Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2019 7 01 /09 /septembre /2019 04:33

Et ailleurs…

Gilles VIDAL : A la gorge.

Six ans qu’il n’avait pas revu sa fille Liz, et voilà qu’elle débarque un beau jour chez lui, comme ça, sans crier gare, comme si de rien n’était.

Lorsqu’il l’avait vue pour la dernière fois, elle était en boutons (acné) et maintenant elle est fleur épanouie.

Lorsqu’il rentre chez lui, après être passé à l’hôpital afin de rendre visite à un légume, dommage collatéral suite à un accident dont Fred Boland fut témoin, elle est en train de lire confortablement installée. Lorsqu’il se sert comme à son habitude un whisky bien tassé, elle le regarde avec ce petit dédain qui incommode. Mais il ne va quand même pas changer ses habitudes, quand même.

Alors elle lui signale qu’un colis a été déposé à sa porte. Un paquet grand comme une boîte de chaussures, mais sans chaussures. A l’intérieur, une clé, une adresse, des instructions.

Alors il se rend à l’adresse indiquée, à une quarantaine de kilomètres de chez lui, mais comme il est méfiant, pour ouvrir la porte de l’appartement, il prend moult précautions. Il avait raison, un homme se cachait derrière, qu’il maîtrise facilement.

Mais lorsqu’il revient chez lui, plus de Liz ! Elle a été enlevée, kidnappée, prise en otage, et il n’est pas ravi !

 

De Fred Boland, on ne sait pas grand-chose ou presque. Est-il policier ? Est-il truand ? L’un des deux car il se déplace avec une arme à feu et des menottes plastiques. Et comme entre les deux, souvent la marge est minime, l’intervalle réduit à sa plus simple expression, restons dans le doute. De toute façon cela n’influe en rien sur l’intrigue.

Flic ou voyou comme disait le cinéaste, Fred Boland est un homme comme les autres. Presque. Mais un père assurément. Et il est prêt à tout pour récupérer sa fille. Mais en a-t-il le choix ?

Un texte subtil de la part de Gilles Vidal qui œuvre aussi bien dans les romans que dans l’écriture des nouvelles. Peut-être plus en fin de compte dans la nouvelle qui est un genre littéraire exigeant.

Seulement, et je le regrette, passer de 1,99€ à 2,99€ pour une petite vingtaine de pages, dans une version numérique, je ne sais pas si les lecteurs vont suivre. Le format papier a encore de beaux jours devant lui à ce prix.

 

Gilles VIDAL : A la gorge. Nouvelle numérique. Collection Noire sœur. Editions Ska. Parution le 27 août 2019. 18 pages. 2,99€.

ISBN : 9791023407808

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 02/09/2019 11:16

Etonnant cet écart de prix. D'habitude, les LN sont un tantinet moins chers.

Oncle Paul 02/09/2019 11:59

Tout à fait d'accord... Je ne comprends pas non plus

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables