Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 13:37

Bon anniversaire à Philippe Bouin, né le 23 mars 1949 !

 

 gaga.jpg

Le vieux Lyon est comparable à un morceau d’Emmenthal, traversé de part en part de ruelles, de couloirs étroits, de passages discrets appelés traboules. Et la Gaga des traboules, c’est Célestine Boudain (avec un A entre le D et le I, pas de jeux de mots laids s’il vous plait, un peu de décence merci !), Célestine donc qui fut en son temps une chanteuse réaliste et connut plus qu’un succès d’estime sous le nom de Lily Lamour, voyageant de par le monde dans les années cinquante. Mais la cigale, c’est bien connu n’est pas comme l’Écureuil qui engrange le pognon des autres. Bref l’étoile de notre brave ex-artiste a pâli et comme ses neurones se court-circuitent dans un cerveau quelque peu délabré, elle végète tout en revisitant son répertoire pour quelques inconditionnels. Mais accuser Célestine de meurtre, voila qui est impensable et pourtant lorsque quelques passants la découvre ruelle Punaise en berçant un jeune homme qui vient d’être assassiné, il existence une présomption de culpabilité. Pour Victoire Amalfi, commissaire au SRPJ de Lyon, il est peu probable que cette vieille artiste soit incriminable aussi elle consent à accéder à sa demande : en parler à sa nièce qui s’est retirée au couvent de Sainte-Croix. Pendant ce temps une autre affaire accapare les gendarmes dans un coin du Beaujolais, le raisiné a coulé. Le jeune conducteur d’une camionnette qui transportait des marionnettes a été liquidé. Subsistent des traces de pneus de motos, ce qui pour l’heure ne les avance guère dans leurs recherches. Seulement il apparait que le chauffeur effectuait une livraison au noir, sans avoir prévenu son patron et ce trafic de marionnettes, dont le recensement monte à deux cents pièces, intrigue les hommes en bleu, d’autant que ces Guignol, Gnafron et autres Madelon ont eu la tête tranchée. Au couvent de Sainte-Croix un différend oppose Sœur Guillemette à Sœur Blandine sous le patronage de la mère supérieure pour une vague histoire d’autocollants apposés sur la vitre arrière de Titine, le véhicule des religieuses. C’est dans cette ambiance survoltée que Gontrand Cheuillade, journaliste à l’âge avancé et compagnon de Victoire Amalfi, se fait annoncer. La nièce de Célestine n’est autre que sœur Guillemette mais Sœur Blandine par la relation des faits alléchée ne peut s’empêcher de s’immiscer dans cette réunion familiale. Faut avouer, pour ceux qui ne connaitraient pas encore cette trentenaire accorte et fort jolie, fut commissaire de police elle aussi et son engagement en religion ne lui a pas enlevé la passion de l’enquête. Koestler le commandant de gendarmerie, Victoire la commissaire de police et Blandine vont unir leurs efforts afin de résoudre cette énigme meurtrière qui va beaucoup plus loin qu’un minable trafic de marionnettes. Des figurines qui sont fabriquées par les pensionnaires d’une association composée d’anciennes gloires du music-hall et dont Célestine faisait partie. Mais Blandine possède sur ses alliés une aide précieuse, celle que le Très Haut lui envoie sous forme de signes qu’elle sollicite. Mais les messages ne suffisent pas, il lui faut également se servir de son expérience policière et de ses petites cellules grises pour dénouer une intrigue particulièrement retorse.

Dans un style alerte, humoristique, qui se rapproche du registre de Charles Exbrayat, Philippe Bouin nous invite à suivre les péripéties de Sœur Blandine qui n’est pas à mon humble avis un succédané d’Imogène, laquelle je rappelle est Ecossaise, mais se rapprocherait plus de Sœur Thérèse.com. Imogène est bagarreuse, soupe au lait tandis que Blandine est beaucoup plus posée. Une série qui est totalement différente des ouvrages pour lesquels Philippe Bouin utilise comme décor le Nord et le Pas de Calais comme Comptine en plomb ou encore Paraître à mort, des romans aux sujets beaucoup plus graves et qui prennent leur genèse dans des drames dont l’Histoire est une grande pourvoyeuse. Un livre très agréable à lire malgré quelques longueurs, à moins que ces longueurs, des circonvolutions comparables aux traboules, ne soient que des sauts de haie pour empêcher le lecteur de découvrir trop rapidement la solution.

Philippe BOUIN : La Gaga des traboules. Archipoche. Editions de l’Archipel. 7,50€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Herveline 27/03/2012 08:25

Aux dires de certains lecteurs, il serait une bonne substitution à Fred Vargas, pour ceux qui ont tout lu d'elle. C'est du coup un peu comme ça que je présente l'auteur. je n'ai néanmoins rien lu
ni de l'un, ni de l'autre (QEUAAAA ! pas lu Fred Vargas !!!! ben non, elle se vend toute seule, et je n'ai jamais été attirée, je préfère faire découvrir des auteurs émergeant...). Qu'en penses-tu
?

Oncle Paul 27/03/2012 10:45



Bonjour Herveline


Disons que j'ai découvert Fred Vargas lors de ses premiers romans, notamment L'homme aux cercles bleus qui avait été édité chez Hermé puis réédité à de nombreuses fois. Puis je l'ai toujours
suivie ou presque, et petite précision, je la connais bien puisque nous avons passé ensemble une semaine de vacances chez C. M. en sa compagnie ainsi qu'avec Pascal Dessaint, et quelques autres.
Mais c'est vieux, en 92 ou 93. Sinon, je suis d'accord, j'aime parler de nouveaux auteurs, de nouvelles maisons d'éditions, mais certains des auteurs qui ont déjà une belle et bonne production
derrière eux ne recueillent pas forcément les suffrages qu'ils méritent. Frad Vargas et Pascal Dessaint sont un peu une exception.


Amitiés



Lystig 24/03/2012 21:26

bien !!!!! pas de trou dans le gruyère, que dans l'emmental !

Oncle Paul 26/03/2012 09:48



Les idées préconçues ont la vie dure !



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables