Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 13:58

Ecouter, c'est bien, l'entendre c'est mieux !

 

severac.jpg


Depuis qu'il est tombé dans le coma neuf mois auparavant à cause d'une vilaine histoire d'ecstasy, Jules, seize ans, n'est plus pareil. Il est devenu sourd et sa vie au quotidien a profondément changé (voir Silence, même collection).

Ses parents et sa sœur Jeanne, sa cadette qui du haut de ses quatorze ans le chambre parfois, se sont adaptés à la situation. Ils apprennent la langue des signes, et il continue ses études dans un établissement adapté. Il a même préféré devenir interne afin de cohabiter en permanence avec ses condisciples même si ceux-ci lui reprochent de n'être qu'un devenu-sourd et qu'il possède encore l'usage de la parole.

Ses parents ont décidé de passer quelques semaines de vacances en Alsace. Ils seront hébergés dans un gîte chez des viticulteurs dont Rémi le fils est lui aussi sourd, mais de naissance.

Au bout d'un long voyage en voiture qui mène la petite famille de Toulouse jusqu'au petit village de Nerhussen, non loin de Colmar, les voilà enfin arrivés dans ce qui pourrait ressembler à un village gaulois. Karine, la mère, Rémi le nouveau copain attribué d'office à Jules et qui est de son âge, Camille, la fille, adolescente de dix-huit ans belle mais boudeuse, plus les grands-parents, des cousines qui vivent en face de la route, accueillent les Français de l'intérieur. Il faut s'y faire, c'est comme ça, ceux qui habitent de l'autre côté des Vosges ont été surnommés ainsi depuis des événements bellicistes. Manquent Denis, le père et Benoît l'oncle célibataire qui travaillent dans les vignes.

Mais les deux hommes tardent à rentrer et ce n'est pas normal, alors Rémi, fier de montrer l'exploitation à son nouvel ami lui propose d'aller les rejoindre. Pas normal non, car Denis et l'oncle sont en discussion avec des gendarmes. Plus de trois cents pieds de vigne ont été tronçonnés dans leur parcelle et celle adjacente qui est la propriété du maire du village. Celui-ci n'a pas désiré porter plainte, mais Denis est furieux et n'entend pas en rester là.

Le lendemain Rémi et Jules rendent visite à Charala, un vieil homme qui leur explique qu'à l'origine, avant le remembrement, les deux parcelles n'en faisaient qu'une et que c'est le père du maire actuel qui les avaient achetées aux enchères à la Libération. Auparavant elles appartenaient à la famille Stahl, mais celle-ci convaincue de collaboration avec les Allemands avaient été dépouillés de leurs biens et passés par les armes par des Résistants. Désireux de rejoindre le site des Trois Tours, des ruines, ils aperçoivent un camion de pompier. Une voiture est encastrée dans un arbre dans un ravin et l'homme qui conduisait est décédé apparemment de ses blessures. Ce genre d'intervention est assez courante pour les hommes du feu dirigés par le père de Rémi. Ce qui l'est moins, c'est qu'une tronçonneuse ayant servi récemment gît près du cadavre. Il semblerait bien que le vandale est été puni.

Rémi est occupé à aider son père dans les vignobles et Jules décide d'entamer une enquête car en se promenant dans le cimetière à la recherche des tombes Stahl il s'est rendu compte que Joséphine Stahl qui n'avait qu'à peine dix-huit ans à l'époque soit décédée le même jour que celui de naissance du conducteur : 03/08/1942. D'autres coïncidences le troublent.

Alors la plupart du temps en compagnie de Camille qui lui bat un peu moins froid, il se rend auprès de la secrétaire de la mairie, puis à la bibliothèque municipale de Colmar, au bureau du journal des Dernières Nouvelles d'Alsace, afin de s'imprégner de l'histoire de cette famille Stahl qui a été déshonorée et abattue pour des raisons qui n'étaient pas forcément celles dont elle était accusée. Pour mieux comprendre cette période qu'il découvre. D'ailleurs il confie ses doutes au capitane de gendarmerie Croville qui est intéressé sans le laisser franchement paraître.

Trois centres d'intérêt figurent dans ce roman annoncé pour des adolescents à partir de treize ans. D'abord cette plongée dans l'histoire d'un village alsacien lors de l'Occupation allemande, avec son lot comme partout ailleurs de Résistants, les vrais, et ceux de la dernière heure et les multiples dénonciations engendrées souvent par la jalousie et la cupidité.

Autre centre d'intérêt, c'est le regard porté sur le monde des sourds, des non-entendant de naissance et qui ne parlent pas, ceux qui le sont devenus à cause d'un accident de la vie et continuent à pouvoir s'exprimer par la parole, le conflit parfois qui oppose les oralistes à ceux dont les oreilles et la bouche sont définitivement clos, le langage des signes et le petit carnet tenu par devers soi en permanence afin de mieux se faire comprendre. L'attitude des parents de Jules aussi envers leur enfant puni et meurtri par la perte d'un de ses cinq sens. Et il est émouvant de lire que Jules pense parfois qu'il aurait préféré perdre la vue plutôt que l'ouïe.

Enfin, cette attirance que ressent Jules envers Camille, un amour d'enfant qui parfois peut se prolonger, lui qui n'a que seize ans et elle dix-huit et qui le dédaigne. Cette frustration l'émeut et le perturbe.

Un roman riche et attendrissant qui devrait intéresser les enfants bien sûr par la portée de l'histoire, mais aussi les parents qui peut-être, mais il ne faut pas l'espérer, peuvent être à même d'être confrontés à ce genre de situation. Et aux autres, qui découvrent un univers insoupçonné. Et j'ai de plus en plus la sensation en lisant des romans destinés aux adolescents de découvrir des histoires plus humanistes que ceux proposés aux adultes.


Benoît SEVERAC : Le garçon de l'intérieur. Editions Syros. Parution 5 septembre 2013. 208 pages. 14,50€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Ces romans ''Jeunesse'' sont parfois très intéressants.
Amitiés
Le Papou
Répondre
O


Je dirais même plus il sont très intéressants et dégraissés. Pas trop de considérations philosophiques mais de l'action et des résurgences historiques propres à intéresser nos juvéniles et nous
même par la même occasion


Amitiés



A
Et pour les adultes avec une âme d'enfant, ça marche aussi ?
Répondre
O


Surtout avec eux! Mais un adulte devrait toujours garder une âme d'enfant, la vie serait peut-être plus facile et plus vivable...



S
Bonjour Paul.
D'accord sur ton commentaire concernant la richesse de la littérature pour ados... Mais dis-moi, 20 pages pour 14,50 €, n'y aurait-il pas une petite erreur quelque part?...
Répondre
O


Bonjour Serge


Effectivement, il s'est glissé une coquille que je viens de rectifier : il s'agit de 208 pages. Une sacrée différence non ?


Amitiés



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables