Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 10:28
John WAINWRIGHT : Le bois de justice

Hommage à John Wainwright né le 25 février 1921.

John WAINWRIGHT : Le bois de justice

Ancien officier de police John Wainwright a débuté dans l'écriture en 1965 et a abordé, sous ce nom et celui de Jack Ripley, un peu tous les domaines : romans de détection, romans noirs et thrillers. Il est l'auteur notamment de A table (Série Noire N°1774) que Claude Miller a porté à l'écran sous le titre de Garde à vue en 1981 avec Romy Schneider, Lino Ventura et Michel Serrault.

 

Rapidement j'ai été touché par une sérénité, un certain charme, une indéniable paix sylvestre dont tout le roman est nimbé. En le lisant, je ne pouvais m'empêcher aussi d'effectuer un rapprochement avec certains feuilletons du 19e siècle, Féval et Zevaco en ce qui concerne quelques situations machiavéliques, l'ère victorienne, Le Chambrion de Ponson du Terrail pour l'ambiance et l'atmosphère pastorale, une pointe de George Sand, des situations familiales ambigües.

L'explication en est simple : la complexité de quelques situations, les pièges employés pour faire trébucher l'adversaire, en l'occurrence un demi-frère, dans des chausse-trappes, et un amour impossible, de même qu'une relation, une communion de pensées, de paroles avec la nature, faune et flore, que l'on retrouve moins souvent et avec moins de force chez certains écologistes convaincus. Livre plus gris que noir avec des touches de couleurs, parfois rouges, souvent vertes.

 

Deux demi-frères issus du même père, l'un légèrement bancal, solitaire, aîné de la famille, l'autre jaloux, bien portant et le préféré de la famille, vont s'entredéchirer. L'un pour garder un minimum vieillesse et la tranquillité, l'autre afin d'obtenir en sus un titre nobiliaire. Là-dessus se greffe une étrange histoire d'amour, rassurez-vous, en tout bien tout honneur.

 

Un roman que je qualifierai de calme, de reposant, de rafraîchissant, mais qui ne manque ni de mystères, ni d'actions, ni de rebondissements, ni une bonne dose de noirceur dans certaines descriptions. Cette réussite est peut-être due à la sensibilité de la traductrice.

 

Un délicieux bonbon anglais acidulé fourré à la chlorophylle.

 

John WAINWRIGHT : Le bois de justice (The Forest - 1984. Traduction Isabelle Delord-Philippe). Série Noire N°2019. Parution octobre 1985. 288 pages.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Excellent auteur, mon cher Paul. Très bon souvenirs de lecture. Amitiés.
Répondre
O
Bonjour Claude
Cette petite rétrospective Série Noire nous permet de retrouver des auteurs quelque peu oubliés mais qui nous avaient effectivement donné bien du plaisir...
Amitiés

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables