Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 08:28
Hervé LE CORRE : La douleur des morts.

Lorsque le Minitel rose remplaçait les souteneurs...

Hervé LE CORRE : La douleur des morts.

Ce roman date de 1990, et bien évidemment les technologies ont beaucoup évoluées. Mais ce n'est pas pour autant que le roman a vieilli.

Il fallait s'y attendre ! Le minitel, source de renseignements précieux pour utilisateurs sérieux, sait se transformer lorsque le besoin s'en fait sentir en lupanar rose et cercueil noir.

Le frotti-frotta des dancings du samedi soir, le clin d'œil aguicheur, la mèche rebelle et le bouquet de fleurs trempant dans un verre de whisky, démodés tout cela. Maintenant la drague s'effectue par clavier interposé. Fantasmes en tous genres, anonymat garanti.

Un univers que ne soupçonnait pas Louis Lorenzo, employé aux impôts à Bordeaux, et qu'il découvre avec horreur, consternation, colère et révolte lors de la mort assassine de sa fille.

Une enfant de plus de vingt ans qu'il rencontrait épisodiquement, qu'il ne connaissait pas vraiment, et qui n'était plus tout à fait celle qu'il croyait. Une déception et une rogne incontrôlable minent cet homme près de la retraite. Et peut-on se fier vraiment à la police, peut-on dévoiler au grand jour des faits inavouables, des secrets sur la turpitude d'une enfant trop vite grandie et peut-être pas assez aimée.

Non, le tueur, le sadique, c'est lui, Louis Lorenzo, qui va le traquer dans les arcanes d'un 36-15 lubrique. Sa vengeance, elle lui appartient, et les flics, qu'ils aillent chercher ailleurs, mais sans lui.

 

Premier roman d'Hervé Le Corre, La douleur des morts serait une réussite s'il n'y avait pas certains dérapages, certaines petites outrances qui font désordre comme des chiures de diptères sur une glace récemment nettoyée. Mais ce n'est que mon avis que je partage avec moi-même.

Le personnage de Louis Lorenzo est attachant, lui qui se découvre père, plus après la mort de sa fille qu'avant, quand elle était vivante. Réagirions-nous si nous étions à la place de ce brave homme, de la manière qu'il le fait, c'est à dire mener son enquête en solitaire et dissimulant certains faits, certaines preuves matérielles à la police ? Peut-être sachant que chacun de nous en face de la loi est un coupable en puissance, ou se conduit, réagit comme tel. Pourtant il faut une sacrée dose de courage pour ne pas abandonner en cours de route.

Un roman noir digne des maîtres américains, orfèvres en la matière, et qui s'inscrit en tant que tel dans la lignée de la Série Noire, renouvelant le genre tout en en gardant les principes. L'homme solitaire face à un destin en trompe-l'œil, face à l'adversité et à la manipulation, et qui se surpasse, confronté à une situation révoltante qui le met directement en cause.

 

Hervé LE CORRE : La douleur des morts. Série Noire N°2231. Parution mai 1990. 224 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Panne de liseuse non réglée. En voyage, cause poids, j'emmène peu de papier, surtout qu'au retour j'en ramène pas mal. Là, obligé, j'ai acheté un Le Corre dont le nom ne m'était pas inconnu (ta faute ?).<br /> Je vais bien voir,<br /> Amicalement<br /> Le Papou
Répondre
O
J'assume... Désolé si cela ne te plait pas... Mais je n'ai pas lu ses derniers romans publiés chez Rivages<br /> Amitiés

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables