Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 09:08

Bon anniversaire à Jean Contrucci né le 7 juin 1939

 

danglars.jpg


Jeune journaliste et chroniqueur judiciaire, Raoul Signoret est convié par son rédacteur en chef de relater l’exécution par la guillotine de l’anarchiste Bérano, accusé d’avoir tiré sur un commissaire de police. Raoul est opposé à la peine de mort. C’est donc contraint et forcé qu’il assiste en ce 24 avril 1899, à cet événement qui attire les foules.

Les compagnons du défunt manifestent et la garde charge aveuglément. Raoul prend la défense d’un des ouvriers pourchassés et apprend que l’homme, du nom de Bouillot et surnommé La Bouille, typographe de son état, a bien connu son père. Une affaire chasse l’autre et Raoul doit assister au procès du docteur Danglars, accusé d’avoir provoqué la mort d’une jeune fille mineure en la faisant avorter. La gamine de dix-huit ans était femme de chambre chez une chanteuse légère. Quant au docteur, il a bonne réputation parmi les petites gens.

Bouillot lui propose de rencontrer un certain Le Tonkinois, un invalide de guerre, qui connaît bien Danglars. D’après Baruteau, l’oncle de Raoul qui lui a servi de père et est l’adjoint du chef de la police de Marseille, non seulement Danglars est médecin mais également chimiste réputé et ancien chef des hôpitaux militaires au Tonkin. Il habite dans le quartier du Rouet, un quartier de pauvres. Lors du procès du bon docteur, les médecins légistes infirment la thèse d’un décès par avortement. La parturiente (primipare) serait morte d’une crise hydatique du foie. Et comme si cela ne suffisait pas à perturber l’audience, le toubib est atteint d’un étrange malaise.

Raoul est convaincu que le docteur dissimule un secret d’importance. Il flaire l’entourloupe, mais d’autres affaires l’attendent. Par exemple un flagrant délit de débarquement sauvage de ballots de drogue dans le port de Marseille, puis une initiation dans une fumerie d’opium et quelques autres avatars dont des démêlés avec les forces de l’ordre à cause de tracts anarchistes et une fâcherie avec son oncle pour avoir mis son nez là où il ne fallait pas.

 

danglars1En général, je me méfie des chroniques dithyrambiques et malgré l’aspect alléchant de la couverture je me suis plongé dans ce roman avec disons une certaine réserve, réserve qui a fondu dès les premières lignes de ce récit en tout point remarquable. Par son côté vieillot ou désuet, mais également par son modernisme. Outre les ingrédients chers aux auteurs des romans policiers des années 30, l’exotisme, les méchants asiatiques, les étranges manœuvres la nuit dans le port de Marseille, l’héroïne (la drogue), l’héroïne (la chanteuse populaire au répertoire grivois), les anarchistes, Jean Contrucci nous délivre un pamphlet contre la condition misérable du petit peuple, l’esprit de libéralisme qui s’instaure afin d’instaurer un système de production et de rendement maximum, même si cela s’effectue au détriment des ouvriers et de leur santé.

Le tout écrit avec élégance et sans forcer le trait. Les préoccupations de la fin du XIXème siècle sont toujours d’actualité. Une réussite qui donne envie de lire les précédents volume consacrés à ce journaliste qui nous fait penser à Rouletabille.

 

A lire également de Jean Contrucci : L'inconnu du Grand Hôtel; Le Vampire de la rue des Pistoles; La somnambule de la rue aux Loups; L'énigme de la Blancarde; Rendez-vous au Moulin du Diable et La vengeance du Roi Soleil.


Et découvrez l'entretien que Jean Contrucci m'avait accordé.


Jean CONTRUCCI : Le secret du docteur Danglars. Les nouveaux mystères de Marseille. Editions Jean-Claude Lattès. Parution Novembre 2004. Réédition Le Livre de Poche octobre 2006. 350 pages. 6,10€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Pour cet automne à moins qu'en juillet je passe par ma librairie de Toulouse.<br /> Le Papou
Répondre
O
<br /> <br /> Pourquoi pas les deux... pour faire provision de livres...<br /> <br /> <br /> Bon séjour prochain<br /> <br /> <br /> <br />
L
Par ta faute, j'ai commencé à lire Contrucci mais ce n'est pas facile d'en trouver par icitte. Vivement mon prochain séjour en Hexagone.<br /> Amicalement<br /> Le Papou
Répondre
O
<br /> <br /> Et c'est programmé pour cet été ?<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables