Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 05:35

Ainsi font font font les jolies petites menottes, ou les bienfaits des dictées...

Frank KLARCZYK : Mort point final.

Si votre copine, ou votre femme, vous attache les poignets aux montants du lit avec des menottes, ne croyez pas forcément qu'il s'agit d'une nouvelle figure du kamasoutra...

Paul Catard, lorsqu'il se retrouve enchaîné par sa maîtresse Mélanie Vasseur, lieutenante de police, croit assister à une séance inédite alors que la nuit avait déjà été mouvementée. Les draps s'en souviennent encore. Mais Mélanie s'éclipse, le laissant scotché, les poignets menottés. Après de nombreux efforts il parvient à se libérer du sparadrap collé sur la bouche et à ameuter le voisinage.

Les policiers n'en reviennent pas, et lorsque le capitaine Vigeois, du commissariat d'Antony, recueille le récit du jeune homme c'est pour se demander s'il n'est pas en face d'un affabulateur, d'un mythomane. Pourtant Paul Catard est formel, tout ce qu'il a à déclarer est véridique.

 

Quelques années auparavant Mélanie a vécu une expérience douloureuse alors qu'elle était dans un lycée à Brive.

La journée aurait pu débuter normalement, comme d'habitude, avec les sempiternels accrochages entre élèves, les petites jalousies féminines, les réflexions désagréables dans la cours de récréation, avant de rejoindre les bancs de la classe de Deuxième C.

Leur professeur de français semble abattu, et pour Maryline, ce sont deux heures mortelles qui se profilent. Elle ne pensait pas si bien dire. M. Bernard, dont la vie familiale s'est réduite à sa plus simple expression depuis son divorce et le départ de son garçon lorsque celui-ci a atteint sa majorité, vit seul et n'a pour unique viatique que sa passion pour la langue française et ses livres. D'ailleurs ce matin-là, il entame son cours avec une référence à Marche ou crève de Richard Bachman, alias Stephen King. Mais la dictée qu'il leur propose sera un passage du livre de Dante, et c'est bien l'Enfer qui se profile.

La référence à Marche ou crève n'est pas anodine. Tout de suite les élèves savent qu'il ne s'agit pas d'une partie de plaisir : une faute, un avertissement. Deux fautes, et le, ou la, récidiviste sera abattu au sens littéral du terme. Et pour bien faire comprendre qu'il ne s'agit pas d'une figure de style, M. Bernard sort de son cartable un revolver muni d'un silencieux.

Deux heures qui vont être longues, pénibles, stressantes, mortelles...

 

En ce matin donc au cours duquel Vigeois auditionne les révélations sur sa lieutenante qui malgré son traumatisme a réussi à intégrer les effectifs de police, une information qui leur parvient tend à confirmer les propos de Paul Caltard. Cela ne fait que trois ou quatre mois qu'il connait Mélanie et il en est amoureux fou. Peut-être est-ce pour cela qu'elle s'est confiée en partie à lui. Mais il n'est plus question de débattre de leurs ébats, car la situation est grave. Pas encore désespérée mais cela ne saurait tarder si Vigeois et ses hommes ne prennent pas le taureau par les cornes. Un attentat est programmé au parc de la Légion d'honneur à Saint-Denis, et la cible serait une personnalité importante, très importante même. L'heure n'est plus à la discussion mais à l'action.

 

En un peu plus de 180 pages, là où il en faut 400 à 500 à Stephen King, Frank Klarczyk parvient à instiller une atmosphère d'angoisse parfois insoutenable, un suspense parfaitement maîtrisé pour une intrigue habilement décrite et écrite. Les passages constituant la demi-journée tragique avec M. Bernard en chef d'orchestre meurtrier, s'insèrent dans les quelques heures entre lesquelles Caltard est découvert nu sur le lit et le dénouement qui laisse au lecteur le soin de se forger lui-même son propre épilogue.

C'est tout le système de l'éducation nationale qui est mise en cause, ou plutôt les décisions, souvent aberrantes, qui sont prises en haut-lieu par des personnes qui n'ont jamais travaillé dans cette institution mais se permettent d'en changer les règles selon leur bon vouloir et surtout afin de laisser un nom avec de nouvelles réformes qui de toutes façons seront probablement abandonnées lors d'un nouveau gouvernement.

Et pendant ce temps ce sont les enseignants, et bien entendu les étudiants, les scolaires en général qui en subissent les conséquences.

Mort point final, d'accord, mais point de temps mort dans ce roman enlevé, prenant, dramatique, et oserais-je écrire, éducatif.

 

Frank KLARCZYK : Mort point final. Collection Plumes noires N°3. Editions Lucien Souny. Parution le 6 mai 2017. 190 pages. 6,50€.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 09:15

Il faut toujours se méfier des idées préconçues et des conclusions hâtives !

Thomas FECCHIO : Je suis innocent.

Ni céder aux sirènes du passé qui veulent absolument qu'un ancien coupable est obligatoirement un récidiviste.

A six heure du matin pile, les policiers conduits par le capitaine Germain s'introduisent en force dans la chambre de Jean Boyer. Sans explication aucune, l'homme qui vit seul dans une dépendance de ferme, est emmené au commissariat de Reims. Mais si les explications manquent, les coups pleuvent, assenés par le lieutenant Chevron, surnom donné à Martinelli à cause sa propension à ne posséder que des Citroën, et ses deux adjoints, des brutes épaisses au cerveau ramolli.

Boyer est donc accusé du viol et du meurtre d'une jeune femme dont le corps a été découvert enfoui partiellement en forêt sous un tumulus, à quelques kilomètres de l'endroit où il loge. Une mise en scène signée pour les enquêteurs qui n'ont pas mis longtemps à supposer que Boyer est le meurtrier.

En effet, Boyer avait déjà été condamné en 1968 pour un fait similaire, puis au milieu des années 1980 pour viol, non suivi d'homicide sur d'autres jeunes femmes. Il n'est sorti de prison que depuis quelques semaines, et en cette fin d'année 2006, l'obligation de résultat prévaut. Boyer a beau affirmer, jurer, clamer qu'il est innocent, rien n'y fait. Il a tout de même le droit d'avoir un avocat commis d'office. Une jeune avocate, qui débute et n'est pas trop à l'aise. Tout comme le capitaine Germain d'ailleurs dont c'est la première grosse affaire, tandis que Chevron est un vieux de la vieille.

Certains éléments sont troubles et il n'est pas persuadé de la culpabilité de Boyer. D'ailleurs il s'en remet à son ami le juge Forlain, la trentaine comme lui, qui doit instruire l'affaire. Certains faits ou éléments plaident en la faveur de Boyer. D'abord celui-ci possède un alibi, ayant dormi ce soir-là chez une quinquagénaire en mal d'affection habitant à Soissons. Ensuite un sac à main a été retrouvé sur un tas de détritus au fond du jardin. Or cet objet qui est neuf, avec aucune empreinte dessus, n'était pas présent lorsque Germain avait visité les lieux. Toutefois au bénéfice du doute Boyer est relâché sous conditions.

Boyer comprend qu'il doit se défendre pour prouver son innocence, mais les obstacles nombreux se dressent devant lui. Car tout est fait pour l'accabler, mais qui peut lui en vouloir ? Le père de la dernière victime qui s'introduit chez lui nuitamment ? Un père manipulé par un individu qui se réclame de la police par téléphone. Et le juge Forlain qui passe la main à une confrère, question d'antériorité parait-il car justement les parents inquiets avaient déposé une main courante, n'ayant pas de nouvelles de leur fille.

Quant au capitaine Germain, il est obligé de composer avec son passé. Une mère à qui il rend visite régulièrement ce dont il se passerait bien et un père, notaire, assassiné alors qu'il était encore jeune. Enfin, un assassinat qu'il n'a découvert que beaucoup plus tard, croyant que son géniteur était décédé d'un accident de la route.

Dans sa quête de la vérité, Boyer va se montrer peu fiable, effectuant quelques dérapages qui ne plaident pas en sa faveur. Toutefois le capitaine Germain se demande s'il n'est pas lui aussi le jouet d'un manipulateur. Seulement par qui et pourquoi, telles sont les deux questions qui commencent à le tarauder.

 

Le dénouement est digne des romans américains formatés avec multiples renversements de situations, fournissant au lecteur un sentiment d'oppression.

Mais pour l'auteur, ce qui prédomine, c'est bien la pression dont sont accablés juges, souvent orientés, et enquêteurs. Placer cette intrigue fin 2006 pour se poursuive début 2007 n'est pas innocent. Pour autant certains policiers se montrent obtus, la présomption d'innocence s'effaçant devant leur persuasion de la culpabilité d'un prévenu qui porte derrière lui un lourd passé.

La nature des délits ou l'importance des affaires n'entraient plus en ligne de compte du moment que les chiffres évoluaient dans le bon sens. Mais lorsqu'un crime particulièrement horrible avait un retentissement médiatique, le ministre harcelait soudain les enquêteurs pour exiger des résultats rapides.

Il est vrai que ce ministre ne pense pas uniquement au résultat dans un sens de justice. Les journaux sont à l'affût, certains plus complaisants que d'autres qui eux essaient d'analyser sereinement les faits et les déclarations, et il lui faut se concilier les bonnes grâces des médias et surtout des potentiels électeurs pour montrer qu'il maîtrise la situation.

Il [le ministre de l'Intérieur] déroulait un plan sécuritaire qui serait un tremplin électoral formidable pour la présidentielle de 2007. Ses principaux leviers : plus de pouvoirs aux policiers et des peines planchers pour éviter tout laxisme de la part des juges, surtout avec les récidivistes.

 

Ce roman pose également une question primordiale et pernicieuse. Doit on croire un individu ayant déjà été condamné pour viol et pour meurtre, qu'il a avoués, et qui déclame son innocence dans une nouvelle affaire ? Ne s'agit-il pas alors de la poudre aux yeux de la part de policiers désirant régler au plus vite une affaire, même si les doutes subsistent. D'autant que certains personnages peuvent se montrer manipulateurs dans l'ombre.

Thomas FECCHIO : Je suis innocent. Collection Polar en Nord N°221. Grand format. Editions Ravet-Anceau. Parution le 2 février 2017. 304 pages. 14,00 €.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 04:51

Capri, c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour...

Catherine RABIER : Les sirènes de Capri.

Pour un vieux sédentaire comme moi, la lecture est un moyen unique pour voyager en pantoufles et engranger des images magnifiques de régions admirables comme ces descriptions que nous propose Catherine Rabier dans ce court roman, régions que je ne visiterai jamais, de peur être déçu en étant sur place, n'en retrouvant ni le charme, ni l'élégance et la beauté.

Catherine, c'est également le nom de la narratrice quadragénaire qui est envoûtée, subjuguée, enivrée par les paysages qu'elle découvre à son arrivée sur l'île de Capri. Un séjour de dix jours qu'elle met à profit, dès son arrivée pour se rendre à pied à la Casa come me, la villa de Malaparte perchée sur un promontoire donnant sur la mer.

Au début de son séjour elle a fait la connaissance d'Adelchi, jeune éphèbe d'une vingtaine d'années qui ne la laisse pas indifférente, et réciproquement. Adelchi se présente comme un étudiant d'une université vénitienne, et actuellement il est en séminaire avec quelques condisciples sous la houlette du professeur Ermete, archéologue. Et il lui propose de l'emmener à la Casa come me, qui est fermée au public. L'entrée sera ouverte, pour elle, car les étudiants et le professeur y résident, étudiant l'architecture.

Elle refuse de se rendre à la villa par bateau, proposition honnête ou non d'Adelchi, préférant grimper à pied, malgré un genou douloureux. Elle est accueilli par son cicérone et peut visiter certaines des pièces de la demeure et admirer quelques sculptures. Elle est même invitée à déjeuner en compagnie du maître, Ermete, un homme intrigant, et ses étudiants à une tablée de douze. Elle est la seule femme et s'aperçoit que les assiettes et couverts représentent tous un signe du zodiaque.

Elle va alors vivre durant quelques jours une aventure entre rêve et réalité, dans ce décor enchanteur, situé non loin des Faraglioni, trois immenses rochers dans la mer, les bains de Tragara, le Rocher des Sirènes qui serait selon une légende les sirènes ayant essayé de détourner Ulysse mais n'ayant pas réussi se seraient transformées en rochers.

Une aventure périlleuse au cours de laquelle Catherine manque se noyer.

 

La Casa come me

La Casa come me

En lisant ce court roman, on ne peut s'empêcher de penser à Prosper Mérimée, à Alexandre Dumas, à Gérard de Nerval dont une phrase extraite de El Desdichado est placée en exergue, non pas pour l'histoire, mais par le romantisme qui s'en dégage, par la force d'évocation des personnages, par la forme narrative, par les descriptions du décor et par les références à la mythologie grecque ou indo-européenne avec Mithra Sol Invictus.

Sont évoqués Curzio Malaparte, écrivain, cinéaste, journaliste, correspondant de guerre et diplomate italien, et sa fameuse villa, Axel Munthe, médecin suédois qui vécu à Capri dans la villa San Michele, participant aux secours lors d'une épidémie de choléra à Naples en 1883, et à Raymond Guérin qui passa trois semaines dans la Casa come me et a rédigé Du côté de chez Malaparte en 1950.

Un texte rafraîchissant, sensible, charmant, fleuretant avec le fantastique, tout en émotions et en couleurs, un voyage onirique et romantique frisant la tragédie, placé entre hier et aujourd'hui.

Les Faraglioni

Les Faraglioni

Catherine RABIER : Les sirènes de Capri. Parution 17 avril 2017. 64 pages. En vente uniquement sur Amazone. Version papier (conseillée) 6,33€. Existe en version numérique.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 05:17

A l'origine du roman noir ?

Didier LAMAISON et SOPHOCLE : Oedipe Roi roman suivi de Oedipe roi tragédie.

Oedipe fuit les oracles qui ont prédit qu'il tuerait son père et partagerait la couche de sa mère. Aux portes de la ville de Thèbes, il se mesure intellectuellement au Sphinx et déjoue les pièges, les devinettes que celui-ci lui pose.

Oedipe en reconnaissance est acclamé et nommé roi de Thèbes. Cependant la menace des oracles pèse toujours sur sa tête et, peut-être pour conjurer le sort, il se lance dans une enquête, tentant de comprendre pourquoi et comment est mort le roi Laïos, ex-souverain de Thèbes, dont il a épousé la veuve, la reine Jocaste.

 

Tout le monde connait le mythe d'Oedipe, et la psychanalyse freudienne qui a été développée à partir d'une histoire relatée par Sophocle. Mais qui aurait pu penser que ce mythe, étudié au collège, entrerait un jour à la Série Noire dans une nouvelle traduction, ou adaptation.

Il est vrai que cette histoire comporte de nombreux thèmes propices au roman noir par excellence. Et, dépoussiérée, elle devient d'une actualité romanesque forte. Il aurait suffit de changer les noms des personnages, les lieux, l'époque, et tout cela semblerait nouveau.

Comme quoi, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme comme l'affirmait Lavoisier, une maxime qui n'est que la paraphrase du philosophe grec présocratique Anaxagore : Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau.

Première édition Série Noire N°2355. Parution 6 septembre 1994. 160 pages.

Première édition Série Noire N°2355. Parution 6 septembre 1994. 160 pages.

Didier LAMAISON et SOPHOCLE : Oedipe Roi roman suivi de Oedipe roi tragédie. Roman d'après la tragédie et traduction inédite du grec ancien, annotations et présentation par Didier Lamaison. Nouvelle édition Folio Policier n°401. Parution le 18 mai 2017. 288 pages.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 05:39

Un commissaire qui s'accroche à ses enquêtes !

Valérie LYS : L'enfant pétrifié. Série Commissaire Velcro N°5.

Pour parodier une journaliste critique de cinéma sur France 3 qui affirmait sans vergogne Ce film m'a appris quelque chose que je ne connaissais pas, je pourrais déclarer qu'à la lecture de ce roman j'ai appris quelque chose. Et si j'ai appris, c'est bien parce que je ne connaissais pas, mais bon, passons rapidement au vif du sujet qui est un lithopédion.

Un lithopédion est un fœtus calcifié, ou fossilisé, et cet objet d'origine malgache va être le clou de l'exposition organisée au Centre d'Art contemporain de Quimper en ce mois de novembre 2015. Benoit Syl, fils du fondateur des Antiquités Syl et qui a repris la succession n'est pas peu fier de montrer et prêter le petit corps fossilisé dans son sac. Madame Nielsen, la commissaire de l'exposition en est toute retournée d'extase.

Si Benoit Syl est le propriétaire de cet objet, il le doit à son ami Jimmy Quévélé, brocanteur et revendeur-fournisseur d'objets d'art à l'antiquaire. Et ses trésors, il va les chercher directement sur place, étant grand voyageur, et sachant dénicher à petit prix des œuvres qu'il négocie avec une marge bénéficiaire assez importante. L'un de ses fournisseurs est Jean-Philippe, dit J.P., archéologue et ami des deux hommes, depuis leurs études communes.

Lorsqu'une affaire bretonne requiert les bons offices de la Criminelle sise encore au 36 Quai des Orfèvres (et non quai d'Orsay comme étourdiment placé dans le roman), le commissaire Velcro est immédiatement désigné pour se rendre sur place. Il vient d'arriver à Quimper, sur les ordres de son supérieur afin d'enquêter sur les agissements d'un certain Hennéque, militaire mais surtout négociateur louche auprès de gouvernements non moins louches. Il fournit, ou plutôt fournissait, des bricoles notamment à Jimmy, lequel vient d'être découvert assassiné dans son dépôt-vente. Théoriquement, Velcro doit enquêter sur Hennéque mais l'effet boule de neige l'amène à s'intéresser au meurtre du brocanteur.

Tout en se promenant dans la vieille ville, s'intéressant aux curiosités locales comme la faïencerie, Velcro parvient au dépôt-vente. L'enquête sur la mort de Jimmy est théoriquement dirigée par le commissaire divisionnaire Le Goff, un vieux briscard, et à son adjoint le tout jeune commissaire Le Goff, du commissariat de Quimper, et naturellement l'intrusion du policier parisien venant marcher sur leurs brisées ne plait guère aux flics du cru. Après avoir effectué ses repérages, Velcro est conduit au commissariat où est déjà présent Benoit Syl, qui a découvert le corps de Jimmy.

Myriam, la légiste, après examen du corps, peut donner la cause du décès du brocanteur. Une injection de tanghin mêlé à des sucs de feuilles de grande cardamone, une piqûre placée au dessus de l'omoplate gauche l'atteste. Un poison que l'on ne trouve qu'à Madagascar. Et sur les lieux du crime, car maintenant il ne fait aucun doute qu'il s'agit bien d'un crime de sang, une empreinte de pied nu a été relevée.

Ensuite Velcro se rend à l'inauguration de l'exposition au Centre d'Art Moderne. Et il est le témoin de quelques scènes qui ne manquent pas de piquant, à des altercations entre des personnages qui possèdent des liens, forts ou distendus. Pratiquement tous les protagonistes qui évolueront dans ce roman sont présents mais Velcro se rendra compte par la suite au cours de son enquête que les amitiés de façade recèlent de profondes lézardes.

 

Dans cette intrigue que n'aurait pas désavouée Agatha Christie, l'histoire et les relations entre les personnages sont mis au service d'un plaidoyer pour le respect des civilisations qui nous sont étrangères, et qui parfois existent depuis plus longtemps que celle dans laquelle nous vivons.

Les bienfaits de la colonisation contre la culture ancestrale, un thème porteur qui divisera toujours surtout lorsque les hommes politiques s'en mêlent et s'emmêlent, et pourtant en France, combien des fêtes de villages, de revues, d'associations font la part belle aux traditions.

Mais roman policier ou non, les valeurs morales telles que l'amour, l'amitié, et leurs corollaires sont de mises, avec pour arme la vengeance.

 

Valérie LYS : L'enfant pétrifié. Série Commissaire Velcro N°5. Editions du Palémon. Parution le 28 mars 2017. 224 pages. 10,00€.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 15:27

Point final ? Non, points de suspension...

Sylvie HUGUET : Point final.

Ayant déjà assez glosé lors de précédentes chroniques sur les bienfaits procurés par la lecture de nouvelles, je ne reviendrai donc pas dessus, mais me contenterai de vous présenter un nouveau recueil dû à la plume de Sylvie Huguet qui joue aussi bien sur la dérision que l'ironie.

Oh non, vous n'allez pas vous esclaffer, seulement sourire et surtout réfléchir, car de nombreux textes nous renvoient à ce qui nous rassemble, la lecture, et ce qui tourne autour du livre et de l'écrit en général.

L'écrit qui devient le vecteur prônant le droit à la différence, et conduit à des situations absurdes, abracadabrantesques, amenant à imposer sa différence, focalisant des idées, des pensées, confinant à des déclarations qui sont plus ambigües et délétères que ce qu'elles devaient dénoncer à l'origine. Le droit à la différence qui peut tout aussi bien être morale que physique.

Et si l'écrit ne suffit pas, les paroles, des avocats parfois, viennent contrebalancer le pouvoir des mots en s'insinuant dans des approximations et des failles juridiques.

 

Parcourons quelque peu les textes de Sylvie Huguet et arrêtons-nous sur quelques exemples afin de démontrer ce qui a été écrit ci-dessus.

Dans L'Imprévu, deux hommes, deux écrivains, à la vision de leur art totalement différente, s'opposent cordialement. L'un est prolifique et ses succès ne se comptent plus tandis que l'autre est plus effacé, ne rédigeant parfois qu'une ligne par jour et naturellement ses rares ouvrages sont plus confidentiels. Pourtant ils sont d'accord pour dénigrer une partie de leurs confrères ou consœurs, notamment Betty Mariland, connue pour ses voiles froufroutants de mousseline rose, stigmatisant sa production littéraire sentimentale jugée d'une sottise abyssale.

Epreuves met en scène une romancière qui vient de terminer un manuscrit, mais pour que celui-ci soit accepté elle doit corriger les épreuves, quatre fois de suite. A Graphipolis, les Ecrivains détiennent le pouvoir, et le premier devoir de l'Etat est de préserver et d'illustrer la Langue. Seulement se relire, corriger, traquer les fautes d'orthographe, de syntaxe, de vocabulaire, une fois ça va, mais quatre cela devient un pensum, une punition, un calvaire.

Lettre à Voltaire est une épître écrite au philosophe par un agnostique à la fin du XXIe siècle. Les religions monothéistes ont pris l'ascendant sur le droit de ne pas se conformer à une religion ou une autre, la séparation de l'Etat et de l'Eglise ayant été abolie. Et pour vivre, le rédacteur de cette lettre avoue avoir trompé l'Etat en créant une nouvelle religion basée sur le culte d'Apis. Et on ne manquera pas de mettre des noms sur des ministres revendiquer publiquement une foi qu'ils auraient dû garder en leur particulier, s'ils avaient fait leur devoir.

Dans Morte, nous entrons dans ce droit à la différence légalisé. Et ayant opté pour le droit au suicide, est-il possible de revenir sur sa décision ?

De même dans Criminel, le narrateur avoue avoir refusé son pourvoi, d'avoir transformé son procès en tribune, d'avoir scandalisé tout le monde, et d'avoir aggravé son cas au point de le rendre indéfendable. Mais qu'est-ce qui motivait cette posture ?

Dans La Cérémonie, là encore il s'agit de la mort, dans une mise en scène particulière.

Dans ce droit à la différence, le physique importe beaucoup, et Le crime de Ronsard peut nous renvoyer à une situation familiale et politique actuelle, mais qui démontre que lorsque l'on veut dénoncer certains abus, la façon de procéder est plus nuisible que le but recherché. Dans ce texte nous assistons à une séance de mannequinat, mais l'auteure se repose sur une étude de l'HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) et qui mettait en exergue un poème de Ronsard, jetant justement un regard discriminatoire sur un texte et une façon de l'interpréter fallacieuse. Déjà refuser de reconnaître le statut de personnes âgées en les gratifiant de Senior alors qu'en toute logique on devrait parler de Vétérans, comme dans les compétitions sportives, est une forme de discrimination jugée politiquement correcte.

Le handicap physique est aussi abordé dans Le Peuple sourd. Des parents sourds bénéficient de certains avantages, par exemple ne pas subir les éclats de voix des voisins, les bruits de radios dont le volume est poussé au maximum, les pétarades des motos et des voitures. Mais pour autant, tout le monde doit-il devenir sourd pour bénéficier d'un avantage silencieux ?

 

Dix-neuf textes dans lesquels Sylvie Huguet transpose toute son regard vif, acéré, caustique, voire corrosif mais toutefois tout en retenue, afin de dénoncer quelques aberrations dont inconsciemment nous sommes victimes. Bien sûr, comme pour le chercheur qui dans son laboratoire examine au microscope une culture microbienne peut prendre une importance visible, Sylvie grossit les traits, les dysfonctionnements, mais n'est-ce pas le meilleur moyen pour que le lecteur en prenne conscience ?

 

Sommaire :

L'avenir de l'homme

L'imprévu

Epreuves

Lettre à Voltaire

La cérémonie

Morte

Criminel

Le crime de Ronsard

Le peuple sourd

Attention, fleurs méchantes

Au nom du droit

Jurisprudence

Reconversion

Longévité

Les Templiers d'Adam

Des anthropoïdes

Serment

L'héritier

Point final

Sylvie HUGUET : Point final. Recueil de Nouvelles. Collection KholekTh N°33. Editions de La Clef d'Argent. Parution le 5 avril 2017. 138 pages. 9,00€.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 05:39

Billie, je suis morgane de toi...

Joolz DENBY : Billie Morgan

En préambule de cet ouvrage, cette petite phrase donne le ton :

Ce récit constitue mes mémoires; la vérité, telle qu'elle existe dans mon souvenir.

Et la reviviscence des épisodes malheureux de la jeunesse de Billie Morgan, la narratrice, s'inscrit plus comme un récit, quasiment autobiographique, que comme un roman. D'ailleurs ce mot, Roman, n'est jamais écrit, aussi bien en couverture du livre qu'à l'intérieur.

Et plusieurs pistes peuvent laisser supposer qu'il s'agit d'une histoire réelle, vécue, prégnante dans une mémoire toujours vive. Ainsi le premier chapitre débute par : A vrai dire, je ne sais pas pourquoi je fais ça. Pourquoi j'écris ces mots, pourquoi j'immortalise cette histoire à la con en noir et blanc, en caractères Times New Roman taille 14. Peut-être ai-je besoin de me confesser, comme on le fait dans les mauvais films.

Plus loin, l'auteure ou la narratrice, l'une étant la copie de l'autre, complète son propos par ces mots : Ah, ah, et ça me fait encore mal maintenant, alors que j'écris ce... cette... je ne sais pas ce que c'est. Cette histoire ? Cette confession ? Ce journal ? Ça fait mal et des larmes s'écrasent sur le clavier alors que je martèle les touches d'un seul doigt, le cœur gros.

Oui, le lecteur a l'impression indicible de pénétrer dans un univers non fictionnesque, dans une confession qui peut mener à une rédemption, une expiation, un vomissement d'une enfance et d'une adolescence marquée par une ambiance matriarcale lourde et dénuée d'amour, dans une ville de la province anglaise, Bradford dans le Yorkshire.

Billie n'a quasiment pas connu son père parti avec une autre femme alors qu'elle n'avait que cinq ans et décédé quand elle en avait neuf. Elle a été élevée par sa mère, Jen sa sœur plus âgée qu'elle de huit ans et Liz l'amie de sa mère, qui habitait dans un autre appartement mais était quasiment tout le temps fourrée chez elles.

Son père était une référence, normal pour une petite fille qui cherche des repères, mais sa mère s'ingéniait à briser toute tentative de rapprochement. Billie écrivait des lettres qui aussitôt étaient déchirées par sa génitrice. C'est dans cette atmosphère délétère que Billie a grandi, timide et rebelle à la fois, cherchant à se démarquer et à trouver sa voie. Avec ses copines d'école, c'est presque à qui se maquillerait le plus outrageusement, à porterait des vêtements qui, pour l'époque, choquaient les bonnes âmes, tandis que de nos jours être affublés de pantalons savamment balafrés est pratiquement une mise obligatoire, pour les jeunes s'entend.

C'était l'époque, fin des années 1960, de la libération sexuelle. Mais pas pour tout le monde. En fait, la pilule n'a pas libéré les femmes, mais plutôt les mecs. Ça voulait dire qu'ils n'avaient plus à se soucier de mettre une nana en cloque. C'était sa responsabilité à elle. Et ils ne vous demandaient jamais si vous la preniez, non, pour eux c'était un fait acquis, parce qu'en ce temps là, on ne posait pas ce genre de question, c'était gênant.

C'était l'époque aussi où Billie a commencé, non pas à faire l'amour, il n'en était pas question, mais à ressentir le besoin d'émancipation. Elle est inconsciente et commence à fréquenter les pubs mal famés, pour faire comme ses copines. En mieux si possible et elle se laisse entraîner à devenir porteuse de drogue. Elle-même en use mais si elle accepte de devenir transporteuse de trips, c'est dans la secrète intention d'être acceptée par les Grandes Personnes. Elle aurait fait n'importe quoi.

Elle fait la connaissance de Terry, peut-être le plus malsain de ses fréquentations, et il la viole. Mais elle préfère cacher sa honte et sa peine et si elle se détourne d'une partie de son entourage, elle tombe amoureuse de Mike, un motard qui essaie d'intégrer une bande comparable aux Hell's Angels, les Devil's Own. Ils vont même finir par se marier, dans l'indifférence générale de la famille.

Billie suit des cours aux Beaux-arts, sa passion c'est le dessin, et elle se débrouille bien. Mais un soir que Billie est en manque elle demande à Micky de faire quelque chose. Il y a bien une solution, se rendre chez Terry, qui habite dans une bâtisse située dans un lotissement promis à la démolition. Micky n'est pas en forme, pourtant il accepte de l'accompagner. C'est le drame.

Terry vivait avec Jasmine, une paumée nantie d'un gamin dont il était le mère, Natty. Et Billie va s'occuper de Jas et de Natty. Les années passent et Natty monte en graine, Tata Billie étant son phare, son refuge, son repère. Billie est devenue boutiquière, avec Leckie, qui est également sa meilleure amie. Jusqu'au jour où Natty tombe sur un article journalistique, avec photos en première page, qui s'interroge sur le devenir de personnes disparues. Et Terry y figure en première page. Natty est persuadé qu'il va retrouver son père dont personne n'a plus entendu parler depuis des années.

 

Un livre prenant, dérangeant, pudique, dans lequel Billie se dévoile, intimement, dans fard.

J'ai été quelqu'un de violent. Je n'ai jamais prétendu le contraire. Etant donné que c'est moi qui écrit cette confession, j'imagine que je pourrais me donner le beau rôle. Si je le souhaitais, je pourrais me présenter comme une mère Teresa bis. Je pourrais justifier tout ce que j'ai fait, tracer le portrait idyllique d'une pauvre demoiselle qui a fricoté avec des gens qu'elle aurait pu éviter et... Mais ce n'est pas là mon but. Ce que je veux, c'est dire la vérité.

Et cette vérité, elle s'étale sur le papier, en forme de rémission, peut-être pour l'édification des lecteurs, mais surtout avec l'espérance d'apaiser, de soulager.

Le lecteur ne peut s'empêcher de vibrer à cette histoire, et pour les plus anciens, il retrouvera une époque, celle qui paraît aujourd'hui comme une incursion dans la liberté, dans l'insouciance, dans une forme de délivrance, mais qui n'est qu'un épisode où les hippies prônaient l'amour, mais qui étaient aussi entourés de haine. La drogue, l'alcool, le refus des convenances, étaient comme un soufflet jeté à la figure des personnes campées dans des certitudes morales, religieuses, ancrées dans une époque qui désirait se débarrasser d'un carcan.

Une évocation sans complaisance de la société anglaise des années 1970, période que l'auteure a bien connue puisque Joolz Denby, de son vrai nom Julianne Mumford, est née en 1955. Poétesse, romancière, artiste peintre et photographe, tatoueuse professionnelle, personnalité de la scène punk anglaise depuis les années 1980, elle vit à Bradford, autant d'éléments qui se rattachent à son personnage de Billie Morgan.

Joolz Denby en 2006

Joolz Denby en 2006

Joolz DENBY : Billie Morgan (Billie Morgan - 2004. Traduction de Thomas Bauduret). Editions du Rocher. Parution le 26 avril 2017. 392 pages. 21,90€.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 05:33

Huître ou ne pas huître, telle est la question !

Jean-Luc BANNALEC : L'inconnu de Port Bélon

Obligé d'assister à un séminaire pour justifier une promotion, Georges Dupin apprécie durant sa pause les évolutions des manchots dans l'enceinte de l'Océanopolis de Brest. Il traîne des pieds, rechignant à rentrer dans le centre des séminaires lorsque son téléphone vient le perturber, comme d'habitude.

En réalité, il est plutôt content car la nouvelle que lui transmet Labat, l'un de ses inspecteurs, va lui permettre d'échapper à cette corvée. Un homme a été retrouvé allongé près du parking d'un restaurant de Port Bélon, couvert de sang. C'est une vieille dame qui a aperçu le cadavre et elle a immédiatement prévenu la gendarmerie de Riec-sur-Bélon.

Le problème se pose lorsque les autorités arrivent sur place : il n'y a plus de cadavre ! Envolé l'inconnu ! Dupin se rend donc à Port Bélon où il rencontre la vieille dame, qui n'est pas indigne, qui a, la première et apparemment la seule, aperçu le corps volatilisé.

Qu'elle n'est pas la stupéfaction de Dupin, et son immense plaisir, de rencontrer une de ses idoles de cinéma, la belle et talentueuse Sophie Bandol. D'accord, elle n'est plus aussi fringante que dans sa jeunesse, mais avec ses quatre-vingts printemps, c'est toujours une femme agréable avec laquelle il fait bon discuter. Malheureusement elle commence à perdre la mémoire, et elle ne se souvient plus très bien des détails.

Une double déception pour Dupin qui attendait plus de cette rencontre. D'autant que Sophie Bandol n'est pas Sophie Bandol, mais sa sœur jumelle, Armandine, créatrice de mode. Et à part un ou deux amis proches, tout le monde dans la région est persuadé qu'il s'agit de Sophie. Et Zizou n'est pas là pour confirmer ou infirmer. Zizou c'est le chien de Sophie, enfin je veux dire Armandine.

Un autre cadavre est découvert dans les Monts d'Arrée, et l'identification est rapidement effectuée. Il s'agit d'un Ecossais qui possède dans son village une huitrière et sur le bras un tatouage représentant le Tribann, symbole d'une association druidique. C'est un mideste pêcheur qui effectue les saisons à Riec et Port Bélon. Ce pourrait-il qu'une corrélation exista entre les deux cadavres, et surtout qu'un rapport pourrait être établi avec les producteurs et affineurs bretons de Riec-sur-Bélon de ces délicieux mollusques.

A moins que, d'autres possibilités s'offrent au commissaire et à ses deux adjoints, Le Ber et Labat. Le Ber s'est entiché depuis quelques temps de culture bretonne mais surtout celtique et il est incollable sur les légendes, les diverses traditions, les associations druidiques existantes dont d'ailleurs font parties quelques membres de la profession ostréicole locale. Nolwenn, la précieuse assistante de Dupin, est elle aussi une adepte de la celtitude qui passionne bon nombre de finistériens. Quant à Labat, il est plus terre à terre, s'inquiétant des ravages que peuvent provoquer des voleurs de sable sur les côtes du sud Bretagne. Pas les vacanciers avec leurs petites pelles et leurs petits seaux. Non des industriels qui pillent l'estran la nuit avec des camions, et qui revendent leur manne aux constructeurs peu délicats. Et Labat risque de s'enliser dans cette affaire qu'il mène en solitaire.

Tiraillé entre trois potentialités, Dupin mène son enquête entre Riec et Port Bélon, les Monts d'Arrée, et Concarneau, son fief, enquête qui s'étant jusqu'à Cancale et en Ecosse, voire jusqu'à Quimper, mais pour des raisons non professionnelles. Car sa Claire, sa fine de Claire, a décidé de quitter la région parisienne et elle vient de trouver une place en cardiologie à l'hôpital de Quimper.

Outre Nolwenn et ses deux assistants, Dupin va devoir composer avec les autorités locales et les légistes. Et comme dans toutes relations professionnelles il existe des atomes crochus ou pas, ce qui n'entrave pas l'enquête, ou peu. Et surtout il doit subir les acrimonies du Préfet, qui s'emporte vite et a tendance à récupérer les lauriers récoltés par Dupin pour s'en coiffer.

De très nombreux animaux jouent les personnages secondaires : des manchots, un requin pèlerin, une oie grise, un chien nommé Zizou, des fruits de mer en abondance et surtout des huîtres, que Dupin déteste cordialement et qu'il ne mange jamais à cause d'une forme d'appréhension non contrôlée.

C'est surtout l'occasion pour Jean-Luc Bannalec, qui n'est pas Celte mais Allemand, de son vrai nom Jörg Bong, de s'étendre longuement sur les aspects touristiques, de décrire la région, de développer les racines de certains us et coutumes bretons et plus précisément celtes en concordance avec les puristes qui ne reconnaissent que six régions celtiques, c'est à dire, l'Ecosse, l'Irlande, le Pays de Galle, l'île de Man, la Cornouaille et la Bretagne. Il s'intéresse également à l'histoire et à la culture de l'huître et aux maladies qui ravagent actuellement les naissains, au grand dam des ostréiculteurs et par voie de conséquence des dégustateurs. Un roman pédagogique qui sera peut-être superflu pour des Bretons, quoique, mais présente de façon attractive cette province du bout de la terre aux touristes et à ces compatriotes teutons qui s'arrachent ses romans.

Ce suspense est à rapprocher des ouvrages façon Agatha Christie, et d'ailleurs Armandine Bandol ne manque pas de déclarer à Dupin : Vous êtes un véritable détective. Peut-être pas aussi bon qu'Hercule Poirot, mais vous vous débrouillez. Vous aller éclaircir ce mystère !

Jean-Luc BANNALEC : L'inconnu de Port Bélon (Bretonisches Stolz - 2014. Traduction par Amélie de Maupeou). Une enquête du commissaire Dupin. Collection Terres de France. Editions des Presses de la Cité. Parution 13 avril 2017.464 pages. 21,00€.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 05:31

Est la reine du crépuscule ?

Sophie BENASTRE & Sophie LEBOT : La princesse de l'aube.

Dans la lignée des contes merveilleux pour enfants, La princesse de l'aube, texte de Sophie Bénastre et illustrations de Sophie Lebot, nous emmène dans un pays imaginaire en un temps imaginaire, mais pour autant tout ce qui est décrit à l'intérieur peut se rapporter à notre environnement et à notre histoire.

Les contes écrits par Charles Perrault, les frères Grimm, Hans Christian Andersen, Jeanne-Marie Leprince de Beaumont ont enchanté notre enfance, et ils proposaient à l'origine une vision sociétale que l'on peut aujourd'hui encore mettre en avant. Destinés d'abord à un public adulte, puis largement édulcorés, ces contes possédaient une valeur moralisatrice et nombreux sont les textes qui dénonçaient notamment l'exclusion, les drames familiaux comme les femmes ou les enfants battus et autres situations qui sont encore de mise de nos jours.

Il faut garder à l'esprit que les auteurs ne rédigeaient pas leurs contes uniquement pour le plaisir,quoique, mais qu'ils cultivaient en arrière-pensée l'idée de dénoncer certains travers de leurs compatriotes, riches ou pauvres, puissants ou plébéiens, par des mises en scènes qui souvent frôlaient la terreur ou l'horreur. Le Merveilleux n'était que factice.

 

Elyséa, tout un symbole, est un pays édénique, dont les habitants sont heureux, aimant leur roi Alcménon et la reine Radamenta. Fleurs, fruits et légumes poussent à profusion, sous un ciel clair dans lequel scintille un doux soleil. Mais un jour la terre tremble, les éléments se déchaînent, le soleil disparait derrière d'épais nuages tandis que la pluie s'abat en tornade. Des fissures se produisent et le royaume est précipité dans les entrailles de la terre.

Les rescapés tentent de s'organiser dans ce qui est devenu le monde d'en bas, évoluant dans des tunnels et se nourrissant tant bien que mal, surtout mal.

Pourtant une lueur d'espoir se produit quand malgré tout nait une petite princesse, Lucia, prénom qui signifie Lumière. Lucia est vive, enjouée, et ses yeux sont de la couleur du ciel, celui qui offrait la vie avant la catastrophe. Organd, un jeune tisserand, est frappé par sa beauté et déploie des trésors d'invention pour confectionner des robes à celle qui avait pris l'habitude d'évoluer dans les tunnels, nue comme au premier jour.

 

Un conte charmant pour des enfants de six à huit ans, selon l'éditeur, mais que les parents se doivent de déchiffrer afin d'expliquer certains messages cachés.

En effet, ce brusque cataclysme ne peut-il être provoqué par des éléments qui ne sont pas forcément ou uniquement des manifestations d'une nature en colère, et ne doit-on pas imaginer qu'une explosion nucléaire serait à l'origine de ce chamboulement météorologique et géologique. D'autres signes peuvent donner lieu à des interprétations, mais serait-ce raisonnable de ma part de vous les souffler ?

Ce texte de Sophie Bénastre est admirablement mis en valeur par les illustrations de Sophie Lebot, tout en lumières et en rondeurs, en douceurs pastels. Mais la noirceur s'installe lorsque les situations l'exigent tout en privilégiant quelques clartés, synonymes d'espérance, surtout lors de la venue de Lucia, la princesse de l'aube. Cette aube nouvelle, promesse d'espoir et annonciatrice de jours meilleurs. Peut-être.

 

Sophie BENASTRE & Sophie LEBOT : La princesse de l'aube. Editions De La Martinière Jeunesse. Parution le 4 mai 2017. 32 pages. 14,90€. Format : 26,5 x 38 cm.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 05:35

Bon appétit, bien sûr !

Pascal GRAND : De sucre et de sang.

Installé depuis quelques mois à Orléans, Antoine Léonard Toussaint est un jeune chirurgien juré, une profession à l'origine des médecins légistes.

Il a fait ses études à Rouen, mais pour des raisons qui lui sont propres, il a été obligé de changer de région. Depuis, il enseigne et dissèque les cadavres, quand il y en a, évidemment. Des morts suspectes comme celui de cet inconnu qui est retrouvé dans une bascule, c'est à dire un tonneau empli d'eau dans lequel les pêcheurs sur la Loire glissent leurs prises afin de rentrer au port avec une cargaison encore frétillante.

Toussaint a fait son trou dans la bonne société, fréquentant plus ou moins les édiles, parfois par obligation, mais surtout le libraire Couret de Villeneuve auprès duquel il achète des ouvrages de La Mettrie, médecin libertin, dont il apprend par cœur des passages. L'un de ses ouvrages de référence est intitulé l'Art de jouir, tout un programme. Il n'est pas indifférent aux jeunes filles de la bonne société, ni aux autres d'ailleurs, mais il est affligé d'un problème, pour le moment insoluble : il a l'aiguillette nouée.

Au cours d'une séance organisée de mesmérisme animal par Louis-Amédée Soupault, riche négociant en produit divers, Toussaint fait la connaissance de la belle et jeune Hortense, fille de la famille Marotte dont il ne reste plus que la mère, le père étant décédé, et un oncle, Etienne. Et Hortense, dont il apprécie la conversation, le mande bientôt chez elle afin de soigner un sien cousin qui a été blessé. Toussaint n'est guère convaincu par les liens de parenté, mais après tout, ceci ne le regarde pas.

Toussaint vit dans un petit logement que lui a conseillé Grostête, lieutenant à l'administration des Turcies et Levées, organisme qui est en charge de la construction et de l'entretien des digues édifiées le long de la Loire. Et l'histoire du tonneau ne plait pas du tout à Grostête, cette affaire pouvant jeter le discrédit sur les pêcheurs.

La mère d'Hortense est l'héritière d'une des nombreuses raffineries sucrières orléanaises, et elle dirige son entreprise d'une main de maître. Seulement, des jeunes femmes sont retrouvées égorgées et les pistes suivies par le commissaire Cerisier, qui mène l'enquête en compagnie de Toussaint, semblent converger vers cette raffinerie.

Toussaint, Cerisier et Grôstête qui apporte son aide, ses connaissances des lieux et son soutien par amitié, vont devoir mener une enquête difficile, contrariée et contrecarrée par le lieutenant général de police Miron de Pont le Roy, et surtout des représentants royaux de la justice. D'autant qu'une directive émanant de l'intendant du roi demande à ce que l'enquête sur le cadavre de la bascule soit considérée comme affaire classée.

 

Toussaint et ses compagnons sont confrontés à des affaires et des enquêtes qui s'intercalent les unes dans les autres, comme un imbroglio dont il est difficile de démêler les différents fils. Le cadavre de la bascule, les femmes égorgées, la faction des Illuminés de Bavière, les expériences de mesmérisme animal, le cousin blessé, les dissensions entre les différents service de police et de justice (déjà !), les tentatives de meurtres envers Toussaint et Hortense, des anciens galériens, une faune qui vit dans les bouges sur les ports d'Orléans et des environs, tout un amalgame admirablement maîtrisé par Pascal Grand qui restitue avec vivacité l'Ancien Régime.

En ce mois de mars 1785, la France et ce petit coin du Val de Loire, ne sont pas plongés dans une léthargie lénifiante. La Révolution approche, mais ce sont surtout les innovations qui se profilent grâce à des jeunes promis à un bel avenir et qui désirent se démarquer de leurs anciens confits dans leurs certitudes. Ainsi Toussaint, ce chirurgien juré, dont les attributions sont les prémices de la médecine légale, peste contre les manquements de ses confrères, contre leurs méthodes désuètes et mortifères.

Plus qu'une histoire policière, Pascal Grand nous offre une reconstitution historique à la Dumas, comme dans le Docteur Mystère, mais sans nous plonger au cœur de la Révolution. Cela viendra peut-être si l'auteur daigne poursuivre les aventures de ce chirurgien et de ses amis, Grostête et Cerisier.

 

Si vous introduisez des femmes dans les loges, les maçons, qui aiment à se dire des hommes libres, deviendront des libertins.

Pascal GRAND : De sucre et de sang. Editions Pavillon Noir. Parution le 18 avril 2017. 320 pages. 14,00€.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables