Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 04:54

Donnez, donnez moi, Donnez, do-donnez, Dieu vous le rendra?

Howard ENGEL : Un privé dans les Algonquins

Aux Etats-Unis, les églises fleurissent comme des pissenlits au printemps dans un pré.

Il suffit d’avoir du bagout, une connaissance assez poussée des Ecritures, placer au bon moment une citation, être la victime consentante d’une vision, se sentir investi d’une mission, et vous voilà paré pour créer votre église.

La voix chargée d’émotion et de courroux, la diatribe aisée et virulente à l’encontre des pêcheurs, l’œil de velours hypnotiseur, tels son les atouts indispensables pour s’instaurer prédicateur. Il ne reste plus qu’à trouver les âmes en peine avides de salut et de les pressurer pour engranger quelques milliers, que dis-je, quelques millions de dollars.

Norbert E. Patten, fondateur de « L’Eglise Fondamentale » est dans une mauvaise passe. La Cour Suprême des Etats-Unis veut fourrer son nez dans le statut légal de cette église au sujet des impôts, et certaines personnes de son entourage commencent à déserter le bateau qui prend l’eau. Ils tentent de récupérer leur mise augmentée des intérêts : une modique somme d’argent qui s’élève à quatre cents millions de dollars.

Patten s’est réfugié au Canada, dans le Parc des Algonquins, sur les bords d’un lac, et Benny Copperman, détective privé juif, est chargé de le surveiller, et de l’empêcher de jouer les filles de l’air. Un petit boulot tranquille en apparence pour Benny qui va pouvoir allier les joies de la nature, la pêche par exemple, aux servitudes de son métier d’enquêteur.

Mais Benny ne se sent guère l’âme rurale et écologiste, lui qui a toujours vécu en ville. Heureusement l’opportunité lui est donnée de sauver la vie à Patten et par conséquent de faire la connaissance du prédicateur en fuite. Les journées sont assez relaxes : parties d’échecs ou de pêche, soirées dans une grange aménagée en compagnie de voisins aspirant au calme et à une semi-solitude. Mais le décès, non accidentel, d’Anéas, un guide indien, rompt la bonne entente qui régnait entre les divers personnages gravitant autour du motel.

 

Howard Engel a créé le personnage d’un détective privé sympathique et pour une fois sans problème, ce qui nous change de la profusion d’enquêteurs affligés d’une tare quelconque indispensable à leur renommée littéraire.

A part être juif et donc d’avoir des problèmes de conscience, d’effectuer ses enquêtes démuni d’armes à feu, d’apprécier modérément la campagne et de cuire ses œufs durs pendant trois quart d’heure, Benny Cooperman est un homme normal, un détective que l’on retrouvera avec plaisir.

 

Howard ENGEL : Un privé dans les Algonquins (Murder see the light – 1989. Traduction de Yves Manciet). Collection Fenêtre sur nuit. Editions du Rocher. Parution avril 1991. 278 pages.

ISBN : 9782268011271

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables