Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 12:38

Le jeu des 7 terreurs ou Vous reprendrez bien une bonne dose de Haig...

Thierry PONCET : Les guerriers perdus.

1982. Île de Mindanao, Philippines.

Un sale tour que vient de jouer Vanda à ses compagnons et aux ouvriers qui travaillaient dans la mine d'or. Elle a tout fait sauter et s'est emparée du trésor amassé et de l'argent glané durement. Tout le monde connaissait la combinaison du coffre-fort, elle n'a eu aucune difficulté pour l'ouvrir. Seize mineurs philippins sont restés enfouis dans les décombres de la montagne. Quelques-uns en ont réchappés, et parmi eux les sept aventuriers, les sept mercenaires de la chasse aux butins conquis légalement ou non.

Les sept compagnons ne peuvent que constater les dégâts et se promettre de se venger de Vanda, la belle et fougueuse aventurière qui vient de les spolier et mettre dans la panade avec des morts sur les bras.

Cette petite bande est composée de Carlo, l'ancien légionnaire, chef non désigné officiellement mais dont le charisme subjugue ses compagnons qui lui obéissent sans rechigner.

Félix, son bras droit et son copain, plus petit et tout aussi trapu. Blond de cheveux tandis que Carlo est noir de poils.

Baltimore, le gros Juif américain et Kazan, le Kurde, Loum, le Thaï ancien champion de boxe, Boogie, le Français de Bordeaux, mécano à l'éternelle salopette maculée de gras, et enfin Haig, le gamin d'à peine dix-neuf ans, parti à l'aventure en compagnie de ces vieux briscards.

Ils se quittent en se promettant bien de mettre tôt ou tard la main sur Vanda, et de lui faire payer largement son forfait.

 

1990. Irlande.

Huit ans plus tard, Haig a roulé sa bosse un peu partout et même ailleurs. Traficoté de tout. Il a hérité d'une vieille baraque située sur la côte nord de l'Irlande. Il s'y repose entre deux aventures, rédigeant ses mémoires.

En 1988, un vieil habitant du port situé non loin fait intrusion dans son domicile. Ce n'est pas pour boire son whisky, quoique, qu'il investit ainsi la pièce où réside Haig, mais pour lui annoncer que deux hommes désirent le voir. Il s'agit de Carlo et Félix qui ont retrouvé la trace de Vanda en Floride, à Miami. La jeune femme dirige une boîte de nuit, le Wendy's, et le moment est venu de tenir leur promesse.

Ils partent à la recherche des autres compagnons, sauf Baltimore qui est déjà sur place et leur a signalé cet endroit. Seul Boogie qui s'est installé à Gao, au Mali, est propriétaire d'un garage prospère et il refuse de repartir à l'aventure. Les cinq hommes, Carlo, Félix, Loum, Kazan et Haig arrivent donc à Miami où ils rejoignent Baltimore, l'organisateur et le régisseur de ce qui va devenir un massacre.

Mais pas comme Carlo et ses compagnons l'avaient imaginé. Un fiasco enregistré, non pas à cause d'un manque de préparation, mais à la faute à pas de chance et aux impondérables qui surgissent toujours au moment où l'on s'y attend le moins. Alors, direction pour les survivants le Mexique, puis chacun pour soi.

Jusqu'au jour où Haig, continuant à parcourir le monde et trafiquant avec la même constance, apprend que Vanda est toujours vivante et s'est réfugiée en Albanie, au cœur des Balkans, dans une citadelle en haut d'un mont et jugée imprenable.

 

Successeur des aventuriers célèbres, Haig est une sorte de Bob Morane mâtiné de Corto Maltèse et de Doc Savage, pour la version papier, et pour la version historique et non fictionnesque, des hommes nommés Henry de Monfreid et de Joseph Kessel, ou encore Cizia Zyké qui fut le mentor de l'auteur, mais en plus violent, plus brigand, plus en marge de la légalité.

Roman d'aventures dans la plus pure acception du terme, Les guerriers perdus est une histoire d'amitiés, de vengeance, pleine de bruit et de fureur.

Mais c'est également l'occasion pour Thierry Poncet de décrire la situation géopolitique et sociale de l'Albanie après la chute d'Enver Hodja, dictateur d'obédience communiste de 1946 à 1985, date de sa mort. Le pays, à l'époque où se déroule cette histoire, se relève peu à peu de l'isolement dans lequel il était confiné, après la rupture avec toutes les puissances communistes soviétiques, en 1956, et chinoises en 1978, Hodja étant un fervent admirateur de Staline.

 

Thierry PONCET : Les guerriers perdus. Haig 2. Editions Taurnada. Parution 1er août 2016. 242 pages. 9,99€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables