Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 07:55
Harry WHITTINGTON : Faut que ça craque.

Craque ? boum hue...

Harry WHITTINGTON : Faut que ça craque.

Chargé d'une mission, Ric Durazo arrive à Los Solanos au terme d'un voyage légèrement mouvementé. Il a pris en charge un auto-stoppeur adolescent, mais il a été obligé de virer celui-ci de sa voiture, le gamin devenant par trop insupportable, le braquant même de son pistolet.

Au El Pueblo, le motel où il a rendez-vous, il est réceptionné par une nymphomane. Ric repousse les avances de son hôtesse, Peggy, ce dont elle lui garde rancune. De la fenêtre de son bungalow, il assiste à une tentative de meurtre : un homme après avoir fait absorber une quantité non négligeable d'alcool à sa femme simule le suicide de son épouse par le gaz puis part en voiture.

Ric réanime sa voisine, Eve, qui lui demande de la prendre sous sa protection. Ric embêté refuse, arguant que le père de la jeune femme et un avocat seraient plus à même de la défendre. Martin Kimball fait alors son intrusion, jouant au mari bafoué. Ric décide de quitter le motel.

Peggy, qui lui en veut toujours, lui apprend qu'un certain Saül Rehan a posé de nombreuses questions à son sujet. En sortant de l'établissement, Ric trouve sur son chemin Eve, et ne peut que la prendre  bord de son véhicule. Suivi par la police et Martin, le couple traverse le désert et se cache dans un canyon. Eve joue de son charme et Ric succombe. Après un divertissement sexuel, qui est une révélation pour la jeune femme, Eve trouve 250 000 dollars dans le coffre de la voiture. Ric se confie, il doit négocier le kidnapping du bébé du sénateur Ironside.

Sa mission : remettre l'argent aux ravisseurs et ramener l'enfant sain et sauf à ses parents. Cependant cette mission possède un goût d'amertume. Ironside, alors juge, l'avait condamné quelques années auparavant pour un forfait que Ric n'avait pas commis. Ironside poussant l'indélicatesse de se marier avec Ann, la femme que fréquentait Ric à l'époque.

 

Cette histoire, rapidement menée, possède parfois des accents rocambolesques, à la limite du vraisemblable. Cependant Whittington reste dans le domaine du plausible. Ses personnages révèlent tous à un moment ou un autre un côté antipathique, parfois compensé par une action d'éclat ou l'aveu de leurs égarements et leur contrition. Les personnages féminins ne sont pas décrits à leur avantage, mais à leur décharge, les circonstances ne s'y prêtent pas toujours non plus.

 

Curiosité :

D'après l'étude de Jean-Jacques Schléret parue dans la revue Les amis du crime N°5 consacrée à Harry Whittington, ce roman n'aurait pas été édité aux Etats-Unis mais en Grande-Bretagne.

Harry WHITTINGTON : Faut que ça craque. (Something's got to give - 1958. Traduction par Alain Glatigny). Série Noire N°469. Parution décembre 1958. 256 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Pas pour moi, cher Oncle Paul, le roman noir, pour moi, c'est la vie à ras du bitume (j'allais dire des pâquerettes). La réalité n'a que faire de l'invraisemblable.
Le Papou
Répondre
O
Bon, tant pis Papou.. mais c'est juste pour présenter les différentes facettes de la Série Noire ! Et encore je n'ai pas parlé des romans de Carter Brown.
Amitiés

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables