Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 05:06

Dans la famille Chédid, on demande la grand-mère…

Andrée CHEDID : L’artiste et autres nouvelles.

Les dix nouvelles qui composent ce recueil sont extraites de trois ouvrages différents, dont vous trouverez les références ci-dessous, mais qui se rejoignent dans l’atmosphère globale.

D’ailleurs, en sous-titre, j’aurais pu écrire :

Et à la fin, c’est toujours la mort qui gagne… ou presque !

Des tranches de vie dont certaines ont un rapport plus ou moins direct avec la nouvelliste, son enfance au Caire par exemple ou son origine syro-libanaise.

Ainsi dans L’enfant des manèges, l’un des personnages principaux, ils sont trois, est un jeune garçon cabossé par la guerre, celle de là-bas, de l’autre côté de la Méditerranée. Il est manchot, vit à Paris chez des cousins qui l’ont recueilli mais n’ont pas le temps de s’intéresser à son éducation. Sa rencontre avec un vieux forain dont le manège n’intéresse plus guère les gamins, va changer sa vie, ainsi qu’à celle du vieux bonhomme dont le quotidien se trouve bousculé.

La guerre, la guérilla urbaine, on la retrouve dans Mort au ralenti, alors qu’une jeune femme se dépêche. Elle a un rendez-vous et si elle n’est pas à l’heure, le jeune homme s’en ira, ne pouvant l’attendre. Seulement, une balle perdue l’atteint dans le dos. Elle s’effondre et parvient à tendre une photographie et murmurer quelques mots à un couple de personnes âgées qui s’éloignait de leur domicile.

Des ruines encore dans Le Grand Boulevard, mais elles ne sont pas provoquées par la guerre. Juste la rénovation d’un quartier, la démolition de vieux immeubles pour faire place à un grand boulevard. Pour Saïd, ce sera un immense terrain de jeux avec son ballon. Il n’a que sept ans. Mais pour la vieille Om Khalil, invalide, c’est la fin d’un monde. Elle ne veut pas regarder les gravats et tourne obstinément le dos à la fenêtre. Le conflit des générations.

Dans un registre légèrement fantastique L’homme-tronc et son voyageur. A chaque fois qu’il rentre chez lui, ses déplacements étant nombreux et lointains, il ne prend que le temps de déposer ses valises chez lui, et négligeant sa famille, il se rend sur le pont où trône immuablement l’Homme-tronc. Ils se parlent à peine, mais entre eux, il s’est établi une forme de complicité, d’empathie.

Toujours dans le registre semi-fantastique, L’Artiste, un rêveur qui se voit devant un piano, improvisant de magnifiques morceaux, ou écrivant un poème qui devrait lui assurer la notoriété. Seulement ce ne sont que des rêves, et lorsqu’il se réveille le lendemain, il est incapable de se remémorer ce qu’il a joué ou écrit. Et un soir, il rêve qu’il vole ou presque…

L’enfant refusé est une parabole sur la différence physique, tandis que Les métamorphoses de Batine démontre que vouloir trop bien faire va à l’encontre du but recherché. Et si cette dernière historiette dégage beaucoup d’humour, les autres en général sont beaucoup plus émouvantes, réalistes, en phase avec l’actualité à l’époque où elles ont été écrites. Ce qui ne veut pas dire qu’elles sont devenues désuètes ou obsolètes car certaines situations perdurent et reflètent un problème social qui est toujours de mise.

D’autres nouvelles sont plus personnelles, intimistes, comme Mon père, mon enfant, dans laquelle la narratrice évoque son enfance au Caire et ses relations avec son père.

 

Nul doute que cette femme de lettres et poétesse française, d’origine syro-libanaise, née au Caire le 20 mars 1920 et décédée à Paris le 6 février 2011, aura transmis à son fils Louis, et son petit-fils Matthieu dit M. ce sens de la poésie et de l’humanisme.

 

Sommaire :

L'artiste (Mondes Miroirs Magie. Flammarion. 1988)

L'enfant des manèges (Mondes Miroirs Magie. Flammarion. 1988)

Mort au ralenti (Mondes Miroirs Magie. Flammarion. 1988)

L'homme-tronc et son voyageur (Les corps et le temps. Flammarion. 1978)

Mon père, mon enfant (A la mort, à la vie. Flammarion. 1992)

Le Grand Boulevard (Les corps et le temps. Flammarion. 1978)

Face aux violettes (Mondes Miroirs Magie. Flammarion. 1988)

L'enfant refusé (Mondes Miroirs Magie. Flammarion. 1988)

Les corps et le temps (Les corps et le temps. Flammarion. 1978)

Les métamorphoses de Batine (A la mort, à la vie. Flammarion. 1992)

Andrée CHEDID : L’artiste et autres nouvelles. Collection Librio N°281. EJL éditions. Parution mars 1999. 96 pages.

ISBN : 2277302813.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables