Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 07:53

Une bouffée de nostalgie !

 

GOSS1.JPG


Chargé par son patron d'élucider la disparition d'un de ses collègues, Jupiter Clark se rend en compagnie de Perkins dans un parc d'attraction. Les deux équipiers sont enlevés et tabassés par les sbires de Max, le propriétaire d'un manège. Perkins est ensuite abattu avec le revolver de Clark. Celui-ci est appréhendé par les policiers et il profite de l'évasion d'un co-détenu pour se faire la belle. Clark, embringué dans la bande de malfrats, est persuadé qu'il a été victime d'un mouchard. Lors d'un braquage qui se termine mal, il se réfugie par hasard dans l'appartement d'une jeune femme, Effie, qui a un contentieux avec Max et dont elle lui révèle toutes les combines. Il l'entraîne dans son repaire puis se rend à un rendez-vous fixé par son patron. Celui-ci se fait enlever à sa barbe par les tueurs de Max. Clark doute de la bonne foi d'Effie qui finit par lui révéler sa parenté avec Max qu'elle désire sauver. Elle disparaît et Clark, passant entre les mailles du filet tissé par les flics, va à Hollywood où réside Max. Dans un restaurant il reconnait en l'une des clientes une jeune femme qui était entrée en même temps que lui dans l'attraction foraine. Il s'agit de Scarlett Irving, une jeune actrice en devenir, accompagnée de Wytness, son metteur en scène. Clark se fait engager comme figurant et apprend que le film dans lequel elle tourne est produit par Max. Il est kidnappé, en compagnie de Scarlett, par Effie qui termine sa vie une balle entre les deux yeux. Scarlett l'emmène chez elle mais Max les attend. Il apprend à Clark qu'il fournit des renseignements à des pays de l'Est. Les documents, des photographies d'usines atomiques, sont insérés dans des bobines de film. Libéré par deux de ses hommes, Ben et Jhonny, Clark s'empresse de faucher la bobine de film incriminée, fait surveiller les allées et venues de Scarlett et la kidnappe. 

Ce roman mi-policier, mi-espionnage, ancré dans l'esprit roman noir américain de l'époque, joue sur les coïncidences, sur les situations, jusqu'à ce que tout se décante à l'épilogue. L'ambigüité sur le véritable métier de Clark est entretenue jusqu'à la fin.  L'alcool coule à flot et les scènes de bagarre ou de torture sont légions. Afin de parfaire une égalité des sexes, qui dans ce cas n'est pas revendiquée, les protagonistes masculins ne se privent pas de rudoyer avec une joie sadique Effie ou Scarlett.

Curiosité : L'on n'apprend le statut professionnel exact de Jupiter Clark qu'à l'épilogue. Bizarrement le nom d'un des personnages est écrit Jhonny tout le long du récit.

Citation : Je ne me voyais pas menant la vie incolore et monotone d'employé de bureau ou de commerçant, confiné dans un local, obligé de faire risette à des casse-pieds.


André GOSS : Après vous madame. Spécial Police N°33, éditions Fleuve Noir. 1952.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Bonjour Paul
Pour le trouver celui - là , faut se lever tôt....
Méchant.........:)
Bonne journée..
Répondre
O


Bonjour Patrick


La chance, la découverte de 3 goss abandonnés dans un vide-greniers. Mais il est vrai que c'est de plus en plus rare, car les bouquinistes passent aux aurores, alors que ce n'est pas encore
l'heure d'ouverture.


A la pêche...


Amitiés



A
Nostalgie, quand tu nous tiens....
Répondre
O


Et ça fait du bien parfois de se replonger dans d'anciennes lectures. Cela me rajeunit ....



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables