boy-scouts resteront dans l’auto-chenille, les autres, passant par le plancher du véhicule, rejoindront un ravin qui se trouve juste sous les roues avant, et se dirigeront d’un côté et de l’autre de cet encaissement afin de prendre les Bédouins à revers.

Si Mandar parvient à contourner les assaillants, John Dogg est repéré par un Bédouin blessé qui se dirigeait en rampant vers le ravin, espérant trouver de l’eau pour nettoyer ses plaies.

Aussitôt l’homme retourne en arrière afin de prévenir son chef, un vieil homme que l’on pourrait croire sage avec sa barbe blanche, mais il n’en est rien. Prévenu, le chef de cette bande de pillards veut contrer l’attaque des scouts. Il parvient à s’emparer de John Dogg et ses compagnons. Mais Madar et compagnie les repèrent courant vers leurs chevaux. La mitraille qui s’ensuit provoque de nombreux blessés et morts. Ils réussissent même à prendre le cheikh en otage.

 

Ce nouvel épisode, fort mouvementé, permet aux lecteurs de mieux faire connaissance de l’équipe anglaise, dans des conditions dramatiques il est vrai.

Mandar se montre à son avantage, grâce à son esprit de décision, de son audace, de son courage. Mais les autres scouts, Britanniques et Français, ne sont pas en reste. Juste un mauvais concours de circonstance, un mauvais coup du sort, qui arrête les Britanniques, mais un excellent épisode qui démontre que les scouts sont solidaires dans l’adversité. Du moins côté Français.

Mais en sera-t-il de même si les scouts Français tombent eux aussi dans un guet-apens ou se trouvent en difficulté pour des raisons qui sont encore à définir.

Mais pour l’heure, il faut aller délivrer les otages. Dans quelles conditions ? C’est ce que nous verrons dans l’épisode suivant :

Le défilé suspect.

 

Voir l’épisode précédent ci-dessous :

Jean de La HIRE : Le siège tragique. L’As des Boy-scouts fascicule N°3. Voyages et aventures modernes autour du monde. Editions J. Ferenczi & Fils. Parution 14 novembre 1932. 16 pages.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 03:52

Le grand feuilleton : épisode 2.

Jean de La HIRE : L’auto attaquée.

Ayant échappés à l’incendie qui embrase le dirigeable Paris, les six boy-scouts se retrouvent éparpillés dans le désert tunisien.

L’on retrouve en premier Paul Mandar, qui s’est réceptionné sans difficulté grâce à sa maîtrise nouvelle du parachute dont il a été muni, mais il lui faut dès alors retrouver ses compagnons d’aventures.

Tout en les cherchant, il se demande ce qu’ont pu devenir les membres de l’équipage du dirigeable ainsi que les passagers qui voyageaient en première classe.

Le premier boy-scout récupéré est Moutiers, indemne, puis au fond d’un ravin, Cadérac, qui a échappé à une catastrophe inévitable grâce à son parachute qui s’est accroché à des rochers. Grâce aux cordes dont ils disposent, ils parviennent à sortir leur camarade de sa position périlleuse. Puis Darbois qui gît évanoui mais reprend peu à peu ses esprits à l’aide de la pharmacopée dont sont munis les boy-scouts. Il est atteint de nombreuses contusions douloureuses mais pas de blessures graves à déplorer. Mijon est découvert derrière un rocher mais il n’a pas entendu les appels de ses amis, car il est complètement hébété. Enfin il reprend peu à peu ses esprits, et malgré une légère foulure à la cheville, Mijon et les quatre autres survivants repartent. Il manque toutefois Gallec qui est récupéré un peu plus tard, mais en mauvaise posture. Il est sain et sauf dans une crevasse, mais un chacal et ses petits lui tiennent compagnie. Apparemment l’animal ne lui veut pas de mal, pensant surtout à protéger sa portée, mais on ne peut préjuger des réactions s’il se sent attaqué. Une corde servant de lasso entoure bientôt le cou du chien du désert et Gallec peut s’extirper de son trou.

L’équipe reconstituée, les six amis doivent maintenant rejoindre Tunis et pointer la feuille de route. Ils arrivent sur place le 19 juin au soir et apprennent auprès du sous-chef de cabinet du résident général que le dirigeable a été emporté par la tornade à plus de cent cinquante kilomètres de là et que quasi tout l’équipage et les passagers sont sains et saufs. L’équipe de John Dogg est devant eux avec trente-huit heures d’avance.

Après une nuit réparatrice, ils s’apprêtent à foncer vers le lac Tchad à bord d’une auto-chenille, commandée à Paris plus de trois semaines auparavant. Mais auparavant il leur faut procéder au plein d’essence, arrimer des bidons d’huile, vérifier la caisse à outils et les pièces de rechange, sans oublier les provisions nécessaires pour un voyage de trois mille kilomètres. Le temps estimé pour les parcourir est de vingt jours.

Et les voilà partis, traversant des villages, recueillant des informations sur leurs prédécesseurs, avançant cahin-caha dans le désert. Un jour, ils entendent des coups de feu… Une attaque !

 

Il est à noter que le titre de cet épisode correspond uniquement à la fin, alors que des coups de feu retentissent mais que l’attaque n’est pas encore engagée.

Le match entre les deux équipes est véritablement lancé et les dangers ne manquent pas d’être au rendez-vous. Il ne s’agit pas d’une promenade de plaisir ni de santé, mais bien d’un match à distance. Pour le moment, le lecteur ne suit que Paul Mandar et ses coéquipiers, n’ayant des nouvelles de l’équipe britannique que par bribes.

Les verrons-nous à l’œuvre ? Suite au prochain numéro :

Le siège tragique.

 

Présentation du recueil : L’as des boy-scouts :

Premier épisode : Le long courrier aérien :

Jean de La HIRE : L’auto attaquée. L’As des Boy-scouts fascicule N°2. Voyages et aventures modernes autour du monde. Editions J. Ferenczi & Fils. Parution 10 novembre 1932. 16 pages.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 04:38

Le grand feuilleton : Episode 1

Jean de La HIRE : Le long courrier aérien.

En cette matinée du 17 mai, alors qu’il prépare ses leçons pour le lycée, Paul Mandar reçoit une lettre recommandée qu’il s’empresse de lire, sa mère penchée sur son épaule.

Cette missive émane de Maurice Rondet-Saint, le président des boy-scouts de France, qui le convoque pour le lendemain. Paul Mandar est un peu étonné mais toutefois il se présente à l’heure dite, en compagnie de sa mère, à ce rendez-vous inhabituel. Rondet-Saint les rassure et leur dévoile ce qui l’a conduit à mander Mandar.

Un milliardaire américain, James Brackfeller, a décidé de consacrer une somme de dix millions de dollars à la réalisation d’une idée.

Deux équipes de six boy-scouts, l’une française, l’autre anglaise, devront s’affronter dans une course autour du monde, en respectant toutefois quelques règles, simples mais contraignantes. Les deux équipes devront passer obligatoirement par des points géographiques déterminés, et les autorités officielles contrôleront leur passage.

Après le départ, situé à Calais, les deux équipes devront traverser toute la France jusqu’à Menton, passer par Tunis, Lac Tchad et Fort-Lamy, Addis-Abbaba, capitale de l’Abyssinie, Bombay, Pékin, Batavia, Sidney, Santiago de Chili, Caracas de Venezuela, Chicago, Québec, Reykjavik d’Islande, Edimbourg, Douvres et Paris. L’arrivée s’effectuera sous l’Arc de Triomphe, l’équipe première devant entourer la dalle du soldat inconnu. Remise à la clé de la prime promise à une œuvre sociale dont bénéficiera principalement le scoutisme de la nation gagnante : collège, école des Arts et Métiers, ou maison de retraite pour parents pauvres de boy-scouts. Une somme est mise à disposition du comité directeur de la course, afin de pallier les frais du voyage, tant pis si l’une des équipes dépense tout en cours de route, elle devra se débrouiller par ses propres moyens, interdiction leur étant faire de recevoir de nouveaux subsides de la part de qui que ce soit.

D’autres restrictions sont définies dans le règlement, comme définis dans l’article 1 : Les boy-scouts pourront user de tous les moyens de locomotion possible. Toutefois l’automobile et l’aéroplane ne leur seront permis que s’ils sont eux-mêmes mécaniciens et conducteurs.

Naturellement, il n’est pas question d’entraver mutuellement et retarder l’autre équipe, et ainsi de suite.

 

Paul Mandar accepte sans réserve cette proposition, de même que sa mère qui en a quand même un peu gros sur le cœur de voir son fils partir à l’aventure.

Ensuite, il s’agit de constituer l’équipe française qui sera composée de cinq autres boy-scouts issus de diverses régions françaises afin d’équilibrer ce petit groupe. Ainsi sont pressentis Jean Cadénac le Méridional, désigné comme le lieutenant de Paul Mandar, Yves Gallec, le Breton, Pierre Moutiers le Tourangeau, Hubert Mijon le Bourguignon et Jacques Darbois le Picard et Franc-Comtois. Tous auraient pu prétendre au titre de capitaine de route car leur valeur physique et morale, leur charisme, leur offraient cette chance mais il en a été décidé ainsi avec l’aval de tous. La fine équipe se prépare activement, s’initiant à la conduite et au mécanisme des avions ainsi qu’à la science de l’automobile.

Le grand départ est programmé de Calais le 15 juin au matin et le 14 juin au soir Paul Mandar et ses coéquipiers font la connaissance de leurs rivaux menés par John Dogg. Tandis que l’équipe anglaise file vers Menton en voiture, selon les règles prescrites, l’équipe française prend le train, direction Menton, via Paris et Marseille. A Menton, ils récupèrent un véhicule, remplissent les formalités et signent les formulaires attestant de leur passage, puis direction Cuers-Pierrefeu afin d’effectuer la traversée à l’aide d’un dirigeable. Ils ne contreviennent pas à l’article 5 du règlement qui stipule qu’il leur est interdit d’accepter des subsides pécuniaires et de se faire aider par des sociétés privées ou gouvernementales sauf en cas de péril mortel. Le directeur de la société commerciale propriétaire du long-courrier Paris étant un ami du père de Cadénac, une acceptation de passage leur avait été accordée.

Ils vont donc pouvoir s’installer à bord, en seconde classe, et voyager par les airs en direction de Bizerte, destination du dirigeable Paris. Durant le vol, ils sont initiés à l’emploi d’un système innovant de parachute et heureusement car le vol va bientôt être confronté à un violent orage.

 

Si la présentation du règlement de cet affrontement sportif de par le monde prend une grande place dans la narration, ainsi que la présentation de l’équipe française, le départ de la grande aventure qui aurait pu se dérouler presque normalement va connaître rapidement des couacs à cause l’orage au dessus de la Méditerranée. Le dirigeable Paris est atteint par des éclairs et nos boy-scouts l’abandonnent, sous l’injonction de l’équipage, et vont pouvoir mettre en pratique les conseils fournis quant à l’utilisation des parachutes.

Nous retrouverons la suite des aventures et mésaventures mouvementées de ces intrépides adolescents dans le fascicule 2 intitulé :

L'auto attaquée.

 

Jean de La HIRE : Le long courrier aérien. L’As des Boy-scouts fascicule N°1. Voyages et aventures modernes autour du monde. Editions J. Ferenczi & Fils. Parution 5 novembre 1932. 16 pages.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 05:05

Ce soir j’attends Madeleine…

Léopold REMON : Madeleine du faubourg.

Un regard au hasard d’un croisement dans une rue, un matin de décembre neigeux et froid, ce fut tout et pourtant ce fut beaucoup.

Se rendant à pied comme tous les jours à son travail de bureaucrate, Roger Perrin croise la route d’une jeune fille qui le regarde non point avec insistance mais non plus avec indifférence.

Les jours suivants, le même manège se produit, et ce regard prend une signification particulière qui l’amène à observer plus attentivement cette passante qui passe. Une aguicheuse ?

Quoi qu’il en soit, ils se croisent souvent, et un jour il la suit jusqu’à son travail. Puis le soir, même manège et ils sont amenés à échanger quelques mots. Puis ce sont de longues conversations, une relation qui s’établit comme entre deux jeunes gens qui se sentent attirés l’un vers l’autre. Elle avoue avoir dix-huit ans, lui frôle la trentaine. Ce n’est pas rédhibitoire.

Ce qui l’est plus, c’est qu’il a oublié de lui avouer qu’il était marié et avait un enfant. Elle s’en rend compte lorsqu’un jour elle l’aperçoit en compagnie de sa petite famille.

 

Paul Norvès est l’un des plus vieux amis de Roger Perrin, mais depuis quelques mois, il végète, car il lui est arrivé la même mésaventure, mais à l’envers.

En effet l’un de ce qu’il supposait être un ami, et qui lui demandait souvent de l’argent, lui promettant de le rembourser plus tard, quand il serait en fond, l’un de ses amis ne s’est pas contenté de lui prendre de l’argent sous des prétextes fallacieux, mais il a aussi emprunté sa femme. Et pourtant celle-ci connaissant la situation, s’était enfuie avec son amant. Un coup rude dont il ne se relève pas.

 

Un court roman dans lequel sont imbriqués deux histoires d’amour ayant pour protagoniste le personnage de Roland Perrin. Si les deux histoires sont différentes et pourtant similaires à la base, elles se complètent mais avec des finalités divergentes. L’une se termine bien, l’autre se clôt dans la tragédie.

D’un côté l’homme marié qui tait son statut familial, de l’autre la femme volage qui part avec un homme qui spolie son mari. Pas très moral tout cela mais si représentatif de la vie.

Cependant j’émets quelques réserves car Madeleine si elle se montre aguicheuse, l’auteur commet toutefois une petite erreur. Au début Roland Perrin lui donne au moins vingt ans, sinon un peu plus. Or elle avoue n’en avoir que dix-huit. Seulement, lorsque la femme de Perrin rencontre la mère de Madeleine, celle-ci est toute étonnée car sa fille n’a que seize ans. Je sais que parfois certaines jeunes filles paraissent un peu plus que leur âge, qu’elles sont plus matures, mais quand même. Ce n’est pas tant son côté de jeune séductrice qui est à mettre en avant, après tout elle ne sait pas que Roland est marié, et donc que la faute en incombe à l’homme, mais cette propension à vouloir séduire les mâles à un âge qui n’est plus consacré aux poupées, mais pas encore à la drague. Du moins à cette époque. Et c’est toujours l’homme qui est fautif au bout du compte.

 

Sous le pseudonyme de Léopold Rémon se cachait René Poupon, l’un des grands fournisseurs de petits fascicules chez Ferenczi.

Léopold REMON : Madeleine du faubourg. Collection Le Roman d’amour illustré N°19. Editions Ferenczi et fils. Parution le 11 juin 1932. 32 pages.

Partager cet article

Repost0
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 05:55

Peut-être est-ce un poète ?

Max-André DAZERGUES : Le Bossu est dans la Lune.

Comme bien souvent, la mer est démontée dans les parages de l’île d’Ouessant, et nul ne sait quand elle sera remontée comme le signalait Raymond Devos.

A bord de l’Armoric, le capitaine Canaille (déformation de son véritable nom de Kharnouailles mais un surnom qui n’est pas usurpé) presse ses matelots de mettre un canot à la mer. Yves Plougarel, marin de confiance, doit conduire jusqu’à une petite crique un passager qui a payé largement la traversée depuis l’Irlande. Il s’agit du Bossu, alias Martial Lucas, un insaisissable malfaiteur.

L’esquif brave les éléments et le Bossu est débarqué sur le continent, au pied des falaises à l’Anse des Farfadets. Tandis qu’Yves Plougarel attend tranquillement que son passager revienne, le Bossu grimpe l’escarpement rocheux, presqu’abrupt, puis se dirige vers une maisonnette isolée et perdue dans la nature.

Il est attendu par le professeur Foxa, un alias en référence au docteur Ox de Jules Verne, qui doit lui remettre des plans. Le savant travaille également sur l’énergie nucléaire et la bombe atomique, mais ce sont bien des documents secrets sur une fusée interplanétaire que le Bossu achète pour le compte d’une tierce personne.

Deux hommes sur la falaise surveillent les horizons, cachés derrière des rochers. Ils remarquent le bateau stationné, puis le débarquement de la chaloupe et la montée du Bossu. Marco, l’un des deux hommes, descend le raidillon, surprend Yves Plougarel qui attend le retour du Bossu et il l’assomme. Puis il rejoint son compère Andy et les deux hommes se dirigent vers la maisonnette du docteur Foxa. Ils croisent le Bossu qui ne les voit pas et redescend vers l’Anse des Farfadets, puis ils s’introduisent chez le savant et l’embarquent à bord d’un véhicule. Ils déclarent qu’une certaine madame Hetlinger, malade, le réclame à Rennes.

 

Peu avant, à Paris au siège de la Police Judiciaire, une jeune fille prolongée, Mlle Berges, fait tout un foin. Elle désire parler à l’inspecteur Courtois, qu’elle connait bien pour l’avoir eu comme locataire quelques temps auparavant. Elle désire signaler la disparition de sa nouvelle locataire, une certaine madame Hetlinger, qui n’a pas donné de ses nouvelles depuis quatre jours. Elle applique la consigne que cette dame avait donnée. Le commissaire Guerlandes, amusé, assiste à cet entretien. Et c’est ainsi que les deux policiers se rendent à Rennes à la recherche de cette fameuse dame.

 

Roman policier et roman d’espionnage, Le Bossu est dans la lune est la septième aventure de Martial Lucas alias le Bossu narrée dans cette collection Le Verrou.

Un roman qui ne manque pas de péripéties, de rebondissements en tous genres, avec des personnages qui se croisent, ne se voient pas, s’ignorent presque, qui ne se connaissent pas, et qui agissent pour des raisons personnelles, distinctives, interférant par la bande. Un roman qui pourrait être la somme de deux histoires qui se rejoignent via le personnage du Bossu, individu bien connu des services de police et plus particulièrement du commissaire Guerlandes et de l’inspecteur Courtois.

A mon avis, ce n’est pas le meilleur de Max-André Dazergues, mais c’est toutefois un roman plaisant à lire, qui permet de passer le temps agréablement, ce qui était bien le but des publications populaires.

 

Max-André DAZERGUES : Le Bossu est dans la Lune. Collection Le Verrou N°66. Editions Ferenczi. Parution 2e trimestre 1953. 96 pages.

Partager cet article

Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 05:53

Fais comme l’oiseau…

R. & R. BOREL-ROSNY : T’as vu ça d’ta fenêtre !

Pensait-elle que sa carrière allait décoller en se jetant par la fenêtre, rien n’est moins sûr.

La pauvre Gina de Sarlande, jeune chanteuse pleine d’avenir est projetée du cinquième étage et s’écrase sur le bitume. En général, on ne s’en relève pas. C’est Rosette, dite Rosie, qui en voulant baisser le store de la fenêtre de sa chambre d’hôtel sise au quatrième étage, a aperçu le corps tomber alors que deux mains poussait Gina. Du moins c’est ce qu’elle déclare à Maxie les Belles dents, son compagnon qui se prélasse sur le lit en se plaignant de la chaleur de ce mois de juin.

Les policiers, arrivés rapidement sur place, pensent d’abord à un suicide. La porte est fermée de l’intérieur, c’est le taulier, le gardien des clefs, qui leur ouvre. Nouvelle surprise, la fenêtre est fermée ! Le meurtre semble indiscutable. Mais comment à pu réaliser son forfait le meurtrier que nul n’a aperçu. Ni Rosie, entraîneuse dans un cabaret, ni Maxie qui se fait entretenir et entretenait des relations douteuses avec Gina, ni Albert Lepreux, l’hôtelier, ni Zulma sa compagne qui vaquait au rez-de-chaussée. Les complications de ce genre sont réservées à la Criminelle et l’inspecteur Tiburce est chargé de cette enquête.

Il commence ses investigations en s’entretenant avec Rosie, qui a aperçu de sa fenêtre le vol plané, ainsi que Maxie qui était vautré sur le lit. Rosie le soupçonne d’avoir eu des relations avec la défunte, mais il ne peut être coupable puisqu’il était dans sa chambre en compagnie de Rosie, qui est sure de reconnaitre les bras qui empoignaient Gina. Puis Tiburce interroge Albert Lepreux, le patron des Deux cigognes, l’hôtel où s’est déroulé le drame, et sa compagne Zulma, une forte femme. Il est notoire qu’Albert se rendait assez souvent dans la chambre de Gina pour régler certains problèmes, ce qui attise la vindicte de Zulma. Toutefois Albert résout une partie de l’énigme de ce possible meurtre en chambre close.

Il remarque le manège d’une toute jeune fille aux cheveux courts qui traîne dans les environs de l’hôtel puis à la brasserie où Tiburce déguste une choucroute en compagnie de Fredy Marlin, un ami souvent en délicatesse avec les forces de l’ordre. La gamine s’éclipse et Tiburce aimerait lui poser quelques questions aussi charge-t-il Fredy de la retrouver, ce qui n’est guère difficile à cet habitué de Saint-Germain-des-Prés.

La gamine récupérée par Fredy et amenée à la brasserie afin de ne pas l’effaroucher, confie à Tiburce qu’elle s’appelle Pierre – choix de son père poète méconnu et aux idées baroques, surnommé l’homme aux chats puisqu’il en possède neuf qu’il promène souvent en laisse – et sa sœur avait, elle, été prénommée Trujillo. Mais celle-ci avait changé de nom adoptant le nom de scène de Gina de Sarlande. Quant à leur mère, elle est partie dix ans auparavant avec un noir, abandonnant le foyer familial.

Alors Tiburce continue son enquête mais en dilettante, mais comme il est pris par ailleurs il demande à Fredy de le suppléer dans ses recherches, ce que le jeune homme fait avec plaisir et pugnacité. D’autres personnages s’immiscent dans cette intrigue, dont un jeune qui fréquentait Gina mais dont Pierre est amoureuse.

 

Le couple Robert et Raymonde Borel-Rosny propose une enquête qui s’avère simple dans l’esprit du lecteur, qui est persuadé connaître l’identité du coupable. Mais la solution à triple détente offre un épilogue inattendu et bien amené prenant à contre-pied le lecteur.

Saint-Germain-des-Prés du début des années cinquante sert de décor, époque aujourd’hui révolue mais qui génère quelque nostalgie.

Evidemment au moment de sa parution, ce roman n’avait pas ce côté historique, mais plus de soixante ans plus tard il devient un témoignage permettant de se remémorer un pan de la capitale réservé aux artistes en tout genre, même si cela n’est abordé que par la frange sans appesantir le récit. Les auteurs décrivent ce qu’ils observent, le vivant de près.

 

Les cafés grouillaient d’une populace miteuse et ne recélaient rien dans leurs salles enfumées que des tas de petites filles aux pantalons collants […] et des garçons aux pantalons identiques, tout aussi collants sur les fesses. Ce qui différenciait les garçons des filles, c’était la longueur des cheveux. Seulement, les garçons avaient les cheveux trop longs dans le cou et les filles trop courts. Presque tondus, ils mesuraient à peine un centimètre. De quoi déconsidérer à tout jamais le cher J.-P. Sartre, et aussi Gréco qui avait lancé la mode des mèches raides et sales qui descendent jusqu’à la taille.

 

R. & R. BOREL-ROSNY : T’as vu ça d’ta fenêtre ! Collection Le Verrou N°69. Editions Ferenczi. Parution juin 1953. 96 pages.

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 05:51

Une fleuriste à qui l’on ne fait pas de fleurs…

Léo GESTELYS : Une enfant de Paris.

Désireux d’acheter des fleurs pour une cérémonie de fiançailles, Fernand est ébloui par Ginette, la jeune vendeuse. Elle est encore plus belle que les plantes qu’elle propose : roses, œillets, orchidées…

Il en veut tout un bouquet et lui demande une composition florale, comme si c’était pour elle. Ginette s’exécute mais bientôt sa patronne, une personne acariâtre, l’appelle du fond de la boutique. Fernand quitte l’échoppe avec son bouquet serré sur sa poitrine, à la façon d’une nourrice berçant un bébé.

Ginette doit livrer une parure de fleurs naturelles chez mademoiselle Monique de Berteval. Monique est issue d’une riche famille demeurant dans le quartier. La course ne sera pas trop longue. Et lorsqu’elle arrive chez sa cliente, Ginette peut se rendre compte qu’un véritable essaim de couturières, de femmes de chambre et petites mains sont aux pieds de Monique, la parant, l’habillant, jouant des aiguilles et des dentelles.

Ginette est priée de se rendre dans le cabinet de toilette de Mademoiselle en attendant de disposer ses œillets roses sur la robe et les affutiaux de la fiancée. C’est à ce moment qu’est annoncé monsieur Fertèze, Fernand de son prénom, précédé d’un bouquet de fleurs.

Toute étonnée, Ginette se trouve face à son client. Etonnement qui ne dure guère car elle est renvoyée dans ses foyers, où plutôt à sa boutique, n’ayant plus rien à faire dans la pièce et devenant même encombrante. Mais Fernand semble plus intéressé par cette jeune fille simple que par sa fiancée capricieuse.

Le dimanche se passe et le lundi matin, Ginette a la douloureuse surprise de se voir convoquée au commissariat. Elle est accusée d’avoir volé un bijou lors de son passage chez Monique. Fernand, prévenu, ne met guère de temps à confondre le (ou la) coupable de ce forfait, pour autant Ginette est renvoyée par sa patronne. Un affront que sa mère ne supporte pas et Ginette est obligée de se réfugier chez une amie qui vit avec un peintre à la notoriété naissante.

Mais ses malheurs ne sont pas terminés.

 

Dans un registre simple, ce roman sentimental inédit propose une enquête policière rapidement résolue et non pas par des policiers.

Pourtant Ginette porte cette honte sur son front. L’accusation portée contre elle, si elle se révèle fausse, ne lui en est pas moins néfaste. Elle est renvoyée par sa patronne, par sa mère, et malgré ses dénégations, personne ne veut la croire. Même lorsque le bijou est retrouvé.

Léo Gestelys met l’accent sur ce qui constitue le contraire de ce qui devrait être. L’accusée obligée de se défendre alors qu’aucune preuve de sa culpabilité est démontrée, pis, elle est rejetée même si son innocence est prouvée malgré tout par la suite, car il ne fait pas bon d’avoir été convoquée par la police. Comme une tache indélébile alors qu’elle est pure comme les fleurs qu’elle vend.

La morale est sauve, mais la fréquentation forcée de la police laisse souvent des traces.

Léo GESTELYS : Une enfant de Paris. Collection Le Petit Roman N°488. Editions Ferenczi. Parution le 16 octobre 1936. 32 pages.

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 05:11

Attention au naufrage !

Max-André DAZERGUES : La barque d’amour.

Béatement allongés sur le sable, Yves KHerdan, marin pêcheur, et Anne-Marie, fille de pêcheur, devisent tranquillement de l’avenir. Ils sont amoureux et théoriquement, si tout va bien, ils vont se marier. Le soir, ils vont en mer à bord de l’Amphitrite, la frêle embarcation d’Yves, et ils passent le temps en déclarant leur amour et en s’embrassant.

Ils ont vingt ans, tout l’avenir est devant eux, ainsi qu’un peintre qui va changer leur destinée. En effet, Fernand Leduc, en apercevant les tourtereaux, a décidé de les coucher sur une toile. Plusieurs séances seront nécessaires, aussi leur donne-t-il rendez-vous le lendemain matin pour une nouvelle séance de pose.

Leduc raconte le soir même à Pierre Séruze, un ancien condisciple et jeune créateur de mode dont la réputation a franchi les frontières, cette rencontre. Mais comme il ne sait pas encore quel titre attribuer à sa toile, le tailleur parisien lui propose de l’accompagner. Tout de suite Séruze est ébloui par la joliesse et la fraîcheur d’Anne-Marie mais c’est lors d’une fête d’un Grand Pardon, alors qu’elle est habillée en costume local rustique, qu’il décide qu’elle doit devenir sa proie.

Il est descendu au Palacium, un établissement de luxe, et organise dans les salons du Chalet Blanc, un défilé de mode. Anne-Marie est conquise et accepte la proposition de Séruze de l’accompagner à Paris. Elle n’apprécie pas vraiment la mer et la capitale l’attire comme les phalènes le sont par la lumière.

Alors, malgré les objurgations de ses parents, et d’Yves qui est malheureux, elle accompagne Séruze à Paris et installée dans un hôtel particulier, deviendra rapidement sa maîtresse. Les semaines passent, et Séruze décide de se rendre sur la Côte d’Azur, où il possède un yacht, en compagnie d’Anne-Marie et de ses amis Maxime Fédéry, l’auteur de pièces de théâtre, et Frieda Berck, la comédienne. Et point n’est besoin d’avoir un texte pour que Frieda joue la comédie, surtout dans la vie.

Pendant ce temps, Yves, désabusé et meurtri dans son cœur, décide de s’engager dans la Marine de Guerre. Il embarque à bord du Patricia et peu après il se retrouve en rade de Toulon.

Or, alors que Séruze et compagnie visitent la Patricia, Anne-Marie retrouve par hasard Yves. Les deux jeunes gens se donnent rendez-vous le soir même mais ils ne savent pas que Frieda a entendu leur conversation.

 

Le style de Max-André Dazergues rappelle à cette époque celui d’Albert Bonneau : des points de suspension pour terminer les phrases, et de nombreuses répétitions.

Ce suprême accord du jazz en délire marquait au reste l’interruption du bal, et l’instant suprême était arrivé…

Ainsi le mot rustique est décliné au moins une dizaine de fois dans les vingt premières pages.

Une histoire d’amour certes, mais pas que, car l’auteur met l’accent sur l’attrait néfaste de la capitale auprès de petites provinciales naïves, encouragées par de riches Parisiens qui ne pensent qu’à les mettre dans leur lit.

La morale est sauve mais il faudra qu’Anne-Marie passe par de nombreuses épreuves tout autant psychiques que physiques, et Yves lui-même ne se relèvera pas sans être blessé moralement et corporellement.

Si le début de ce roman, que l’on pourrait qualifier de jeunesse, est quelque peu mièvre, ce sont la suite et l’épilogue qui valent le détour.

 

Max-André DAZERGUES : La barque d’amour. Collection Le Petit Livre N°884. Editions Ferenczi. Parution le 15 octobre 1929. 96 pages.

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2019 4 05 /09 /septembre /2019 04:53

Y’a-t-il un docteur dans la salle ?

R. et R. BOREL-ROSNY : Bonjour, toubib de mon cœur.

Non intéressé par le dossier que Bert lui propose, le docteur Tony Naste renvoie son visiteur sans regret. Il a d’autres projets plus intéressants, comme préparer son voyage aux Etats-Unis en emmenant Mina, sa belle secrétaire et maîtresse, ainsi que Bébéchou, son fils.

Un voyage qui ne se fera pas, car à ce moment Stéphane, son ancienne compagne et mère de Bébéchou se profile sur le seuil de la porte et lui tire dessous deux balles de revolver. Elle n’est pas habituée Stéphane à se servir d’une arme à feu. Résultat elle manque l’homme qui se moque d’elle en lui intimant : Pose ça, imbécile !

Stéphane dépitée repart comme elle est venue, descendant les quatre étages à pied. Naste se retourne et à ce moment un troisième coup de feu retentit. Cette fois Naste ne pourra se moquer. Un joli trou rouge lui fait un troisième œil.

A l’appartement au-dessus, personne n’a fait attention au bruit, sauf Eve qui s’était réfugiée pour quelques instants sur le palier du cinquième, à cause du bruit occasionné par la fête donnée par son amie Luce en son honneur. Elle distingue nettement les deux plops, puis le troisième et aperçoit une silhouette, dont elle ne distingue pas le visage.

Le lendemain matin, Mina arrive au cabinet du docteur Naste pour le découvrir avec ce point rouge entre les deux yeux. Elle n’ira pas aux Etats-Unis en compagnie de son amant, tant pis. Elle ramasse le revolver gisant à terre, le range dans le tiroir, en découvrant un second, puis elle préfère s’en aller sans prévenir la police. En sortant elle se heurte à Eve.

La bignole, qui était absente, ne l’avait pas vue entrer et maintenant elle discute avec la femme de ménage du docteur. Et les deux femmes ont tellement de choses à déblatérer sur le petit docteur comme le docteur Naste était familièrement appelé. La femme de ménage, enfin arrivée au quatrième trouve son employeur définitivement retiré des affaires.

L’enquête est confiée à l’inspecteur Tycord qui découvre de bien curieuses révélations concernant le petit toubib. D’abord, qu’il n’était pas docteur, ne possédant pas de diplômes, ensuite qu’il recevait de nombreuses femmes jeunes et jolies à son cabinet. C’était un coureur de jupons, ce n’était pas un secret, mais il pratiquait des interventions rémunératrices et s’adonnait également au chantage.

 

Ce sont les personnages féminins qui prédominent dans ce roman. D’abord Stéphane qui n’étant pas mariée avec le petit docteur s’est vu retirer la garde de Bébéchou, âgé de quatre ou six ans selon les témoignages. Ensuite Mina, Polonaise mais parlant admirablement le français, mariée durant la guerre à un Allemand fait prisonnier dans un stalag, et surnommée la fridoline. Elle a échappé à l’enfer de Ravensbrück. Eve, considérée comme une détective mais n’étant que secrétaire dans un cabinet de détectives à Londres, qui découvrira la solution, et amie de Luce qui elle aussi avait des relations avec le docteur Naste. Enfin, les deux pipelettes, la bignole et la femme de ménage, qui connaissent certains dessous des affaires pas très catholiques du mort.

Le spectre de la guerre est encore très présent dans les esprits, ce qui influe parfois sur les relations entre certaines personnes. Et les Etats-Unis sont le pays de référence de la liberté.

Il n’y avait que l’Amérique pour faire peau neuve, comme disait le petit toubib. Partout sur le vieux continent la race, la nationalité, vous collent à la peau, quand ce n’est pas des préjugés de caste ou de rang.

 

Pour autant il s’agit d’une enquête classique mais ce n’est pas le policier qui la résoudra.

 

Pour en savoir plus sur le couple Raymonde et Robert Borel-Rosny, vous pouvez sans dommage sur le lien figurant ci-dessous :

 

R. et R. BOREL-ROSNY : Bonjour, toubib de mon cœur. Collection Le Verrou N°77. Editions Ferenczi. Parution 19 octobre 1953. 96 pages.

Partager cet article

Repost0
11 février 2019 1 11 /02 /février /2019 08:33

Des Esquimaux et des mots exquis !

Maurice de MOULINS : Les rescapés de l’Albatros.

Balloté par les intempéries, un vent violent et une tempête de neige, l’Albatros, petit avion de tourisme type Travelair, est en perdition au dessus du Groenland.

Il est parti de Fort Hudson, au Labrador, destination Bergen, et transporte à son bord cinq personnes. Frédéric Boileau, le pilote français, Warthon, l’observateur et météorologiste, Nicolas Farwell, le roi de la fourrure, Germaine, sa fille, et Jeremiah, son serviteur noir.

Ce n’est pas parce que Nicolas Farwell demande à Jeremiah un cocktail que l’avion est givré, mais bien à cause des éléments météorologiques perturbateurs. L’appareil ne répond plus, la radio est aphone, et la terre s’approche dangereusement. Enfin le petit appareil s’écrase mollement dans la neige.

Ils sont seuls dans la nature hostile. Jeremiah croit apercevoir par un hublot une bête immense et il entend des bruits suspects. Il est affolé mais cela ne le change guère. Toutefois, Nicolas Farwell et ses compagnons décident d’aller voir ailleurs s’ils ne trouveraient pas du secours, laissant Germaine à la garde de Jeremiah qui tremble de plus en plus. Pas de froid, pas encore, mais de peur.

Germaine prend la direction opposée suivie par son père et ses compagnons, et telle le Petit Chaperon rouge, elle rencontre en cours de route, un… ours. Malgré son courage inné, Germaine se retrouve en difficulté contre l’ursidé. Heureusement, un coup de feu retentit et la voilà sauve mais blessée. L’inconnu la soigne rapidement puis s’éloigne.

Pendant ce temps Nicolas Farwell et compagnie sont revenus à l’avion et mis au courant de l’initiative malheureuse de Germaine, se lancent à sa recherche. Ils la découvrent évanouie mais vivante.

Nicolas Farwell, le roi de la fourrure, se demande bien comment ils vont pouvoir s’en sortir, et comme un malheur n’arrive jamais seul, le voilà la cible d’un groupe d’Esquimaux vindicatifs.

 

 

Maurice de MOULINS : Les rescapés de l’Albatros.

Sous cet alias de Maurice de Moulins se cachait Albert Bonneau, le créateur de Catamount, et auteur de très nombreux récits publiés en fascicules, sous divers pseudonymes.

Des romans d’aventures principalement que devaient dévorer à cette époque les adolescents friands d’action dépaysant situés dans des pays exotiques.

Au menu de ces histoires, surtout de nombreuses péripéties subies par des personnages du quotidien, placés dans des situations dramatiques et endurant de nombreux démêlés, comme il était de coutume dans ces narrations qui permettaient au lecteur de se mettre à la place des protagonistes, et de ressentir bien installé dans son lit, sur une chaise, sous un arbre, dans un endroit calme, de délicieux frissons et de vivre par procuration de fabuleuses aventures.

Beaucoup d’action, un peu de psychologie, un peu d’humour aussi, quelques personnages qui créent par leurs réparties ou leurs gestes des moments en complète opposition avec les drames en gestation, et le tour était joué. La sauce était prise et le lecteur appâté.

 

Et pour en savoir plus sur ce romancier populaire :

Maurice de MOULINS : Les rescapés de l’Albatros. Collection Voyages et Aventures N°326. Editions J. Ferenczi & fils. Parution le 31 juillet 1939. 64 pages.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables