Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 16:32

Même périmé il est toujours valable !

 

helena5


Jo vient d'effectuer un stage de six mois à l'hôpital. Six mois, ça compte, surtout lorsque le dit stage a été occasionné par la rencontre inopinée de quatre balles de revolver et d'un corps humain. Encore s'il n'y avait eu que ça !

Pendant six mois ou presque, Jo a dû affronter les questions insidieuses d'un certain nombre de flics soupçonneux et dépassés par les événements. Pourquoi lui avoir tiré dessus, lui qui arrivait du Venezuela et ne se connaissait pas d'ennemis ?

Jo va donc tenter de découvrir le pourquoi du comment et essayer de retrouver Mireille, la jeune femme qui l'accompagnait le soir où il a essuyé les pruneaux, comme l'on dit d'une façon imagée dans ce milieu interlope. Ses pas le conduisent de Montmartre à Pigalle, de bars en tripots.

Jo furète, interroge, questionne truands et prostituées, à la recherche du fil conducteur qui le mènera jusqu'à ceux qui ont vainement tenté de lui faire passer le goût du vin et du cognac. Des boissons qui le rendent quelque peu euphorique et déprimé à la fois, vindicatif, dans un Paris printanier. Pour Jo c'est le début de la perte de ses illusions et du peu d'argent qui lui restait en poche.

 

Ce parcours, cette longue descente aux enfers, cette déchéance accompagnée de sursauts, c'est un peu ce qu'André Héléna a vécu toute sa vie. Brillant écrivain, Héléna n'a jamais été reconnu par ses pairs et la critique. Comme le fait si bien remarquer Georges-Jean Arnaud dans sa postface : Héléna possédait une grande facilité d'écriture mais il était prodigue. C'est un don qu'on vous pardonne rarement, non seulement les critiques mais aussi les confrères. Un roman laborieux et sans originalité écrit en un an l'emportera toujours dans l'estime sur celui qui aura été pondu en quinze jours.

L'alcool a eu raison d'Héléna qui avec une ironie amère écrit : Le Corse haussa les épaules. Il n'avait que mépris pour les gens qui boivent. Réflexion amère d'un écrivain désabusé mais bourré (!) de talent. Trop peut-être !


André HELENA : Passeport pour l'au-delà. Collection Fanval Noir. Editions Fanval. Postface de Georges-Jean Arnaud. Septembre 1988. 192 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Bonjour
Mais pas encore reçu...
Non , faut que je me calme ....un peu.....:)
Bon week-end.
amitiés.
Répondre
O


Bonjour


Se calmer, quand on est compulsif devant des livres, comme moi, c'est bien difficile...


Bon dimanche


Amicalement



P
Oui 3 euros avec le port ....la collection complète , oui , j'y songe....
Bonne soirée...
Répondre
O


Bonne lecture alors... Et bonne journée



P
Bonsoir
Je viens d'acheter : 'Les Compagnons du destin, Tome 1 : La Victime' de André Héléna sur A...pour 00,1 euro...
Bon c'est pas grave , hein ???
Bonne soirée...:)
Répondre
O


Plus les frais d'envoi ? Ce qui serait bien ce seraitd'avoir la collection complète !


Amicalement et bonne soirée



A
En littérature aussi, il faut oublier la DLU ?!
Répondre
O


Les DLL et DLV : dates limite de lecture et date limite de vente... Après il faut fouiner chez les braves brocanteurs qui revendent parfois à prix d'or ce qu'ils ont trouvé dans lesgreniers en
faisant payer l'enlèvement ou dans les vide-greniers...



S
Un auteur totalement inconnu pour moi... Pas sûre qu'il soit à la bibli.
Répondre
O


Je pense comme toi qu'André Héléna ne figure plus dans ta bibli et même si un jour il y a été invité


Bonne semaine



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables