Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 16:22

Comme disait ma grand-mère, Paris ne s’est pas fait en un jour, mais le patchwork s’est détricoté en un rien de temps…


mort-scorpion.jpg

Ma grand-mère parlait par énigmes, avec ses paraboles pleines de bon sens. Voulait-elle se référer à tous ces pays bricolés, frontiérisés de bric et de broc, au gré de belligérants imposant leur main mise de vainqueurs sur des territoires qu’ils annexaient, découpaient, se partageaient ? Sans tenir compte des frontières naturelles, des us et coutumes des autochtones, de leur langue, de leur religion. Une soi-disant réunification pacificatrice qui entraîna plus encore les indivisions, les ressentiments, les agressions, les vengeances, les révoltes. Prenez quelques exemples en Afrique ou en Europe Centrale.

 

Cela faisait bien six mois que Clovis, journaliste à la retraite, n’avait pas vu Emma. Pas le moindre début de signe de vie. Et voilà qu’elle déboule sans crier gare un 21 septembre chez lui à la Varune, et ce n’est pas pour ce que vous pensez. Emma est une policière marseillaise atypique, look gothique avec son pantalon moulant noir, ses cheveux noirs coupés courts et ses piercings en argent, sans oublier le reste qui ne se montre que dans l’intimité, et est consommatrice de chichon (pas la spécialité culinaire du Sud-ouest élaborée à base de canard ou de porc, mais l’herbe). Si elle déboule ainsi à l’improviste, ce n’est pas pour quémander un rattrapage de câlins, ce qui entre nous ne déplairait pas à Clovis, mais connaître l’avis de celui-ci sur le contenu d’un DVD.

Et pour être cochon, c’est cochon. Comme un cochon dont on brûlerait les soies avant de le découper en jambon. Sauf que l’animal est un homme attaché sur une chaise, sur lequel un individu déguisé en Fantômas appose des serviettes imbibées d’essence. Petite précision qui n’est pas superfétatoire, les bouts de tissu sont enflammés. Une séquence inoubliable, non pas à cause de l’esthétique de la réalisaion, mais des degrés de violence et de sadisme qui se dégagent de la scène tournée dans une sorte de cave sans qu’il y ait besoin de répétitions. En toile de fond, un drapeau qui ressemble à celui de la Serbie. Autre détail qui possède son importance, le cadavre défiguré a été retrouvé à moins d’un kilomètre de chez Clovis. Ce qui ne met nullement en cause notre sympathique héros, et amant occasionnel d’Emma, mais qui laisse supposer qu’il pourrait posséder des renseignements sur l’identité du défunt grillé.

Emma propose de conduire Clovis sur la plage où a été découvert ce qui pour le moment est un inconnu et lui montre quelques clichés pris par la Scientifique lors de la récupération du corps. Un détail vestimentaire accroche l’attention de Clovis, les espèces de rangers dont est chaussé le cadavre. Des godasses particulières, peu courantes ( !). Et Clovis ne connait qu’un seul homme à porter se genre de croquenots de luxe, Micha, qui vit à deux ou trois kilomètres des Pierres Tombées, au fort Caffagne.

pierrestombees.jpg  Micha est le gardien du fort, homme toutes mains du nouveau propriétaire un oligarque Russe, monsieur Sacha qui a bâti sa fortune sur le trafic d’armes, aujourd’hui établi comme banquier, et qui pourrait bien posséder des accointances avec la mafia. Vit au château également JAD, alias Jean-Antoine Dieudonné, un peintre qui est en train de se forger une petite réputation. D’ailleurs il est tout content d’annoncer à Clovis et à Emma, Clovis s’étant bien préservé d’indiquer la profession de sa compagne, qu’un de ses tableaux vient d’être vendu à New-York pour la coquette somme de 100 000 dollars, alors que des œuvres de Bonnard, Derain et autres en étaient les vedettes. Une aubaine qui sent l’arnaque.

Tandis qu’Emma, qui reçoit des messages du tueur, enquête, Clovis se renseigne auprès de ses informateurs habituels, un journaliste et un policier, et ce qu’il découvre l’interloque. Micha, dont l’origine géographique n’est pas encore déterminée, est lui aussi peintre et faussaire. Il a même durant un certain temps aidé à la fabrication de faux billets. Le rôle de monsieur Sacha est à définir aussi de même que celui joué par une comtesse hongroise, Zoltana Bathory, qui tient une galerie d’art à Paris et fournit les salles de vente telles Christie’s et Sotheby’s en tableaux signés Derain, Bonnard, Manet, et autres artistes plus prestigieux les uns que les autres. Quant à JAD, Dieudonné n’est qu’un nom d’emprunt, qui ose son nom certes, mais en réalité il est le fils d’un parrain du grand banditisme marseillais.

Mais si tout cela ne restait que dans le domaine de la peinture. Car des sbires qui se prennent pour des rapins s’incrustent dans le tableau et s’évertuent à éclabousser les environs de taches de sang avec des armes qui servent de pinceaux traçant une ligne sanglante vers l’ex-Yougoslavie.

 

Il n’est pas toujours facile de connaître, de comprendre, d’analyser des événements qui se déroulent à des centaines, voire des milliers de kilomètres de chez nous, dans une région, un pays, qui ne nous concernent en rien sauf pour quelques journées de tourisme encadré.

Des situations tout à coup explosives dont on ne perçoit les échos qu’au travers de commentaires de reporters journalistes, d’experts en politique internationale confortablement installés dans leurs bureaux germanopratins. Les noms et les motivations des belligérants se mélangent et ce ne sont que de longues années plus tard que tout se décante ou presque. Il faut la patience et l’impartialité de romanciers historiques pour essayer de tout remettre en ordre, d’expliquer, sans esprit partisan les fondements des affrontements fratricides. Maurice Gouiran est l’un de ceux qui tentent de montrer les événements passés sous leur véritable jour, et tel un lapidaire il s’échine à briser la gangue des secrets de l’Histoire et des informations contradictoires pour en extraire le diamant pur de la vérité.

 

Nos gouvernants qui se glorifient d’aider à renverser des dictateurs qu’ils ont eux-mêmes mis en place et auxquels ils ont ciré les pompes de manière indécente.

 

Je déguste ma pizza et mes supions lentement, sans perdre du regard l’admirable fraternité qui règne entre nos garants de l’ordre et le grand banditisme. Quand je pense que certains osent avancer que notre monde manque de solidarité !


Du même auteur lire :  Et l'été finira, Sur nos cadavres ils dansent le tango,  Franco est mort jeudi, Les vrais durs meurent aussi,  Train bleu train noir,  Putain de pauvres.


Maurice GOUIRAN : La mort du Scorpion. Jigal Polar, éditions Jigal. 248 pages. 18€.

 

challenge régions

Partager cet article

Repost0

commentaires

DLe Papou 13/10/2012 16:49

Tout ça m'a l,air de plus en plus gore !

Le Papou

Oncle Paul 14/10/2012 07:46



Tout comme il y a la télé réalité, nous avons aussi le roman-réalité.



Patrick 11/10/2012 12:48

Bonjour Paul
J'aime ton blog , mais je trouve que tu ne nous mets pas assez de livres en poche...C'est vrai j'attends souvent qu'ils passent en poche pour acheter les livres qui me plaisent...Les temps sont
durs...:)
Bonne journée.Amicalement.

Oncle Paul 11/10/2012 15:21



Bonjour Patrick


Pourtant j'essaie ! Par exemple, pour les romans de Maurice Gouiran, André Fortin, Philippe Bouin, Lenoir & Cabessos, Hervé Jaouen, Lisa Gardner je signale les rééditions disponibles en
format poche. Mais je vais essayer d'en proposer plus !


Amitiés



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables