Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 07:06

Le 38ème festival du film américain a lieu du 31 aout au 9 septembre 2012. Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer mais désirent connaître cette ville surnommée le XXIème arrondissement parisien je vous propose en lecture :

DeauvillePlanche_couv.jpg

Robert Mitchum est mort ! Drôle (façon de parler !) de nouvelle pour Eddie Maxens, lieutenant de police qui a été mis sur la touche après un accident du travail dont le résultat s’est soldé par une balafre sur la joue gauche. Robert Mitchum est mort ! Sandra, la femme d’Eddie a mal compris l’information. En réalité, il s’agit du corps d’un homme qui a été retrouvé près d’une des barrières délimitant les cabines de plage de Deauville, barrière sur laquelle est inscrit le nom de Robert Mitchum. Si Eddie Maxens est devenu policier, c’est par vocation, et lorsqu’il a été renvoyé dans ses foyers, il a tenté de monter son propre bureau d’agence de recherches. Une occupation qui a avorté. Alors, même s’il travaillait à l’Urbaine et non à la Criminelle, il se sent investi d’une mission. Découvrir qui a été agressé et par qui. Il a gardé quelques contacts à la boîte, notamment avec le lieutenant Natacha Brami, le docteur et médecin légiste Funérès et surtout des papiers factices pouvant servir de leurres et de laissez-passer. Alors quittant sa petite maison de Villerville, il se rend à Deauville et sa fameuse promenade des planches.

A Deauville, l’effervescence règne. Dans quelques jours le Festival du Cinéma américain va débuter et les forces de l’ordre sont sur les dents. Les touristes et quelques stars commencent à investir la ville. Parmi ceux-ci quelques branquignols dirigés par Bordas qui a décidé de réaliser un grand coup. La fine équipe est composée de Manuel Bordas, dont les parents sont les propriétaires d’une chaumière située non loin de la cité balnéaire. Il n’a pas réussi à percer comme acteur sous le nom de Jerry Lamas. Avec lui Raphaël Kyste, projectionniste sur la touche à cause d’un mélange de bobines ; Bernard Darus, un ex-perchman ayant œuvré principalement dans des films classés X ; et Mina Breaks, l’ex-reine du porno, dont la ressemblance avec Angie Vienna, une starlette américaine qui s’est surtout illustrée dans des films fantastiques et qui est invitée à Deauville à cause de sa prestation aux côtés de Nicole Kidman pour un film grand public. Bordas organise le rapt d’Angie et Mina doit remplacer la jeune vedette américaine.

Eddie entame ses recherches sur les lieux du crime, car à l’évidence c’est est un. L’homme retrouvé dans le coma n’a pas survécu à ses blessures. Eddie découvre coincé dans la rainure entre deux planches une épinglette, un pin’s porté par des supporters du PFO, Paris Football Olympique. Une piste intéressante d’autant que ce club de supporters ne compte qu’une cinquantaine de membres. Grâce à Mulot, un SDF qui traîne toujours dans le quartier afin de glaner quelque argent pouvant l’approvisionner en liquide, Eddie peut reconstituer les événements. Un homme conduisant une fourgonnette blanche a déposé le corps puis est reparti comme si de rien n’était. Il parvient à dresser une description relativement précise du conducteur et Natacha obtient auprès de collègues des photos des membres du club de supporters et leur identité.

Célébrité naissante oblige, Angie Vienna, incarnée par Mina, doit satisfaire aux obligations médiatiques. Angie Vienna connait parfaitement le français, ce qui n’est pas le cas inverse de Mina. Seulement cette ex-star du porno n’a pas sa langue dans sa poche et parfois elle tient des propos qui ne devraient pas être énoncés par la future star d’Outre-Atlantique. Cela étonne bien quelques personnes, dont Eddie, mais bon, les frasques des vedettes de cinéma, leurs déclarations sont tellement diverses que souvent elles sont rapidement oubliées.

Eddie va bientôt se retrouver sur les basques de nos Pieds-Nickelés. Un second meurtre est perpétré et le capitaine Moscovicchi n’apprécie pas du tout l’immixtion de Maxens dans son enquête.

Mais il ne s’agit pas simplement d’une banale histoire d’enlèvement comme le lecteur pourrait le croire au départ de l’intrigue. Roland Sadaune ruse et se montre assez pervers pour dérouter et construire habilement des épisodes qui s’enchaînent comme autant de scènes cinématographiques. Car Roland Sadaune est un cinéphile, peut-être nostalgique de l’âge d’or hollywoodien, et il ne faut donc pas s’étonner que le décor de son nouveau roman soit implanté à Deauville et ses environs. Eddie Maxens est un personnage sympathique, malgré ses problèmes de couple. Il est vrai qu’il délaisse trop souvent sa femme et ses enfants pour aller vaquer à des occupations jugées puériles. Mais pour lui cette charge d’enquêteur qu’il s’est octroyé sans demander l’avis de qui que ce soit, lui permet de se reconstruire. La balafre qui le picote en permanence se révèle comme un fardeau indélébile, et certains ne manquent pas de lui faire remarquer cette cicatrice comme une infamie. Mais un ex-policier qui aime le jazz et le blues ne peut être franchement mauvais. D’ailleurs il est dommage que ce petit plaisir évoqué au début du récit soit abandonné en cours de route. Et, artiste-peintre de talent, Roland Sadaune ne pouvait pas s’empêcher de faire un petit clin d’œil à cet art pictural. Mais je n’en dis pas plus.

Roland SADAUNE : Deauville entre les planches. Collection Polars en région, éditions Ravet-Anceau. 240 pages. 10,14€.

challenge régions

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lystig 02/09/2012 13:11

un livre des éditions Ravet Anceau qui offriront un livre à l'issue du challenge !

Oncle Paul 03/09/2012 14:52



Et oui ! Mais j'ai profité de l'occasion (festival du film américain de deauville) pour en parler.


Amitiés


zut je me suis trompé sur michel Grisolia : il est né un 12 aout, décédé le 29/03/2005.



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables