Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:22
Robert O SABER : Le tango des alambics

Mieux que la danse des canards...

Robert O SABER : Le tango des alambics

Phil Cooper, capitaine de la police de Chicago, est chargé par son supérieur et ami Jack Noreen de remettre de l'ordre dans le quartier nord de la ville. Le lieutenant Flynn et ses adjoints s'adonnent à la prévarication avec ostentation, touchant des pots de vin des tenanciers de tripots, de salles de jeux et contrebandiers d'alcool.

Max Keene, détective privé, est contacté au téléphone par une jeune femme. Elle lui propose d'acheter du Scotch à plus de moitié prix. Il accepte mais regrette vite son achat qui s'avère être du tord-boyau. Par réflexe il a relevé le numéro minéralogique de la camionnette de livraison.

Pour Jewel Weiland, contacter des clients, dont Max Keene, par téléphone, c'était un boulot facile et rémunérateur. C'était car elle est étranglée par un inconnu. Un véritable coup dur pour Peter Paulson son patron, contrebandier de petite envergure. Paulson se sent obligé de tuer un de ses employés, Harry, petit ami de la jeune femme afin de détourner l'attention de la police. Quant à sa femme, Lynn, elle est contactée par son ex-employeur pour servir les desseins du Consortium représenté par Maxie Roth et Mugsy O'Donnell.

Mugsy jette dans les bras de Flynn une rousse flamboyante, Joan Nicholson. Celle-ci estime que mille dollars c'est peu payé, et au lieu de partir dans l'Ouest met Flynn au courant de quelques magouilles. Cooper, l'intègre, perturbe tout ce beau monde en entrant dans le jeu des truands et des flics véreux. Il augmente même taxes et pots de vin. Les distillateurs clandestins du Consortium pensent le contrer en kidnappant sa femme. En effectuant des comparaisons, des déductions, des recoupements, Cooper est arrivé à une certitude : la distillerie clandestine ne se peut se tenir qu'à Aurora, une petite ville située à une soixantaine de kilomètres de Chicago. Max Keene qui surveillait et filait Lynn Paulson et Maxie Roth ainsi que Joan et Flynn, est arrivé aux mêmes conclusions.

 

Sans grande prétention, sauf celle de faire passer un bon moment au lecteur, Le tango des alambics est un roman solide, écrit par un professionnel consciencieux. En auteur consommé Robert O. Saber tisse sa trame comme l'araignée sa toile.

 

Robert O SABER : Le tango des alambics (A time for murder 1956. Traduction de F. M. Watkins). Série Noire N°339. Parution novembre 1956. 190 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
Salut Paul, quel titre ! Je visualise. Si en plus l'auteur fait comme l'araignée, nous voici en plein vivarium...<br /> Amicalement
Répondre
O
Bonjour Serge<br /> En effet le charme des titres de la SN y est pour son succès. J'en aurai quelques uns à proposer dans les prochains jours, continuant mon exploration de la SN à l'occasion de son 70ème anniversaire<br /> Amitiés
S
Bonjour Paul (et Yv).<br /> En SN, oui, la magie des titres. Le regard attendri des surréalistes sur la collection vient en partie de là. Un de mes préférés: &quot;Run With The Devil&quot; de Robert V. Williams, devenu &quot;La pizza brûle&quot; (SN 708)...<br /> Amitiés.
O
Bonsoir Yv<br /> et je vais mettre en ligne d'autres titres savoureux de la Série Noire comme le roman de H. Whittington : T'as des visons...<br /> Amicalement

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables