Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 13:41

Ce manuscrit a connu un parcours étonnant que Joseph Bialot m’a dévoilé au Mans en novembre 1994, lors des 24 heures du Livre.

 

maincourante.jpg


Voici donc l’anecdote. Alors qu’il était régulièrement publié à la Série Noire, je lui avais demandé comment il se faisait que ce livre soit publié au Fleuve Noir. Il m’a répondu : J’avais envoyé mon manuscrit au Fleuve Noir et chez Rivages. Le Fleuve Noir m’a répondu le premier et j’ai signé aussitôt le contrat. Le lendemain, j’ai reçu une réponse positive de Rivages, mais c’était trop pour revenir en arrière. Pas courant, non ?

 

Balade dans un Paris promis à la démolition, aux promoteurs, et qui ne livre ses secrets qu'à ceux qui savent apprécier ses charmes séculaires, cet unique roman de Joseph Bialot, La main courante a donc été édité aux éditions Fleuve Noir en mars 1994.

Un incendie qui ravage un hôtel dans le faubourg Saint Antoine, ce ne pourrait être qu'un banal fait divers. Seulement la présence d'un truand égorgé retrouvé parmi les victimes fait tiquer le responsable des îlotiers du quartier. D'autant que le propriétaire de cet immeuble dortoir pour immigrés, décédé lui aussi tel une Jeanne d'Arc auvergnate, aurait revendu le bien à un promoteur.

Mais les deux îlotiers, compléments indispensables du commissariat et de la Crim, les Starsky et Hutch de Reuilly, un néo Français issu de Portugais et un Martiniquais fils de sorcier manipulateur de fonds et de paysanne beauceronne, sont aux premières loges de cette enquête et ne pensent qu'à alpaguer le coupable pour l'embastiller.

Les cadavres se reproduisent incongrument, les faux billets de cinq cents francs fleurissent sur le bitume, la petite amie de l'îlotier franco-portugais est retrouvée dans le coma et une petite vieille, tout en déplorant le manque d'ardeur de son défunt mari, vitupère contre un fantôme bruyant squattant son pavillon. Les tours de passe-passe entre immeubles mènent nos enquêteurs dans des impasses tandis qu'un loufiat jongle avec les faux papiers et un vrai bulletin de décès: le sien. Un ébéniste historien se contente d'étaler sa culture et l'on se demande lequel de ces personnages est le plus vernis.

Joseph Bialot raconte une de ces histoires dont il a le secret, puisant dans la nostalgie des vieux quartiers parisiens, imprégnant son récit d'une forte dose d'humour. Un livre à trois voix, les deux îlotiers prenant tour à tour la parole et s'immisçant dans ce duo, Diogène, un septuagénaire qui vit dans des containers à ordures, non par nécessité mais parce qu'il y retrouve la liberté et la solitude dont il est privé chez lui, et qui recherche désespérément Rommel, son chien mystérieusement disparu.

Cet ouvrage est une ode à la capitale, mais surtout à ces quartiers, petits villages dans la mégapole, dont les habitants se trouvent déboussolés lorsqu'ils en franchissent les frontières définies par des arrondissements arbitraires. On ne peut s'empêcher de penser à Léo Malet, chantre de ce Paris méconnu et qui désabusé ne mena pas jusqu'au bout son incursion parmi les mystères de Lutèce.

Joseph Bialot est décédé le 25 novembre dernier, et les éditions Rivages peuvent-elles rééditer ce roman qui le mérite ? La question est posée.

 

mazarinbis


De gauche à droite : Joseph Bialot, Jacques Mondoloni, Alain Demouzon et Emmanuel Errer/Jean Mazarin.


Joseph BIALOT : La main courante. Collection Crime Fleuve Noir N°47. Editions Fleuve Noir. 1994. 192 pages.

challenge régions

Partager cet article

Repost0

commentaires

Loo 30/11/2013 20:58

Je l'ai lu. Et comme effectivement j'habite sur Paris j'ai pu le récupérer par la réserve centrale. Mais comme je l'ai lu cet été et que j'ai toujours repoussé l'écriture du billet (je m'en mord
les doigts). Me voilà bien coincée maintenant pour le faire. J'en garde les grandes lignes, un très bon souvenir mais tant pis pour le billet. En tout cas merci pour ce bon conseil.

Oncle Paul 01/12/2013 09:09



C'est dommage Loo, mais l'écriture d'un billet (je le sais au premier chef) prend du temps sur celui consacré à la lecture. Content que tu en gardes toutefois un bon souvenir


Amicalement



Loo 05/12/2012 15:49

Je pensais plutôt faire un tour à la bibliothèque.

Oncle Paul 05/12/2012 15:54



Tiens donc, pourquoi pas ? Mais peut-être ai-je mauvais esprit, mais je ne crois pas que les bibliothèques gardent les romans du Fleuve Noir quand ils commencent à dater. A moins que si tu
demeures à Paris, un petit passage à la BILIPO s'impose.



Loo 04/12/2012 19:56

Contente d'être passée par là car je découvre un livre qui pourrait bien me plaire. Bien tentant. Merci

Oncle Paul 05/12/2012 14:37



Hélas en attendant une éventuelle réédition, il faudra écumer les bouquinistes qui ne se montreront pas trop gourmands...


Amicalement



TLe Papou 01/12/2012 23:36

Il faut que je relise Léo Mallet

Le Papou

Oncle Paul 02/12/2012 17:34



A mon avis les meilleurs Léo Malet sont les Nouveaux Mystères de Paris, quoique certains soient un peu plus faiblards et d'autres de véritables petits bijoux.


Amitiés



Patrick 01/12/2012 08:51

Bonjour Paul
J'ai pas mal de livres dans cette collection , je regarderai si j'ai celui-ci.
Bonne Journée.
Amitiés.

Oncle Paul 01/12/2012 15:48



Bonjour Patrick


LE seul et unique Bialot au Fleuve Noir, dans une collection qui proposait des inédits mais aussi pas mal de rééditions de Frédéric Dard et qui n'a vécu que l'espace d'une cinquantaine de numéros
(54 exactement) Et c'est peut-être à cause de ce mélange d'inédits et de rééditions qu'elle n'a pas obtenu le succès mérité.


Bon weekend


Amitiés



Serge 31 01/12/2012 01:36

... Editions Rivages qui viennent de publier l'ultime roman (mais peut-être pas manuscrit) de Bialot: "Le puits de Moïse est achevé". Merci de raviver le souvenir d'un écrivain qui était avant tout
un grand homme...
Amitiés.

Oncle Paul 01/12/2012 15:44



Bonjour Serge


Le titre de son dernier roman est presque comme un testament. Mais j'espère que Rivages va s'intéresser aux écrits antérieurs de Joseph Bialot à moins que FOlio/Gallimard propose des rééditions
qui seraient bien venues


Amitiés



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables