Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 08:46

Et ce n'est pas tabou !

 

mortel-tabou.jpg


Etre dérangé dans ses pensées par son ancien adjoint, qui plus est à même pas neuf heures du matin, n'est pas du goût de l'ex-commissaire Louis Gardel. Mais Raymond Bartholet est vraiment embêté et il pense que son ancien supérieur hiérarchique pourrait, éventuellement, lui donner un petit coup de main. Car l'affaire est grave ! Jean-Paul Sartre a été agressé ! Une tentative d'assassinat qui s'est déroulée dans son quartier. Gardel invite à déjeuner Bartholet et tout en prenant son café au Flore, justement là où Sartre possède ses habitudes, il se remémore quelques épisodes de sa vie, notamment sa fille Camille, qui fut journaliste et qui en décédant lui laissait un bébé, Paul Bauley, qui aujourd'hui a vingt et un ans et suit les traces de sa génitrice.

Paul Bauley est donc journaliste débutant à Paris-Matin, et Jean-Paul_Sartre_FP.JPGfréquente les jeunes gloires du Quartier Latin et du Tabou, le cabaret à la mode, un endroit mal famé selon les riverains. Il est vrai que la musique sort de la cave et envahit la rue, sans compter les nuisances sonores occasionnées par les clients légèrement pompettes qui en sortent. Paul est ami avec Boris Vian qui écrit des romans et commence à se faire un nom, d'ailleurs sans qu'il s'en défende vraiment il est accusé de se cacher sous le pseudonyme de Vernon Sullivan et d'avoir écrit un roman sulfureux ayant pour titre J'irai cracher sur vos tombes. Officiellement il n'en est que le traducteur, mais les langues vont bon train.

Sartre ne doit la vie sauve qu'à l'intervention musclée de Ferdinand, son concierge ancien catcheur. L'agresseur, qui était muni d'une massette, a réussi à se sauver laissant entre les mains de Ferdinand son blouson et son portefeuille qui contenait une carte d'identité à moitié déchirée, une carte du parti communiste datant de 1937 et un peu d'argent. Il s'agirait d'un certain Jean-Pierre Dunois demeurant dans le XXe arrondissement. L'inspecteur Miko est chargé de l'enquête de voisinage.

vian.pngMalou, qui a été la nourrice de Paul Bauley, tient une loge de concierge et les samedis après-midi elle organise une réunion du club, à laquelle participent d'autres représentants de cette profession aujourd'hui disparue. Il y a madame Jean, Albert et Ferdinand et ça papote à qui mieux-mieux des petits événements qui se déroulent dans le quartier. Et ils glosent sur leur entourage, de Paul qui habite l'immeuble, de Charlotte la nièce d'Albert qui fréquente plus ou moins Paul, de Sartre, de Boris Vian, de Juliette Gréco et quelques autres qui vivent tous dans les environs.

Paul Bauley est intéressé par l'affaire Sartre et il sent qu'il peu écrire de bons papiers, d'autant que son rédacteur en chef est dans l'incapacité temporaire de se rendre au journal. Il glane ses renseignements auprès de Bartholet mais un meurtre est perpétré, à la sortie du Tabou. Avec une massette ou un marteau. Le dénommé Dunois serait-il un récidiviste ? Mais auparavant il faudrait pouvoir mettre la main dessus afin de l'interroger.

En ces mois d'avril et de mai 1947, le Quartier Latin est en effervescence. Les habitants n'en peuvent plus d'entendre le chahut à la sortie du Tabou.

A la question de savoir si Sartre possède des ennemis, il a répondu : pas plus que ça, à part les communistes, les catholiques, les fascistes et les journalistes. Ce qui n'avance guère les enquêteurs. Il est vrai que ses thèses sur l'existentialisme gêne les bourgeois honnêtes.

 

Gilles Schlesser prend prétexte d'une intrigue policière pour mettre en scène l'atmosphère, l'ambiance qui règnent dans cet après-guerre alors que les tickets de rationnement ont toujours cours. L'approvisionnement n'est pas toujours assuré. Et bien entendu les éternelles récriminations, du genre c'était mieux avant, ne manquent pas d'être exprimées.

- Tu as vu ça ? Pour le pain, en ce moment, c'est dansons la capucine. ! Les grèves, par dessus-ça ! Ce n'était pas la peine de gagner la guerre !

- Ce sont les Américains qui l'ont gagnée, Malou ! Avec les Russes.

- Quand même, on l'a gagnée un peu...

- Tu parles, les seuls qui ont gagné quelque chose dans l'histoire, ce sont les trafiquants du marché noir...

Une discussion banale parce qu'une boulangerie est fermée et parce que juste auparavant quelqu'un du quartier leur a demandé de signer une pétition:

- Une pétition contre l'introduction du Coca-Cola en France. Une boisson méprisable qui n'a rien à faire chez nous. La preuve, c'est que Bonaparte n'en buvait jamais.

Les temps ont bien changé, les mœurs aussi.

 

Un voyage dans le temps qui permet de jouer avec personnagesboris-vian.jpeg fictifs et réels, dans lequel évoluent Anne-Marie Cazalis, Boris Vian, Juliette Gréco et bien d'autres dont Jacques Loustalot surnommé le Major, souvent habillé en militaire et qui amuse la galerie avec son œil de verre. C'est également un panorama de Paris, des prédominances de certains partis politiques dont le parti communiste, et déjà les problèmes financiers des journaux. Or un article inédit fait vendre et c'est pour cela que Paul Bauley, qui signe Oxymore, est bien placé car il recueille à la source les informations. Ce qui ne fait pas tout évidemment. Tout se résume dans le petit doigt, celui qui attire la chance, qui décrotte les oreilles pour recueillir les confidences : Sans son petit doigt, le journaliste n'est qu'un revolver sans munitions.

Et en filigrane on suit l'envie de Paul Bauley de connaître son origine, de savoir qui était son père, et de suivre les traces de sa mère. Et ce roman est un peu la suite de La mort n'a pas d'amis (chez le même éditeur) à la manière de Dumas : vingt après (ou presque). Mais Paris reste toujours la capitale des Arts et des Lettres, tout au moins dans l'esprit de ces deux époques, même si l'extravagance de certains artistes défraye la chronique et attire l'ire des gens bien pensants.

Un roman plaisant à lire qui nous change de la production actuelle qui s'engonce dans la violence à défaut d'une véritable histoire bien construite. Ici nous sommes en apnée et pour les lecteurs de ma génération ils se trouveront en territoire connu ou presque.

Et une petite visite sur Action - suspense s'impose (et c'est gratuit !)


Gilles SCHLESSER : Mortel Tabou. Editions Parigramme. Parution 6 février 2014. 192 pages. 7,90€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Salut Paul, J'adore Gilles Schlesser ! Ses ambiances sont de très haute qualité et je lirai celui ci bientôt. Amitiés
Répondre
O


Bonjour Pierre


La restitution de l'époque d'après-guerre est très réussi et je sens que tu vas aimé !


Amitiés



H
Oh là là j'ai du retard dans mes lectures. J'avais adoré "Mortelles voyelles" et suis encline à lire plus de cet auteur. Merci pour cette belle chronique.
Répondre
O


Va falloir faire du tri dans tes lectures Herveline ! Ce roman vaut le détour !


Amitiés



C
Bonjour Paul
Après "La mort n'a pas d'amis", encore un excellent roman de cet auteur. Une ambiance parfaitement reconstituée.
Amitiés.
Répondre
O


Bonjour Claude


EN effet, une ambiance qu'à quelques semaines près j'aurais pu connaître !


J'aime ce genre de romans qui nous permettent de se plonger dans l'histoire et qui ne sont pas encombrés de flics pourris, de violence de banlieue et de drogue...


Amitiés



A
Une époque que je ne connais pas.....
Répondre
O


Mais parce que, Alex, tu es beaucoup plus jeune que moi!



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables