Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 04:07

Il avait mis le produit de ses fouilles dans les caisses !

Sax ROHMER : L’esprit du faucon noir

Si Fu-Manchu a marqué de son empreinte l’univers littéraire de Sax Rohmer, il ne faut pas oublier les nombreuses autres nouvelles que l’auteur britannique a écrites en prenant pour décor l’Orient mystérieux.

Dans les nouvelles présentées dans ce volume, six sont extraites de Tales of Secret Egypt (1918), six autres textes ayant été proposés dans Le détective d’Allah (Aventure Insensée N°1939). Les quatre autres nouvelles composant ce volume ont été éditées séparément entre 1922 et 1926.

Des textes qui jouent sur le thème du Mystère, avec des à-côtés fantastiques, policiers ou simplement d’aventures, mais toutes possèdent pour décor l’Egypte. L’Egypte antique et l’Egypte moderne se catapultent, s’intègrent, ne font plus qu’une car le passé et le présent s’amalgament.

Les superstitions et le cartésianisme se marient et se jouent des différents protagonistes, en leur offrant de nombreux sujets de conversations.

Lieux hantés, recherches archéologiques contrariées, bijoux portés par de magnifiques femmes aux yeux noirs, phénomènes surnaturels, tels sont les thèmes développés, et que l’on retrouve dans ces nouvelles, à des degrés divers.

Si les bijoux, bagues et pierres précieuses s’avèrent tangibles, palpables, dérobées parfois et issues de trésors millénaires, les autres phénomènes peuvent être interprétés comme des manifestations produites par des illusions, dues à l’alcool notamment, ou à une disposition d’esprit favorable à des réminiscences de sortilèges antiques. A moins que des revenants ou descendants préposés à la garde des lieux sacrés comme les puits menant aux trésors enfouis, prennent leurs rôles au sérieux afin de conserver l’intégrité des ruines sacrées.

La magie des Mille et une nuits se transmet à travers les siècles, trouve de nouveaux supports mais dans la continuité des légendes plus ou moins issues de faits réels. Mais s’agit-il de sortilèges ou de tours de passe-passe ?

 

Et comme deux avis valent mieux qu’un seul, je vous propose celui-ci :

Contrairement à La Malédiction qui jouait à plein la carte d'un Fantastique assez « musclé », L'Esprit du Faucon Noir se situe plus dans la tradition des contes orientaux modernisés, des contes où l'incertitude fantastique et l'onirisme ont la part belle. C'est un Sax Rohmer toujours passionné (comme bien de ses confrères de l'époque) par les mystères de l'Orient que l'on retrouve ici, mais dans une veine inhabituelle chez lui et bien différente de la mise en scène des exactions de Fu Manchu. Cette facette de l'auteur se retrouve également dans l'autre recueil, policier, lui, publié en même temps par « 10/18 », Le Détective d'Allah. En tout cas, c'est toujours avec un plaisir renouvelé que l'on retrouve ce Sax Rohmer nouvelliste, qui sait si bien nous enchanter avec ses perles mystérieuses nées de l'union du désert et de la clarté lunaire.

Richard D. NOLANE. Première parution : 1/9/1989 dans Fiction 411.

 

Sommaire :

Francis LACASSIN : Préface.

 

Secrète Egypte :

Le Seigneur des chacals (Lord of the Jackals)

Le Piège aux Ames (Lure of Souls)

Le Secret d'Ismaël (The Secret of Ismail)

Harun Pacha (Harûn Pasha / Haroun Pasha)

Dans la vallée de la Sorcière (In the Valley of the Sorceress)

Fleur de Grenadier (Pomegranate Flower)

 

Autres mystères d’Egypte :

La Main du Cheikh Blanc (The Hand of the White Sheikh)

Le Père des Voleurs (Father of Thieves)

L'Esprit du Faucon Noir (Spirit of the Black Hawk)

Le Trésor de Taïa (The Treasure of Taia / The Haunted temple)

 

Francis LACASSIN, Bibliographie

 

Sax ROHMER : L’esprit du faucon noir (Tales of Secret Egypt. Traduction de Robert-Pierre Castel). Collection L’aventure insensée N°1940. Editions 10/18. Parution juin 1988. 256 pages.

ISBN : 9782264011251

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 05:16

Un auteur rémois qui pétille !

Brice TARVEL : La maison à claire-voie.

Le propre d’un prosateur, romancier, nouvelliste, poète, ou les trois, est de se renouveler sans perdre son âme, son identité, même s’il utilise plusieurs pseudonymes.

Le propre d’un éditeur est de proposer un panel de textes nouveaux et anciens, méconnus pour ces derniers, afin de s’imprégner de l’œuvre concoctée en quelques décennies par un auteur dont le seul but est de captiver son lecteur et de le sortir d’une morosité ambiante.

Penchons-nous tout d’abord sur la nouvelle éponyme du recueil, la plus longue, qui nous transporte dans l’Amérique profonde.

La maison à claire-voie. Après quelques années de vie commune avec Matt, Kimi a jeté l’éponge. C’était un échec, Matt, et il était imbuvable malgré tout l’alcool qu’il ingurgitait. Et la voiture de Matt est comme lui, déglinguée, si bien que Kimi tombe en panne au milieu d’une nature aride. Il fait chaud. Conséquence directe, il fait soif. Et Kimi espère bien découvrir parmi les buissons de genévriers et les rochers disséminés un peu partout, une bâtisse accueillante. Mais ce qui se présente à ses yeux n’est qu’une bicoque en bois aux pans verticaux disjoints, entourée d’arbres rabougris sur les branches desquels pendouillent de vieilles canettes de bière et de soda. Des mobiles ruraux incongrus dans ce paysage désolé. C’est l’œuvre du Sonné lui apprend un colosse qui la surprend dans l’expectative.

Ils sont cinq à l’intérieur, Cliff, celui qui l’a interpellée, Oren, le Sonné, Tony et Cochise. Cinq rebuts de la société, des barjots, différents les uns des autres aussi bien mentalement que physiquement. Mom de sa tanière nichée là-haut dans la mezzanine plongée dans l’obscurité, et Cerise, la gamine décharnée qui ne pourrait pas figurer dans une publicité pour des assurances complètent la panoplie humaine. Mais ce serait trop beau s’il fallait en rester là. Car entre ces déjantés et des motards sillonnant le paysage, une guerre larvée a été déclarée. Les moyens ne manquent pas pour se chicaner, voire plus. Et ils en sont à un cheveu de s’exterminer.

 

L’assassin viendra ce soir nous invite à entrer dans l’intimité d’une famille moyenne, très moyenne, avec le père qui pourrait être la réplique de Gros dégueulasse de Reiser, la mère, sur laquelle je ne m’étendrai pas, trop de surface, la fille Perce-neige dont les globes fessiers la plupart du temps ne sont pas recouverts d’une culotte, frustrant les curieux qui aimeraient bien en connaître la couleur, et du fils, une bonne dizaine d’années et dont un copain bidouilleur a traficoté la zapette, plongé dans la lecture des Aventures du Limier des Ténèbres. A la télé, se déroule un programme intitulé L’assassin viendra ce soir. Le principe est de dévoiler en direct la photographie d’un individu, cliché pioché au hasard, qui sera la cible de l’assassin. Et c’est avec un intérêt mitigé que cette famille se rend compte que l’heureux élu n’est autre que le père. L’angoisse monte et atteint son comble lorsque le gamin découvre son père avachi dans son fauteuil un sourire kabyle égayant sa face.

 

Florian n’a pas quinze ans mais devant lui se profile un avenir de petit voyou. Il s’introduit un soir dans une maison, dont la porte n’est pas fermée. A la main il brandit la réplique d’un revolver. Il est tout étonné, en entrant dans une pièce, de se trouver face à face à une vieille femme qui braque une arme qui n’est pas fictive et lui affirme qu’elle l’attendait. Elle lui reproche d’être fautif de la disparition de Pompon, son Persan bleu. Il a beau contester cette affirmation, elle n’en démord pas. Sa vengeance sera terrible.

 

Enfin, dans Les chiens noirs, nous faisons la connaissance d’une famille longeant en voiture le Lac Champlain au Canada. L’homme consomme plus que son véhicule, une Chevrolet qui mériterait de figurer dans un cimetière pour tacots. La pluie tombe, et Rachel n’est pas rassurée. Pas tant pour son homme ou pour elle, mais pour Melinda, leur fille de cinq ans surnommée Choupette. La pluie, des balais d’essuie-glaces qui ne sont plaqués sur le pare-brise que pour la frime, un phare borgne, une voie étroite à l’asphalte dégradé, il leur tarde d’arriver chez Tante Rosanna éleveuse de poulets, qui leur offre un hébergement en attendant que les finances cessent de faire la gueule. Rosanna au plus haut des cieux ! C’est à ce moment qu’un chien noir déboule au milieu de la route. Le réflexe du conducteur le propulse contre un arbre. Ils ne sont pas particulièrement musiciens, alors une voiture en accordéon, à quoi cela peut-il leur servir. Heureusement un indigène, ou autochtone pour ceux qui préfèrent, arrive dans sa guimbarde à plateau. Il accepte de les prendre à bord, de les dépanner, le seul problème, ce sont les trois chiens noirs placés à l’arrière. Or, pour Rachel, chien noir équivaut à une malédiction. Trois en plus, c’est l’entrée de l’enfer.

 

L’inconvénient, lorsque l’on possède près de soixante-dix ans de lectures derrière soi, c’est de plaquer inconsciemment des réminiscences littéraires aux textes que l’on est entrain de lire.

Ainsi je n’ai pu m’empêcher de relier ces textes à quelques noms, comme Reiser mentionné ci-dessus. A Pierre Pelot par exemple et ses paumés vosgiens. A Stephen King ou encore à Graham Masterton, mais pour ce dernier auteur, c’était facile puisque Les Chiens noirs figurent dans le recueil qui lui a été dédié chez Rivière Blanche.

Pour autant se référer à tel ou tel auteur n’est pas à proprement parler (ou écrire) établir des comparaisons. Juste mettre en valeur un contexte, une atmosphère, une ambiance, un décor.

Brice Tarvel possède sa propre personnalité pour ne pas emprunter à des confrères, aussi talentueux soient-ils. Mais il aime se glisser dans la peau de personnages, pour preuve les nouvelles aventures qu’il a imaginé à Harry Dickson ou à Bob Morane. Il prolonge le plaisir avec des nouvelles soignées, grâce à un style littéraire personnel.

Ces nouvelles ne sont ni policières, ni fantastiques, mais jouent sur la frange de ces deux thèmes, oscillant vers le dérisoire, l’humour, l’inquiétude, l’angoisse, portés par la présence d’enfants dont le rôle est parfois primordial.

Brice Tarvel, auteur discret mais prolifique, produit depuis 1971 et ses textes ont été publiés dans de nombreux magazines et fanzine. Il serrait dommage de les oublier et j’espère que Madame Zinédi pourra nous proposer ce que l’on pourrait presque appeler des incunables.

 

Les bêtes, ça n’allait jamais à l’école, rien que pour cette raison, elles méritaient le respect.

 

La maison à claire-voie. Inédit.

L’assassin viendra ce soir. Dans Malpertuis –II, anthologie composée par Thomas Bauduret. Collection Brouillards N°12. Editions Malpertuis. Parution octobre 2010

Le persan bleu. [Sous le pseudonyme de François Barrol].Première parution dans L’Union, n°11356, périodique, 29 octobre 1981.Réédition dans BiblioSF, n°7, périodique, décembre 2013.

Les chiens noirs. Première parution dans Les mondes de Masterton. Anthologie composée par Marc Bailly. Editions Rivière blanche. Collection Fusée», n°23. Parution Janvier 2012.

 

Brice TARVEL : La maison à claire-voie. Collection Textures. Editions Zinédi. Parution 28 janvier 2021. 208 pages. 17,90€.

ISBN : 978-2848592190

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 05:36

Et ils se sont amusés à les compter ?

Sax ROHMER : La malédiction des mille baisers.

Comme bien des romanciers de cette époque, celle du début du XXe siècle, Sax Rohmer a été vampirisé par son personnage diabolique de Fu-Manchu. Et la plupart de ses contes et nouvelles longtemps sont passés à la trappe, du moins en France.

Pourtant grâce aux chercheurs et amateurs du genre, dont fit partie Francis Lacassin, des textes oubliés, méconnus ou non traduits sortent du rang, et l’on peut se demander pourquoi ils ont fait l’objet d’un tel oubli.

Dans les douze nouvelles qui figurent dans ce recueil et qui sont recensées dans le sommaire ci-dessous, même si Fu-Manchu n’apparaît pas, quelques thèmes chers à Sax Rohmer sont néanmoins présents.

Celui du savant, pas fou mais presque, et surtout l’Asie mystérieuse, dont la Birmanie, et le Moyen-Orient des contes des Mille et une nuits. L’Egypte notamment y est soit évoquée, soit sert de décor à ces nouvelles ou plutôt contes qui se réfèrent à l’Antiquité ou à la période au cours de laquelle ils ont été écrits, toujours avec ce rapport du mystérieux transmis par les Dieux égyptiens. Des objets découverts dans des magasins d’antiquités ou offerts, en héritage ou autre, mais qui se révèlent maléfiques.

Une constante pour des nouvelles publiées entre 1904 et 1950. Mais contrairement à certains textes de cette époque, ces nouvelles n’ont pas subi l’outrage du temps. Elles ne sont pas surannées, désuètes, et l’on pourrait presque croire qu’elles datent de nos jours, par un auteur qui ne se vautre pas dans la violence ou le sexe, mais les englobe dans une aura de mystère qui se prolonge jusque dans les conclusions.

En effet tout n’est pas toujours expliqué et laisse au lecteur le plaisir de se forger une fin qui lui convient.

 

Sommaire :

Tchériapine (Tcheriapin – 1922)

Maison de cauchemar (Nightmare House – 1932)

La lumière de l'Atlantide (The Light of Atlantis – 1932)

La vallée du Juste (Valley of the Just – 1914)

Le maître de Hollow Grange (The Master of Hollow Grange – 1918)

La lame brisée (A Broken Blade – 1950)

L'araignée verte (The Green Spider – 1904)

La maison possédée (A house Possesed – 1912)

Le chat (The Cat – 1914)

Le lit-léopard (The Leopard-couch – 1904)

La marque de Maat (The Mark of Maat – 1944)

La malédiction des mille baisers (Curse of a Thousand Kisses – 1918)

Sax Rohmer ou Aladin et la lampe incendiaire par Francis Lacassin.

Première édition : collection les Maîtres de l’étrange et de la peur N°13. Editions 10/18. Parution février 1981.

Première édition : collection les Maîtres de l’étrange et de la peur N°13. Editions 10/18. Parution février 1981.

Sax ROHMER : La malédiction des mille baisers. Traduction de Robert-Pierre Castel. Collection L’Aventure insensée N°1852. Editions 10/18. Parution mai 1987. 238 pages.

ISBN : 9782264010513

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 05:29

Les microbes d’antan n’étaient pas ceux de maintenant…

Microbes d’antan. Recueil de nouvelles recueillies et postfacées par Christian Soulignac.

Au sommaire de ce recueil des nouvelles écrites par Charles Epheyre, Gaston Vassy et H.G. Wells.

Le microscope par Gaston Vassy (1847 – 1885) met en scène Cornélius Schultz, docteur en mathématiques, en sciences physiques, en médecine, en théologie, auteur d’un ouvrage en vingt quatre volumes et ne vit que par l’achèvement du vingt cinquième traitant de l’influence des animalcules du sang humain sur l’équilibre de l’âme. Son voisin Zanello Zanelli a été surpris en train de vitupérer, de lancer des malédictions, de vouer aux gémonies le brave docteur et même de le considérer comme un rotifère. Cornélius invite donc son irascible voisin à lui rendre visite et se plaint de ne pas posséder un microscope assez puissant pour compter le nombre de facettes placées sur l’œil d’un infusoire polygastrique.

Cette aimable nouvelle est l’une des moult variations fantastiques du thème de Faust qui était à l’honneur à l’époque de sa parution, en 1873. Quant à Gaston Vassy, il fait partie de cette cohorte d’inconnus que l’on redécouvre aujourd’hui, aussi bien à travers cette parution, que par des revues spécialisées comme le Codex Atlanticus.

 

Le microbe du professeur Bakermann par Charles Epheyre (1850 – 1935). En ces derniers jours du mois de décembre 1935, le professeur Bakermann se frotte les mains de satisfaction. Il a trouvé le moyen de créer un nouveau microbe, plus redoutable que tous ceux déjà enregistré, le Bacillus morti-fulgurans. Et comme tous les soirs ou presque, il va fêter sa découverte entre amis, sans leur en parler bien sûr. Seulement sa femme n’apprécie pas du tout, premièrement qu’il s’encanaille à boire des chopes de bière et à jouer au piquet. Deuxièmement Madame Bakermann est jalouse et pense que son époux a conté fleurette avec une de leurs anciennes domestiques. Alors elle fait une incursion dans le laboratoire de son mari afin de découvrir de supposées lettres qu’Elisa (c’est le nom de cette servante) aurait écrites au professeur et ce qui devait arriver se produit. Elle a été exposée aux effets néfastes du bacille et elle en meure. Le docteur consulté affirme qu’elle a été contaminée par le Koussmi-koussmi du Dahomey. L’épidémie gagne la ville puis les pays environnants.

Une aimable digression sur le ravage provoqué par un microbe et la solution trouvée par le professeur pour le combattre. Mais au delà de cette incursion dans la science-fiction, ce texte a été publié en 1891, on pourra y voir une sorte de prémonition en rapport avec les guerres bactériologiques. N’oublions pas que Charles Epheyre situe son histoire en 1935, incidemment année de sa mort. Mais en 2020 cette nouvelle n’a pas perdu de son sens.

 

Un blanc qui deviendra nègre de H.G. Wells : Cette fois encore une variation sur la découverte d’un microbe et ses effets néfastes. Mais Wells traite son sujet avec humour et l’épilogue est une jolie pirouette. Ce texte a été publié en France en 1904, et selon l’éditeur jamais été réédité. L’occasion de découvrir une nouvelle écrite par l’auteur de La guerre des mondes, de l’Homme invisible, La machine à explorer le temps et autres romans tous plus connus les uns que les autres.

Microbes d’antan. Recueil de nouvelles recueillies et postfacées par Christian Soulignac. Illustrations de Lionel Bret. Collection Biloba. Editions Ginkgo. Parution juin 2003. 96 pages.

ISBN : 9782846790123

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 05:38

Les vieux ne meurent pas
Ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main
Ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l'autre reste là

Jacques Brel

Aline BAUDU : Les épluchures, suivi de Chez Gino.

En réalité, ceux que l’on appelle seniors sont des vétérans de la vie… En voici deux exemples.

Les épluchures :

Arrivés, péniblement, à la retraite, ils font et refont les mêmes gestes qu’au début de leur union. Pas tous, évidemment, ou du moins pas aussi souvent, mais la routine s’est installée.

Elle épluche les légumes et place les détritus dans un récipient. Lui, comme avant se confine dans son jardin. Il bêche, sème, sarcle, bine, récolte.

Et la vie s’écoule sans incidents notables, jusqu’au jour où il se rend compte que les travaux ménagers et culinaires dont sa femme était chargée, selon une routine bien établie, ne sont plus réglés comme auparavant.

Elle a la mémoire qui flanche, pourtant elle ne s’appelle pas Jeanne Moreau, et tout va à vau-l’eau.

 

Chez Gino :

Ce soir on sort Mémé. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas vu Lou, sa petite-fille. Alors elle va en famille au restaurant, Chez Gino. Oh, ce n’est pas le plus sélect des établissements de la ville, elle aurait préféré autre chose, mais quand on est en chaise roulante, il faut bien s’adapter. Les vieux doivent s’accommoder des petits désordres du quotidien, aux inconvénients liés à la santé en perdition. Ils ont déjà tant vécu qu’ils peuvent encore faire un effort, même sur la nourriture.

 

La vie au quotidien, avec ses hauts et ses bas, surtout ses bas, lorsqu’on avance en âge. Aline Baudu décrit avec sensibilité, tendresse, justesse, les petits faits qui régissent un parcours qui touche au but. Un but, une fin, que l’on ne s’est pas fixé mais qui est inexorable.

Et lorsque l’on est arrivé à l’âge des personnages qu’Aline Baudu met en scène, on est frappé par le regard incisif et affectif qu’elle porte sur ces « petits vieux » et l’on se demande si nous ne sommes pas le reflet de ceux et celles qui deviennent, malgré eux, des « héros » du quotidien.

On compare, et à peu de choses près, on se sent solidaire de ceux qu’elle prend pour figurer sur la photo des souvenirs. Photo déjà un peu jaunie, et qui sera placée sur une étagère puis dans un tiroir.

Et pour paraphraser Adolphe Dumas (aucune parenté avec Alexandre Dumas) dans Le camp des croisés :

Je sortirai de la vie, mais quel que soit mon sort

J'aurai montré, du moins, comme un vieillard en sort »

Et arrivé à cet âge pas encore canonique mais presque, on peut toujours rire de soi et se permettre un kakemphaton. Tant que la mémoire sollicitée reste disponible.

Aline BAUDU : Les épluchures, suivi de Chez Gino. Collection Mélanges. Editions SKA. Parution 31 décembre 2020. 14 pages. 2,99€.

ISBN : 9791023408461

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 05:07

Dans le temps on prenait un vermifuge…

Brian LUMLEY : Le seigneur des vers.

Lire un livre, un recueil de nouvelles de Lumley, c’est un peu replonger dans son enfance, se retremper dans l’atmosphère bizarre, envoûtante, fantastique de ces contes pour adolescents qui jonglaient avec les dieux, les diables, les vieux grimoires, la magie énigmatique toujours à la limite des rêves ou de l’inconscience éthylique.

C’est faire une cure de jouvence rafraîchissante qui nous libère un peu de la production de fantastique, d’épouvante, de terreur moderne qui puise ses inspirations plus volontiers dans le sang et l’horreur que dans la poésie, le délire onirique.

Né l’année de la disparition de Lovecraft, en 1937, Brian Lumley s’est inspiré profondément du Maître de Providence, du moins dans ses débuts, et on retrouve dans ses ouvrages des personnages issus de l’imagination féconde du célèbre créateur de Cthulhu.

Des cinq nouvelles présentées, deux longues et trois courtes dont une inédite même en anglais, il est difficile d’en détacher une, de dire je préfère celle-ci ou celle-là. Parce que toutes sont remarquables et différentes.

Dans la première nouvelle, qui donne d’ailleurs son titre au recueil, Le seigneur des vers, nous retrouvons Titus Crow, le détective de l’occulte dont les aventures sont parues dans la collection Super-Fiction chez Albin Michel. Quel plaisir de le suivre dans cette bibliothèque de l’étrange, chez un personnage non moins étrange qui verse généreusement un vin capiteux.

Que dire de Tante Hester qui joua avec les sentiments et l’enveloppe corporelle de son frère jumeau.

Laissez-vous entraîner dans le grand nord Canadien, et avec le météorologiste David Lawton, comme nous le conseillait un chanteur des années 1960, Ecoute mon ami, écoute dans le vent…, dans Né des vents.

Lorsque vous aurez lu Les Emaciés, en sortant le soir dans la froidure nocturne, vous poserez-vous peut-être la question de savoir pourquoi tel réverbère n’est point allumé.

Et si un jour en rentrant chez vous, vous n’êtes pas sûr de retrouver votre paysage habituel, sachez que dans d’autres mondes, la vie est peut-être meilleure… ou pire. Impossible de rentrer à la maison.

 

Sommaire :

Richard D. NOLANE : introduction

Le Seigneur des vers (Lord of the Worms). Traduction Jean-Daniel Brèque

Tante Hester (Aunt Hester). Traduction Jean-Daniel Brèque

Né des vents (Born of the Winds). Traduction Jacques Potot

Les Émaciés (The Thin People). Traduction Jean-Daniel Brèque

Impossible de rentrer à la maison (No way home). Traduction Jean-Pierre Galante

 

Brian LUMLEY : Le seigneur des vers. Recueil de nouvelles. Couverture de Nicollet. Collection Fantastique/SF/Aventure N°195. Nouvelles Editions Oswald. Parution octobre 1987. 176 pages.

ISBN : 2-7304-0451-1

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 04:51

Toc toc toc, qui qu’est là

Qui qui frappe à ma porte ?...

Pierre Vassiliu

Collectif : Invisibles visiteurs. Edgar Allan POE, Guy de MAUPASSANT, Henry JAMES.

Ces trois auteurs sont universellement connus, et leurs textes aussi. Alors, était-il justifié de les rééditer alors que l’on peut les trouver un peu partout sur papier et même en version numérique gratuite ?

Oui, car ces textes sont accompagnés de ces bonus indispensables permettant de mieux situer l’œuvre dans un contexte lié à l’époque de leur parution ou dans des analyses ultérieures. Surtout que si Le Horla est une des références constamment présentée comme l’une des œuvres majeures de Maupassant, il ne faut pas oublier que cette nouvelle connu trois éditions, dont la première est intitulée Lettre d’un fou, et que la plupart du temps, c’est la troisième version qui prime.

L’homme sans souffle d’Edgar Allan Poe, Le Horla, précédé de Lettre d’un fou de Guy de Maupassant et Le tour d’écrou de Henry James ont en commun d’avoir été écrits et publiés au XIXe siècle, et d’être considérés comme des classiques de la littérature fantastique et leurs auteurs ont eu des points communs.

Mais à nom avis personnel, plus que du fantastique, ces quatre textes – en incluant Lettre d’un fou - relèvent surtout de l’angoisse, et j’ajouterai de l’angoisse impressionniste. Le fantastique en effet y est présent mais vu par le (ou la) narrateur car ces nouvelles sont rédigées à la première personne, et donc on peut considérer que les impressions vécues, ressenties, sont enfuies dans des esprits légèrement perturbés, ou plus.

Et l’on pourrait même parler dans le cas de ces narrateurs qui expriment leur peur, leur angoisse, leurs appréhensions, leurs visions personnelles d’événements qui ne se produisent qu’à leur seul contact, qu’ils sont atteints de paranoïa.

L’homme sans souffle d’Edgar Allan Poe est inclus dans l’ensemble qui porte le titre de Contes grotesques. Et il s’agit bien d’une nouvelle qui semble être une farce, mais pas pour le narrateur, qui le lendemain même de ses noces, entreprend d’agonir d’injures sa femme. Hélas, le souffle lui manque alors il l’embrasse, la caresse. Il ne manque pas d’air ! Mais ce souffle qui l’a quitté lui manque et il va connaître, au cours des pérégrinations qui l’entraînent pour retrouver sa respiration, car malgré tout il vit encore, la mort justement, son enterrement auquel il assiste de l’intérieur, sa résurrection, dans une sarabande infernale propre à couper le souffle. Cette nouvelle est résolument placée sous le signe de l’humour noir, et parfois, à cause de certains jeux de mots, j’ai pensé à ce grand manipulateur du vocabulaire que fut Raymond Devos.

Dans Le Horla, de Guy de Maupassant, nous découvrons le narrateur lequel qui, du haut de sa demeure de La Bouille, s’intéresse au mouvement des bateaux, notamment un navire brésilien, remontant la Seine. Peu à peu il sent autour de lui une présence, tenace, qui déplace les meubles, boit les verres d’eau et de lait qu’il dispose dans sa chambre. Lorsqu’il veut se regarder dans une glace il est surpris de constater que le miroir ne lui renvoie aucun reflet.

Contrairement à Noëlle Benhamou, qui présente cette nouvelle, je pense que cette présence invisible ressemble fort à ce mal hérité de sa mère qui était dépressive, à la mort de son frère devenu fou, conjugué à la syphilis contractée dans sa jeunesse, et décèle un début de paranoïa.

Enfin, dans Le tour d’écrou d’Henry James, une longue nouvelle ou petit roman, la présence d’entités n’est plus invisible car elle se manifeste sous forme de visions que perçoit la gouvernante de deux jeunes enfants. Elle a été recrutée par l’oncle de Miles, dix ans, et de Flora, sept ans, pour remplacer l’ancienne gouvernante madame Jessel, décédée de façon inexpliquée. Cette nouvelle gouvernante, une jeune fille de vingt ans, tout droit sortie du presbytère de son père, a été reçue à Londres par l’oncle et tuteur, celui-ci lui indiquant que ce sera la première et dernière fois qu’ils se rencontreront. Elle se rend donc dans le château que possède cet oncle célibataire et fait la connaissance de madame Grose, l’intendante, et des enfants. Miles vient d’être renvoyé de son école pour un motif qui n’est pas défini. Les deux enfants sont charmants, aimables, de véritables petits chérubins. La gouvernante aperçoit un jour une forme de spectre en haut d’une des deux tours de la demeure, et d’après les renseignements qu’elle peut obtenir, il s’agirait de Peter Quint, un ancien valet décédé accidentellement. Cette vision s’incruste dans l’esprit de cette gouvernante et elle voit aussi bien Quint que madame Jessel à diverses reprises. Pourtant il semble bien qu’elle seule peut les apercevoir. A certaines reprises, Miles, tout autant que Flora, peuvent se montrer désobéissants, reprenant aussitôt leur petit air angélique.

Cette histoire est consignée dans un manuscrit rédigé à la première personne, manuscrit lu au cours d’une réunion entre amis. Or cette gouvernante le fut également celle de la sœur de l’homme qui lit le manuscrit, vingt ans auparavant. Et la présentation de la réunion et les informations données par ce lecteur, qui pourraient être une sorte de prologue, je l’ai relue après avoir terminé la lecture de la nouvelle. Et certaines indications qui y sont contenues apportent un nouvel éclairage que je n’avais pas saisi lors de la lecture de ce prologue.

Cette nouvelle encensée par tous, je l’ai trouvée longue et ennuyeuse, quelque peu bavarde. Des digressions qui affadissent l’angoisse qui s’en dégage et monte progressivement, certes, mais il y a beaucoup de non-dits et elle est enveloppée d’une sorte de brouillard. De plus, la façon qu’ont les gamins de s’exprimer ne me semble pas conforme aux réparties que peuvent avoir des enfants de dix et sept ans, même s’ils peuvent se montrer roués et prolixes. Ce sont des dialogues entre adultes qui sont rédigés, et non pas des propos ou des réponses à des questions manquant de précisions. Des allusions plus que des affirmations. Mais ce n’est que mon ressenti. Quant à l’épilogue, il est soudain, brutal, et inattendu.

 

Il y avait dans l’air des bruits et des silences, d’indicibles rumeurs évocatrices, qui me rappelaient, avec assez d’exactitude pour que je la saisisse de nouveau, l’impression que m’avait donnée l’atmosphère de cette soirée de juin où pour la première fois j’avais aperçu Quint au sommet de la tour, ou de cet autre moment où, après l’avoir à la fenêtre, j’étais sortie en vain à sa recherche, en scrutant les buissons.

 

Sommaire :

Charles Baudelaire : Edgar Poe, sa vie, ses œuvres.

Edgar Allan Poe : L’homme sans souffle. Traduction d’Emile Hennequin. Illustrations de Pancho.

 

Préface.

Noëlle Benhamou : Le Horla de Maupassant : histoire d’une possession.

Lettre d’un fou.

Guy de Maupassant : Le Horla. Illustrations de William Julian-Damazy.

 

Jean Pavans : Note du traducteur.

Henry James : Extrait de la préface.

Henry James : Le tour d’écrou. Traduction de Jean Pavans. Illustrations de Pancho.

Postface.

Jean Pavans : Quand James dîne avec Maupassant.

Collectif : Invisibles visiteurs. Edgar Allan POE, Guy de MAUPASSANT, Henry JAMES. Editions Baker Street. Parution le 18 novembre 2020. 320 pages. 21,00€.

ISBN : 9782917559840

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 05:09

Du haut de ce recueil, quarante ans d’écriture vous attendent !

Patrick ERIS : Le seigneur des mouches.

Patrick Eris, je l’ai connu par romans interposés, quand il était encore toute jeune (et moi aussi), signant quelques romans au Fleuve Noir dans les collections Anticipation et Espionnage du Fleuve Noir. Il signait alors sous le pseudonyme de Samuel Dharma. Dharma qui signifie selon les spiritualités et religions indiennes l'ensemble des normes et lois, sociales, politiques, familiales, personnelles, naturelles ou cosmiques.

Des litres d’encre plus tard, je l’ai retrouvé signant de son nom, Thomas Bauduret, des traductions et des romans sous le pseudonyme collectif de Jeffrey Lord. Puis pour des nouvelles et des romans sous son nouveau pseudonyme de Patrick Eris, des ouvrages intéressants pour ne pas dire remarquables, chez des éditeurs divers qui peu après disparaissaient, et qui ne lui offrirent pas la reconnaissance littéraire qu’il méritait auprès des critiques spécialisés ayant pignon sur rue.

Mais c’est le lot de nombreux auteurs qui œuvrent en silence avec talent mais auxquels la notoriété ne veut pas tenir compte, alors que de nombreux pisse-copies s’étalent sans vergogne sur les étals des librairies, portés par des éditeurs plus riches et plus influents.

Malgré tout, Patrick Eris, continue son chemin, de croix (?) sans barguigner, offrant des textes à quelques fidèles qui un jour ne seront plus seuls à reconnaître ses mérites.

C’est un auteur ainsi qu’un traducteur et un éditeur exigeant, et en compagnie de son ami Christophe Thill a créé les éditions Malpertuis qui publient peu mais bien, donnant souvent leur chance à de nouvelles plumes.

Nous sommes loin de ce recueil j’en conviens, car théoriquement l’objet de cette chronique est de présenter cet ouvrage. Mais il me semblait indispensable que ces prolégomènes soient rédigés afin de mieux discerner l’auteur de ces nouvelles, parfois des rééditions de textes publiés dans des fanzines méconnus, parfois inédites.

Loin de moi l’idée ou l’envie de tout vous disséquer mais je vous invite à vous pencher sur les inédits, ces perles que l’on écrit parfois pour soi et que l’on exhume sous la pression d’amis bienveillants, mais également sur quelques textes confinés dans des revues, hélas, défuntes.

L’angoisse, la peur, le fantastique, l’uchronie, la sociologie, la violence urbaine, autant de thèmes abordés à travers près de quarante ans d’écriture, et l’on se rend compte que dès ses débuts, avec Enfer au ralenti et A chacun sa nuit, Patrick Eris maîtrisait son écriture et ses sujets. Il porte un regard incisif sur des sujets actuels, tout en les enveloppant dans une atmosphère qui les inscrit dans une autre dimension et leur confère une aura intemporelle.

Entre ces nouvelles sont intercalés des entractes, des interludes au doux nom de Chroniques de la zone interdite qui défilent comme dans les années 1960, à la télévision, le Petit train rébus de Maurice Bruno. Des petits textes de trois lignes ou plus, qui pour la plupart lorgnent vers La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède alias Pierre Desproges. Des aphorismes, des pensées, des réflexions, des embryons de scénario, et autres. Parmi ces 38 textes, j’en ai relevé un qui donne à réfléchir. Certains mots choquent une frange féminine obsédée par le harcèlement et conduisent à des dérives inappropriées. Ainsi, que pensez-vous de ceci :

Le professeur de chant s’étonna que ses élèves le traînent devant la justice pour harcèlement sexuel. Pourtant, leurs témoignages unanimes étaient accablants : ce pervers ne cessait d’exiger qu’elles chantent avec leur diaphragme…

Comme quoi il faut bien réfléchir et se demander si un mot ne possède pas plusieurs significations.

Même si la préface est signée de mon nom, je me dois, en toute honnêteté, avouer qu’elle doit en grande partie à Anton, mon mentor en la matière, mon guide quant à la finalité de la rédaction.

 

 

Sommaire :

Le seigneur des mouches : Première publication chez Ska, collection Noire sœur. 2016.

Nouvelle star : Première publication chez Ska. 2015.

Vol plané : Première publication chez Ska. 2013

Maggie et moi : Première publication dans Carfax N°30. Mai 1987.

Quelque part, quelque chose : Première publication dans Histoires malsaines sous le nom de Thomas Bauduret. 1985.

Les architectes de la peur : Inédit

Enfer au ralenti : Première publication revue Thriller N°13. 1983. Sous le nom de Thomas Bauduret.

A chacun sa nuit : Première publication revue Thriller N°16. 1984. Sous le nom de Thomas Bauduret

Effigie : Inédit

Quelques grammes de chair : Première parution dans l’anthologie  Légendes abyssales. Editions Mythologica. 2016.

Yeux-de-feu et M. Colt : Première parution dans l’anthologie Dimension Western. Editions Rivière Blanche. 2017.

Les annihilés : Inédit

 

Patrick ERIS : Le seigneur des mouches. Collection Noire N°139. Editions Rivière Blanche. Parution novembre 2020. 240 pages. 20,00€.

ISBN : 978-1-64932-012-4

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 04:54

Un calendrier de l’Avent concocté par Miss Ska avec 25 papillotes à déguster !

COLLECTIF : L’année en pente raide.

Les nouvelles proposées dans ce nouveau recueil sont à savourer comme ces friandises que l’on dépiaute avec fébrilité et gourmandise, dans un joyeux désordre.

Mais ces petites gourmandises ne possèdent pas toutes le même goût. L’emballage ôté, elles pétillent, picotent sur les papilles, exhalant une perception de douceur ou au contraire d’amertume. La fraîcheur se mêle parfois à une sensation de fabrication déjà ancienne mais à laquelle un enrobage aurait été ajouté, afin de la rendre plus comestible en adéquation avec l’ensemble.

Elles ne possèdent pas la même couleur non plus. Le noir de la réglisse, le rose des marshmallows, le vert des bonbons mentholés, le bleu des dragées, le rouge des fraises tsoin-tsoin, sans oublier les bariolées.

Et comme pour les confiseries en général, si j’ai apprécié et dégusté avec plaisir certains de ces contes, d’autres m’ont laissé totalement indifférent. Mais comme il serait de mauvais goût de citer mes préférences, je m’abstiendrai également de nommer celles qui m’ont laissé sur ma faim. Loin de moi la prétention de dire ceci est bon, ceci est mauvais, chacun de nous possédant nos propres goûts. Donc pas d’avis laudateurs, et encore moins de mise à l’écart. Certains se complaisent à le faire, je laisse ce soin à des personnes qui se haussent du col, pensant que seul leur avis compte et qu’ils sont infaillibles.

Donc, pour une fois, pas de notices sur certaines de ces nouvelles, d’abord pour la simple et bonne raison que la présentation des vingt-cinq textes serait peut-être indigeste, et ensuite parce que je ne veux pas peiner ceux qui ne seraient pas sélectionnés.

Je vous propose donc un sommaire dans lequel vous retrouverez quelques confiseurs et chocolatiers que vous affectionnez, et vous découvrirez certainement de nouveaux talents.

Et puis, à quoi bon gloser plus longtemps, place à la lecture de ce recueil dont le titre m’a fait penser à Pierre Pelot avec son roman L’été en pente douce.

Juste une dernière petite remarque : Miss Ska vous a gâté pour Noël, car si l’on calcule bien, cela ne fait que 4 centimes la friandise. Pourquoi se gêner et se priver !

 

Sommaire :

Avant-propos de Miss Ska

ALFREDO Luis : Saint Sylvestre

BOUCAULT Marie-Claude : Masque en rade

BOUQUIN Jérémy : Sous le sapin

COULOMB Patrick : La légende des Hope People

DEBLAISE Philippe : Lie to me

DEMETZ Jean-Marc : Pères Noël

DESAUBRY Jeanne : Jérôme et Juliette

GUILHOT Brigitte : Histoire de croyance

LACROIX Marie : Après lui le déluge

LHARSOON Linné : Kali a de quoi faire

MADAMOUR Baptiste : Tu es le delta

MEMBRIBE Franck : Le sel de la mère morte

OBIONE Max : La ballade de Pango

PAQUET Régine : Un temps sens dessus dessous

PETROSKY Stanislas : Tu peux pas comprendre

PICQ Claude : Success Story

SADAUNE Roland : La vie en raccourci

SBRAGIA Vincent : Et maintenant ?

Mme SOLANGE : Les mots bleus

STUART Camille : #pas le bon

TOSCA Aline : Adapter sa jouissance selon les circonstances

TRIGODET Frédérique : Marcher, recommencer

VIDAL Gilles : C'est pas ça, la vraie life !

YUNG Eric : Promenade pour un fou

ZAMPONI Francis : Le grand-père Noël

 

COLLECTIF : L’année en pente raide. Nouvelles du bout de l’an 2020. Collection Noire sœur et Culissime. Editions Ska. Parution 24 novembre 2020. 131 pages. 0,99€.

ISBN : 9791023408430

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 05:08

C'est l'amour qui flotte dans l'air à la ronde
C'est l'amour qui console le pauvre monde
C'est l'amour qui rend chaque jour la gaîté
C'est l'amour qui nous rendra la liberté !...

 

Marguerite de NAVARRE : Trois Contes.

Il était une fois, en le duché de Bourgogne, un gentilhomme si beau qu'il en avait fait tourner la tête à la Duchesse malgré qu'elle fut mariée. Mais le gentilhomme, beau et honnête récusa toutes les avances dont voulait l'honorer la Duchesse. Celle-ci fort marrie n'eut de cesse de connaître les raisons qui éloignaient le gentilhomme de ses avances.

Le fidèle serviteur aimait et était aimé de la propre nièce du Duc, la belle Madame du Vergy qui lui rendait de plaisante manière son affection. Les deux amants se voyaient en cachette mais la Duchesse jalouse et ulcérée fit tant et si bien auprès de son époux que celui-ci demanda au gentilhomme quel était son secret.

Le gentilhomme ne pouvant refuser au Duc son maître de dévoiler son secret se confia à celui-ci. Hélas un secret n'est jamais bien gardé une fois dévoilé même au plus sérieux des confidents. Et s'est ainsi que Madame du Vergy meurt, affligée en son sein de la trahison de son amant. Le gentilhomme ne voulut point en rester là et se passa l'épée en travers du cœur.

 

Ce conte qui est la Nouvelle X, est extrait du recueil sobrement intitulé Trois contes lui même extrait de l'Heptaméron, dû à la plume de Marguerite de Navarre et publié après sa mort en 1558. Les deux autres contes portent la numérotation XXI et LXX.

Trois contes qui parlent d'amour, mais surtout de la difficulté d'aimer en toute simplicité. Les préjugés tenaces - caste, rang social, richesse de l'un et pauvreté relative de l'autre - étaient érigés en dogme et les amants ne pouvaient se voir et se rencontrer qu'au prix de mille ruses.

Mais existaient aussi les fourbes qui par intérêt déclaraient leur flamme et ne voyant aboutir leurs efforts se retournaient vers de plus faciles conquêtes. Ces histoires datent de quatre ou cinq siècles mais cela a-t-il vraiment changé, et certains mariages ne sont-ils pas de nos jours arrangés à la satisfaction de familles au détriment des sentiments ?

La préface (page 7 à page 25) est signée Françoise Joukovsky et est suivie d’une bibliographie, d’une chronologie, tandis qu’en fin de volume un lexique est proposé à toutes fins utiles.

 

Marguerite de NAVARRE : Trois Contes. Collection La Petite Vermillon N°34. Editions de La Table Ronde. Parution le 3 novembre 1994. 144 pages. 5,90€

ISBN : 9782710306382

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables