Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 08:06

Bon Anniversaire à Frédérick Tristan, né le 11 juin 1931, qui a signé une quinzaine de romans policiers sous le pseudonyme de Mary London.

 

london.jpg


La soirée d’anniversaire de Lord Hamilton, organisée en sa villégiature de Villers sur mer près de Deauville, se clôt par un incident qui jette quelque peu le froid parmi l’assemblée. Lady Karen, la jeune femme du noble britannique, à la quarantaine superbe et éclatante, lacère à coups de kriss malais un tableau peint pour cette occasion par Andréa Pendleton, artiste peintre (du moins c’est ainsi qu’elle se définit) vivant aux crochets de Lord Hamilton. Dans la nuit le corps de la secrétaire du lord anglais est découvert sur les planches de la cité balnéaire. Elle a été poignardée. Le lendemain, Sir Malcolm Ivory, qui avait été invité par lord Hamilton, lequel lui avait promis de lui donner un ouvrage rarissime, arrive en plein pataquès. Et comme si cela ne suffisait pas le jour d’après c’est Hamilton lui même qui est découvert dans son lit, raide. Suicide ou meurtre ? La veille Hamilton avait annoncé son intention de modifier son testament, déclaration qui n’était peut-être pas au goût de tous. Sir Ivory va mener son enquête conjointement avec la commissaire Duvalier, Liliane pour les intimes dont il fera bientôt partie, auprès des habitants du domicile de Hamilton, Victoria Manor. Outre Lady Karen, vivent ou étaient présent les deux funestes journées, Robert, le fils qui s’adonne volontiers à la boisson, Andréa Pendleton, artiste peintre, Apolonius Tycoon, qui se prétend poète, tous deux ayant appartenu à une mouvance hippie à la fin des années soixante et surnommée les “ Fous de Cheyne Walk ”, enfin Sticker le banquier et Morgan le majordome.

Digne héritier des auteurs anglais de romans de suspense et de détection, Mary London, alias Frédérick Tristan, livre à chaque épisode des enquêtes de Sir Malcolm Ivory des intrigues sympathiques qui tiennent la route et plonge le lecteur dans des aventures délicieusement désuètes. Cette fois l’intrigue est placée aux alentours de Deauville, sur la Côte Fleurie, dans une région fort prisée des Anglais. Un roman rafraîchissant et divertissant à déguster entre deux romans noirs.

 

Mary London : Meurtre anglais à Deauville. (traduction de Jean-Paul Baudricourt), collection Les enquêtes de sir Malcolm Ivory. Editions du Rocher. Février 2005. 232 pages. 17,20€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
This is for the first time that the truth behind the pseudo name of Mary London is revealed. I am great fan of his books .the detective novels that he has written are simply very sensible. His real name is Frédérick Tristan.
Répondre
C
Salut Paul
Tiens, il faudra que je sorte les quelques fiches que j'ai sur cette série, issues de lointaines lectures. C'était plaisant à lire, avec des intrigues "a minima", et des ambiances typées british.
Divertissant, voilà le mot.
Amitiés.
Répondre
O


Bonjoru Claude


J'attends ... Très plaisant, défoulant, divertissant et qui ne se prend pas au sérieux... Des énigmes classiques et bien écrites, même si les intrigues ne sont pas alambiquées comme tu le
soulignes


Amitiés



A
Ce n'est donc pas un roman noir.
Répondre
O


Une série qui lorgne plus vers Agatha Christie que vers les romans noirs !



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables