Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 05:35

Bon appétit, bien sûr !

Pascal GRAND : De sucre et de sang.

Installé depuis quelques mois à Orléans, Antoine Léonard Toussaint est un jeune chirurgien juré, une profession à l'origine des médecins légistes.

Il a fait ses études à Rouen, mais pour des raisons qui lui sont propres, il a été obligé de changer de région. Depuis, il enseigne et dissèque les cadavres, quand il y en a, évidemment. Des morts suspectes comme celui de cet inconnu qui est retrouvé dans une bascule, c'est à dire un tonneau empli d'eau dans lequel les pêcheurs sur la Loire glissent leurs prises afin de rentrer au port avec une cargaison encore frétillante.

Toussaint a fait son trou dans la bonne société, fréquentant plus ou moins les édiles, parfois par obligation, mais surtout le libraire Couret de Villeneuve auprès duquel il achète des ouvrages de La Mettrie, médecin libertin, dont il apprend par cœur des passages. L'un de ses ouvrages de référence est intitulé l'Art de jouir, tout un programme. Il n'est pas indifférent aux jeunes filles de la bonne société, ni aux autres d'ailleurs, mais il est affligé d'un problème, pour le moment insoluble : il a l'aiguillette nouée.

Au cours d'une séance organisée de mesmérisme animal par Louis-Amédée Soupault, riche négociant en produit divers, Toussaint fait la connaissance de la belle et jeune Hortense, fille de la famille Marotte dont il ne reste plus que la mère, le père étant décédé, et un oncle, Etienne. Et Hortense, dont il apprécie la conversation, le mande bientôt chez elle afin de soigner un sien cousin qui a été blessé. Toussaint n'est guère convaincu par les liens de parenté, mais après tout, ceci ne le regarde pas.

Toussaint vit dans un petit logement que lui a conseillé Grostête, lieutenant à l'administration des Turcies et Levées, organisme qui est en charge de la construction et de l'entretien des digues édifiées le long de la Loire. Et l'histoire du tonneau ne plait pas du tout à Grostête, cette affaire pouvant jeter le discrédit sur les pêcheurs.

La mère d'Hortense est l'héritière d'une des nombreuses raffineries sucrières orléanaises, et elle dirige son entreprise d'une main de maître. Seulement, des jeunes femmes sont retrouvées égorgées et les pistes suivies par le commissaire Cerisier, qui mène l'enquête en compagnie de Toussaint, semblent converger vers cette raffinerie.

Toussaint, Cerisier et Grôstête qui apporte son aide, ses connaissances des lieux et son soutien par amitié, vont devoir mener une enquête difficile, contrariée et contrecarrée par le lieutenant général de police Miron de Pont le Roy, et surtout des représentants royaux de la justice. D'autant qu'une directive émanant de l'intendant du roi demande à ce que l'enquête sur le cadavre de la bascule soit considérée comme affaire classée.

 

Toussaint et ses compagnons sont confrontés à des affaires et des enquêtes qui s'intercalent les unes dans les autres, comme un imbroglio dont il est difficile de démêler les différents fils. Le cadavre de la bascule, les femmes égorgées, la faction des Illuminés de Bavière, les expériences de mesmérisme animal, le cousin blessé, les dissensions entre les différents service de police et de justice (déjà !), les tentatives de meurtres envers Toussaint et Hortense, des anciens galériens, une faune qui vit dans les bouges sur les ports d'Orléans et des environs, tout un amalgame admirablement maîtrisé par Pascal Grand qui restitue avec vivacité l'Ancien Régime.

En ce mois de mars 1785, la France et ce petit coin du Val de Loire, ne sont pas plongés dans une léthargie lénifiante. La Révolution approche, mais ce sont surtout les innovations qui se profilent grâce à des jeunes promis à un bel avenir et qui désirent se démarquer de leurs anciens confits dans leurs certitudes. Ainsi Toussaint, ce chirurgien juré, dont les attributions sont les prémices de la médecine légale, peste contre les manquements de ses confrères, contre leurs méthodes désuètes et mortifères.

Plus qu'une histoire policière, Pascal Grand nous offre une reconstitution historique à la Dumas, comme dans le Docteur Mystère, mais sans nous plonger au cœur de la Révolution. Cela viendra peut-être si l'auteur daigne poursuivre les aventures de ce chirurgien et de ses amis, Grostête et Cerisier.

 

Si vous introduisez des femmes dans les loges, les maçons, qui aiment à se dire des hommes libres, deviendront des libertins.

Pascal GRAND : De sucre et de sang. Editions Pavillon Noir. Parution le 18 avril 2017. 320 pages. 14,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 19/05/2017 13:14

Comme Sharon, je le note pour cet été, entre deux cocktails....

Sharon 16/05/2017 20:46

Je prends note de ce titre - quand je serai un peu moins prise par le collège.

Oncle Paul 17/05/2017 09:25

Pour cet été alors...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables