Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 09:19

Bon anniversaire à Janine Oriano, née le 18 décembre 1932, plus connue sous le nom de Janine Boissard.

Janine ORIANO : O.K. LEON !

Installé depuis peu dans son appartement, Léon reçoit des colis alimentaires de luxe de la part d'un mystérieux donateur. L'intérieur des papiers d'emballage est couvert de graffitis en forme de rébus qu'il ne peut déchiffrer.

Auprès de Berthe sa fiancée, qui passe trop de temps avec son cousin Gaston, et de la mère de celle-ci, il attribue ces dons à un oncle d'Amérique qu'il a perdu de vue depuis une vingtaine d'années et dont le seul cadeau qui lui reste est l'œil de verre du grand Buggy. Le dernier colis contient quatre mitraillettes, sur la crosse desquelles sont gravées des initiales dont les siennes. Ce qui ne l'empêche pas de continuer à faire du porte à porte, en compagnie de la Dussèche, une vieille fille en forme de planche à pain amoureuse de lui, et de tenter de placer des livres reliés.

Deux malabars du nom d'Okay et de Biffetons débarquent chez lui et l'appellent Patron, se mettant à son service. Ils le conduisent auprès du Caïd, un vieillard qui expire dans ses bras avant de pouvoir lui confier un secret. L'Aristo, un troisième larron, se joint au duo, attendant que Léon retrouve un coffret rempli de dollars.

Ils obéissent aux moindres désirs ou ordres de Léon, qui ne pense qu'à son futur mariage. Un dénommé la Violette s'introduit chez lui et réclame le magot. Le trio l'en débarrasse vite fait, bien fait. Dans un bar où il a ses habitudes, il comprend en voyant un gros bras que la méprise provient de l'œil de verre qu'il exhibe n'importe où. L'homme vient des USA, spécialement chargé de déchiffrer le rébus. Léon lui donne rendez-vous chez la Dussèche qui l'aide à séquestrer le truand dans sa cave dont l'aménagement date de la Seconde Guerre Mondiale, engins de torture y compris.

Jaloux Léon propose à ses sbires de forcer le coffre-fort de Gaston, le cousin trop empressé de sa fiancée qu'il a surpris rentrant chez lui un volumineux paquet à la main. Le lendemain, Léon se rend chez Gaston : Berthe n'a pas donné signe de vie depuis 48 heures. Il reçoit un message signé du Furet, ami de La Violette, et se rend à l'adresse indiquée. Il retrouve sa fiancée sous l'emprise d'un somnifère et du Furet. Il négocie la liberté de sa promise contre le trio de choc et l'identité du gus chargé de déchiffrer le rébus.

Il l'emmène chez la Dussèche et après avoir fait parler le prisonnier le Furet est harponné par l'Aristo and Co. Les trois hommes et Léon sont en possession d'éléments énigmatiques: deux noms, Irène et Saint Quentin et deux numéros, 14 et 5. Ils se débarrassent en douceur de la Dussèche puis Léon court délivrer sa fiancée. Ensuite il se rend à Saint Quentin, dans le Calvados, où après bien des avatars il apprend que tous les ans le 5 avril, une procession est organisée en l'honneur de Sainte Irène, la patronne de la commune.

Janine ORIANO : O.K. LEON !

Quiproquos et méprises ponctuent cette histoire digne d'une comédie policière de boulevard et dans laquelle l'action prime sur la description. Comme dans un célèbre magasin parisien, à chaque instant il s'y passe quelque chose. Il ne faut pas chercher de messages dans ce roman, simplement le plaisir de céder à la bonne humeur communicative et ambiante qui s'en dégage malgré les avatars de son héros et ses problèmes post-maritaux.

Janine Oriano ne se montre pas excessivement féministe, au contraire. Ses personnages, Berthe et la future belle-mère, sont empreints de duplicité et de cupidité, défauts éminemment communs aux deux sexes. Quant au héros, il fait partie de cette cohorte de personnages falots qui se subliment à un moment critique de leur existence et se découvrent un trésor intérieur de rouerie et de courage, capables alors de renverser le monde à leur profit. Janine Oriano possède le sens de l'intrigue et sait raconter une histoire.

Ce roman a été adapté au cinéma par Claude Vital en 1973 sous le titre de OK. patron

 

Citation: Il me regardait maintenant comme on regarde un mec qui retire sa chemise dans la rue, la partage en deux et offre la meilleure moitié à Boussac.

Janine ORIANO : O.K. LEON ! Série Noire N°1531, éditions Gallimard. Première parution octobre 1972. Réédition Carré Noir N° 441. 1982.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans La Malle aux souvenirs
commenter cet article

commentaires

Pierre FAVEROLLE 18/12/2014 21:05

Salut Paul, je le disais il y a quelque temps à l'ami Claude. Il serait injuste de ne pas te joindre à mes remerciements. Je vous remercie tous deux de parler de romans plus anciens. Et je suis vos avis et suggestions de près. Heureusement qu'il existe des sites d'occasion pour garnir mes bibliothèques ! Amitiés

Oncle Paul 20/12/2014 14:38

Bonjour Claude
En reprenant quelques lectures anciennes on se rend compte que nombre d'auteurs aujourd'hui tombés dans l'oubli avaient écrits des romans tout à fait intéressants et qu'il ne pas négliger
Amitiés

Claude LE NOCHER 19/12/2014 20:09

Salut Paul et Pierre
Je m'associe à la réponse de Paul. Moi aussi, je compte relire et chroniquer bon nombre de polars anciens en 2015. En parallèle de la production actuelle, bien sûr. Entre les 70 ans de la Série Noire et les 35 ans de Points (qui nous prépare des éditions millésimées de grand titres), on va explorer le passé autant que le présent. Amitiés.

Oncle Paul 19/12/2014 14:30

Bonjour Pierre
Et il serait injuste de laisser aux oubliettes des petits romans qui nous ont procuré du plaisir. Et de plus, je pense que Claude et moi-même faisons œuvre pie en proposant un petit coup de projecteur aux visiteurs qui découvrent ces auteurs et leurs livres dans des vide-greniers ou chez des bouquinistes et cela les incite peut-être à les découvrir. D'ailleurs en 2015, je privilégierai ces retours en arrière, las de faire la course aux nouveautés. Cela fera trente ans que j'écris des chroniques, et j'ai plein de choses sous le coude...
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables