Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 16:57

Vaudou, quand tu nous tiens !

    mercredi-des-cendres.jpg

 

 

Bill Pronzini, c’est avant tout le créateur du Nameless, le détective sans nom, mais il a écrit également des westerns, des essais, publié des anthologies policières, cosigné des romans avec M.H. Greenberg, John Lutz, Marcia Muller ou Barry Malzberg.

Mercredi des Cendres ne fait pas partie de la saga du Nameless. Totalement différent, c’est un roman de suspense alors que ceux mettant son héros de prédilection en scène sont plus des romans de détection.

Mercredi des Cendres est donc un roman de suspense dans lequel entrent un peu de mystère et de fantastique. L’action se déroule durant le Carnaval de La Nouvelle-Orléans. Ambiance de liesse, musique de jazz à l’appui. Mais le vaudou, cette coutume, ce culte qui provient des Antilles plane sur cette assemblée et principalement sur Steven Giroux, venu passer quelques jours en Louisiane, afin de se changer les idées, étant séparé de sa femme et de son enfant depuis peu

A l’hôtel où il réside, il fait la connaissance de Juleen. Ils discutent, vont assister à un défilé, se plaisent, et finissent la soirée chez la jeune femme. Pauvre Steven qui a bu quelques verres de trop et qui s’endort au moment le plus intéressant.

Cruel réveil. Juleen a disparu, ses bras sont couverts de sang. Que s’est-il passé, l’a-t-il assassinée ? Cette question il se la pose mais n’ose pas la résoudre bien qu’une odeur suspecte monte de la cave. Une senteur cadavérique… Le mystère plane, envoûtant.

Parmi les parades, les défilés aux participants déguisés, aux spectateurs masqués, il erre désemparé. Mais un homme portant un masque de dragon le suit inlassablement. Le vaudou, cette religion antillaise d’origine catholique, va donner des sueurs froides à Steven qui sera débordé par les événements et sera secondé inopinément par Mona. Mais Mona est-elle vraiment de son bord ? Bientôt il va douter.

Après un démarrage un peu lent, le livre atteint des dimensions démoniaques et sanglantes, que ce soit parmi la foule composite, turbulente, déchaînée, dans ce tourbillon carnavalesque qui sévit dans les rues de La Nouvelle-Orléans, ou dans le calme trompeur et mensonger des bayous.


Bill PRONZINI : Mercredi des Cendres (Masques – 1981. Traduction de Danièle et Pierre Bondil). Collection Engrenage International N°129. Décembre 1985. 288 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans La Malle aux souvenirs
commenter cet article

commentaires

Patrick 08/08/2013 20:30

Bonsoir ,
J'aime aussi cette collection , mais je n'ai pas ce roman..
J'ouvrirai l'oeil dans les brocantes..
Amitiés.

Oncle Paul 09/08/2013 09:55



Bonjour Patrick


C'est l'avant-dernier roman de cette collection et peut-être n'a-t-il pas eu la diffusion qu'il méritait. Une réédition s'imposerait... d'autant que Engrenage Internationnal était dirigé par
François Guérif.


Amitiés



Serge 31 08/08/2013 00:15

Bonjour Paul.
Un auteur prolixe boudé depuis quelques décennies par les éditeurs français. Dommage, notement pour tous les Nameless qui ne sont pas parvenus jusqu'à nous...
Amitiés.

Oncle Paul 08/08/2013 09:56



Bonjour Serge


Depuis des décennies peut-être pas car en 2001 et 2002 les éditions du Rocher avaient proposé deux titres : Le crime de John Faith et longue est la nuit. Mais il est dommage que les éditeurs
boudent cet auteur talentueux.


Amitiés



Sharon 07/08/2013 21:02

Je note... J'aime tout ce qui a trait à la Nouvelle Orléans.

Oncle Paul 08/08/2013 09:48



Moi aussi !


Le jazz, la zydeco, et ces images qui font rêver. Dire que Napoléon a bradé ce qui était une province française. Mais de toute façon elle ne le serait pas restée longtemps.


Amitiés



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables