Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 16:33

On répond aussi que les livres coûtent chers, alors qu'on dépense en plaisirs futiles et de mauvais goût plus d'argent qu'il n'en faudrait pour se composer une riche collection d'ouvrages.

Frédérique VOLOT : 59, passage Sainte-Anne.

Afin de reprendre des forces après une blessure qui l'a laissé dans le coma durant quatre jours, Achille Bonnefond, qui professe le métier de détective privé en dilettante, n'ayant pas besoin de rentrées d'argent subséquentes pour vivre, Achille Bonnefond se rend en sa propriété en Touraine. Le Joli Domaine des Rosiers est propice à une remise en forme des plus bucoliques. Il a auprès de lui ses fidèles compagnons, Félix, détective comme lui et son épouse Cécile, Tamara sa nourrice et gouvernante, Pakoune son chat borgne, Baise-la-mort et son chien Totor la Guillotine, ainsi que Marthe, sa maîtresse aujourd'hui mariée au riche mais vieux et laid Hubert de Germonville. Ce bonheur simple et reposant est troublé par l'arrivée d'un télégramme annonçant le décès de Mimi Pattes-Maigres.

Aussitôt Achille décide de regagner Paris afin d'assister à l'enterrement. Il va en profiter pour inciter, voire obliger Marthe à s'installer chez son époux car il commence à s'en lasser. Mimi Pattes-Maigres était une danseuse comédienne qu'Achille et Marthe connaissaient bien. Aussi son décès le surprend même si Mimi Pattes-Maigres arrivée à la trentaine n'avait plus le même succès auprès des hommes qu'auparavant et que la misère la guettait. Il pense à un suicide mais Marthe ne se range pas à son avis. Elle est persuadée, son intuition ne la trompe pas, que leur amie ne s'est pas supprimée. Après l'enterrement, la vie continue, sans Marthe qui est priée de rester avec son mari.

Les semaines passent jusqu'au jour un gamin lui amène un message. Un inconnu lui demande de le rencontrer en l'église Saint-Laurent, le soir tard et d'amener une forte somme d'argent. Il aurait des révélation à lui faire concernant la mort de Mimi. Il aurait, car lorsqu'Achille se présente au rendez-vous en compagnie de son ami Félix, l'homme est mort, portant des traces de griffures sur le visage et le corps. Un individu mort ne peut plus parler, aussi afin de connaître son identité, il est décidé de l'exposer à la morgue. Un passant curieux finira bien par lui donner un nom. Et c'est ce qui arrive, un voisin du défunt peut apporter un nom et une adresse. mais entretemps les événements se sont s'enchaînés, de même que le cœur d'Achille qui est son talon faible.

Il retrouve, vingt-cinq ans après les avoir vu pour la dernière fois, son oncle et sa tante et surtout sa cousine Garance qui est devenue une très belle jeune fille, fiancée à un homme qu'aussitôt il prend en grippe. Ils habitent dans l'Est de la France et pour une fois la famille est réunie, sans se faire la tronche. Ce n'est pas pour autant qu'Achille oublie les affaires courantes. Afin d'en avoir le cœur net, Achille demande à Tardieu son ami légiste de procéder à une autopsie, après avoir procédé à l'exhumation du corps de Mimi, puis il se rend chez l'ex-danseuse et découvre à l'intérieur de l'ourlet d'une robe un petit mot, composé de lettres découpées dans un journal, citant un passage du Siracide dans la Bible.

Achille n'a pas trouvé cela tout seul, c'est Cécile, la femme de Félix qui le lui a annoncé, comme si c'était tout naturel. Ce qui est plus naturel, c'est l'annonce de sa grossesse, mais Achille n'y est pour rien. C'est Félix l'heureux époux. Félix qui en profite pour suggérer à Achille d'aller rencontrer un spirite qui commence à se faire une sérieuse renommée sur la place de Paris et d'ailleurs. Et c'est ainsi qu'Achille va faire la connaissance d'Allan Kardec, mais également d'un autre personnage qui deviendra par la suite célèbre par ses écrits et ardant défenseur de la vulgarisation des sciences positives, l'astronome Camille Flammarion, dont le frère Ernest fut le fondateur de la librairie et des éditions du même nom. Mais j'anticipe et restons en cette année 1861 dans l'antre d'Allan Kardec.

 

Paris est en plein bouleversement et effervescence avec la démolition des vieux bâtiments insalubres afin de faire place à la reconstruction d'immeubles plus harmonieux et à des rues dégagées permettant une circulation plus aisée. C'est également le début du spiritisme sous l'impulsion d'Allan Kardec qui prône la philosophie spirite et est déjà célèbre, ayant à son actif quelques écrits qui enregistrent un grand succès. Le spiritisme qui quelques décennies plus tard conquerra de nombreux adeptes dont Arthur Conan Doyle. Et Frédérique Volot nous montre avec réalisme Allan Kardec dans ses œuvres, assisté de deux médiums, comme si elle avait participé elle-même à ces séances. Mais ce n'est en aucun cas ennuyeux ou pédant. Et que nous soyons ou non convaincus par les mystères du spiritisme, il faut avouer que ces représentations en petit comité sont d'un réalisme bluffant.

Nous suivons en même temps les débuts des relations entre Achille et sa cousine Garance, tout d'abord fort timides et épistolaires.

 

Parfois humoristique, le ton devient grave dans certaines situations :

Nous entrons dans une ère de progrès, de sciences, de connaissance, d'élévation !

Tu as raison, mortel. Une ère de folie aussi.

Frédérique Volot souligne l'antagonisme qui règne entre les bienfaits et les progrès de la science qui justement peuvent se retourner contre l'humanité, entraînant des effets néfastes.

Humour ai-je écrit ? oui, si l'on se réfère à ce petit passage qui vous remémorera sûrement quelque chose ou quelqu'un :

Achille leva son verre.

-Ton enthousiasme fait plaisir à voir ! Et la politique, ça t'intéresse ?

Garance éclata de rire.

-Oh que non. Je laisse ça aux hommes qui aiment se donner de l'importance et s'imaginent en se rasant le matin qu'ils ont un destin national ! C'est si petit, cela, mon cousin.

 

Autre petit passage, ce sera le dernier, que j'ai relevé et qui reflète particulièrement notre époque.

La plupart des hommes prétendent aimer l'étude et objectent que le temps leur manque pour s'y livrer. Cependant, beaucoup d'entre eux consacrent des soirées entières au jeu, aux conversations oiseuses. On répond aussi que les livres coûtent chers, alors qu'on dépense en plaisirs futiles et de mauvais goût plus d'argent qu'il n'en faudrait pour se composer une riche collection d'ouvrages.

On ne peut qu'applaudir qu'à cette déclamation d'Allan Kardec à l'encontre d'Achille qui l'écoute fasciné. Un homme qui aime les livres, et la lecture, ne peut être foncièrement mauvais.

 

Dernière petite remarque : Nombreux sont les protagonistes dont les initiales sont A.B. Achille Bonnefond, le personnage principal, mais également Amalia de Briseuil une "vieille" amie d'Achille, Adrien Bouchard, trésorier d'une Société, Anatole Bernier...

Frédérique VOLOT : 59, passage Sainte-Anne.

Frédérique VOLOT : 59, passage Sainte-Anne. Editions Presses de la Cité, collection Terres de France. Parution le 9 octobre 2014. 336 pages. 21,50€.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Ça se passe dans quel siècle ?
Amicalement
Le Papou
Répondre
O
AH Papou : carton jaune ! J'ai écris que l'histoire se déroulait en 1861... Mais ce n'est pas grave, je ne t'en veux pas,cela m'arrive aussi de lire et d'oublier un point dans une chronique...
Amicalement
Y
Salut Paul,
J'aime bien cette série pour tout ce que tu en as dit, le Paris qui se transforme pas pour le bonheur de tous, les personnages hauts en couleurs, l'humour, mais j'avoue que je n'avais pas noté la répétition des initiales AB, cela a un sens ?
Amicalement,
Répondre
O
Bonsoir Yv
Je savais bien que j'avais vu une chronique concernant ce roman quelque part, mais je ne savais plus où. Donc j'ai ajouté ton lien.
Pour la répétition des initiales A.B. j'espère avoir une explication bientôt. Mais j'ai déjà quelques éléments de réponse pour d'autres interrogations qui me trottinaient dans la tête.
A bientôt
Amitiés

Présentation

  • : Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables