Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 15:22

Et ça papote, et ça papote...

 

vieux vampire

 

Parfois il se passe de drôles de choses lors des réunions d’un conseil municipal. Je passe sur les habituelles altercations entre membres de la majorité et de l’opposition, cela relève du lieu commun. Mais des événements, des phénomènes étranges peuvent se dérouler, comme celui qui a eu pour cadre la mairie d’Aniche, dans le Nord.

Alors que l’adjointe à l’environnement vitupère contre la prolifération de moucherons prédateurs, prenant pour cible la glycine du presbytère, un sacrilège à n’en point douter, une petite étoile violette jaillit du vitrail des verriers. Le temps semble s’être arrêté et les participants à cette réunion, figés comme des statues, sont vêtus comme pour un carnaval à l’ancienne. Crinoline, redingotes, et même une peau de panthère sur les épaules du maire. Une autre petite étoile, rouge celle-ci, se propulse de sous le buste de Jaurès et la collision entre les deux minuscules novas remet tout en ordre.

Quelques mois plus tard, le narrateur atteint d’insomnie, croise le maire déambulant en bicyclette. Seul petit détail qui attire l’attention, l’édile est affublé d’ailes d’ange, ailes tachées de sang. Des petites traces de sang sur la neige forment des boucles et à y regarder de plus près, il s’aperçoit qu’elles figurent des six. 6 6 6. Trois chiffres qui l’incitent à prendre sa voiture et à rouler jusqu’à Anvers, une ville qui l’a toujours attiré.

Deux jours plus tard, notre narrateur est dans le bureau du maire, mais il garde le silence sur les événements dont il a été le témoin, à la demande de celui-ci. Il ne le rompra qu’en janvier 2012, à cause du calendrier maya. Et de la petite étoile violette qui a récidivé et a permis à un fantôme d’entrer dans la salle en se jouant des murs comme dans le perce-muraille de Marcel Aymé.

Notre narrateur, qui n’est autre que l’auteur, propose au conseil municipal que la cité d’Aniche devienne la capitale de la fin du monde. Commencent alors moult péripéties qui entrainent notre auteur, ainsi que le vieux vampire le Chevalier Le Clément de Buirette qui possède encore de bons restes malgré les siècles entassés sur ses épaules et qui est heureux de pouvoir rendre service à l’Anonyme d’Anvers, un illustre contemporain de Rubens. Leur mission : faire mentir les prophéties liées au calendrier maya (qui entre nous a été mal traduit, puisque, s’il s’agit d’un palindrome numérique, devrait situer la catastrophe le 21 12 2112). Et accessoirement retrouver une copie d’un ancien film muet datant du début du XIXe siècle, intitulé l’Evangile de sang, et qui fut projeté à l’Idéal Cinéma, le plus ancien cinéma ouvrier du monde sis à Aniche, en 1910 pour une poignée de verriers.

L-Ideal_Cinema_-Jacques_Tati.jpgDans ce roman débridé, burlesque, farfelu, qui emprunte parfois au fantastique de nos lectures juvéniles (souvenez-vous de la fée Clochette dans Peter Pan qui apparaissait sous forme d’étoile), et qui n’est pas sans rappeler quelques ouvrages d’Albert Robida par l’humour discret, il est plaisant de trouver un narrateur qui n’est autre que l’auteur se trouvant dans des situations abracadabrantesques et enlevées.

Si Aniche fut l’un des hauts lieux du charbonnage, il ne faut pas oublier que la cité fut aussi un fleuron de la verrerie d’art et du vitrail. Et que l’Idéal Cinéma dont il est question dans ce roman est le plus ancien cinéma ouvrier du monde puisque inauguré le 26 janvier 1902 il est toujours en activité.

Cette nouvelle collection 666 proposée par les éditions Engelaere comporte trois titres qui paraissent simultanément, Les œufs de Lewarde de Jean-Marc Demetz et 666, quai de la Scarpe de Michel Meurdesoif, que j’aurais l’occasion de vous présenter dans quelques jours.

Les couvertures sont signées Jan Sanders Van Hemessen, extraites de L’Enfant prodigue, et datent de 1566.


Lire également de Roger Facon : Le saigneur des pierres.


Roger FACON : Entretiens avec un très vieux vampire. Collection 666, éditions Engelaere. 96 pages. 6€.

challenge régions

Partager cet article

Repost0

commentaires

Cyru 28/05/2013 18:07

il est dans ma PAL. Je n'ai pas pu assister à la conférence de lancement, mais j'ai rencontré Roger FACON pour celle du lancement de LA LOGE DES AMES de Zagam MILEK aussi chez Engelaere. Beaucoup
aimé cette histoire qui se déroule à DOUAI .....

Oncle Paul 29/05/2013 11:48



Bonjour


 De Roger Facon, j'ai lu pas mal de romans et ceux que je préfère relèvent du fantastique


Une collection à suivre et dont la couverture est agréable à l'oeil


Amicalement



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables