Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 07:10

Un Noël versaillais

 

insulaires.jpg


Olivier, qui a suivi quelques années auparavant une cure de désintoxication, quitte le Midi et sa femme Odile, pour se rendre à Versailles. Sa mère vient de décéder, à quelques jours de Noël. Seulement l’inhumation ne sera effective qu’après la fête religieuse.

Désœuvré, Olivier se rend chez sa voisine de palier. Avec stupeur, Jeanne et lui se reconnaissent. Ils se sont connus vingt cinq ans auparavant. Tout jeunes ils étaient inséparables, à quinze ans ils avaient eu leur première et unique union charnelle, mais également ils portaient en eux un terrible secret. Ils s’étaient perdus de vue mais leurs retrouvailles s’effectuent comme s’ils ne s’étaient quittés que depuis la veille.

Jeanne vit avec Rodolphe, son frère aveugle, un être cynique qui jouit des désagréments qu’il prodigue envers ses congénères. Ce soir là il rentre ayant pris sous sa coupe Roland, un S.D.F. rencontré dans une église. Il lui a acheté des vêtements et invité à manger. Olivier retombe dans l’alcool et le lendemain il découvre Roland étranglé dans sa baignoire, une de ses cravates autour du coup. Olivier ne se rappelle de rien. Ils se débarrassent du cadavre en l’enfouissant dans un bois. Rodolphe connaît le passé d’Olivier et de Jeanne. Adolescents ils se réfugiaient sur une île imaginaire et avaient enlevé un bambin afin d’obtenir une rançon. Mais le kidnapping s’était mal terminé.

Entre Jeanne et Olivier la flamme qui les animait les embrase à nouveau malgré l’alcoolisme dans lequel Olivier a sombré. Après l’enterrement de sa mère Olivier décide de rester à Versailles et de couper les ponts avec sa femme. Le cadavre de Roland est retrouvé et un inspecteur remonte jusqu’à Rodolphe à cause des vêtements qu’il lui a acheté. Toutefois comme il est aveugle, la piste s’arrête là.

L’atmosphère sordide et cruelle, la description des personnages, leur déchéance, la situation dans laquelle ils évoluent, tout fait penser à l’univers des petites gens si bien décrit et mainte fois exploité par Simenon, ainsi qu’en témoigne cette citation : “ Lentement la chaleur reprenait possession de son corps, il redevenait flou, flasque, collant à la vie comme une boule de pâte molle ”. Peu de personnages, presque un huis clos feutré, parsemé de quelques touches d’humour qui mettent en valeur la noirceur du texte. Pascal Garnier raconte sans grandiloquence, sans effet de manchettes, sans coups de feu excessifs, et le résultat n’en est que plus efficace.


Pascal  GARNIER: Les insulaires, et autres romans noirs. Editions ZULMA. 24,90€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 20/12/2012 12:49

Bonjour Paul

Vite, que ce roman sorte en poche...
J'adore Pascal Garnier.....
Bonne journée...

Oncle Paul 20/12/2012 16:53



Bonjour Patrick


A l'origine ce roman a paru dans la collection poche les Noirs du Fleuve Noir sous le numéro 45 en mai 1998.


Bonne nouvelle les édition Points vont rééditer La Place du mort de Pascal Garnier qui lui aussi avait été édité dans la même collection sous le N° 30 en juin 97.


Un peu de patience....


Amicalement



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables