Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 05:23

Comme sur les réseaux dits sociaux ?

Clive BARKER : Le jeu de la damnation

Dans Varsovie en ruines, parmi les Russes qui viennent de libérer la ville et les survivants polonais, parmi la désolation, parmi les décombres, la famine, existent des distractions parfois morbides.

Le sexe et les sports, si on peut appeler sport les combats de chiens faméliques, sont les principales occupations des troupes libératrices. Dans cette faune barbare, vivent des prédateurs, des voleurs, des joueurs, qui espèrent réaliser quelques substantiels profits.

Whitehead, le voleur, entend parler d’un mystérieux joueur de cartes qui a la réputation de ne jamais perdre, même une seule partie. Whitehead n’a plus qu’une seule obsession : rencontrer, affronter, et détrôner ce roi du jeu et des cartes.

 

Près de quarante ans plus tard, en Angleterre.

Marty Strauss végète depuis plus de six ans dans la prison de Wandsworth. Aussi, lorsqu’il est contacté par Will Toy, secrétaire de Whitehead, richissime magnat de la corporation pharmaceutique, afin de devenir le garde du corps de celui-ci, il n’a qu’une idée en tête : sa prochaine libération.

Mais dans cette prison dorée, d’étranges événements se déroulent que Marty ne peut juguler. Un inconnu pénètre une nuit dans la propriété pourtant équipée d’un système vidéo, de barrières électriques, de murs électrifiés. Blessé, mordu en plusieurs endroits par les molosses qui rôdent dans le parc, l’inconnu est soudain entouré d’une lumière vive puis il disparaît sans que Marty puisse le retenir.

Marty dont la femme Charmaine ne désire plus la présence temporaire ni même une visite, fait la connaissance de Carrys, l’énigmatique fille de Whitehead. Cet amour naissant de part et d’autre se trouve contrecarré par Mamoulian, l’inconnu du parc.

Mamoulian qui harcèle Whitehead et tous ceux qui l’approchent, à cause d’une dette, d’un pacte, d’une promesse non tenue. S’immisce alors dans la propriété une sourde angoisse, et au cours d’une nuit orgiaque, c’est l’horreur.

 

Cette histoire terrifiante va crescendo dans l’épouvante, en un combat atroce, effroyable, sans concession de part et d’autres de chacun des deux principaux protagonistes. C’est le conflit, la guerre entre deux antinomies, entre la vie et la mort, entre l’être et le néant.

Clive Barker, dans ce roman à l’écriture parfois insoutenable, prouve qu’il était à l’époque de la parution de ce roman, l’un des nouveaux maîtres britanniques du roman d’horreur, de suspense, de fantastique moderne, comme le signale si justement et avec admiration Stephen King.

 

J’ai Lu août 1989 N°2655

J’ai Lu août 1989 N°2655

J’ai Lu novembre 2000 N°2655

J’ai Lu novembre 2000 N°2655

Clive BARKER : Le jeu de la damnation (The Damnation Game – 1985. Traduction de Jean-Daniel Brèque). Collection Spécial Suspense. Editions Albin Michel. Parution janvier 1988. 456 pages.

ISBN : 2-226-03090-5

Rééditions : J’ai Lu août 1989 N°2655 et J’ai Lu novembre 2000 N°2655.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables