Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 14:37

time-riders.jpg

1912. Alors qu’il est employé comme steward sur le Titanic, et que le navire est en train de couler, Liam O’Connor, seize ans, est sauvé in extremis par un vieil homme. Il échappe à la noyade, mais dans un but bien précis. Il va aider son sauveteur dans des missions dangereuses mais il ne peut qu’accepter, sinon il sera livré à son sort, à la noyade.

2010. Madelaine, surnommée Maddy, voyage à bord d’un avion, mais elle n’est pas rassurée. D’autant qu’un vieil homme la prévient qu’une bombe va exploser incessamment et que si elle veut la vie sauve, elle doit l’accompagner, intégrer un petit groupe chargé d’effectuer des missions périlleuses. Le marché en main, elle n’a guère le temps de réfléchir et elle accepte.

2001. Liam se réveille dans une sorte de cave à peu près au même moment que Maddy et les deux adolescents sont désemparés et désorientés. Ils viennent d’accomplir un voyage temporel. Le vieil homme, Foster, est près d’eux et les présente l’un à l’autre. Une gamine de treize ans est elle aussi allongée sur une couchette. Saleena vivait en 2026, à Mumbai, anciennement Bombay, et elle a échappé à un incendie.

Foster est affilié à l’agence, il est contrôleur du temps. En 2029 un rapport de physique théorique a démontré que le voyage temporel existe mais le premier prototype a été construit en 2044. La boite de Pandore est ouverte selon ses dires, et depuis il est chargé, avec quelques collègues disséminés dans le temps et dans le monde, de remédier aux décalages éventuels qui peuvent se produire lorsque quelqu’un s’amuse à vouloir changer le cours de l’histoire. Or en changeant légèrement le passé, le présent est complètement chamboulé.

Tout a commencé lorsqu’un chercheur du nom de Waldstein a réussi à construire un appareil à remonter le temps et l’a expérimenté personnellement. Il voulait revoir une dernière fois sa femme et son fils décédés dans un accident. Lorsqu’il est revenu, il est totalement bouleversé et a tout détruit, machine, papiers et dossiers. Toutefois l’engrenage est mis en route, des multinationales, des individus possédant les ressources humaines et financières nécessaires, ont continué dans cette voie et c’est ainsi que l’agence a été créée.

Quelques expériences sont tentées par Foster et ses jeunes compagnons, lors qu’ils s’aperçoivent que de légers décalages temporels se produisent, mais ce qu’ils ignorent c’est qu’en 2066, un homme nommé Kramer a réussi à fabriquer son propre engin et qu’il va changer plus que sensiblement le cours de l’histoire. En compagnie de dix-sept hommes, transportés en plusieurs voyages, Kramer se projette en 1941 en pleine forêt bavaroise, non loin du bunker d’Adolph Hitler.

Si Foster ressent un décalage important, il ne sait pas à quoi s’attendre, seulement que le cours de l’histoire risque de changer irrémédiablement si les activités déclenchées ne sont pas annihilées. Alors Liam va être envoyé dans le temps en compagnie d’un clone possédant une enveloppe charnelle, un embryon de cerveau et d’une sorte d’ordinateur lui permettant d’enregistrer les éléments qu’ils vont vivre et surtout de localiser le moment précis où tout a basculé.

Grâce à des portes temporelles Liam et Bob, son nouveau compagnon mi robot mi humain, sont projetés en 1956 non loin de la Maison Blanche à Washington. Les soldats allemands, dirigés par le Führer depuis son engin volant, sorte de grand Zeppelin ressemblant à une énorme soucoupe, qui stagne au dessus de la capitale.

Mais l’époque où sont restés Foster et les deux adolescentes, 2001, change imperceptiblement. Bientôt la ville n’est plus que ruines et des mutants les traquent.

Ce roman de science-fiction reprend le principe de La Machine à explorer le temps de Herbert George Wells, à ceci près qu’il ne s’agit pas de voyages touristiques en un lieu donné mais de contrecarrer des hurluberlus, des savants fous, des monstres, des génies du mal dans leur entreprise malfaisante. Les vagues temporelles se suivent, se succèdent, se superposent et nos nouveaux amis se voient confrontés à plusieurs problèmes à la fois et qu’ils ont bien du mal à juguler.

C’est également un roman uchronique dont le thème majeur est bien la Seconde Guerre mondiale, avec la mise en scène d’un Führer ayant réussi dans ses plans en ce qui concerne l’asservissement d’une partie de la planète. On ne peut pas ne pas évoquer Philip K. Dick et son roman Le Maître du haut château. La nouveauté réside en ce que les protagonistes en sont pour partie des adolescents venant d’horizons divers et d’époques différentes. Ce qui permet aux lecteurs de pouvoir s’identifier aux héros, puisque ce roman est conseillé à un lectorat de quatorze ans et plus. Mais il eut été judicieux qu’en complément de ce roman un cahier de deux ou trois pages soit inclus en fin de l’ouvrage afin d’expliquer ce que fut la Seconde Guerre Mondiale et son épilogue, pour l’édification des jeunes lecteurs. Vivre un monde virtuel est intéressant mais lorsqu’il repose sur des faits, des événements, des personnages ayant existés, même s’ils n’apparaissent qu’en filigrane, il serait bon de pouvoir comparer fiction et réalité.

Alex SCARROW : Time riders. (Times riders – 2010. Trad. Par Aude Lemoine). Tome 1. Editions Nathan. 432 pages. 15,50€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables