Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 08:11

Hommage à Pascal Garnier, né le 4 juillet 1949.

 

parentheses.jpg


Au lendemain de la Libération, trois adolescentes de Saint-Martin sur Cher, Arlette la forte en chair, Gisèle la forte en gueule et Lucienne la forte en thème, sont tondues sur la place publique pour avoir couché avec l’envahisseur. Certains s’attèlent à la tâche par répression, d’autres pour prouver leur bonne foi après des moments d’égarement avec les Allemands. Gisèle et Lucienne n’ont pas supporté l’affront et sont parties vers d’autres cieux, Arlette elle est restée au pays.

Cinquante ans plus tard, venant d’Arras et désirant visiter les châteaux cathares, voyageant en compagnie d’une amie, Luce tombe en panne de voiture non loin de Saint-Martin. Le garagiste n’a pas la pièce adéquate afin de dépanner son véhicule et les deux femmes sont obligées de s’installer à l’hôtel. Gisèle revient au même moment sur les lieux de son enfance, afin d’assister à l’enterrement de sa mère. Arlette veuve d’un boulanger et menant à la baguette le commerce familial, est affligée d’un fils, Laurent, qui accumule les bêtises.

Les retrouvailles des trois anciennes amies organisées par le coup de pouce d’un destin farceur se font mi-figue mi-raisin. Le temps des réminiscences est sonné et quelques explications se doivent d’être approfondies. Pour Laurent, c’est peut-être aussi l’heure d’assumer enfin sa quarantaine atteinte à coups de larcins, de défis à la maréchaussée, de bouteilles éclusées en compagnie d’amis fauchés mais solidaires devant un verre, plein de préférence.

Une parenthèse dans une existence sabordée pour trois femmes, trois adolescentes à l’aube de leur destinée. Elles ont eu le courage de surmonter l’épreuve et ont connu des fortunes diverses. Pascal Garnier, dans ce roman, efficace dans la concision, narre ces retrouvailles inopinées simplement, avec humanisme, un peu comme le faisait Simenon, portant un regard attendri mais non moralisateur sur ses personnages et nous réservant un final qui pourrait être celui d’un conte de fée. Mais Pascal Garnier possède plus d’un tour dans son sac, et sous la candeur se cache la rouerie. Un excellent roman qui dépasse le cadre du roman noir mais y trouve pour autant une place privilégiée.


Pascal GARNIER : Parenthèse. Editions Plon. 19 aout 2004. 176 pages.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Patrick 04/07/2013 13:12

Bonjour Paul
Bel hommage à ce très grand auteur de polars , que j'affectionne tout particulièrement....
Je note ce roman , peut - être en poche bientôt ?.
Amitiés
Patrick

Oncle Paul 02/12/2014 11:05

Bonjour Patrick
Un auteur qui savait émouvoir.. Et il avait encore tant de choses à écrire...
Bonne journée

Patrick 02/12/2014 10:47

Bonjour Paul
Oui , quel talent , il mérite mieux , mais nous on est là pour ne pas l'oublier...
Bonne journée.
Amitiés.

Oncle Paul 04/07/2013 14:11



Bonjour Patrick


Moi aussi j'aime beaucoup ce qu'écrivait Pascal Garnier et peut-être les éditions Points, qui ont déjà réédité quelques-uns de ses romans continueront et permettront d'entretenir sa mémoire avec
celui qui est peut-être passé un peu inaperçu


Amitiés



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables