Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 10:00

Mais auparavant il faudrait le laver !

 

goss3.jpg


Reporter criminel, Peter Callaway se voit confier par sa tante Caroline Donoland, qui vient de s'établir comme détective privée, une mission à première vue pas très dangereuse. Arozlan Smith a des doutes sur la fidélité de sa femme Lisbeth. Peter suit la jeune femme jusqu'à un pavillon de banlieue. Lisbeth se fait assassiner et Peter a juste le temps d'apercevoir l'un des agresseurs avant d'être assommé. Il se réveille en pleine campagne, démuni de son portefeuille, que les truands ont laissé sur les lieux de leur forfait, ainsi qu'une lettre signée Lisbeth et dénonçant un chantage. Smith est retrouvé abattu de plusieurs balles dans le corps. Washington Crofty, ennemi intime du journaliste, accuse Peter mais Caroline se montre persuasive. Peter est alors convié à participer à l'enquête en compagnie de l'inspecteur March. Kid Weiss, journaliste lui aussi et Déborah son épouse, Caroline, Mona la pulpeuse et nouvelle secrétaire, viennent renforcer les effectifs.

Une vieille dame, témoin d'allées et venues suspectes le jour du crime, est étranglée alors que March et Peter étudient les lieux. March soupçonne un temps Peter. L'associé de Smith déclare que celui-ci aurait détourné de l'argent. March et Peter se rendent dans un bar tenu par Sagourian et où Smith avait ses habitudes, y rencontrant une jeune femme dont la couleur de cheveux changeait selon les jours. Trois clients, qui s'avèrent être des hommes de main de Panastia, un gangster notoire, s'en prennent aux deux investigateurs. Ceux-ci mettent les gros bras en fuite et relèvent des indices les persuadant du passage de Smith à l'état de cadavre.

Peter passe l'après-midi agréablement avec Mona puis les choses sérieuses commencent selon les instructions de Caroline. March et lui même se mettent en planque dans un bar proche de celui de Sagourian. Peter suit l'un des hommes de Panastia jusqu'à une maison isolée. March est assassiné avec l'arme de Peter, cependant Crofty, malgré les apparences, sait que le détective amateur n'est pas le meurtrier. Lui aussi était sur place. En compagnie de Kid, Peter se rend à une autre adresse et échappe de peu à un attentat, grâce à la présence de Caroline. Peter met en action ses petites cellules grises et arrive à la conclusion que Mona Parker est à l'origine des fuites sur ses déplacements. Ce que confirme Caroline qui a enquêté sur l'identité de sa secrétaire.

Ce roman construit avec enchaînement de deux intrigues, dont une se révèle un peu légère au point de vue départ - d'ailleurs André Goss, par l'intermédiaire de Crofty le chef de la police, le concède en écrivant : "Comment Billy Finger et Mona May ont mis le nez dans cette affaire ? Je l'ignore et personne ne pourra le dire" - est résolument placé sous le signe de l'humour. Un humour utilisant surtout les métaphores mais qui se dilue au fur et à mesure que se décante l'intrigue. Un roman qui a légèrement vieilli mais dont le mobile lui est toujours d'actualité. Les fusillades fleurissent et les cadavres se ramassent à la pelle.

Citation : Je m'absorbe dans la contemplation de la moquette comme si j'étais occupé à rechercher un cachet d'aspirine dans un paquet d'ouate hydrophile.

A lire du même auteur : Sérénade aux colts et Après vous madame.

 

 

André GOSS: Repassez le suaire. Spécial Police N°55, Editions Fleuve Noir. 1954.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Une couverture façon Marilyn, c'est encore vendeur ?
Répondre
O


Très recherché et parfois hors de pris chez les bouquinistes, justement à cause des couvertures signées Gourdon


Amitiés



P
Je suis aussi comme toi ....mais bon , il y a aussi du bon dans les nouveautés..
Répondre
O


Oui, il y a du bon dans les nouveautés comme il y avait du déchet dans les ouvrages des années 30 à 60 mais bon faut que chacun y trouve son compte


Amitiés



P
Bonjour Paul..
Ton truc , ça suaire à rien....
Superbe couverture , mais bouquin très rare...
Bonne journée l'ami.
Répondre
O


Mais si Patrick, ça suaire à quelque chose : à ne pas oublier les petits maîtres, ceux qui nous ont fait rêver dans notre adolescence et même après. Des petits bouquins qui m'ennuyaient moins à
la lecture que certains trucs d'aujourd'hui... Mais non je ne suis pas un vieil atrabilaire...


 



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables