Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 08:48
Antoine DOMINIQUE : L'archipel aux gorilles.

Gare au goriiillle... !

Antoine DOMINIQUE : L'archipel aux gorilles.

Lors d'une plongée sous-marine sur les bords de la Méditerranée, Géo Paquet, dit le Gorille, découvre un cadavre et dans un petit étui une assiette en métal. Celle-ci, une fois nettoyée, laisse apparaître en surimpression un château, un chemin en pointillé et une croix.

Il s'agit du château de Madrid qui domine la montagne de Beaulieu-sur Mer. Facile dès lors de repérer le lieu indiqué par la croix; Géo se sert d'une carte qui le conduit à une grotte. Il visite le lieu peuplé de chauve-souris en compagnie de sn ami le commissaire Blavet de la Sécurité du Territoire.

Une nouvelle assiette est mise au jour avec une fois de plus sont représentés un château, un chemin et une croix. Ces ustensiles mènent le Gorille, ses amis du port de Beaulieu, Mature, Marc-Aurèle et Blavet jusqu'au Chant des Oliviers. Une maison située près de Fayence dans laquelle vivent Loison, le propriétaire, Lionelle, sa fille dite la Biche, Pistrel, le gardien, et son fils Pascal.

Toutes ces allées et venues ne passent pas inaperçues de la part des estivants, principalement des touristes étrangers. Hollamburger, un Hollandais, Rock Sillepan, un Américain, et un couple de Britanniques, Dany et Diana dite la Divine.

Pascal a disparu de la circulation. De forte corpulence il ne peut cependant pas être confondu avec le cadavre retrouvé en pleine mer. Géo rencontre Bibi, une forte femme, tante de Pascal, mais elle déclare ne rien savoir. Pourtant, dès que le Gorille a le dos tourné, elle court au Chant des Oliviers et sur le port de Beaulieu. Commence un chassé-croisé entre tous ces protagonistes, touristes inclus. Le but de ce signe de piste pour adultes : découvrir un trésor de guerre enfoui par un Allemand à la fin de la Deuxième guerre Mondiale.

Antoine DOMINIQUE : L'archipel aux gorilles.

 

L'Archipel aux Gorilles date et a mal vieilli. Une histoire légèrement abracadabrante et farfelue qui, réécrite, pourrait figurer parmi les ouvrages pour adolescents. Seuls pôles d'attraction, seuls centres d'intérêts, tous les passages ayant rapport avec les évolutions sous-marines. Qu'il s'agisse de la découverte du cadavre ou du combat entre Pascal et le Gorille. Un roman découpé en deux parties, la seconde étant nettement plus violente et réaliste que la première.

 

Curiosités : Sillepan, le nom de l'Américain, est l'anagramme de Spillane, auteur à la mode à cette époque. Et c'est peut-être le premier roman édité en Série Noire dans lequel le lesbianisme est évoqué. Bibi et la Divine se connaissent et pratiquent le culte de Lesbos.

Le titre le plus connu de cette série est sans conteste Le Gorille vous salue bien. Il a été adapté au cinéma par Bernard Borderie en 1958 avec Lino Ventura dans le rôle du Gorille. Deux autres romans furent adaptés mais cette fois c'est Roger Hanin qui endossait le rôle de Géo Paquet.

 

Citation :

Le Gorille entendait son cœur faire boum dans sa gorge.

 

Antoine DOMINIQUE : L'archipel aux gorilles. Série Noire N°265. Parution août 1955. 190 pages.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 09:08

Et celle des autres...

Day KEENE : En ménageant ma petite santé

Après douze ans d'absence, Cade revient au pays. Avec sa prime de démobilisation de colonel de l'armée de l'Air, il s'est acheté un bateau, le Sea Bird.

Il vient de passer deux ans dans un camp de prisonniers à Pyongyang, sa femme Janice l'a quitté, aussi il ne demande qu'un peu de tranquillité. Par exemple pêcher et gagner de quoi subsister en organisant des excursions pour touristes dans le delta du golfe du Mexique.

A terre il est accueilli à bras ouverts par tout le monde, sauf par Joe Laval et La Méduse. Deux hommes à la solde de Tocko Kalavitch le caïd local. Si Cade n'est pas parti de Bay Parish le lendemain midi, il risque de s'attirer de gros ennuis. Le moral assez bas et des questions plein la tête, Cade retourne sur son yacht.

Une jeune femme, Mimi, entrée en fraude dans le pays trouve refuge à bord. Malgré deux ans d'abstinence et les charmes presque dévoilés de la belle clandestine, Cade se montre chevaleresque et respectueux. Mimi Trujillo Estepar a quitté son Venezuela natal afin de rejoindre son époux disparu, un nommé Moran. Cade et Mimi redescendent le lendemain à terre, malgré les risques que cela comporte, problèmes avec l'immigration et autres, afin de dénicher l'adresse de Moran.

De retour sur son bateau Cade se heurte au cadavre de Joe Laval. Sachant pertinemment qu'il sera accusé de meurtre, Cade lève l'ancre en compagnie de Mimi, jette le corps du défunt sheriff et rejoint la Nouvelle-Orléans.

Dans un hôtel ils retrouvent la trace de Moran et de Janice. Janice ne s'est pas contentée de divorcer, elle a vendu à Tocko la maison familiale de Cade. Reste à celui-ci un terrain à Barataria Bay, sur lequel son père et lui-même ont construit bien des années auparavant une cabane. En fait de cabane, il s'agit d'un hôtel tout neuf, pas encore ouvert aux touristes et dont Janice est propriétaire associée à Moran. Cade et Mimi sont tombés dans le piège.

Entre Moran et Tocko c'est la guerre, Janice choisissant son camp en fonction du vainqueur. Cade assommé est jeté à la mer à quelques miles de la côte et sans Mimi, il pourrait dire adieu à la vie.

 

Les bons gagnent et la morale est suave. Cade malgré sa faim de chair fraîche et la proximité affriolante de la jeune et désirable Mimi, qui n'accepte de succomber aux plaisirs de la chair que dans le cadre du mariage, Cade réussit à réfréner ses désirs.

Day Keene, par misogynie ou connaissance profonde de l'âme féminine, nous régale de quelques aphorismes qui aujourd'hui prêtent à sourire. Par exemple :

Un homme averti en vaut deux, surtout quand il a affaire à la police ou à une femme.

ou encore :

Décidemment, se dit Cade, les hommes sont des créatures complexes, presque aussi compliquées que les femmes. Les exemples ne manquent pas, mais les traducteurs ont-ils respecté le texte originel ou ont-ils apporté leur petite touche, seul celui qui peut lire ce roman en version originale pourra infirmer ou confirmer ces quelques lignes.

 

Curiosité :

Alors que selon une règle non écrite mais respectée pratiquement par tous les écrivains de romans noirs, Day Keene en tête, les Brunes représentent le Mal incarné et les Blondes la pureté et l'innocence même, pour une fois les rôles sont inversés. Janice la Blonde se dresse en garce, en être fourbe, tandis que Mimi la Brune s'érige en femme vertueuse et sincère.

 

Day KEENE : En ménageant ma petite santé (The big kiss off - 1954. Traduction de H. Collard et R. Guillot). Série Noire N° 244. Parution avril 1955. 254 pages.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 08:50

La psychologie de comptoir.

André DUQUESNE : Freudaines.

Paris. Minuit. Après un repas bien arrosé et afin de défendre la vertu d'Henriette, Philippe Montigny frappe d'un coup de poing ajusté Arsène. Le patron du café s'écroule contre un coin de table et ne se relève pas.

Dégrisé, Philippe réalise qu'il vient de commettre un meurtre. Seuls témoins de cette algarade : Henriette, à peine seize printemps et Bernard, dix sept ans. Aussitôt Philippe prend les choses en main. Il décide de simuler un vol, prend les économies du cafetier et procure à chacun de solides alibis. Pendant que Bernard restera dans le café, Philippe et Henriette vont s'éclipser et faire croire à un retour.

Deux points en leur faveur : ils rencontrent une vague connaissance et tandis uils frappent au rideau de fer deux agents cyclistes qui effectuent leur ronde les surprennent et entendent Bernard à l'intérieur imiter Arsène.

Suite à cet "exploit" Philippe attrape quelque peu la grosse tête. Il se mesure à Frédo, le souteneur d'Irma, le bat et annexe celle-ci. De statut officiel d'étudiant, en réalité il passe plus de temps dans la rue qu'à la fac, le voilà devenu mac et meurtrier. Cependant les nuages s'amoncellent sur sa tête fragile.

Bernard désire plus rapidement que prévu sa part de galette et le commissaire Barrois se retrouve trop souvent sur son chemin. Quant à la belle-mère de Philippe, Marie-Madeleine, pas encore la quarantaine, elle lui fait des yeux doux.  Ce qui est nouveau mais compréhensible. Le père de Philippe, ex sénateur, a mal passé le cap de la soixantaine et néglige sa jeune femme.

Philippe se trouve à la tête d'un cheptel. Sa belle-mère pour l'hygiène, Irma pour le fric, et Henriette pour le cœur. Quoique celui-ci soit assez versatile.

Bernard devient de plus en plus encombrant, glouton, influencé par un ami homosexuel quadragénaire. Philippe décide de se débarrasser de ces deux parasites. Peut-être une erreur, d'autant plus qu'il est sujet à des vertiges, des dédoublement de personnalité, et mesure de moins en moins les risques encourus.

 

André Duquesne, ne signe à son premier roman à la Série Noire. Ecrit à la première personne du singulier, dans un style sec, nerveux, rapide dénué de fioriture, que l'on retrouvera tout au long de son œuvre. Seulement l'empoi systématique de l'argot marque l'époque et le roman a mal vieilli. De plus pour ses dix-neuf ans, Philippe Montigny semble trop adulte, trop mûr pour son âge, trop cynique envers les femmes, plus particulièrement dans ses relations avec Irma et sa belle-mère. Quant aux retournements de situations, ils ne sont guère crédibles.

 

Curiosité :

Tous les romans d'André Duquesne parus à la Série Noire ont été réédités en 1972 sous le patronyme de Herbert Ghilen chez Transworld Publications ou France Sud Publications. Ainsi Freudaines a été réédité sous le titre : Rencart avec personne.

 

Citation :

Pour croire dur comme fer à l'honnêteté, il faut être riche.

 

André DUQUESNE : Freudaines. Série Noire N°237. Parution février 1955. 184 pages.

 

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 08:54

...à l'hôtel des courants d'air !

Giles JACKSON : Charmante soirée

Nil Boyd et Anne Warriner, tous deux journalistes au Clarion, ont décidé de passer quelques jours de vacances dans la propriété de la jeune femme à Oldfield dans le Connecticut.

Afin de ne pas exciter la curiosité des voisins, mais surtout pour éviter tout commérage malveillant, Anne propose de prendre deux chambres à l'Hôtel du lac. Il fait nuit, la lune vient de se lever, un dernier verre serait le bien venu tandis que Nil ferait la cour à la jeune femme dans la chambre de celle-ci.

Tandis qu'ils lisent les prédictions concernant leur signe astrologique, un cri retentit. Boyd s'élance à travers la fenêtre, passe sur le toit de la véranda, glisse à terre et découvre le cadavre d'un inconnu.

Curieux hôtel qui abrite des pensionnaires enclins à sacrifier au Dieu Bacchus. D'abord monsieur Huguenot qui systématiquement rentre le soir dans un état d'ébriété avancée et lance un petit caillou dans l'une des fenêtres de l'hôtel. Ensuite madame Convoy et sa fille Eleanor qui s'adonnent également à l'absorption de boissons alcoolisées. Madame Convoy, funeste lubie, décidera ce soir-là de danser sur le toit de l'établissement. Madame Harris, elle, passe son temps à espionner ses voisines, Mary West et Ida Hampton, toutes deux institutrices. D'ailleurs elle s'est aménagé dans un placard un emplacement d'où elle écoute à l'aise ce qui se passe dans la chambre contigüe.

La curiosité est un vilain défaut : madame Harris aura la gorge tranchée ! Dudley Barnes, journaliste localier à Oldfield et Everett Macy, homme de loi venu de l'Ouest, complètent ce recensement. Enfin le couple Monaham préside aux destinées de l'hôtel.

Nil Boyd décide d'enquêter sur ces meurtres, en marge de la police et Anne Warrimer s'avèrera une aide précieuse et efficace, à défaut de se montrer amoureuse.

Ce roman, dont l'action se déroule dans la nuit du vendredi 12 août au samedi 13 au matin - d'après le calendrier perpétuel cela correspondrait à l'année 1938 - ce roman possède de forts accents browniens. La facilité avec laquelle les différents protagonistes ingèrent toutes sortes de boissons alcoolisées, le ton humoristique employé pour décrire les faits et gestes des personnages, ainsi que les dialogues; enfin l'aura de fantastique qui plane sur les événements de cette charmante soirée, tous ces ingrédients font irrésistiblement penser à Fredric Brown.

 

Curiosités :

Ce roman a été achevé d'imprimé un 1er janvier !

Giles Jackson, Albert Leffingwell de son véritable patronyme, a également écrit sous le pseudonyme de Dana Chambers, dont deux romans ont été traduits en France : Mignonne, voici la mort, La Main rouge no12 (1951), La Mort contre Vénus, Éditions Diderot.

Quant à Bruno Martin, le traducteur, il a traduit de nombreux ouvrages pour les éditions Fleuve Noir, notamment dans la collection Feu, collection pour laquelle il a écrit également quelques romans.

 

Giles JACKSON : Charmante soirée (Witch's Moon - 1941. Traduction de Bruno Martin). Série Noire N °230. Parution janvier 1955. 190 pages.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 08:51

Un bandit manchot...

Tedd THOMEY : La machine à sous.

John Rennick est vraiment en mauvaise posture : attaché par des menottes à une machine à sous, elle-même scellée à une table, il attend les flics. A son corps défendant. Et le spectacle qu'il peut contempler du haut de la terrasse de l'immeuble où il se trouve prisonnier n'est guère réjouissant. Le cadavre d'un policier gît dans le cocktail-bar, à quelques mètres de lui.

Il sait que les collègues du défunt ne vont pas tarder à rappliquer aussi il se démène comme un beau diable. Toujours enchaîné à sa machine à sous - la table a crié grâce - il se réfugie dans une chambre occupée par une jeune femme. Celle-ci le cache et lui sauve la mise. Le problème de Rennick est d'abord de se débarrasser de l'objet par trop encombrant et ensuite de retrouver deux salopards qui l'ont attaché ainsi qu'une jeune femme blonde. Il tient le rôle du traqueur traqué.

Un véritable course contre la montre qui permettra à Rennick de faire la connaissance de nombreuses blondes plus ou moins nymphomanes tandis que des tueurs sont lancés à ses trousses. Un chassé-croisé entre lui et ses deux poursuivants qui se déroule principalement dans l'hôtel résidence Le Charlemagne de Los Angeles et verra son apogée en mer à bord d'un bateau de plaisance. Quant à la machine à sous elle parait jouer un rôle capital dans cette intrigue.

 

Pourquoi et comment Rennick s'est fourvoyé dans ce méli-mélo, le lecteur ne le sait qu'à la page 141. Ce qui entretient certes le suspense, mais en même temps irrite et agace, ce suspense n'étant pas vraiment nécessaire. De même le lecteur ne perçoit la véritable signification de l'obsession de Rennick envers la mort d'un personnage nommé May qu'à la fin du roman.

 

Curiosité :

ce roman noir est une véritable symphonie en jaune. Le blond et le jaune prédominent aussi bien lorsqu'il s'agit de femmes que d'objets divers : papier-peint, chaussettes, enseignes, divan, semelles, corsage...

 

Citation :

- J'ai remarqué que les hommes sont menteurs, en général.

- Ça dépend de la femme.

 

Tedd THOMEY : La machine à sous. (And dream of evil - 1954. Traduction de H. Collard et Y. Viglain). Série Noire N°229. Parution décembre 1954. 254 pages.

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 08:00

 

...de vous connaître !

William Campbell GAULT : Le suaire enchanté

Sonné au cours du 7ème round, Luke Pilgrim ne reprend vraiment conscience qu'au petit déjeuner. Max Freeman, son manager, 1ui apprend qu'il a gagné son combat contre Charley. Après, ils sont allés en boîte. Luke a fait connaissance d'une superbe rouquine, Brenda Vane, un mannequin ex entraineuse. Ils ont raccompagné Max à l'hôtel puis Luke a passé une bonne partie de la nuit chez Brenda. Mais de tout cela Luke n'a aucun souvenir.

Ce qui est pour le moins désagréable la lecture des journaux lui apprenant le décès de Brenda assassinée par la main brutale d'un tueur sadique et vicieux. Luke est-il responsable de ce meurtre, 1ui qui dans un combat de boxe se conduit parfois comme un tueur ? Pour prouver son innocence, ou sa culpabilité, il lui faut rétablir son emploi du temps depuis ce fameux 7ème round jusqu'à son réveil du petit-déjeuner.

Malgré les conseils de Max, Luke ne veut pas abandonner la boxe sur une victoire au rabais. Luke se sent frustré, depuis quelques temps il ne combat que des tocards.

Il veut prouver sa valeur en se mesurant à Giani Patsy, un jeune loup aux dents longues tenu en laisse par des truands magouilleur. Luke prend des nouvelles de Charley à la clinique Drinkwater puis se rend au commissariat où il est reçu par le sergent Sands afin d'y faire sa déposition. Avec Sally, sa fiancée arrivée récemment de Chicago, il refait en voiture le trajet supposé de la veille. De l'endroit où Sam Wald a organisé la soirée jusqu'à chez Brenda puis retour à l'hôtel. En cours de route il aperçoit une enseigne publicitaire reproduisant un petit moulin qui lui rappelle de vagues réminiscences.

De l'appartement de la jeune femme ils se rendent au Harry's Hoot 0wl Club tenu par Harry Bevilaqua, un ancien boxeur ayant connu Brenda. Alors qu'ils discutent près d'une consommatrice, entre un chauffeur de taxi de nom de Noodles. Celui-ci après avoir été quelque peu malmené reconnait avoir ramené Pillgrim à son hôtel le soir du meurtre, l'ayant pris en charge sur le trottoir. Sam Wald accompagné de deux truands, Paul D'Amico et Johnny, un tueur, propose au boxeur un combat truqué contre Patsy, leur poulain devant gagner le match. Luke accepte, flairant le chantage, pour mieux les doubler et prévient Sands. Prétextant des achats, Sally rencontre seule Ruth, la petite amie de Noodles, qu'elle avait aperçue dans le bar d'Harry mais celle-ci ne peut lui fournir que de maigres renseignements.

Max loue une maison à Malibu afin que Luke puisse s'entrainer dans le calme. Suite à un message téléphoné de Noodles qui leur donne rendez-vous, Sally et Luke découvrent le chauffeur de taxi assassiné, sa concubine comme en transes. Nolan, un inspecteur de police rouquin qu'ils ont croisé à plusieurs reprises lors de leurs pérégrinations, arrive sur les entrefaites ce qui leur sauve la mise. Luke retourne s'entrainer à Malibu en compagnie de Tony Scarpa, un ancien boxeur, et de Charley. De plus en plus il pense que Bevilaqua est au centre de l'affaire el joue un rôle prépondérant.

 

William Campbell Gault joue sur l'association d'idée, d'images, mais également sur la similitude des mots puisque Drinkwater et Bevilaqua signifient tous deux Buveurs d'eau. Sans vouloir se montrer par trop moralisateur, W. C. Gault énonce dans ce roman quelques valeurs concernant la déontologie sportive, les vertus de la lecture - Luke par exemple doit s'enrichir intellectuellement grâce aux livres conseillés par Sally - et l'emploi de mots à connotation raciste.

- Il ne faut pas s'attaquer à Patsy Giani et sa bande de Ritals.

Je le corrige:

- D'Italiens. Sally prétend qu'il ne faut pas dire Rital.

 

Citation:

- Il y a un poste de télévision, si vous vous ennuyez tous les deux. Il y en même quatre !

- Il y a peut-être aussi une bibliothèque, dit Sally.

Pas de bibliothèque.

- Quatre postes de télévision, à cinq cents dollars pièce, à peu près, dit Sally. Ça fait deux mille dollars. Pour trois dollars quatre-vingt-dix, il pourrait y avoir les œuvres complètes de Shakespeare. Mais il préfère dépenser deux mille dollars pour voir des âneries.

 

William Campbell GAULT : Le suaire enchanté ( The canvas coffin- 1953 - traduit de l'américain par Henri Robillot). SN°189. Parution février 1954. 254 pages.

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 09:18

Y'a plus de saison mais toujours des bourreaux  !

M.E. CHABER : La saison du bourreau.

Milo March, enquêteur à Denver, n'est guère emballé d'effectuer une mission près de Los Angeles, mais il faut bien obéir à son patron, n'est-ce pas ?

Il rencontre donc dans la bonne ville d'Aragon Linn Willis, ingénieur, propriétaire d'un journal, d'usines d'aéronautiques et président du Comité Civique de redressement moral de la Cité. A l'en croire la bonne ville est sur la pente descendante et sombre dans le crime : enfer du jeu, de la drogue, de la prostitution. Les responsables de ces délits sont connus de tous mais inattaquables, sinon intouchables : Jan Lomer, la tête et Johnny Doll, les jambes. Là où le bât blesse, c'est que l'un des membres de la municipalité, et pourquoi pas du Comité, agit en sous-main pour protéger les deux malfrats. Afin de pouvoir enquêter en toute tranquillité et en toute légalité, Milo March est affublé d'une couverture : adjoint au district attorney.

Un appartement, une voiture et un numéro de téléphone figurant sur la liste rouge lui sont généreusement octroyés. Le secret n'est pas si bien gardé : successivement une prostituée puis deux flics s'introduisent chez Milo March. Deux flics, genre Laurel et Hardy mais en plus méchant, que Milo rencontrera souvent en travers de sa route, bleus et contusions seront là pour en témoigner. Ils s'introduisent chez Milo March qui est convoqué successivement chez Johnny Doll et Jan Lomer à qui il explique que son travail est de démasquer celui avec qui les truands sont en affaire, et non à traquer les truands eux-mêmes. Il rencontre une vieille demoiselle, Elisabeth Saxon, instigatrice de sa venue à qui il demande quelques précisions sur les membres du Comité : Linn Willis, le président, Georges Stern, avocat, Donald Reid, banquier, Sherman Marshall, Haut-commissaire des Parcs Nationaux, le docteur David Jilton et Miss Véga Russell, vedette de cinéma.

De retour à son appartement une surprise de taille l'attend : Mickie, la prostituée, git sur le lit, nue, assassinée. Harry Fleming et Gene Grant, les deux flics, font irruption et l'embarquent au commissariat. Le capitaine Logan, soupçonné d'être aux ordres du mystérieux commanditaire, le fait transférer d'un commissariat à un autre tout en se défoulant sur March par un passage à tabac en règle.

A la suite d'un appel téléphonique March est relâché. Martin Yale le District attorney qui s'inquiétait l'attend à la sortie du poste de police et se défend d'être l'auteur du coup de fil libérateur. Après une journée passée à se reposer de ses émotions et des coups reçus, March se rend au Cassandra Club. Il aperçoit Betty, une rouquine splendide employée comme secrétaire par le comité. Ensuite il a une discussion qui tourne à l'orage avec Véga Russell; enfin il est abordé par Janet, la fille de Sherman Marshall. Elle propose de continuer la conversation chez l'enquêteur. Après un intermède amoureux elle charge son père de tous les maux d'une façon apparemment naïve mais March réalise qu'en fait elle hait son géniteur. Le lendemain après un réveil en douceur de la part de Betty il rencontre Miss Saxon.

 

Première aventure de Milo March La saison du bourreau est un livre sans prétention, à l'intrigue linéaire et guère complexe. Peut-être est-ce pour cela que ce roman accroche dès le début et se lit sans ennui. Si le roman policier français s'exporte mal, le cognac lui ne souffre pas de cet ostracisme: March en fait une consommation effrénée.

 

Curiosité:

L'on peut être truand et amateur d'art : Jan Lomer possède une coupe d'argent authentique réalisée par Benvenuto Cellini.

 

Citation :

- Dites-moi, me lance-t-elle, vous avez couché avec Véga Russell ?

- Une femme intelligente devrait trouver la réponse sans avoir besoin de poser la question.

 

M.E. CHABER : La saison du bourreau. (Hangman's harvest - 1952. Traduit de l'américain par J.G. Marquet). Série Noire N°168. Parution juillet 1953. 254 pages.

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 08:55

C'est vrai quoi ! Ils sont toujours pressés !

Lee HERRINGTON : Minute, fossoyeurs !

Truand notoire, Malcom Portman a décidé d'acheter une conduite irréprochable.

Il contacte Barney Moffatt, adjoint du district attorney, désirant soulager sa conscience au sujet d'un cambriolage chez un certain Gillson. Il demande quelques heures pour régler ses affaires personnelles et donne rendez-vous à Moffatt au Pilgrim, l'hôtel où il loge. Moffatt s'y rend en compagnie de Sam Kincheloé, un ami policier.

Kincheloé abat Portman qui commet la faute de menacer les deux hommes avec un revolver. Gillson nie avoir été cambriolé mais il est impliqué dans une autre affaire: deux jeunes gens se sont tués au volant de sa voiture. Banal accident de voiture semble-t-il. Quant à Miss Zelma Daley, la fiancée de Portman, elle se plaint du vol d'une boîte à musique. Si Moffatt ne peut guère compter sur Gérard Frontenac, son soulographe de patron et district attorney à ses heures, il obtient une aide efficace en la personne de Patsy Delgado, son amie attachée au bureau de la circulation.

Gillson et Stella, la femme de Frontenac, rentraient d'une boîte de nuit, en voiture, ayant proposé aux jeunes de les raccompagner, l'adolescent conduisant la voiture. Homer Lane, détective privé véreux arrivé peu après sur les lieux de l'accident intervertit la position des corps. Il prend des photos et fait chanter Gillson. Lane engage Portman pour cambrioler le coffre-fort de Gillson et voler 10 000 dollars. Gillson se confie à Dee Knight, capitaine de la police, qui soupçonne immédiatement Portmann. Mais celui-ci et, Zelda décident de restituer l'argent et le petit truand prend rendez-vous avec Moffatt. Auparavant il met au clou la boite à musique contenant l'argent et les photos, sans prévenir son amie, d'où la plainte pour vol de la part de celle-ci. En coulisse cependant un inconnu tire les ficelles, maniant les personnages comme des pantins, dans le seul but de s'approprier la galette.

 

Ce roman, dans lequel plusieurs faits apparemment sans liens, convergent, traite de la guerre sourde des polices, mêlant histoires de chantage, de corruption, de magouilles et autres délits mineurs. Malheureusement si l'intention est bonne le reste ne suit pas. Les dialogues pas assez incisifs la complexité de la trame et un manque chronique d'action alourdissent la narration. Un récit classique dans la forme mais soporifique dans le fond.

 

Curiosité:

Lee Herrington décéda d'une crise cardiaque peu de temps après la publication de Minute, fossoyeurs son unique roman.

 

Lee HERRINGTON : Minute, fossoyeurs ! (Carry my coffin slowly - 1952.  Traduit de l'américain par Alex Grall). Série Noire N°126. Parution mai 1952.

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 08:34

Non, ce n'est pas de moi qu'il s'agit... !

James CURTIS : Poids lourd

On aurait dit à Tout p'tit Matthews Tu fais un jour de plus en tôle, il aurait sûrement rué dans les brancards. Une remise de peine de sept jours, cela ne se refuse pas !

Mais sortir de prison et découvrir raide morte dans son lit son amie Alice, une prostituée qui met vraiment du cœur à l'ouvrage, cela signifie la pendaison à court terme. Une seule solution, fuir.

Alf, un camionneur, accepte de le prendre à bord de son poids lourd. La police de la route arrête le routier et Matthews ne doit son salut qu'à un moment d'inattention de son gardien. Il fausse compagnie aux flics en volant leur propre véhicule. S'arrêtant dans un bar pour se restaurer, il rencontre Molly, une gagneuse itinérante avec qui il continue sa cavale. Mais la lecture de journaux incite Molly à plaquer son indésirable et recherché compagnon à Sheffield. Un chassé-croisé s'engage entre Alf, Molly et Tout p'tit Matthews, chacun subissant les contrecoups de cavale dans la pluie et le froid.

Pendant ce temps à Londres, un psychopathe schizophrène qui se surnomme Le Loup Solitaire continue son épuration chez les prostituées. Queenie, amie d'Alice, la dernière victime, remarque le tueur qui s'éclipse dans la foule. Molly est prise en stop par deux hommes qui bien vite se montrent entreprenant. Ils tentent de la violer dans un champ. Heureusement Tout p'tit Matthews passant par là réussit à assommer les deux agresseurs, et le couple repart dans le véhicule des deux indélicats. A Nottingham ils prennent le train pour Grantham. Molly, fatiguée, faible, découragée, n'aspire plus qu'à se ranger. Elle ne veut plus passer ses nuits sur le bitume, ne plus être obligée à se méfier des policiers, des hommes trop entreprenants et des mauvais payeurs.

 

Malgré certaines longueurs, notamment les passages dans lesquels l'auteur s'efface, laissant libre court aux pensées de ses personnages, Poids lourd s'inscrit dans la catégorie très bon roman. Si la conduite des camions et quelques péripéties datent un peu, on retiendra toutefois les problèmes actuels des routiers toujours confrontés aux mouchards et aux impératifs horaires.

N'est pas vraiment représentatif d'une poids lourd !

N'est pas vraiment représentatif d'une poids lourd !

Curiosités :

Lors d'une "visite" d'une maison en pleine campagne, Matthews fauche trois bouteilles de whisky, mais il n'aura pas l'occasion d'y toucher. Si les différents protagonistes s'arrêtent fréquemment dans les bars et les cafés, c'est pour ingurgiter une quantité impressionnante de thé.

Poids lourd a été adapté au cinéma en 1938 par Arthur Wodds, un film inédit en France. A ne pas confondre avec le film homonyme tourné en 1940 par Raoul Walsh avec Humphrey Bogart et George Raft dans les principaux rôles et qui se déroule également dans le milieu des camionneurs.

 

Ce roman a été réédité dans la collection Carré Noir, N°75 le 23 aout 1972.

 

James CURTIS : Poids lourd (They drive by night - 1938. Traduction de François Grommaire et Henri Robillot). Série Noire N°111. Parution 1er décembre 1951. 254 pages.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 08:46

Il faut toujours se méfier des couteaux, et même des seconds couteaux...

Richard Scott PRATHER : Un strapontin au Paradis

Dans le métier de détective privé, on en voit de toutes les couleurs. On peut s'attendre à effectuer toutes sortes d'enquêtes, mais Sheldon Scott n'aurait jamais imaginé qu'une jeune femme puisse requérir ses services pour la sortir, l'emmener danser et dîner en ville. Une proposition de travail assez bizarre mais Shell Scott a l'habitude de recevoir des clients déboussolés pour comprendre que ce genre de demande cache quelque chose de plus grave, de plus sérieux.

Georgia Martin est inquiète, sa jeune sœur Tracy a disparu depuis la veille et elle se doute d'un coup fourré. Pourtant elle ne peut avertir la police ni en dire plus à Shell. Ne peut ou ne veut.

Après une soirée mouvementée au El Cuchillo, une boîte de nuit dans laquelle se produisent des attractions dont un lanceur de couteaux, Shell et sa cliente sont pris en chasse par une voiture. Une poursuite qui se termine mal pour Georgia puisque celle-ci décède d'une indigestion de pruneaux. Avant de trépasser elle a néanmoins réussi à chuchoter quelques mots dont Narda et Tué.

Scott, désormais sur un terrain plus familier, sait maintenant ce qu'il lui reste à faire. Découvrir pourquoi sa cliente a été assassinée et retrouver Tracy. Il remonte la piste Narda, grand-prêtre d'une des nombreuses sectes qui fleurissent en Californie. Alors qu'il interroge Narda, deux tueurs, des jumeaux, font irruption et le séquestre dans une maison isolée où est déjà détenue Tracy. Ils réussissent à d'enfuir, tuant l'un des deux frères, et Tracy rentre chez son père.

Au El Cuchillo Lina est blessée par Miguel, le lanceur de couteaux et partenaire. Shell la recueille alors chez lui. Il repère un jeune homme sortant du temple u Monde Intérieur où officie Narda. Il s'agit d'un obscur écrivain qui, pour se faire de l'argent, rédige les sermons enflammés du grand-prêtre. Shell s'introduit subrepticement dans la chambre de Narda et subtilise les registres sur lesquels figurent les noms des fidèles ainsi qu'un verre à dent qu'il confie à son ami Sam, un policier, afin de procéder au relevé d'empreintes. Lors d'une nouvelle visite dans la boîte de nuit, Shell tue le second jumeau mais se fait blesser à la main par Miguel. Celui-ci, apparemment sous l'emprise de la drogue réussit à sa fondre dans la nuit. Shell trouve du réconfort auprès de Lina.

D'après le empreintes, figurant sur le verre, Narda et un certain Walter Press, truand notoire, ne font qu'un. Théoriquement l'escroc est décédé depuis un an et le signalement entre les deux hommes ne correspond pas.

 

Une histoire fort agréable à lire et menée rondement, par l'un des petits-maîtres méconnus du roman noir américain. A noter que les problèmes liés au trafic de la drogue et des sectes restent toujours d'actualité.

 

Curiosité :

Un strapontin au Paradis est le premier roman écrit par Richard S. Prather, le premier à être traduit en France et donc à la Série Noire et le premier dont Shell Scott est le héros. Malgré une quarantaine d'aventures et quarante millions de volumes vendus au Etats-Unis, Shell Scott et son père spirituel n'ont jamais eu les honneurs d'une adaptation télévisée ou cinématographique.

 

Richard Scott PRATHER : Un strapontin au Paradis

Réédition Carré Noir N°105. Parution le 15 février 1973. 3,80€.

 

Richard Scott PRATHER : Un strapontin au Paradis (Case of the vanishing beauty - 1950. Traduction de Maurice Tassart). Série Noire N°105. Editions Gallimard. Parution le 1er octobre 1951.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables