Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 04:23

La poésie est la parente pauvre de la littérature…

Chantal ROBILLARD : Dentelles des reflets de Venise.

Pourtant que de grands poètes la littérature française peut s’enorgueillir !

Et souvenons-nous, lorsque nous étions adolescents, nous aimions coucher sur le papier nos espérances, nos sentiments, nos regrets, nos amours, nos déclarations, nos envies. Ecrire était un exutoire, et il ne nous venait pas à l’idée d’être publié, connu, sauf certains qui véritablement possédaient ce talent inné et entrevoyaient une sorte d’idéal à atteindre.

Nous n’étions pas des Victor Hugo en puissance, des Verlaine, des Rimbaud, des Jacques Prévert dont les poèmes se transmettent, sur papier ou de bouche à oreille, pour le plus grand plaisir des amateurs de mots. Et il faut compter sur ceux, et celles, qui prennent la relève, livrant leurs impressions, leurs émotions, leurs visions, et les partageant.

Toutefois, si nous nous sentons parfois l’âme d’un poète, il faut avouer que nous ne lisons guère de textes qui faisaient le bonheur des lecteurs des siècles précédents. Peut-être par rejet de ces poèmes écrits par Charles d’Orléans, Ronsard, et tous les autres dont nous devions apprendre lors de notre vie scolaire les poèmes par cœur, les analyser, les disséquer, les expliquer.

 

Heureusement, il existe encore de nos jours de grands poètes, malheureusement méconnus, dont l’ami Guy Allix, un poète local. Sans oublier Céline Maltère et Chantal Robillard, qui font parties de mon Panthéon.

Chantal Robillard, nous offre de découvrir Venise autrement qu’à travers les guides, la petite fûtée, ou redécouvrir pour qui a, contrairement à Ulysse, n’a pas fait un beau voyage, ou alors en canapé.

Mais Chantal Robillard ne s’est pas contentée d’écrire des bouts rimés, elle s’est imposée des contraintes, jouant sur les mots et les sonorités, déclinant en début de phrases l’alphabet, mêlant assonances et allitérations, en un jeu de construction syllabique, en acrostiches, haïkus en 357, par exemple, et autres formes modernes.

Les photographies de Chantal Robillard viennent en appui de ces/ses textes, les enluminant, leur conférant une saveur particulière. Comme des cartes postales véritablement personnalisées, sortant de l’ordinaire.

En tout, quarante-cinq poèmes écrits avec ce regard énamouré que seule peut partager une amoureuse d’un lieu emblématique.

Et comme le précise la quatrième de couverture :

Chantal Robillard est une poétesse, inconditionnelle de Venise, où elle se rend toujours hors-saison. Elle nous offre ici ses poèmes sur le difficile vie quotidienne des Vénitiens, qui doivent tout se faire livrer par voie fluviale, nourriture ou objets usuels, et sont obligés d’écoper inlassablement l’eau sournoise à chaque acqua alta. Nous découvrons avec elle une Venise vivante et frémissante, lors de nos flâneries au long des canaux, dans les ruelles labyrinthiques, les petites places à puits centraux…

Vous pouvez acquérir cet ouvrage directement chez l’éditeur en pointant le curseur de votre souris sur le lien ci-dessous :

 

Chantal ROBILLARD : Dentelles des reflets de Venise. Poèmes. Photographies de l’auteur. Préface de Françoise Urban-Menninger. Editions Astérion. Parution 6 décembre 2020. 92 pages. 12,00€.

ISBN : 9781716384400

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables