Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 11:18

archives

La nostalgie des petites salles obscures de quartiers ?

 Excelsior.jpg

Passionné de cinéma, Philippe ne manque pas une occasion de se faire une toile, délaissant ses copains qui ne possèdent pas les mêmes goûts que lui. Le jour de ses quinze ans, alors qu'il visionne pour la troisième journée consécutive le même film, un homme s'installe près de lui. Il lui demande de surveiller les alentours à la sortie du cinéma. Philippe se croit plongé dans un roman, ou plutôt dans un film d'espionnage, d'autant que l'inconnu prétend s'appeler Mr Quilby.

 

Fox, ainsi a été baptisé Philippe par son nouvel et énigmatique ami, lui sert de guide, lui dénichant un hôtel sur les hauteurs de Nice, payant la chambre avec l'argent de son anniversaire. Le lendemain, ayant rejoint Quilby en catimini, c'est l'heure des confidences. Quilby et Irène vivaient un grand amour mais au fil du temps ce sentiment s'est délité. Du côté d'Irène. Car lui, il l'aime toujours. Jusqu'à avoir tué son amant en le poussant dans l'escalier. Et c'est pourquoi Mr Quilby est obligé de fuir, de vivre caché. Cela ne gêne pas Fox, au contraire. Il retrouve dans cette histoire et dans les propos de son compagnon un relent d'aventure cinématographique plus réel que dans les films dont il se délecte. Tout n'est pas vrai dans ce que Quilby lui raconte, il le sent. Mais peut-être est-ce encore plus terrible dans la réalité. Trois jours qui seront un intermède dans la vie de Fox mais dont il se souviendra toujours.

 

Avec pour décor Nice, au début des années soixante, en plein mois d'aout, ce roman de Michel Grisolia nous entraîne dans une aventure au cours de laquelle le cinéma tient une place quasi obsessionnelle. Fox se prend pour l'un des protagonistes de ces films dont il se délecte, et découvre une ville qu'il croyait connaître, passant une partie de la nuit dans un cimetière, jouant les rabibocheurs d'amours défuntes, se faisant le complice d'un personnage mystérieux. Mais en même temps il comprend "que le cinéma, qui sera toujours d'une certaine façon le culte des morts, le cinéma ne pouvait plus rien pour (lui)".

Dumême auteur voir Beaulieu, un soir de pluie ainsi qu'un portrait.

Michel GRISOLIA : L'Excelsior. Editions Flammarion (1995). 220 pages.

challenge régions

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lystig 03/09/2012 22:13

une chanson !

(mais aussi le temps auj !)

Oncle Paul 04/09/2012 15:32



Nuit et brouillard je parie !


Amitiés



Lystig 02/09/2012 12:51

un soir de pluie
et de brouillard...

Oncle Paul 03/09/2012 14:50



Cela te rappelle quelque chose ?



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables