Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 08:21

Comme disait ma grand-mère : on ne sait pas par quel bout la prendre...

Patricia RAPPENEAU : Tout ce qu'ils méritent.

La quoi ?

L'histoire ? Ça, ce n'est pas difficile, suffit de commencer par le début puis de dérouler tranquillement jusqu'à l'épilogue. Simple, non ? Sauf que l'histoire est plus compliquée qu'il y parait.

Rose ? Il est vrai que l'on pourrait donner la communion sans confession à Rose, belle et jolie, que dis-je, magnifique jeune fille, qui officie comme bonne du curé Troignon, en la bonne ville de Semur-en-Auxois, département de la Côte d'or, 3500 âmes environ en cette fin d'année 1908. Ange le jour, Démon la nuit, telle est la définition que l'on pourrait accoler à Rose, qui cache bien son jeu démoniaque. Et la nuit elle se transforme en vengeresse.

André ? André est gendarme dans cette même bonne ville de Semur, et lui aussi cache bien son jeu. Car si elle s'appelle André, c'est par un caprice de son père, mais c'est une femme. Seulement les hommes qui composent la petite compagnie de gendarmes ignorent qu'elle n'est pas du même sexe qu'eux, même si, et ils en sont tout étonnés eux-mêmes, ils ressentent à son contact comme un certain trouble. Pas tous, disons les moins niais.

 

Revenons quelque peu à Rose, qui jeune encore a connu les avanies d'une coexistence avec une fratrie incestueuse, et aujourd'hui encore sert d'exutoire génital au prêtre dont est la servante. Elle a ses petits trucs pour échapper parfois à la corvée nocturne. De toute façon le curé a des ressources sous sa soutane et n'hésite pas à prodiguer ses bons soins et offrir ses hosties à ses paroissiennes, même âgées.

Or Rose s'est mis en tête d'éradiquer ces prédateurs, s'érigeant en mante religieuse.

André, sous son uniforme de gendarme trentenaire, cache un passé trouble. Elle a une fille, Lucienne, âgée de sept ou huit ans, gardée par Gilberte, la sœur du géniteur. Et pour toute la petite ville, Lucienne est la sœur de Gilberte, pas même vingt ans, lingère de son état.

André prend son métier à cœur, et contrairement à ce qui se passe en général n'accepte pas le laisser-aller, surtout dans les enquêtes de meurtres. La police scientifique et le travail du médecin-légiste n'ont que quelques années d'existence et André prend soin à ce que ses collègues ne viennent pas placer leurs gros sabots dans des traces éventuelles laissées par le ou les assassins.

 

Et des meurtres, la petite ville de Semur commence à les comptabiliser. Parfois ce ne sont que des accidents, mais quand même, il y a anguille sous roche, et les vendanges mortuaires sont fructueuses. Mais André est pugnace, intègre, inflexible, et elle entend mener ce qu'elle considère come sa mission pour découvrir l'identité du, ou des fauteurs de troubles. Elle trouvera en Léon Dubrueil, le cafetier local qui gère quelques jeunes filles dont la qualité est de réconforter les mâles en mal d'amour, un allié de circonstance auquel elle ne sait pas résister et lui prouvera qu'en plus d'être intelligent, il est un homme qui ne manque pas d'arguments. Mais elle sera également confrontée au géniteur de la petite Lucienne, et à d'autres individus malsains.

 

Patricia Rappeneau joue habilement sur le système narratif, rédigeant à la troisième personne son texte, mais employant la première personne lorsqu'André devient l'acteur, ou l'actrice principale, du récit.

Ce qui permet au lecteur de naviguer dans cette intrigue en connaissant certains faits, et de suivre les tâtonnements, les réflexions, les problèmes et les sentiments d'André. Un montage narratif qui met en phase le lecteur et le héros, l'héroïne, tout en suivant de façon concrète certains événements. Et de vibrer en compagnie d'André lors de scènes houleuses, dangereuses, ou sentimentales. Ainsi que ses relations, parfois ambigües avec ses collègues et son supérieur.

Patricia Rappeneau démontre une maîtrise impeccable dans son intrigue et sa narration et j'espère que nous retrouverons André dans de nouvelles enquêtes tout aussi passionnantes. Car André est un héros attachant, dans son double rôle d'homme-femme et dans ses démêlés sentimentaux et professionnels tout en assumant un rôle de mère.

Pourtant, Tout ce qu'ils méritent n'est pas une bluette, loin s'en faut. C'est un roman fort, âpre, puissant. Patricia Rappeneau dévoile les turpitudes existant dans une petite ville à l'abri des murs, des bois et des fossés. Et si l'histoire se déroule fin 1908, ceci se produit encore de nos jours.

Peut être commandé en version numérique à l'adresse ci-dessous :

Patricia RAPPENEAU : Tout ce qu'ils méritent. Collection Marge noire. Editions De Borée. Parution le 16 mars 2017. 288 pages. 19,90€. Version numérique 9,99€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables