Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 13:23

Juge d'instruction ou instruction d'un juge ?

 

requiem.jpg


Comme toutes les espèces en voie d’extinction, le juge d’instruction devrait bénéficier du statut particulier de la protection. Mais comme les gamins qui saccagent volontiers les œufs dans les nids d’oiseaux, des hommes politiques ont signé sa disparition. Et bientôt il ne vivra plus que par les écrits des romanciers, comme on peut retrouver le sabotier, le maréchal-ferrant et autres petits métiers d’antan sous la plume d’écrivains de la fin du XIXème siècle et début XXème. Heureusement André Fortin, qui fut lui-même juge d’instruction, nous invite à partager la vie d’un magistrat avec la compétence et l’impartialité d’un homme de terrain. Je sais que certains pourront objecter que l’actualité judiciaire recèle quelques bavures, à cela je rétorquerai que parfois le procureur devrait être également mis en cause, car le plus souvent il agit en fonction de ses intimes convictions, tandis que le juge d’instruction lui le fait en fonction des pièces du dossier qu’il en a sa possession. Je referme les guillemets que d’ailleurs je n’avais pas ouverts.


Le juge Galtier est un homme qui ressasse la nuit, surtout lorsqu’il a des petits problèmes conflictuels, comme ce soir-là avec sa jeune femme. Et dans ces cas là, il dort mal. En pleine nuit, alors qu’il s’est réfugié sur le balcon, il est troublé par des bruits bizarres et découvre avec surprise qu’un homme vient d’atterrir à ses pieds. Ange Simeoni, petit malfrat bien connu des services de police, vient de s’inviter chez lui. Il est poursuivi, selon ses dires, par des hommes qui ne lui veulent pas forcément du bien. Le lendemain Galtier informe l’inspecteur Juston, un policier avec lequel il aime travailler, et lui demande de retrouver son visiteur du soir. L’homme a déserté le foyer conjugal. Mais un juge n’a jamais qu’un seul dossier à traiter, et Galtier, qui a été juge pour enfant, est contacté par la jeune Fatima qui s’inquiète pour son frère Rachid. Celui-ci n’a pas donné signe de vie depuis quelques jours, et elle pense qu’il suit un mauvais chemin et aurait été embrigadé par des hommes louches, peut-être proches d’une section terroriste islamiste. Camilla (en réalité elle s’appelle Camille, mais ça fait mieux ainsi), la secrétaire de Charlie Sacomano, est retrouvée morte et ce décès n’est pas du à un suicide. Sacomano magouille dans l’immobilier, mais il a le temps de déménager les pièces compromettantes avant la perquisition des policiers et du juge. Toutefois un tout petit bout de papier avec un morceau de timbre révèle aux tests du laboratoire scientifique que l’enveloppe provenait des iles Caïmans. Quelles relations entretenait Sacomano avec ce paradis fiscal ?

 

Le lecteur comprendra bien vite que ces trois affaires sont implicitement reliées, mais comment, pourquoi, et quelles en sont les finalités, telles sont les questions qu’il pourra légitimement se poser. L’intérêt de ce roman ne réside pas en l’intrigue, pas uniquement, mais dans les réflexions politico-judiciaires émises par l’auteur qui sait ce dont il parle. De la cuisine interne, genre « c’était une pratique des procureurs, culpabiliser les juges, comme le fait le gouvernement d’ailleurs : ne libérez pas les gens sinon vous serez responsable de tout ce qui pourra arriver ! Et après on s’étonne du désastre d’Outreau où un juge complaisant a maintenu des innocents en tôle plus que de raison... ».

Mais l’antagonisme juge d’instruction-procureur de la République n’est pas le seul sujet d’achoppement des récriminations d’André Fortin. Il pointe du doigt les juges d’instruction de la section antiterroristes, dont « la proximité avec le pouvoir, les ministres de l’intérieur et de la justice, rend nécessairement suspects juges et procureurs antiterroristes savamment choisis pour faire partie de cette équipe de cow-boys et de rouleaux compresseurs ». Rappelez-vous la fameuse affaire de Tarnac (là c’est moi qui ajoute mon grain de sel) ! Et André Fortin enfonce le clou en laissant son personnage principal, le juge Galtier, s’exprimer ainsi : « les flics antiterroristes et surtout les juges de la même engeance, étaient-ils des individus normalement constitués ? La fameuse culture du résultat qu’on leur avait inculquée, et qu’ils avaient d’ailleurs assimilée avec enthousiasme, ne les avait-elle pas totalement pervertis ? ». Je pourrais aller plus loin et évoquer d’autres sujets de critiques, mais ce serait par trop déflorer ce roman qui sort du cadre de la pure fiction. A lire donc, sans œillères et sans idées préconçues.


André FORTIN : Requiem pour le juge. Collection Polar Jigal. Editions Jigal. 276 pages. 17,24€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

gridou 12/09/2012 20:43

Hum...noté! Depuis que j'ai découvert JIGAL je n'ai pas été déçue et je ne connais pas grand chose aux métiers de la justice...une bonne manière de s'instruire (oh le mauvais jeu de mots! )

Oncle Paul 13/09/2012 08:10



Bientôt je vais mettre en ligne la chronique de son dernier opus Restez dans l'ombre. Mais auparavant je vais rapatrier mes anciens billets afin de mieux connaitre l'ensemble de l’œuvre d'André
Fortin. A bientôt



Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables