Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 14:42

L’exode de l’Exodus.


tabachnick.jpg

Les tribulations de l’Exodus, le navire qui devait emmener plus de 4500 Juifs vers la Terre Promise, ont été immortalisées par le roman de Leon Uris, et surtout par le film éponyme d’Otto Preminger avec Paul Newman. Seulement dans la réalité, ce voyage ne s’est pas déroulé comme cela a été conté.

Sous couvert de roman, Maud Tabachnick nous raconte la véritable President_Warfield_1947.pnghistoire du President Warfield, rebaptisé Exodus 47, de ses passagers et de ceux qui ont été à l’origine de cette aventure. Elle met en scène, si l’on peut dire, des personnages réels, contrairement à Leon Uris et Otto Preminger qui eux avaient inventé des héros de fiction. Et le terme du voyage ne fut pas si idyllique qu’il fut conté.

30 mai 1947. Le jeune Serge Menacé, dont les parents ont été abattus sur ordre de Paul Touvier, a demandé une entrevue avec l’abbé Glasberg qui officie à Lyon. Ce n’est pas tant en souvenir de sa grand-mère, que le religieux a rencontré au camp de Drancy, que Serge veut le voir, mais parce qu’il pourrait l’aider, lui et ses compagnons, grâce aux relations que l’ecclésiaste entretient. En effet la Haganah, l’armée juive clandestine, veut ramener au pays les Juifs qui n’ont plus d’endroit pour vivre. La Haganah a acheté un vieux bâtiment à Baltimore, le President Warfield, et après des réparations dans un port italien, il stationne à Sète afin d’emmener plus de quatre mille cinq cents passagers. Or Glasberg peut, grâce à son ami le cardinal Gerlier qui a ses entrées à Matignon, obtenir des autorités civiles et militaires l’autorisation d’embarquer. Mais les quotas édictés par le gouvernement anglais sont gelés.

Attlee_BW_cropped.jpgEn effet l’empire britannique, depuis des décennies, possède une main mise sur les états arabes qu’il n’est pas prêt de vouloir abandonner. Et Clement Attlee, le premier ministre, est fermement décidé à empêcher tout embarquement vers la Palestine. Un agent du SIS, Secret Intelligence Service, John Milton, est envoyé sur place pour faire avorter le projet. Ahmed Yassim, qui dirige depuis deux ans la principale branche armée des Volontaires arabes constituée dès 1920, est chargé de prévenir les Anglais s’il découvre les projets sionistes. L’armée des Volontaires arabes a été constituée vingt ans auparavant, en réponse à la déclaration Balfour qui précisait dans un courrier adressé à Lord Lionel Rotschild l’intention du gouvernement de Sa Majesté d’envisager favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national juif.

 exodus.jpg

En catimini Yossi Harel, le commandant politique, Ike Aronowicz, le jeune capitaine de l’Exodus, Saul, Marga, Yosh et quelques autres compagnons délivrent les Juifs qui sont parqués depuis des mois dans des cantonnements dispersés sur le territoire français suite à leur libération des camps de concentration allemands, et les amènent à bord de camions jusqu’à Port de Bouc d’où doit avoir lieu l’embarquement. Ils attendent les papiers qui doivent leur permettre de quitter le port, à destination théoriquement de la Colombie. Un subterfuge qui ne convainc pas les Britanniques. Des bâtiments britanniques suivent le navire dans les eaux méditerranéennes et l’empêchent d’aborder les côtes palestiniennes alors que l’Exodus n’est qu’à vingt-sept kilomètres de Haïfa. La suite sera plus terrible.

 

Il est difficile de ne pas ressentir un sentiment de révolte, à la lecture de ce roman-document, devant l’acharnement des troupes britanniques envers ces fils d’Israël, qui souhaitent tout simplement retrouver après des siècles d’errance le pays dont ils ont été spoliés. Depuis une vingtaine d’années, des communautés juives vivent en Palestine, en plus ou moins bonne intelligence avec les Arabes. Seulement les intérêts financiers sont en jeu. En effet, à l’ONU, un vote doit avoir lieu afin d’entériner la décision de créer un état d’Israël, en partageant la Palestine. Les Etats-Unis sont pour et s’avèrent être un soutien actif pour les délégués Juifs. L’URSS, Staline est antisémite et son action envers un comité antifasciste juif créé en 1942 est là pour le prouver, n’y sont pas favorables. Les enjeux financiers sont représentés par le sous-sol arabe qui possède une véritable richesse pétrolifère.

Autre fait troublant, c’est la collusion entre le grand mufti Hadj Amin al-Husseini, qui avait choisi le camp d’Hitler durant la guerre, la légion arabe se battant courageusement aux côtés des Nazis. En cette année 1947, les Arabes ont néanmoins obtenu des Anglais que le quota de soixante-quinze mille immigrants soit maintenu et que l’interdiction de vendre des terres aux nouveaux arrivants soit renforcée. Le Pétrole, de tout temps, a toujours senti bon.

Maud-Tabachnick.jpgSi l’on peut comprendre les récriminations des Palestiniens, si l’opinion internationale prend leur défense vis-à-vis d’Israël et des affrontements qui opposent ces deux nations, il ne faut pas oublier que depuis près de vingt siècles les Juifs sont rejetés de partout. Ils ont perdu leur terre, ils ont été spoliés, et ce qui leur est reproché aujourd’hui, ils l’ont subi en étant chassés de leur nation. Si torts il y a, il faut les attribuer aux deux camps, à leur entêtement, à leur manque de tolérance. Egalement à l’intolérance religieuse, au fanatisme, à l’intégrisme, d’où qu’ils viennent. Sans oublier l’esprit mercantile qui n’est pas l’apanage d’une nation. Et l’on peut se poser la question de savoir comment les grandes puissances réagiront lorsqu’il n’y aura plus de pétrole en jeu ?

Un roman-document qui éclaire l’origine de biens des conflits et qui propose une vision non édulcorée de l’histoire. Quant aux Juifs qui ne purent débarquer de l’Exodus, ils furent envoyés sous bonne escorte britannique à Hambourg où ils végétèrent ensuite dans des camps de rétention allemands.

 

Un conseil : visitez le site des éditions de l'Archipel. Vous y retrouverez Maud Tabachnick !

Maud TABACHNICK : Je pars demain pour une destination inconnue. Collection Cœur noir. Editions de L’Archipel. Septembre 2012. 242 pages. 18,95€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Une auteure qui sait se diversifier.
Répondre
O
<br /> <br /> Oui, et j'ai aimé également quelques autres romans dont L'étoile du Temple paru chez Viviane Hamy en 1997, roman qui est toujours disponible il me semble<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
P
Salut Paul, je dois le lire, alors je reviens un peu plus tard ! Amitiés
Répondre
O
<br /> <br /> Je te comprends fort bien mon ami Pierre. Et nous pourrons comparer nos impressions, surtout si tu n'as pas lu mon article. Nos chroniques seront-elles convergentes ou divergentes ? Nul ne peut<br /> le prévoir mais j'espère que tu prendras plaisir à lire ce roman-doc...<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
G
J'ai été un peu échaudée par le seul roman de Tabachnik que j'ai lu. Peut-être que l'expérience serait plus concluante avec un roman-historico-doc (ne cherche pas dans le dictionnaire, ce mot<br /> n'existe sûrement pas! :) )
Répondre
O
<br /> <br /> Il ne faut jamais rester sur une mauvaise impression... C'est comme avec les hommes...<br /> <br /> <br /> <br />
P
Là, tu parles à mon coeur.J'adore Maud Tabacnhnik, bon nombre de ses livres sont injustement méconnus.Surtout quand elle dénonce quelque chose.C'est la version féminine, je trouve, de Patrick<br /> Bard.<br /> A 16 ans, je ne trouvais plus d’intérêt à la littérature pour enfant.Avec ma mère nous sommes allées demander l'autorisation pour emprunter chez les adultes.<br /> Ne sachant que prendre, j'ai demandé l'aide de la bibliothécaire.Elle m'a conseillé "Exodus" et "Qu'elle était verte ma vallée" Je ne sais plus exactement de quoi ça parlait mais je sais que ce<br /> sont deux ouvrages qui m'ont marquée même si je n' ai pas tout compris à l'époque.<br /> je note, je note...Ton billet est magnifique, on sent que le sujet te touche.
Répondre
O
<br /> <br /> Bonjour Pyrausta<br /> <br /> <br /> Qu'elle était verte ma vallée de Richard Llewellyn est un superbe roman qui se déroule en Pays de Galles, et il me semble, si mes souvenirs sont bons, la vie des Gallois qui travaillaient dans<br /> les mines. Mais il n'y a pas que ça...<br /> <br /> <br /> merci pour ton appréciation, ! Ce n'est pas tant le sujet qui me touche, quoi que, mais surtout le détournement de l'Histoire et les fausses images qui sont colpotées et la vérité qui est<br /> maltraitée.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables