Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 11:10

Si c'était un enfant du Diable, qu'est-ce que cela serait !

 

9782757810194.jpg


Expulsé de sa ferme, Lester Ballard est obli de rôder dans le pays, avec tous ses souvenirs et sa rancœur accrochés à lui comme une casserole à la queue d'un chien. Quelque chose est mort en lui depuis son enfance. Sa mère est partie en cavale et son père s'est suicidé. Lester était présent lorsque les hommes ont tranché la corde qui avait servi à son paternel pour quitter le monde ingrat. Et Lester est resté là, sans mot dire, à regarder les hommes s'activer autour du corps mort. Il entame un périple qui le conduit chez un fermier dont les trois filles ne sont pas avares de leurs charmes à condition de posséder du bon argent sonnant et trébuchant. Il n'y a que le père qui ne paie pas. Le droit de cuissage familial, c'est gratuit.  

Une femme ivre et à moitié nue qui dormait sous un arbre l'accuse de l'avoir violée. Action qu'il n'a pas commise et qu'elle regrette peut-être.

Lester est conduit en prison, et c'est le seul moment où il peut vraiment manger à sa faim, et trouver bonne la nourriture qu'on lui sert. De même pour le café. La fragile barrière qui le retenait tant bien que mal du bon côté de la loi s'effondre le jour où il découvre par un froid matin d'hiver deux cadavres dans une voiture. La radio continue à égrener sa musique. Les vitres sont embuées. Lorsqu'il ouvre la porte arrière du véhicule, Lester voit un homme, le pénis surmonté d'un caoutchouc jaunâtre. Sa compagne est à moitié dénudée, ses parties intimes offertes au premier venu. Lester en profite pour assouvir un exutoire génital puis il repart dans la montage, le cadavre de la femme sur le dos. Il va l'installer dans la cabane où il vit et cette morte va lui tenir compagnie telle un fétiche. Ce jour là, un Sérial Killer est né.  

Ce solitaire, être primitif et frustré, va collectionner les cadavres de femme dans la groEnfantdedieu.jpgtte où il a dû emménager après l'incendie de sa cabane.

Dans un long processus d'enchainement irréversible, Cormac Mac Carthy nous montre la déchéance d'un homme condamné dès l'enfance à être différent et rejeté. Car c'est bien le rejet de la société allié à ses frustrations qui l'entraine sur la pente du meurtre. Plus que de nourriture Lester a besoin de réconfort, de présence amicale, mais il est balloté au gré de l'indifférence générale. Cormac McCarthy s'instaure comme le chantre des petites gens, de la ruralité, à l'instar de ses grands prédécesseurs tels Erskine Caldwell, Hemingway ou Steinbeck.

 

 

Cormac McCARTHY : Un enfant de Dieu. Traduit de l'américain par Guillemette Belleteste. Editions Actes Sud. Parution novembre 1992. Réédition Points Roman Noir. 18 septembre 2008. 192 pages. 6,30€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Encore un roman peu réjouissant de cet auteur.
Répondre
O


Les Etats-Unis vus par un homme pessimiste ?



L
dans ma PAL

et comme toujours chez cet auteur, un roman très très noir
Répondre
O


Très noir en effet Lystig mais en réalité, tout comme Steinbeck, McCarthy décrit une certaine vision américaine de l'intérieur


Amitiés



L
tu sais ( enfin je crois ! ) combien j'aime Cormac Mc McCarthy ! La route bien sûr mais aussi ce roman oh combien noir, sombre et dépourvu d'espérance !!je partage tout a fait ton analyse du livre
!!! Il me reste encore à lire ses romans western qui sont aussi magnifique parait il. Amitiés :)
Répondre
O


Bonjour Bruno


Comme tu vois, j'aime à remettre de temps à autre des romans qui m'ont marqué. Et j'ai fait bonne pioche je crois avec celui-ci qu'il faut redécouvrir


Amitiés



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables