Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 08:57

Comme les candidats à l'élection présidentielle ?

Dick FRANCIS : A couteaux tirés

Le jeune réalisateur, Thomas Lyon, en tournage à Newmarket, la Mecque anglaise des courses hippiques, rend visite à son vieil ami Valentine, un ancien maréchal-ferrant atteint d’un cancer. Valentine vit avec sa sœur Dorothea. Il s’accuse d’avoir tué le « môme de Cornouailles » et déclare qu’il a confié le couteau à Derry. Lyon pense que le moribond délire. Valentine décédé, Paul, le fils de Dorothea, veut s’approprier les livres et dossiers que le vieil homme a légués au réalisateur.

Lyon continue le tournage du film, modifiant le scénario malgré Howard, le scénariste et romancier réputé. Il s’agit de la transposition d’un fait divers vieux de vingt-six ans. Un jeune entraîneur, Jackson Wells, a été soupçonné de la mort de Sonia, sa femme, retrouvée pendue. Thèse retenue, le suicide. Selon des rumeurs il couchait avec sa belle-sœur plus âgée. Sa culpabilité n’a pas été prouvée mais sa carrière en a pâtit.

Un entrefilet parait dans un journal à scandales et accuse Lyon de tous les maux. Howard avoue s’être laissé aller à des confidences mal interprétées auprès d’Alison, la nièce de Sonia, et qu’elle est à l’origine de l’article diffamatoire. L’esprit de corps prévaut. Nash, la vedette masculine du film, O’Hara, le producteur et Lyon se serrent les coudes et le tournage peut continuer. Pour Jackson, le livre et le film ne sont qu’histoire ancienne. L’entraîneur est remarié et a une fille de dix-huit ans, Lucy. Lyon les invite à participer au tournage.

Dorothea est agressée et laissée entre la vie et la mort. La maison est sens dessus dessous et les livres ont disparu. La doublure de Nash reçoit un coup de couteau. Lyon poursuit l’individu qui perd son arme. Le cinéaste la récupère et la remet aux policiers. Des messages anonymes invitent Lyon à arrêter le tournage sous peine de mort. Dorothea est soignée à l’hôpital et malgré Paul, un homme, imbu de lui-même, Lyon lui rend visite. Elle lui apprend que les livres ont été confiés à un jeune garagiste du voisinage.

Alison, Rodbury son frère, qui ont tous deux à peu près l’âge qu’aurait eu Sonia, et Audrey, leur mère dont le mari a vu sa carrière politique suspendue suite au scandale Jackson, viennent sur le tournage malgré leur aversion pour la version filmée du drame familial. Malgré les gilets rembourrés que Lyon a enfilés et les précautions prises, il est blessé d’un coup de couteau. Il est soigné par le docteur Gill, le médecin de Valentine et Dorothea. Paul apercevant l’arme blêmit.

Lyon récupère son héritage et demande à Lucy de l’aider à classer les documents. Le toubib lui annonce qu’un des spécialistes en armes blanches se nomme Derry et que Paul a été assassiné. Derry, quoique réticent, montre à Lyon sa collection d’armes dont une, forgée par Valentine. Il glisse dans la conversation que l’impuissance et de l’autoérotisme intéressaient fort le vieil homme.

Bien que la toile de fond des ouvrages de Dick Francis soit toujours les chevaux et les courses hippiques, les intrigues sont à chaque fois soignées et différentes.

L’on ne peut reprocher à l’auteur d’utiliser ce qu’il connaît bien et il apporte régulièrement une trouvaille, des situations nouvelles qui ne manquent ni de charme, ni de piquant.

Le monde du cinéma et de l’hippisme est décrit avec finesse et justesse, du moins pour l’amateur. Quant au mobile du drame qui s’était déroulé vingt six ans auparavant, il coupe… le souffle.

 

Réédition Grands Détectives N°2983. Editions 10/18. Parution septembre 1998. 322 pages.

Réédition Grands Détectives N°2983. Editions 10/18. Parution septembre 1998. 322 pages.

Dick FRANCIS : A couteaux tirés (Wild Horses - 1975. Traduction d'Evelyne Châtelain). Collection Suspense. Editions Calmann-Lévy. Parution avril 1996. 322 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables