Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 08:09

Si tu vas à Rio, n’oublie pas de monter là-haut…

Jean-Marie PALACH : La prise de Rio de Janeiro.

En ce mois d’août 1711, Loïc, le jeune mousse de quinze ans surnommé Sabre d’or, se prépare à une excursion prochaine dans la capitale brésilienne.

L’Amiral René Duguay-Trouin envisage une expédition à Rio de Janeiro pour un double motif. D’abord soumettre et rançonner la colonie lusitanienne, et délivrer les prisonniers français détenus après l’échec de l’expédition de Duclerc. Et il lui faut compléter l’équipage de la prise de la Coimbra rebaptisé La Belle Marquise.

Loïc est chargé, avec son ami Clément l’indiscret, du recrutement, et c’est Grand Timon qui prendra le capitanat. Port-au-Rocher, la capitale de l’île de la Tortue, a été décimé partiellement par une épidémie, un mal inconnu, mais la main d’œuvre est assez conséquente pour faire un tri. Seulement le jour de l’embarquement, personne ne se présente. Le Baron Caussade, l’un des trois nobles qui commandent trois navires, sur seize, de la flotte de Duguay-Trouin a débauché les marins pressentis. Un accroc dans la bonne entente mais l’affaire se tasse.

Pourtant ce ne sera la seule qui opposera le jeune marin, devenu le second de Pierre Pongérard, alias Grand Timon, à ce nobliau qui est apparenté au roi Louis XIV par une histoire de coucherie de sa mère. Les aventures et mésaventures ne manquent pas de se produire, affectant les relations entre marins, entre les différents capitaines de cette armada, car la jalousie envenime parfois les rapports entre tout ce petit monde.

Loïc a reçu une lettre de son amie Amalia et il peut enfin prendre connaissance de son contenu. La belle Lisboète lui déclare sa flamme, ce qui lui met le cœur en joie et les sens en émoi, mais elle lui écrit aussi que son père songe à la marier, lorsqu’elle aura seize ans, date fatidique qui se rapproche, avec un noble Portugais.

 

Au cours de la traversée vers Rio de Janeiro, les marins de La Belle Marquise recueillent des naufragés, deux hommes, une femme et un enfant. L’un des hommes est décédé mais les autres sont soignés par le médecin du bord. D’après lui ce sont des esclaves noirs qui se sont enfuis. Loïc est stupéfait du traitement qui leur était réservé, et indigné lorsqu’il apprend qu’à leur retour aux Antilles ces trois fuyards, le frère et la sœur, l’enfant que celle-ci a eu de son employeur qui l’avait violée, que ces trois fuyards seront revendus. Le Code noir édicté par Louis XIV en 1685, inique mais observé par tous.

En attendant, ils restent à bord et l’on verra par la suite qu’un bienfait n’est jamais perdu.

L’escadre parvient en baie de Rio de Janeiro, mais la cité est gardée par douze mille soldats, deux forts tenant en respect tout bâtiment ennemi, et six navires patrouillant dans le port. René Duguay-Trouin ne peut attaquer de front Rio de Janeiro, aussi une tactique est mise en avant, les artilleurs, dont ceux de La Belle Marquise, réputés pour être les meilleurs vont devoir montrer leur adresse.

La cité prise, il faut finir le travail, car les soldats portugais se sont réfugiés dans la forêt, là où sévissent les réducteurs de tête. Loïc pourra une fois de plus démontrer son courage, et son humanisme.

 

Roman d’aventures maritimes et terrestres, ce second, pour le moment, volet des aventures de Loïc, dit Sabre d’Or, est plus qu’un livre destiné à la jeunesse. Leçon de courage, certes, mais également de respect de la parole et respect de soi et des autres.

Les scènes d’action ne manquent pas, normal pour un roman d’aventures, mais une certaine tendresse se dégage du récit, surtout dans les missives échangées entre Amalia et Loïc. Mais ce ne sont pas les seuls instants qui procurent ce moment de pause entre deux combats.

La prise de Rio par Duguay-Trouin et ses hommes, est un épisode marquant parmi les hauts faits maritimes et les combats navals. L’Espagne, qui connait une crise de succession, et la France sont en guerre contre une coalition menée par l’Angleterre, le Portugal et de nombreux pays européens. Ce qui constitue la partie historique de l’ouvrage. Mais cette épopée met en avant le sort des esclaves, qui sont considérés par les Portugais comme des marchandises et les achètent ou les vendent au gré de leur besoin.

Comme le précise monsieur de Jessey, un médecin herboriste qui fait partie de l’expédition afin de recueillir de nouvelles plantes, le monde n’est pas régi par des êtres généreux et bienfaisants, mais par des administrateurs soucieux de leurs intérêts et de ceux de leur pays.

Et lorsque Loïc réclame la liberté pour les trois esclaves en fuite, il lui est rétorqué que ceci n’est pas envisageable :

Parce que les esclaves appartiennent à la Couronne de France. Les planteurs des Antilles nous en réclament toujours plus. Louis XIV les soutient. Nos navigateurs les achètent sur les côtes d’Afrique et les revendent un bon prix dans les colonies. Ce commerce enrichit nos ports, nos marins, nos armateurs, nos colons et la Couronne. Tout le monde y trouve son compte.

Un roman qui dépasse le cadre d’un lectorat composé de jeunes, mais que bien des adultes devraient lire afin de changer leur regard méprisant sur toute une population souvent mise à l’index. Mais il n’est pas sûr pour autant que cela infléchira leur état d’esprit et leurs sentiments racistes.

Jean-Marie PALACH : La prise de Rio de Janeiro. Les aventures de Loïc le corsaire N°2. Editions du Volcan. Parution le 20 juillet 2017. 192 pages. 12,00€.

Repost 0
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 13:41

Faut-il toujours suivre son instinct ?

Vincent VILLEMINOT : Instinct 1.

La vie de Timothy Blackhills a basculé en même temps que la voiture, dans laquelle il rentrait à la maison familiale, effectuait des tonneaux sur la route qui le conduisait, lui et ses parents ainsi que son frère Ben, de Seattle à Missoula.

Il était tout content de retrouver son frère ainé qui revenait du Canada quand soudain l’accident se produisit, sans cause particulière. Assommé, il se réveille ensanglanté. Plus grave ses parents sont décédés, quant à son frère il n’est pas sûr qu’il respire encore. Mais Tim ne se sent pas dans son état normal.

Il essaie de s’extraire du véhicule, avec difficulté, comme si ses mains n’étaient plus des mains, comme s’il ne pensait plus en adolescent, comme s'il réagissait en animal. Lorsqu’il se réveille de son coma quelques heures plus tard, il est entièrement nu, près d’une cascade, loin du lieu de l’accident. A l’hôpital où il a été emmené par les secours, alertés par un couple d’automobilistes, il se confie auprès d’un psychiatre.

Il se souvient qu’il était, mais n’est-ce qu’un rêve ou un cauchemar, un grizzli, une bête assoiffée de sang. L’expert après lui avoir fait passer un IRM afin de déterminer l’état de son cerveau lui annonce qu’une sommité va s’occuper de son cas. En attendant c’est Warren, un policier du DEA, Drug Enforcement Administration, qui l’interroge sans ménagement. D’ailleurs il lui annonce sans détour qu’il suppose que Tim est à l’origine de l’accident ainsi que de la mort de son frère, qu’il sait pertinemment que Ben et lui s’adonnaient à la prise de produits illicites, herbe et amphétamines, et peut-être d’autres produits dont un qui circule depuis peu et à l’origine de meurtres.

Warren le harcèle mais heureusement le docteur McIntyre lui propose de le soigner dans un institut spécialisé, l’Institut de Lycanthropie, situé dans les Alpes françaises. Tim, qui est bilingue car sa mère était française, accepte bien évidemment, ce qui lui permet d’échapper à Warren, d’autant que le médicastre lui affirme qu’il pourra, s’il le désire, quitter l’établissement au bout d’un mois de soins.

L’Institut de Lycanthropie est une sorte de petit village accueillant de nombreux résidents ressentant les mêmes effets de métamorphose. McIntyre réfute un quelconque délire schizophrénique mais parle plutôt de métamorphanthropie. Pour une raison ou une autre, le sujet atteint de cette forme de pouvoir de transformation, devient un anthrope et plus particulièrement comme dans le cas de Tim d’arktanthropie.

Tim est installé dans un petit chalet, un mazot, dans lequel vivent déjà deux autres résidents : Flora, quinze ans et férue d’informatique, et Shariff, douze ans qui ponctue ses dialogues de citations empruntées à Lao-Tseu, Rousseau, Victor Hugo…

Dans le bâtiment principal un étage est réservé à la bibliothèque contenant des milliers de volumes anciens traitant de la lycanthropie et des métamorphoses, essais, recueils de contes, légendes diverses du monde entier. Mais Tim n’a qu’une idée en tête, s’échapper. Et aussitôt qu’il le peut il met son projet à exécution, malgré les mises en garde des surveillants-éducateurs-encadrant.

En compagnie de son frère Ben il escaladait souvent des falaises, des escarpements, des montagnes, et son escapade ne lui fait pas peur. Gravir des hauteurs rocheuses difficiles pour le commun des mortels n’est qu’un jeu pour lui. Ce qui l’est moins, c’est de se retrouver nez à nez avec des chasseurs qui sillonnent les environs, n’attendant qu’une proie se présente devant leurs bâtons fumants.

 

Le lecteur pourrait se sentir frustré d’attendre quelques mois, comme dans la plupart des séries, pour connaître la suite des aventures de Tim et de ses nouveaux compagnons, Flora et Shariff, car tout n’est pas explicité dans l’épilogue.

L’éditeur signale que ce roman est destiné aux plus de quatorze ans. Je dirais même plus, de quatorze à cent-quatorze ans. En effet l’auteur déclare : Je voulais faire un roman pour adolescents et jeunes adultes qui ait une certaine dureté dans un certain nombre de scènes, pour être en confrontation avec un réel qui peut, pour eux, être effrayant. Et en effet certaines scènes se révèlent fortes, comme dans un thriller pour adultes. Et même si le thème du roman emprunte au fantastique, certains faits décrits peuvent mettre l’imaginaire des enfants en confrontation avec des images dures, mais pas forcément insoutenables.

Les enfants sont habitués à pire, ne serait-ce que dans certains jeux vidéo, quoi qu’en disent les concepteurs. Mais les relations entre les personnages amènent le lecteur à comprendre qu’il faut savoir se montrer tolérant, réagir en ne pensant pas qu’à soi, se mettre en osmose avec les autres, comprendre les sentiments, les émotions, les réserves, qui nous animent et animent ceux avec lesquels on vit. Faire la part des choses, et accepter les différences. De mettre en commun ses ressources physiques et mentales afin de dénouer les problèmes, les pièges qui se présentent. Bien sûr ce n’est qu’un roman, et l’auteur ne cherche pas à énoncer une morale comme bon nombre d’auteurs du XIXème et du XXème siècle le faisaient, mais à rendre une histoire vivante, pleine de bruit, de fureur et d’émotions.

Je ne jure jamais, parce que tout ce que je dis est vrai, Timothy. Seuls les menteurs ont besoin de jurer, pour indiquer qu’il leur arrive parfois de dire la vérité.

Première édition Collection BLAST. Editions Nathan. Parution avril 2011.

Première édition Collection BLAST. Editions Nathan. Parution avril 2011.

Vincent VILLEMINOT : Instinct 1. Réédition Pocket Jeunesse. Parution août 2014. 480 pages. 6,95€.

Repost 0
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 08:42

Hommage aux anciens forçats du vélo et à René Vietto !

Max OBIONE : Le Roi René

Les coureurs participants au Tour de France cycliste se sont élancés à l'assaut de l'asphalte et ils l'ont si bien mangé, l'asphalte, qu'ils en sont venus à bout. Pas tous, certains ayant préféré vagabonder en cours de route. Mais ils ne furent pas les seuls à sillonner les belles routes de nos campagnes, puisqu'ils étaient précédés de la caravane publicitaire, des norias des voitures des directeurs sportifs, des motos des journalistes et des gendarmes, sans oublier tous ceux qui ont salué leurs exploits dans un esprit sportif dénué de tout trucage lié au dopage.

En ce début des années soixante, Louis Hortiz se promène en bicyclette sur les chemins et routes du Pays d'Auge, à Villers sur mer. Comme tous les ans, il est arrivé en éclaireur en compagnie de sa sœur Lucette et de sa copine Gisèle. Ils logent à la villa Les Fusains, une location qui se perpétue d'année en année, en attendant le flux touristique. Plus jeune que les adolescentes, qui révisent au calme, Louis est toutefois obligé de participer aux tâches ménagères, un jour sur trois. Faire les courses, cela lui convient, mais débarrasser la table et laver la vaisselle, il s'en passerait bien.

Alors qu'il dépose son vélo contre une clôture grillagée, Louis se fait interpeller par le propriétaire, un vieil homme bourru. Toutefois le père Carillon ainsi surnommé pour une plaque émaillée vantant les bienfaits d'un café et clouée sur la porte de la remise, est intéressé par la bécane de Louis, il en connait la marque et surtout celui qui lui a donné son nom. Une ancienne gloire du cyclisme qui aurait abrégé sa carrière en préférant l'alcool à la course cycliste. Le père Carillon invite Louis à visiter sa remise où il parque avec un soin méticuleux sa vieille moto, une TerroT de 1936 dont il connait par cœur la fiche technique. Et surtout le side-car qui lui est accroché comme un bigorneau sur l'un de ses flancs.

C'était l'époque bénie du transistor et le père Carillon en possède un qu'il porte à son oreille : c'est l'heure de la retransmission de l'étape du jour du Tour de France qui se déroule dans la région. Il propose même à Louis d'aller le lendemain de suivre l'étape contre la montre qui doit effectuer un parcours dans les environs de Deauville. Ils se rendront sur place avec Daisybelle sa moto. Louis est heureux, fier mais contrarié car il va désobéir en se lançant à l'aventure sans l'accord de ses parents. Il va leur envoyer une lettre et il laissera un mot à Lucette.

Entre le vieil homme et l'enfant, s'établit une sorte d'amitié, et ils ne savent pas encore qu'ils vont se trouver confrontés à des hommes dont la morale s'efface devant l'appât du gain.

 

Sans vraiment situer la date de cette aventure, qui doit se dérouler selon quelques indices au début des années soixante, puisque Lucette écoute à la radio La Famille Duraton et qu'une Renault 4L est stationnée près d'un hôtel, Max Obione joue avec des événements qui se sont réellement déroulés bien des années après. Je me contenterai de signaler juste quelques dates fatidiques qui ont marqué le Tour de France : 1967 et 1998, par exemple, ainsi que des personnages à la réputation sulfureuse et un produit surnommé le Pot belge.

Mais il est indéniable que ce roman pour jeunesse nous fera plonger dans la nôtre, non seulement par les noms des cyclistes qui y sont évoqués comme Robic ou Vietto, par les illustrés pour la jeunesse comme Cœurs Vaillants, mais aussi par les interdits parentaux : Quant à la télévision, les parents de Louis y voyaient le début de la perversion de la famille : Lis au lieu de quémander la télévision ! déclarait le père.

Louis et le père Carillon, se sentent seuls, chacun de leur côté. La compagnie d'amis et des siens manque à Louis, quant au père Carillon, il vit en solitaire, ayant perdu sa femme et sa fille dans des conditions qui ne sont pas évoquées. Et c'est cette solitude et l'attrait pour le vélo, entre autre, qui les rapproche. D'autant que le père n'est pas souvent à la maison pour des raisons professionnelles et Louis le connait à peine.

 

Première édition : Collection Roman Jeunesse, éditions du Jasmin. Parution 16 avril 2014. 120 pages. 9,90€.

Première édition : Collection Roman Jeunesse, éditions du Jasmin. Parution 16 avril 2014. 120 pages. 9,90€.

Max OBIONE : Le Roi René (Daisybelle). Collection Noire Sœur. Polarado. Editions SKA. Parution 20 juillet 2017. 4,99€. Epub.

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 05:31

Est la reine du crépuscule ?

Sophie BENASTRE & Sophie LEBOT : La princesse de l'aube.

Dans la lignée des contes merveilleux pour enfants, La princesse de l'aube, texte de Sophie Bénastre et illustrations de Sophie Lebot, nous emmène dans un pays imaginaire en un temps imaginaire, mais pour autant tout ce qui est décrit à l'intérieur peut se rapporter à notre environnement et à notre histoire.

Les contes écrits par Charles Perrault, les frères Grimm, Hans Christian Andersen, Jeanne-Marie Leprince de Beaumont ont enchanté notre enfance, et ils proposaient à l'origine une vision sociétale que l'on peut aujourd'hui encore mettre en avant. Destinés d'abord à un public adulte, puis largement édulcorés, ces contes possédaient une valeur moralisatrice et nombreux sont les textes qui dénonçaient notamment l'exclusion, les drames familiaux comme les femmes ou les enfants battus et autres situations qui sont encore de mise de nos jours.

Il faut garder à l'esprit que les auteurs ne rédigeaient pas leurs contes uniquement pour le plaisir,quoique, mais qu'ils cultivaient en arrière-pensée l'idée de dénoncer certains travers de leurs compatriotes, riches ou pauvres, puissants ou plébéiens, par des mises en scènes qui souvent frôlaient la terreur ou l'horreur. Le Merveilleux n'était que factice.

 

Elyséa, tout un symbole, est un pays édénique, dont les habitants sont heureux, aimant leur roi Alcménon et la reine Radamenta. Fleurs, fruits et légumes poussent à profusion, sous un ciel clair dans lequel scintille un doux soleil. Mais un jour la terre tremble, les éléments se déchaînent, le soleil disparait derrière d'épais nuages tandis que la pluie s'abat en tornade. Des fissures se produisent et le royaume est précipité dans les entrailles de la terre.

Les rescapés tentent de s'organiser dans ce qui est devenu le monde d'en bas, évoluant dans des tunnels et se nourrissant tant bien que mal, surtout mal.

Pourtant une lueur d'espoir se produit quand malgré tout nait une petite princesse, Lucia, prénom qui signifie Lumière. Lucia est vive, enjouée, et ses yeux sont de la couleur du ciel, celui qui offrait la vie avant la catastrophe. Organd, un jeune tisserand, est frappé par sa beauté et déploie des trésors d'invention pour confectionner des robes à celle qui avait pris l'habitude d'évoluer dans les tunnels, nue comme au premier jour.

 

Un conte charmant pour des enfants de six à huit ans, selon l'éditeur, mais que les parents se doivent de déchiffrer afin d'expliquer certains messages cachés.

En effet, ce brusque cataclysme ne peut-il être provoqué par des éléments qui ne sont pas forcément ou uniquement des manifestations d'une nature en colère, et ne doit-on pas imaginer qu'une explosion nucléaire serait à l'origine de ce chamboulement météorologique et géologique. D'autres signes peuvent donner lieu à des interprétations, mais serait-ce raisonnable de ma part de vous les souffler ?

Ce texte de Sophie Bénastre est admirablement mis en valeur par les illustrations de Sophie Lebot, tout en lumières et en rondeurs, en douceurs pastels. Mais la noirceur s'installe lorsque les situations l'exigent tout en privilégiant quelques clartés, synonymes d'espérance, surtout lors de la venue de Lucia, la princesse de l'aube. Cette aube nouvelle, promesse d'espoir et annonciatrice de jours meilleurs. Peut-être.

 

Sophie BENASTRE & Sophie LEBOT : La princesse de l'aube. Editions De La Martinière Jeunesse. Parution le 4 mai 2017. 32 pages. 14,90€. Format : 26,5 x 38 cm.

Repost 0
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 05:44

Quand le père de Renaud écrivait des romans pour la jeunesse !

Olivier SECHAN : La cachette au fond des bois.

Casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre...

C'est ce que pourraient chanter les gamins, voire les habitants de la petite ville de Tournac dans les Cévennes, à l'encontre du père Thoiraud et par ricochet de sa nièce Claire qu'il héberge.

Thoiraud est un vieux bonhomme acariâtre, grincheux, qui vit retiré du village dans une maison entourée de haies et de murs, protégée par un gros chien qui sait montrer ses canines à tout visiteur ou simple passant indiscret. Claire, dix ans environ, en subit les conséquences et elle est la proie des chenapans menés par Max, qui ne cessent de l'importuner. Comme ce matin où elle se rend au marché vendre les quelques tomates et salades qu'elle cultive, entre deux occupations aussi bénignes que couper du bois, faire la cuisine, entretenir la maison.

Emmenés par Max, le plus virulent, Bernard et Jean-Louis courent après la gamine qui traîne une charreton empli de cageots. A l'abordage, comme dans les bons vieux romans de pirates, et la carriole est bousculée, basculée dans le fossé, les denrées des cageots éparpillées à terre. François, un gamin qui est hébergé à cause d'une santé fragile depuis quelques mois chez les Souleyrac, les parents de Max, est témoin de cette attaque de diligence (les cow-boys et les indiens, ça marche aussi bien que les pirates). Il se porte au secours de Claire, mettant en fuite les malandrins en culottes courtes.

Claire remercie son sauveteur, mais elle préfère que leurs relations cessent là. D'abord parce qu'elle n'est pas très rassurée, préférant sa solitude à cause des possibles réactions négatives de son oncle, ensuite parce qu'elle redoute des tensions entre Max et François, d'autant qu'ils vivent sous le même toit. Mais François, malgré son jeune âge, n'est pas du genre à abandonner à la moindre rebuffade.

Evidemment, les retrouvailles entre Max et François chez les Souleyrac ne sont guère amènes, mais ils sont jeunes, François possède des arguments non violents pour démontrer la bêtise de Max s'attaquant à Claire qui n'est pour rien dans le caractère ombrageux de l'oncle, et bientôt l'armistice est déclaré, à défaut de paix.

François, au péril de sa vie, se rend près de chez Claire, malgré les panneaux chien dangereux et les aboiements du molosse. Il surveille les faits et gestes des occupants, l'oncle souvent enfermé, Claire sarclant le jardin. Un jour alors que Claire ne vaque pas à ses travaux habituels, il s'enfonce dans les fourrés et entend des voix. Surtout une, qui parle à un interlocuteur invisible. Il s'agit de Claire qui profite d'un moment de détente en compagnie d'une poupée. Il ne se manifeste pas puis revient un peu plus tard, apportant avec lui des bonbons, pensant faire plaisir à la gamine qui s'est aménagé un coin tranquille sur une petite plate-forme à l'abri des rochers. Il dépose son obole et écrit sur un petit bout de papier Tu as quand même un ami.

Et c'est ainsi que Claire et François vont se revoir, que Max va continuer ses bêtises à l'encontre de l'oncle, lui jouant un sale tour sur la marché, et que cela pourrait tourner au vinaigre si... François déterminé et peut-être inconscient ne découvrait le secret de cet homme irascible qui traîne la jambe.

 

Ce roman, gentiment moralisateur, comme il était de bon ton à l'époque d'écrire des ouvrages pour l'édifications des jeunes - n'oublions pas que le père de Renaud fut professeur d'allemand et directeur de la collection Jeunesse chez Hachette - est un compromis entre la Comtesse de Ségur et de Paul Berna, l'auteur du célèbre Cheval sans tête, plus connu des adultes sous le nom de Paul Gerrard.

Pour autant, ce roman comporte des scènes intéressantes, entre Claire et François ou les démêlés de François avec son ami Max. Il est à noter qu'à l'époque, on ne s'embrassait pas à la première rencontre, et François et Claire se serrent la main lorsqu'ils se voient. Mais c'est bien le passé de l'oncle qui régit l'intrigue. Il était un potier renommé, mais déjà les artisans avaient du mal à vivre de leur production.

La belle poterie est passée de mode, les gens ont préféré les choses à bas prix...

C'est le début du consumérisme qu'Olivier Séchan met en avant, par petites touches, sans s'appesantir dessus, mais le genre de détail qui justement fait mouche.

Première édition Nouvelle Bibliothèque Rose n°72. 1960.

Première édition Nouvelle Bibliothèque Rose n°72. 1960.

Olivier SECHAN : La cachette au fond des bois. Illustrations de Jeanne Hives. Réédition Nouvelle Bibliothèque Rose N° 384. Editions Hachette. Parution février 1971. 192 pages.

Repost 0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 05:39

Un doudou, c'est sacré !

Couverture et illustrations intérieures de Godo.

Couverture et illustrations intérieures de Godo.

Muté auprès du Service Sécurisation et Bien-être du Président, notre ami Gustave Flicman, déjà héros malgré lui de trois précédentes aventures, est le témoin d'un incident auquel apparemment lui seul assiste, ses collègues chaussés de lunettes noires regardant ailleurs.

Gustave a bénéficié d'une promotion après avoir sauvé la Grosse Cité d'un péril décrit précédemment, et en ce moment, costume noir et lunettes idem, il doit assurer la sécurité d'un visiteur : le PDG du Pépettochistan accompagné de son gamin, turbulent comme il se doit. Affublé de vêtements hétéroclites, le gamin porte en bandoulière un serpent. Horreur, malheur... Vérification faite, il s'agit d'une peluche. Ouf, on a eu chaud, pense Gustave qui admire la voûte.

Une sorte de yéti, un animal à fourrure grise vêtu d'une culotte de peau et armé d'une masse (examinez la couverture) s'introduit dans la salle par une fenêtre du plafond. Une véritable tornade qui déboule, s'empare de la peluche sacrée du pacha-héritier, et pfouittt (ou bruit similaire) l'espèce d'animal se fait la malle.

Gustave Flicman est tout autant embêté que gêné, car lorsqu'il raconte la scène à laquelle il a assisté, il dit tout ou presque. Le commissaire Velu, son ancien supérieur, l'encourage fortement à continuer d'assurer sa mission au Service Sécurité et Bien-être, l'avenir du pays en dépend. En effet le Pépettochistan, et son PDG, Pacha Directeur Général anciennement Pacha Dictateur Général, est le principal fournisseur en énergie, et si le fiston ne récupère pas sa peluche, les conséquences seront terribles.

Alors Gustave poussé par sa conscience, un peu, et le Supérieur Inconnu qui dirige la BRO, Brigade de Répression de l'Onirisme, beaucoup, se met à la recherche du Yéti et de la peluche qu'il a glissée sous une bretelle de sa culotte de peau, à bord d'un tracteur urbain, 4X4 équipé d'un système de conduite assistée parlante.

C'est à ce moment, mais cela aurait pu être à un autre mais c'est maintenant, que se manifestent le Professeur B. et son assistante la jeune Loligoth en s'installant dans son véhicule de fonction. Et voilà Gustave entraîné à son esprit défendant, et à son corps aussi, à la lisière du Pays d'Onirie et de la normalité, à la recherche du Yéti, qui se présente spontanément à lui accompagné du Lutin aux pieds de fromages (humez cette odeur !) appelé aussi le Troll.

Les péripéties vont s'enchaîner en cascades, Gustave Flicman n'a pas le temps de souffler, le lecteur non plus, et les rencontres imprévues vont se succéder, se catapulter, se métamorphoser, comme dans un rêve, sauf que pour Gustave il s'agit bien d'une réalité, attraper la queue du Mickey dans ce cirque effréné. Quand je dis la queue du Mickey, il s'agit bien entendu du serpent à poil, le doudou du Pacha-junior.

La route est belle, sur le papier, car les impondérables que vont rencontrer Gustave Flicman et le duo, le Yéti et le Troll, qui s'entendent comme larrons en foire, les entraînent dans un voyage périlleux semé d'embûches, qui ne sont pas de Noël.

 

Le péril Groumf est la quatrième aventure de Gustave Flicman, le jeune policier qui parfois philosophe sans s'en rendre compte, ou alors si, mais il ne l'avoue pas de peur d'être pris pour celui qu'il n'est pas.

Evidemment, quand on voit ce à quoi la croyance des adultes a donné vie, on devine ce qui nous attend avec celle des enfants...

Un univers dédié aux enfants, dans lequel l'adulte a du mal à trouver sa place, sauf s'il a gardé, préservé, l'innocence qu'il n'aurait jamais dû perdre. Et ce n'est pas en se rendant aux objets trouvés qu'on peut la récupérer cette innocence, cette candeur, cette ingénuité qui manque tant aux adultes, mais en cultivant tout jeune et même avant cette forme d'esprit qui permet d'accepter tout et son contraire sans pour autant se montrer naïf.

L'on ne peut s'empêcher de songer à Lewis Carroll et à son Alice au Pays des Merveilles, une dégringolade horizontale dans un univers décalé, déjanté, désaxé, abracadabrantesque, féérique, merveilleusement incorrect (j'ai emprunté la citation car je l'aime bien, quoiqu'elle ne soit pas de moi) et onirique.

Si ce roman est destiné à des enfants, d'après l'éditeur de 6 à 9 ans, les adolescents de 10 à 110 ans pourront se délecter à cette lecture, et je doute personnellement que l'auteur, à vérifier auprès de ses papiers d'identité, soit encore un enfant et pourtant il s'amuse comme un petit gamin à décrire, à écrire, à rédiger, à délivrer ces récits farfelus, loufoques, mais qui font du bien en nous changeant d'une réalité morose.

 

Renaud MARHIC : Le péril Groumf. Les Lutins urbains N°4. Roman Jeunesse. Editions P'tit Louis. Parution le 22 mars 2017. 200 pages. 9,00€.

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:04

Bon anniversaire à Pierre Colin-Thibert

né le 29 janvier 1951.

Colin THIBERT : Le bâtard de l’espace.

Projetant, dans un futur plus ou moins proche, des faits de société, pseudo culturels ou scientifiques, Colin Thibert extrapole avec une ironie grinçante des petits événements qui semblent de prime abord anodins. Seulement il faut se méfier de ce que l’avenir nous réserve.

Dans Le bâtard de l’espace, nouvelle éponyme de ce recueil, des producteurs de télévision ont imaginé, afin de redorer leur blason et reconquérir une part d’audience qui fléchit, de réaliser un nouveau concept de Loft Story à bord d’une navette spatiale. Bien sûr les dés sont pipés, seulement pendant que les téléspectateurs se focalisent sur cette émission, des actes graves se déroulent sur Terre.

Fauché par un camion alors qu’il s’amusait en skate, le héros de Bonheur et Alacrité se réveille dans une chambre d’hôpital en 3057. Décédé, il avait été cryogénisé, et c’est par hasard que son corps a été découvert. Les êtres humains sont devenus plus paisibles, plus tolérants, plus calmes, plus pacifiques. Mais il suffit d’une visite, en compagnie d’autres élèves, d’un musée pour que tout se dérègle.

Dans Pivorce un jeune adolescent rencontre un avocat afin de se plaindre des mauvais traitements qu’il subit de la part de ses parents. Il veut pivorcer, comme les parents qui divorcent. Mais ses revendications sont-elles recevables ?

Le jour de ses quinze ans Lionel a comme cadeau d’anniversaire la surprise d’apprendre que son père lui a programmé un clone, pour si un jour il lui arrivait un accident. Tel est le point de départ de Alter Ego, une nouvelle qui prouve que parfois il est plus commode de se retrancher dans la facilité que d’affronter l’adversité.

Nettement plus poignante Le cobra nous entraîne à la suite de touristes qui découvrent avec effroi que dans le pays qu’ils visitent, de nombreux autochtones sont handicapés. Se renseignant auprès de l’un d’eux, ils apprennent avec horreur que tous ces mutilés vendent soit un œil, soit un bras, soit une jambe pour survivre.

Dans Vendredi sur la huitième lune, un chercheur de sélénium va se rendre compte, à ses dépens, qu’il n’est pas bon de trafiquer un robot, même s’il manque de compagnie. Quatre autres nouvelles complètent ce recueil qui s’intéresse à l’avenir, notre avenir, et sous couvert d’un humour souvent ravageur, décapant, et nous amène à réfléchir à un soi-disant progrès. A classer auprès des ouvrages de Fredric Brown.

 

Colin THIBERT : Le bâtard de l’espace. Nouvelles. Editions Thierry Magnier. Parution 19 janvier 2009. 186 pages. 10,10€.

Repost 0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 15:11

Les gens m'appellent l'idole des...

Brice TARVEL : L'idole viking.

Il est parfois des coïncidences étonnantes qui conduisent nos héros à se propulser dans de nouvelles aventures.

Alors que Bill Ballantine lit un ouvrage, emprunté dans l'imposante bibliothèque de son ami Bob Morane, et relatant l'invasion de l'Amérique du Nord par les Vikings, l'aventurier reçoit un appel téléphonique de son autre ami, le professeur Clairembart, éminent archéologue se trouvant actuellement en Amérique du Sud pour ses travaux de recherches.

L'hypothèse de la migration islandaise émise en 1837 fut confortée en 1960 par l’explorateur norvégien Dr. Helge Ingstad et sa femme archéologue Anne Stine Ingstad. Petit point historique qui n'a rien à voir avec l'aventure à laquelle va être confronté Bob Morane mais qui apporte un support de véracité sur ce qui va suivre, la saga islandaise n'étant pas avare de légendes.

Donc, le professeur Clairembart demande à Bob Morane de lui rendre un petit service. Il est retenu en Colombie et il s'est engagé à superviser la thèse d'une doctorante qui doit exposer une partie de ses travaux le soir même à Paris. Le sujet de la thèse retenue par la charmante (Bob n'en doute point) Hélène Dorléans, concerne la présence des Vikings en territoire nord-américain et en particulier leur utilisation de certaines substances pour se transformer en surhommes.

Bob Morane accepte volontiers de rencontrer la charmante (il peut vérifier de visu que sa supposition n'était pas erronée) Hélène à l'université Panthéon-Sorbonne. Elle parle notamment des berserkers, les guerriers surpuissants qui doivent leur état de géant grâce à un onguent magique. Elle est accompagnée d'un individu qui est aussi laid qu'elle est belle, et aussi massif qu'elle est fragile. Il s'agit d'un milliardaire Américain philanthrope, du moins c'est ce qu'elle croit, du nom de Harry Morgan. Il n'est guère sympathique, mais comme il s'est proposé de financer la mission archéologique qu'elle prépare, il ne faut pas faire la fine bouche.

Alors qu'Hélène et Bob prennent un pot à la terrasse d'un café, parler donne soif et une réunion devant un verre aide à mieux se connaître, trois motards arborant la panoplie du parfait loubard s'invitent avec fracas. Malgré l'intervention musclée de Bob Morane, qui au passage d'un casque sur sa tête se retrouve quelque peu dans les pommes, ceux-ci s'emparent du sac à main de l'archéologue. Heureusement le réticule ne contenait guère d'objets importants.

Et si les motards étaient des hommes de main d'Harry Morgan, se demande Morane. La belle Hélène, qui sur le coup se montre un peu poire, ne croit pas à cette hypothèse. Mais Aristide Clairembart, qui les joint téléphoniquement, se méfie également de Morgan. On devrait toujours se méfier de quelqu'un qui se nomme Morgan, qu'il soit banquier ou pirate. Bref, à la fin de la conversation, Bob Morane, sur les conseils de son vieil ami, s'institue garde du corps d'Hélène, et doit l'accompagner en Normandie, chez un vieil érudit nommé Onésime Effratas, passionné par tout ce qui a un rapport quelconque avec les Vikings et habitant non loin de Fécamp.

Le vieil archéologue leur remet un livre et un plan, une carte topographique incomplète qui confirme que les Vikings se sont aventurés en terre américaine, ne se contentant pas de rester sur le rivage. Anselme de Blois, un moine ayant vécu quelques centaines d'années auparavant, serait l'auteur de ce relevé, mais méfiant il aurait disséminé un peu partout les compléments d'objet direct ou indirect, des éléments manquants aux quatre coins voire plus de l'Europe, dont quelques pages du grimoire en Belgique.

Et voilà notre ami, depuis le temps que nous le fréquentons Bob Morane peut se targuer de jouir de notre affection, notre ami écrivais-je, en route pour la Belgique, puis dans les Pyrénées pour enfin terminer son parcours jusque dans le parc de Mammoth Cave, traversé par la Green River, et aux kilomètres de galeries souterraines. Un parcours semé d'embûches de toutes sortes dont Bob Morane, la belle Hélène et Bill Ballentine auront bien du mal à se dépêtrer, tout cela à cause d'une statuette productrice d'onguent gris. Et toujours sur leur chemin Harry Morgan accompagné de ses sbires dont un géant particulièrement coriace, un géant vert de rage envers nos amis, se dresse sur leur chemin.

 

 

Souterrains de Mammoth Cave

Souterrains de Mammoth Cave

Partant d'un postulat qui est avéré, la présence des Vikings en terre amérindienne, agrémenté de vieux manuscrits et d'une bonne dose d'aventures périlleuses dont nos héros auront du mal à se dépêtrer, ce nouvel épisode de Bob Morane nous plonge dans la délicieuse atmosphère de terreur et d'effroi qui alimentait nos lectures juvéniles. Une façon comme un autre de rester jeune sans prendre de produits frelatés ou proposés par des charlatans.

Je ne reviendrai pas sur la capacité qu'a Brice Tarvel à se couler dans l'identité littéraire des romanciers dont il prolonge l'œuvre, que ce soit Jean Ray ou Henri Vernes, je l'ai déjà souligné par ailleurs, mais permettez-moi de répéter mon admiration envers cette faculté de s'immiscer dans la peau du conteur et d'en transcender l'imaginaire tout en l'évoluant vers la modernité.

 

Un conseil : méfiez-vous des nains de jardin, on ne sait jamais d'où ils viennent et ce qu'ils vont dégurgiter !

 

Curiosité : Si l'ouvrage neuf est proposé à 15,30€, des occasions sont proposées à 23,00€ ! De belles affaires à faire en perspective...

 

Brice TARVEL : L'idole viking. Collection Bob Morane Grand Format N°244. D'après les personnages créés par Henri Vernes, sur une idée de Christophe Corthouts. Editions Ananké. Parution le 27 octobre 2016. 160 pages. 15,30€.

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 06:58

Bob Morane défie le temps !

Brice TARVEL & Henri VERNES : Opération Chronos.

C'est bien ce que pense l'aventurier en se regardant dans un petit miroir : On dirait qu'une fée a mis fin à mon vieillissement à l'âge de trente-trois ans. Ne rêvons pas, toutefois, ce genre de chose n'existe que dans les films ou les romans.

De passage à Londres, Bob Morane est hébergé par la charmante Lady Jamie Twickle dont il a fait la connaissance quelques années auparavant, lors d'une aventure au Congo.

S'approchant d'une fenêtre, il distingue à travers la brume qui s'est déposée dans le parc, une tradition londonienne, quatre silhouettes courant derrière un loqueteux. Il s'élance muni d'une hallebarde qui traînait dans la pièce mais trop tard. Il se retrouve nez à nez avec quatre Arabes déguisés en mamelouks et ceux-ci tentent d'attenter à sa vie. En vain car Bob Morane sait manier son arme improvisée. L'homme a reçu des coups de cimeterre et décède. Heureusement il a le temps, avant de rendre son dernier souffle, de murmurer Capys et de remettre à l'Aventurier une touffe de poils attachée par une cordelette.

Aussitôt les souvenirs surgissent dans l'esprit de Bob Morane. La touffe de poils appartenait à un vieux lion dont le nom était Capys, et était détenue par Chloé, une gamine qu'il a connu quelques vingt ans auparavant. Elle avait douze ans à l'époque et ils jouaient ensemble. Nul doute que Chloé a besoin de ses services, qu'elle se trouve en danger quelque part dans Londres, mais où, telle est la question qui aurait pu rester sans réponse si une lettre glissée dans la boîte adéquate n'y avait été glissée.

Il s'agit d'un carton d'invitation l'incitant à se rendre à la réception organisée par le Cheik Hiarid Ben Mahmud devant son yacht le soir même, invitation pour deux personnes est-il précisé. D'après les empreintes apposées sur l'enveloppe, cet envoi aurait été déposé par le mendiant fuyard.

 

La foule se presse à cette soirée spectacle surveillée par des mamelouks vêtus comme ceux auxquels Morane a été confronté. De très jeunes danseuses, dont les voiles arachnéens ne cachent guère leurs appas, animent cette fête. L'une d'elle ressemble étrangement à Chloé. Elle parait avoir une quinzaine d'années alors qu'elle devrait en avoir vingt de plus. Et si elle se fait comprendre du regard, elle ne peut parler. Elle s'empare de sa main, et appose un cachet à l'aide d'une bague enduite de rouge à lèvre. La représentation d'une tête de lion. Médusé Morane ne peut que conclure qu'il était en présence de Sa Chloé. Mais les gardes surveillent ses faits et gestes et il doit abandonner Lady Jamie Twicle et s'enfuir avant de se faire décoller la tête par un coup malheureux de cimeterre.

Il parvient à échapper à ses poursuivant grâce à un inconnu en automobile qui le prend à son bord. L'homme se présente comme un généticien, spécialiste en nanobiologie, collaborateur d'un professeur étudiant les gènes de la longévité depuis des années. Mais il a quitté le savant fou qui a découvert la recette du rajeunissement.

S'ensuit une aventure effrénée et périlleuse pour Bob Morane et son amie Lady Jamie puisqu'ils vont s'embarquer pour un petit mais riche émirat, le Mahjour. Bill Ballentine, prévenu téléphoniquement alors qu'il se prélasse en Ecosse, va l'aider dans ses démêlés, ainsi qu'un marionnettiste et le propre frère du cheik dont ils font la connaissance en arrivant au port.

Comme le montre le dessin de couverture (signé Christophe Alvès) Bob Morane, dans un épisode mouvementé, se retrouve enfermé dans une cage semblable aux célèbres "fillettes" de Louis XI, accrochée au dessus d'un plan d'eau dans lequel nage béatement un requin. Mais ce n'est pas le seul danger auquel Bob Morane va être confronté.

 

Brice Tarvel démontre qu'en cent-cinquante pages, un auteur peut faire connaître et subir à son ou ses héros moult aventures, péripéties, dangers en tous genres. Pas de délayages inutiles, de l'action, encore de l'action, toujours de l'action. Avec toutefois de petits passages romantiques afin d'offrir aux lecteurs des moments de décompression.

Une histoire à la lisière du fantastique avec cet élixir permettant d'inverser le cours du temps, mais les dommages collatéraux n'ont pas été suffisamment évalués par son inventeur. Et si ceci semble farfelu, on sait combien certaines femmes (et hommes, osons l'écrire) sont attachés à leurs crèmes anti-âge et injection de Botox dont parfois les effets secondaires sont plus néfastes qu'en laissant le temps passer doucement.

Roman pour adolescent à partir de douze ans jusqu'à cent-douze ans, car il n'est nullement rédhibitoire et répréhensible de se replonger dans histoires semblables à celles qui ont enchanté notre enfance.

Brice Tarvel réussit le tour de force d'écrire du Henri Vernes sans copier, pasticher, dénaturer, mais en gardant cette fougue d'écriture. Et le lecteur pourra également penser à quelques séries télévisées comme Chapeau melon et Bottes de cuir, Les Mystères de l'Ouest pour cette atmosphère légèrement décalée, humoristique, vivante, en marge de notre époque et pourtant ancrée dedans. Je trouve même, et ceci n'est pas de la flagornerie mais juste un constat, que les romans de Tarvel sont mieux écrits que ceux d'Henri Vernes. Mais peut-être est-ce dû au fait que Brice Tarvel ne travaille pas dans l'urgence éditoriale. Jusqu'à preuve du contraire !

 

Curiosité : Vu sur le site de vente en ligne de la Zone : 15,30€ neuf et 20,00€ d'occasion ! Une occasion à ne pas louper ?

Brice TARVEL & Henri VERNES : Opération Chronos. Bob Morane 243. Editions Ananké. Parution le 8 octobre 2015. 160 pages. 15,30€.

Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 10:17

Un château de cartes ?

Illustration : Mathieu Coudray

Illustration : Mathieu Coudray

A bord de son vieux fourgon Volkswagen, Mamie Edwige, accompagnée des deux inséparables Morgane, sa petite-fille, et Valentin, le petit ami de celle-ci, arrive dans les Vosges.

Elle a été contactée par une admiratrice, madame Bujon qui vit à Mesnil, seule avec sa fille Camille, âgée de dix ans. C'est que Mamie Edwige est renommée comme chasseuse de fantômes mais elle réfute l'appellation de sorcière ou de magicienne. C'est une scientifique qui possède à son actif de nombreuses inventions dont les bulles de savon qui n'éclatent pas.

Des événements étranges se produisent dans cette fourgonnette brinquebalante. La chaleur qui y règne est anormale, et le pot d'échappement se prend pour un cor de chasse.

Enfin l'équipée se termine, sans avoir recours à un quelconque navigateur électronique mais avant d'arriver sur place, un homme se dresse devant le véhicule au risque de se faire écraser. Il s'agit d'André Glu, surnommé Dédé pour les intimes, c'est-à-dire tout le monde, un homme un peu bizarre qui possède l'habitude énervante de tourner le dos à ses interlocuteurs.

Trêve de tergiversations, Mamie Edwige arrive enfin devant chez madame Bujon. Nos voyageurs sont étonnés de s'apercevoir que Camille, la gamine, se trimbale en fauteuil roulant. La faute à son père absent. En effet monsieur Bujon travaille dans le pétrole, normal quand on n'a pas d'idées, et il est très rarement à la maison. Car s'il avait été présent, il aurait pu rattraper sa fille lorsque celle-ci était tombée de l'arbre dans lequel elle était montée.

Madame Bujon a requis les talents de Mamie Edwige car de nombreux habitants de la commune et des touristes sont portés disparus. Ils seraient enfermés, selon la rumeur, dans le château des Mauvents, un édifice médiéval situé en haut du mont. Sauf que celui-ci n'existe pas.

Suivent quelques épisodes intéressants et particulièrement significatifs concernant le don de télékinésie de Camille, développés par l'auteur auquel je me garderai bien de me substituer, pour nous trouver devant ce château qui est invisible. Grâce à une invention de Mamie Edwige, Valentin parvient à le rendre perceptible et tous trois entrent dans le bâtiment, véritable prison des personnes qui ont disparu.

Des somnambules, les disparus, errent dans une immense pièce, transformés en figurines de carton, Carnicroque, un ours en peluche gigantesque déboule, et devant les yeux éberlués de nos trois héros, non en réalité quatre puisque Dédé Glu, un homme à qui l'on ne peut pas reprocher de ne pas avoir de plomb dans la tête, s'est joint à eux, vont constituer le plat de résistance sans oublier un square aux crapauds hideux qui ne dédaignent pas s'attaquer aux mollets. Ceux de Valentin.

 

Le lecteur ne peut s'empêcher de penser à Lewis Carroll et à son conte mettant en scène Alice au pays des Merveilles, les figures ressemblant à du carton extra-plat pouvant être assimilées aux jeux de cartes dans l'histoire de l'écrivain britannique, mais pas que.

En effet Brice Tarvel nous emmène dans un monde merveilleux mais terrible et chaque page révèle des dangers auxquels sont confrontés mamie Edwige et consorts. Une fois de plus nous vibrons aux aventures et mésaventures subies par Morgane, et son copain Valentin dont elle est secrètement amoureuse. Parfois il l'exaspère, mais ce n'est qu'un mauvais moment à passer. Il y en aura tellement d'autres qui se révéleront bénéfiques. Mais non, je n'extrapole pas.

Mais revenons à Brice Tarvel qui sait entretenir une atmosphère (oui, je sais, atmosphère, atmosphère...) d'angoisse et de magie en renouvelant le genre tout en restant dans le registre du bien parler et du non violent, sauf lorsque cela est nécessaire. Une bouffée de fraîcheur que les vieux (pardon, monsieur Tarvel, nous sommes du même âge) lecteurs aiment ressentir de temps à autre, frissonnant à des aventures épiques, magiques, et pourtant si simples.

Juste une dernière petite remarque avant de vous laisser acheter cet ouvrage indispensable que vous lirez en cachette de vos chères têtes blondes, brunes, rousses, un des personnages se nomme Germaine Petitmange. Et comme l'action se déroule dans les Vosges, cela m'a fait penser à Pierre Pelot, ineffable conteur lui aussi, dont le véritable patronyme est Pierre Grosdemange. Un clin d'œil ? Pourquoi pas.

Première édition : Editions les Lucioles. Parution mai 2012.

Première édition : Editions les Lucioles. Parution mai 2012.

Retrouvez les aventures de Morgane et compagnie en cliquant sur les liens ci-dessous :

Brice TARVEL : Le château des somnambules. Série Morgane. Collection Brouillards N°41. Editions Malpertuis. Parution le 22 novembre 2016. 130 pages. 10,00€.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables