Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2017 5 15 /12 /décembre /2017 09:35

Allumer le feu !

Gaétan BRIXTEL : Une odeur de brûlé.

Le père au travail et la mère restant à la maison, n’ayant rien d’autre à faire que de s’occuper du lavage, du repassage, du nettoyage, de l’entretien, de préparer à manger et s’occuper des gamins, est une image qui longtemps s’est incrustée dans les idées et les mœurs.

Peu à peu, ce statut change, s’intervertit, et l’homme participe un peu plus à la vie familiale et s’investit dans l’éduction de ses enfants. Certains vont même à devenir père au foyer, s’occupant de tout, telle la bonne fée du logis, son épouse n’ayant plus qu’à enfiler ses chaussons avant de passer à table en rentrant du travail.

Vincent est aux petits soins pour le nouveau-né. Un petit Timothée qui a eu bien du mal à quitter le ventre maternel. Agathe, la parturiente primipare a souffert, le père aussi d’ailleurs, n’entrant dans la salle d’accouchement qu’à reculons.

Mais le plus dur est fait, il ne lui reste plus qu’à s’occuper de monsieur Bébé. Lui donner le biberon, pas le sein, on n’en est pas encore arrivé là, le changer, le cajoler, mais également passer l’aspirateur, traquer le moindre bout de commencement de début de fragment d’embryon de petit peu de pas grand-chose de morceau de poussière.

Cette situation, Vincent et Agathe ne l’ont pas délibérément choisie. Vincent est maniacodépressif, considéré comme handicapé, vivant avec des cachets à ingurgiter. Au début, tous deux étaient un peu perdus, mais il a bien fallu qu’Agathe reprenne son travail à la bibliothèque.

Dès qu’un petit pet de travers secoue Bébé, Vincent à tendance à s’affoler et téléphone à sa femme, quitte à la déranger.

Le pire arrive quand Bébé Timothée est atteint d’une crise de diarrhée, et Vincent est rapidement débordé.

 

Gaétan Brixtel joue avec les situations comme s’il avait vécu ce genre d’épisode. Il narre ce qui perturbe Vincent comme si lui-même avait été confronté à ce problème. Une histoire prise sur le vif, presqu’un reportage de ces nouveaux pères qui seuls doivent affronter des problèmes que les femmes, sans qu’elles aient été préparées à les résoudre, parviennent à dénouer sans pour autant s’affoler. Enfin pas toujours.

Ses nouvelles sont empreintes d’un réalisme troublant, jouant sur les situations du quotidien, sans forcer le trait et sans emprunter à des genres comme le fantastique. Un peu comme un témoignage pris sur le vif.

Au fil de ses nouvelles, Gaétan Brixtel s’affirme comme un nouvelliste de talent, dans le droit sillage de Guy de Maupassant, de Maurice Level, de Marc Villard, pour ne citer que quelques-uns des meilleurs représentants Français, mais dans un registre nettement plus intimiste.

 

Pour commander cette nouvelle, une seule adresse :

Pour quelques chroniques de plus :

Gaétan BRIXTEL : Une odeur de brûlé. Nouvelle numérique. Collection Noire sœur. Editions Ska. Parution décembre 2017. 15 pages. 1,99€.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables