Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 13:34

Après La disparition soudaine des ouvrières de Serge Quadruppani, Le gène du perce-neige de Jacques Bullot, pourquoi ne pas continuer notre voyage dans le monde délictueux des laboratoires phytosanitaires ? C’est ce que je vous propose d’effectuer en découvrant ce premier roman d’un auteur prometteur.

 testamentabeille.jpg


Pour écrire un bon Frileur (thrilleur en anglo-saxon), il faut choisir avec discernement ses ingrédients, les doser savamment afin qu’ils développent harmonieusement leurs saveurs, éviter qu’une épice empiète sur l’autre, les mélanger sans les brusquer ou les casser, laisser mijoter et servir aussitôt. Et vous aurez un délicieux plat aigre-doux qui enchantera vos neurones, comme ce roman dont le dosage entre les divers éléments est habilement agencé.

Natacha Calestreme nous entraîne dans un frileur naturaliste, botanique, et entomologique, véritable plaidoyer pour la protection de la nature, mais sans tomber dans des excès écologiques, démontrant les effets néfastes d’une certaine mainmise des laboratoires phytosainitaires. Mais commençons par le début, ce sera plus simple.

Major à la troisième division de la police judiciaire de Paris, Yoann Clivel revendique clairement ses origines basques par sa mère, n’ayant que peu connu son père breton assassiné dans la rue alors qu’il n’avait que dix ans. Il est officieusement le responsable du service. Le commandant Ponstain préfère s’occuper de la paperasse au lieu de se déplacer sur le terrain, tandis le gradé en dessous de Ponstain est un jeune lieutenant qui n’a obtenu sa nomination qu’en passant un examen mais ne possède aucune expérience (compétence ?). Une banale affaire de meurtre familial est soumise à la sagacité de Clivel et de son équipe. Un père de famille, sous l’emprise de la folie vient d’assassiner sa femme et sa jeune fille de six ans avant de se suicider à coups de couteau. Du moins c’est ce qu’il ressort des premières constatations, une reconstitution due à l’intuition de Berckman.testamentabeille1.jpg

Berckman, chef enquêteur adjoint et ami de Clivel, est déçu par les femmes à c ause de la sienne qui lui a fait porter des cornes et il ne peut s’empêcher de passer la plupart de ses nuits dans des parties de poker interminables. Il porte en permanence sur lui une boîte d’allumettes qui contient six cloportes, des petits crustacés terrestres à quatorze pattes. Lorsqu’une affaire se présente, il secoue la boîte et le nombre de bestioles enroulées sur elles mêmes détermine la gravité de l’affaire. Dans ce cas, six boules gisent la boîte, ce qui signifie une enquête longue et difficile.

Vont participer également à l’enquête, aux enquêtes devrais-je écrire, car cette affaire n’est que la première d’une série qui va prendre de l’importance quant au nombre de victimes, Marc Honfleur, lequel est un spécialiste des recherches sur Internet et dans les archives de la police, ainsi que Jane Velin qui ne sera incorporée à l’équipe qu’un peu plus tard. Sans oublier le juge Gutineau proche de la retraite et qui voudrait partir en beauté.

Les premières victimes, au nombre de trois, habitaient dans le Quartier Latin. Le père était un biologiste reconverti en chef d’entreprise, important des plantes médicinales. Peu après ce sont treize morts qui sont recensés dans le quatorzième arrondissement parisien. Treize personnes dont la mort est tout autant une résultante de meurtres que de suicides ou de décès à l’apparence naturelle. Puis une nouvelle cascade de défunts est enregistrée, plus d’une vingtaine de victimes. En recoupant les professions des adultes, il appert que bon nombre d’entre eux gravitaient dans des professions dont le point commun est la nature, les plantes, la biochimie ou la biologie. Autre coïncidence relevée, les enfants sont tous âgés de six ans.

Clivel est déchargé de l’enquête au profit de la Criminelle, service de police dans lequel travaille Valentin, son ami d’enfance. Ils sont sensiblement du même âge et une forme de mimétisme physique s’était opéré. Mais est-ce véritablement son ami aujourd’hui ? Une question de jalousie peut-être, à moins que le meurtre non élucidé du père de Clivel soit une barrière entre eux.

Un premier élément se dégage lorsque les enquêteurs découvrent une feuille de lotus stylisée non loin du lieu de la première découverte macabre. Puis une autre. Enfin, en vérifiant tous les éléments dont ils disposent, Clivel et son équipe s’intéressent à une affaire ancienne, dite le Testament des abeilles, qui pourrait être à l’origine de ces morts suspectes. Et ils vont s’atteler à retrouver la trace d’un guérisseur magnétiseur qui pourrait détenir les clés de cette sorte de prophétie.

Clivel n’est pas prêt à passer la main, il tient à garder cette enquête, malgré les efforts de la Criminelle et le nouveau juge en charge de l’affaire à s’accaparer du dossier.

Ce roman policier et de mystère écolo-naturaliste possède une petite part d’ésotérisme et une pointe de surnaturel. Il nous offre plusieurs pistes de réflexions.

La mémoire du père chez un enfant de dix ans qui reste prégnante malgré les années qui passent à cause d’un mystère réel ou supposé sur une disparition éprouvante. Le rôle et les agissements d’entreprises soi-disant philanthropiques qui ne pensent qu’à s’enrichir : alors que depuis le début du monde, la pollinisation des plantes est assurée par les abeilles et qu’elles se ressèment grâce aux volatiles et au vent, les semenciers ont mis au point un principe de stérilisation empêchant la flore de se reproduire. Ils « donnent » des graines aux agriculteurs africains, par exemple, mais ces plantes ne pourront pas se reproduire. Et les malheureux cultivateurs seront obligés par la suite d’acheter de nouvelles semences au lieu de pratiquer le troc comme cela se faisait naturellement. Mais ceci n’existe pas qu’en Afrique. Plus grave, cette stérilité est contractée également par les abeilles qui ne peuvent plus se reproduire. Un cercle infernal.

Mais d’autres exemples sont également développés démontrant les nuisances d’autres éléments dont l’aluminium qui se trouve partout, jusque dans les déodorants, et qui favorise le développement de la maladie d’Alzheimer. Sans parler du soja transgénique utilisé en complément d’alimentation pour le bétail, alors que la plupart des éleveurs pensent être à l’abri en introduisant ces granulés au fourrage. Et la viande produite, le lait, les œufs, contiennent des OGM conçus pour être stériles et résistants aux antibiotiques. Je ne vous en dis pas plus afin de préserver l’intérêt de la lecture, mais sachez qu’en aucun cas ces digressions sont ennuyeuses, au contraire. Elles sont riches d’enseignement.

Je pourrais évoquer également le rôle contradictoire et néfaste de certaines sectes, ainsi que de l’interprétation des textes dits divinatoires, interprétation qui peut s’opérer selon l’état d’esprit, l’attente, les aspirations, les désirs de celui qui désire apporter des explications et dont les solutions édictées sont parfois le contraire de ce qu’ils veulent dire.

Un roman passionnant, abouti, attrayant qui possède quelques zones d’ombre, ne nuisant nullement à la compréhension de l’intrigue mais qui pourraient faire l’objet d’un second ouvrage avec les mêmes personnages.

Natacha CALESTREME : Le testament des abeilles. Albin Michel. 350 pages. 20€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Nous voici donc avec de bonnes idées pour lire. Merci.
Répondre
O
<br /> <br /> De rien<br /> <br /> <br /> C'est toujours un plaisir d'échanger nos goûts<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> <br />
L
Oui ça pourrait bien m'intéresser. Merci
Répondre
O
<br /> <br /> J'ai omis de signaler aussi pour les amateurs d'hyménoptères et amoureux de la folre et de la faune en général : Le Bal des frelons de Pascal Dessaint; éditions Rivages.<br /> <br /> <br /> http://0z.fr/KrBEV<br /> <br /> <br /> Tout le plaisir est pour moi<br /> <br /> <br /> <br />
L
C'est une bonne idée ça.
Répondre
O
<br /> <br /> En parlant d'abeilles, il existe aussi un roman de Serge Quadruppani, La disparition mystérieuse des ouvrières, paru au Masque... Ce n'est juste qu'une petit info. D'ailleurs tu peux retrouver<br /> mon article concernant ce roman sur le blog, si éventuellement ça t'intéresse...<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> <br />
L
Bon finalement il s'agit pas que d'abeilles. Mais il a l'air lui aussi très intéressant à lire. Je note. Restera plus qu'à trouver le moment pour le lire.
Répondre
O
<br /> <br /> Non, pas que d'abeilles mais leur présence imagée est indispensable. A lire en dégustant quelques tartines de miel....<br /> <br /> <br /> <br />
Z
J'ai déjà noté la disparition soudaine des ouvrières dans ma lal, alors, je continue !!!
Répondre
O
<br /> <br /> Deux romans dans lesquels les abeilles tiennent la vedette mais dont le ton est profondément différent. Un très bon roman d'une nouvelle auteure que j'espère bien retrouver.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
L
Bonjour Oncle Paul,<br /> Je vais noter celui-là mais je me pose la question suivante : heureusement que son auteure a écrit le mot fin sinon elle aurait dépeuplé Paris, voire même la France entière.<br /> <br /> Le Papou
Répondre
O
<br /> <br /> Bonjour Papou<br /> <br /> <br /> Oui mais elle n'a pas noté le mot faim ce qui serait revenu au même et pourtant avec Monsanto et confrères, c'est ce qui nous attends...<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
A
Noté, mais toujours pas dispo à ma BM, pfffff.....
Répondre
O
<br /> <br /> Faut pas pleurer comme ça... Mais si ta BM le possède et qu'il n'est pas disponible, c'est qu'il est très demandé donc que les lecteurs l'aiment. Sinon, si ta BM ne le possède pas, fait un<br /> scandale <br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables