Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 08:45
Mildred DAVIS : La chambre du haut

Un classique de la littérature de suspense...

Mildred DAVIS : La chambre du haut

Le mystère plane sur la maison des Corwith, sise dans le Bronx, faubourg campagnard de New-York.

Swendsen, le nouveau chauffeur embauché pour un mois, s'intéresse de près à ses patrons, à leurs habitudes, inspectant l'état de leurs voitures. Il interroge les employés, la cuisinière, Weimuller le maître d'hôtel, et surtout Patricia, la femme de chambre.

Minou, la plus jeune fille des Corwith vit cloîtrée dans une chambre à l'étage depuis son accident de voiture qui l'a laissée défigurée. Minou touche à peine à ses plateaux repas, joue parfois du piano. Ce sont les seules manifestations de sa présence. Dora et Hilda, ses sœurs, et ses parents en parlent, de même que les domestiques, mais avec réserve, avec réticence. Surtout Hilda qui exprime un profond ressentiment envers cette adolescente choyée, adulée, plus belle qu'elle et qui avant son accident était le pôle d'attraction de la maisonnée. Minou qui attirait les hommes et était détestée des femmes.

Au cours d'une séance d'hypnose, Helen, une amie de la famille, est priée de tuer Dora qui joue le rôle de Minou, avec une pipe. Elle laisse échapper l'arme improvisée et la ramasse. Ce n'est plus un article de fumeur qu'elle brandit, mais un canif tombé malencontreusement d'une poche. Swendsen surgit à temps pour immobiliser son bras. Ce n'était qu'un incident qui s'inscrit parmi tant d'autres.

Patricia confie au cours d'un repas bien arrosé à Swendsen qui ne lui est pas indifférent, que malgré les affirmations de la famille, Minou n'aurait pas été seule dans la voiture lors de son accident. Dora doit se marier avec Francis et la noce se prépare dans la fièvre mais pas dans l'harmonie. Francis, qui est docteur et a ausculté Minou après la tragédie, ne semble pas empressé auprès de sa fiancée.

Un jour, alors qu'il vient de déposer Corwith à son bureau, Swendsen aperçoit la voiture d'Hilda. Il la suit et entre comme par hasard dans le restaurant où elle déjeune. Il lui fait du gringue, l'invite dans une boîte de nuit et passe un mystérieux coup de fil. Sur le chemin du retour ils passent devant la propriété des Batchfleder. Des hommes fouillent dans les buissons à l'aide de torches électriques. Un événement qui trouble fortement Hilda.

Le dimanche suivant, alors que la cérémonie du mariage doit avoir lieu, l'effervescence règne chez les Corwith. Hilda va d'un groupe à l'autre, à moitié ivre. Dora trébuche dans l'escalier et se foule une cheville ce qui entraîne au grand soulagement de Francis le report du mariage. Lewis, le jeune garçon des Corwith est affolé : Minou n'est pas dans sa chambre.

 

Premier roman de Mildred Davis, écrit alors qu'elle fréquentait encore le lycée, La Chambre du haut n'en est pas moins construit avec rigueur, avec minutie, entretenant le suspense avec une pointe de sadisme, dévoilant peu à peu les arcanes de ce mystère comme une stripteaseuse se dévêt morceau par morceau, prolongeant l'attente du spectateur fébrile.

 

Du 9 février au 24 du même mois, on suit les investigations de Swendsen, n'étant pas dupe de sa couverture de chauffeur de maître. Mais l'hypothèse du maître-chanteur vient immédiatement à l'esprit et rien ne laisse supposer qu'il s'agisse d'un policier, à moins de connaître les numéros de téléphone new-yorkais.

Le récit est subtilement découpé par la narration en filigrane d'une femme évoluant dans une chambre, et lisant un carnet intime. Cependant subsiste un mystère qui permet toutes les extrapolations : la mort de Dora, fauchée par une voiture.

 

Curiosité :

On peut lire en exergue à ce roman : Cet ouvrage a paru en 1950 dans la Série Blême. C'est sa qualité et le faible tirage de l'édition antérieure qui nous ont incités à la publier dans la Série Noire.

 

Citation :

L'ennui de l'enseignement gratuit, dit-elle d'un ton acerbe, c'est que n'importe qui, à commencer par le balayeur des rues, se croit psychologue à ses heures.

Quelques éditions ou rééditions de La Chambre du hautQuelques éditions ou rééditions de La Chambre du hautQuelques éditions ou rééditions de La Chambre du haut

Quelques éditions ou rééditions de La Chambre du haut

Mildred DAVIS : La chambre du haut (The room upstairs - 1948. Traduction de Lola Reinova). Série Noire N°931. Parution 1965. Réimpression Mai 1997. 272 pages. 7,80€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Grand souvenir! Comme quasiment tous les livres de M. Davis...<br /> Amitiés.
Répondre
O
Bonjour Serge<br /> Ce roman a peut-être éclipsé l'oeuvre de Mildred Davis, mais je me souviens de quelque belles réussites dont 3 minutes avant minuit,par exemple.<br /> Amitiés

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables