Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2019 2 23 /07 /juillet /2019 04:39

Et au plaisir de ne pas te revoir…

Charles EXBRAYAT : Bye, bye, chérie.

Jeune attaché d’ambassade en poste à Londres, Guillaume de Saint-Sève accepte la mission confiée à lui par des agents des Services Secrets français. Il s’ennuie un peu et la possibilité de rompre avec la routine l’enchante. Il est fiancé avec Helen Otterburn, fille de nobliaux enrichis en s’adonnant aux transactions boursières et il ne sait trop comment lui annoncer son départ pour Nice afin de récupérer une lettre convoyée par un agent des Services Secrets et la rapporter à Londres.

Mais la jeune fille est enthousiasmée par cette nouvelle, malgré le dépit enregistré de ne pouvoir accompagner son fiancé. Il faut avouer que ni l’un ni l’autre ne s’aiment vraiment. Il s’agit plus d’un projet de mariage leur permettant d’acquérir une position sociale enviable que d’une véritable union maritale générée par Cupidon.

Bref, Guillaume Saint-Sève promet à Helen de lui narrer les aventures dont il sera le héros, elle n’en doute pas.

Mais dans les services secrets britanniques, américains, russes et même chinois, des agents s’activent car des fuites se sont produites, grâce à des oreilles collées aux portes, à des communications téléphoniques, des indiscrétions de couloirs. Celles ou ceux qui ont propagé l’annonce de la mission de Guillaume de Saint-Sève ne sauront jamais si celle-ci réussira car elles, ou ils, connaitront une fin d’existence tragique.

Guillaume de Saint-Sève embarque donc pour la France et en cours de route les espions qui le surveillent font parfois cause commune pour éliminer l’un d’eux. Le premier à trépasser étant un agent chinois. Guillaume de Saint-Sève s’aperçoit que des espions étrangers l’épient, mais il sait que tant qu’il n’aura pas réceptionné la fameuse missive, rien ne pourra lui arriver. Après, advienne que pourra.

A Nice, Guillaume de Saint-Sève prend une chambre d’hôtel toujours espionné par ses confrères, qui eux sont aguerris. La chasse est ouverte et les dissensions entre les agents des différents services secrets les amènent à vouloir s’annihiler. Et notre héros est même l’auteur malencontreux d’un accident de défenestration, ce qui oblige les policiers locaux à enquêter. Et lorsqu’il narre à Helen cet épisode, elle ne se sent plus, elle en redemande.

Toutefois, à cause de la guéguerre que se livrent les divers espions qui gravitent dans cette histoire, Guillaume de Saint-Sève se met en valeur auprès d’immigrés Siciliens, ce qui lui permet de trouver en eux des alliés inattendus.

 

Ce roman mi-espionnage mi-policier se situe dans la veine humoristique des écrits de Charles Exbrayat, et qui s’inscrit dans la parodie, façon la série des Imogène, d’Une ravissante idiote et de quelques autres.

Un humour subtil qui n’est pas sans rappeler celui pratiqué par bon nombre de romanciers Anglo-Saxons dont P.G. Wodehouse avec ses protagonistes décalés. Guillaume de Saint-Sève apparaît au début comme un personnage un peu falot, ingénu, mais il prend peu à peu de la consistance. Il est vrai que les situations et les épisodes qu’il vit aident à le développer psychiquement, et il devient mature. Quant à Helen, c’est une jeune fille un peu écervelée.

Les répliques sont savoureuses, et n’empruntent jamais à une quelconque vulgarité ou humour lourd. Les jeux de mots sont inexistants, seules les situations, les remarques et les dialogues offrent ce côté bon enfant. Mais Charles Exbrayat, en mettant en scène des personnages d’horizons et de confessions politiques différents ne manque pas de griffer au passage.

Fédor Petrovitch était le type même du bon stalinien : fanatique et borné.

Les Français sont capables de n’importe quoi, c’est pour cela que l’on ne s’ennuie jamais avec eux.

Ne vous rappelleriez-vous pas, Commissaire, que les Américains ne sont jamais que des Anglais qui ont mal tourné ?

Charles EXBRAYAT : Bye, bye, chérie.

Charles EXBRAYAT : Bye, bye, chérie. Collection Le Masque jaune n°1330. Editions Librairie des Champs Elysées. Parution 1er trimestre 1974. 256 pages.

ISBN : 2-70242-121-0

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables