Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 07:56

Hommage à Léon Groc, journaliste et

romancier populaire, décédé le 19 juin 1956.

Léon GROC : L'homme qui fait chanter les astres.

N'ayant pas sous la main son rédacteur scientifique attitré, le chef des informations du journal pour lequel travaille Claude Frimas remet au journaliste un carton d'invitation pour assister à une séance organisée par le professeur Lefort.

Claude Frimas se rend donc à la Maison de la Chimie et est le témoin d'une manifestation qui déborde du cadre programmé. En effet, le professeur Lefort, Membre de l'Institut, doit capter la lumière des astres, en l'occurrence celle de la Lune, et transformer ces ondes lumineuses en ondes sonores.

Parmi les nombreuses personnalités, politiques et scientifiques présentes, Claude Frimas retrouve un ancien condisciple du lycée Louis-Le-Grand. S'il est étonné d'être ainsi en présence de Jacques Couvrigny, qui à la suite d'un héritage tient une exploitation agricole près de Senlis, la raison lui est aussitôt fournie en apercevant Claire Duperrier, fille du célèbre professeur du même nom, et pupille de Lefort. Elle est accompagnée de sa mère, forte matrone aux appas abondants et dont la réputation d'être peu farouche la précède. Et Couvrigny couve des yeux Claire, un amour passionné qui date de leur adolescence.

Lefort subjugue l'auditoire, mettant dans l'ombre, d'ailleurs la lumière est éteinte dans l'hémicycle, son disciple et assistant André Maillane, autre ancien condisciple de Frimas. Tous se sont plus ou moins perdus de vue depuis de nombreuses années, chacun suivant son chemin, différent de celui des autres.

Une mélopée traînante s'élève d'une boîte mystérieuse, un rayon de lune se frayant un passage jusqu'à l'estrade, un son grave puis rapidement aiguë. La vibration d'un projectile se fait entendre et le professeur Lefort s'écroule. Aussitôt la lumière est rétablie, et le professeur est emmené dans une pièce adjacente. Il a reçu dans le cou une fléchette dont la pointe a été enduite d'un poison mortel.

Un commissaire de police arrive immédiatement sur place, et Frimas qui, en sa qualité de journaliste avait pu pénétrer dans la pièce, est immédiatement refoulé. Toutefois, il a le temps d'entendre Maillane présenter Claire comme la fiancée de Lefort. Le statut de pupille s'est donc transformé en celui de fiancée ?

En attendant l'arrivée du Parquet, Frimas retrouve Couvrigny et comme tout le monde est consigné dans l'enceinte, il a le temps de lui narrer les derniers événements, dont la façon dont est mort Lefort. Or, Couvrigny se promène avec une canne qui peut se transmuer en sarbacane le cas échant. Et comme il fréquente une compagnie d'archers dans sa région, nul doute qu'il devient rapidement un présumé coupable; même s'il s'en défend. De plus il possède un mobile, celui de la jalousie, puisque le statut de Claire a évolué. Comme tout le monde est fouillé à la sortie, Couvrigny spontanément signale la particularité de sa canne, et il est embarqué séance tenante.

Frimas, contrairement à ses confrères, relate les faits dans un sens favorable à Couvrigny, avec l'aval de son chef de service, et il va pouvoir suivre l'enquête officiellement. Il assiste à la conférence de presse organisée par le juge, conférence à laquelle assistent Maître Vallon l'avocat et Raymonde sa secrétaire stagiaire. Raymonde est une petite bonne femme énergique et avenante qui remercie Frimas d'avoir défendu Couvrigny, d'autant qu'elle est redevable au présumé coupable d'avoir pu poursuivre ses études à la mort de ses parents.

Raymonde requiert l'aide de Frimas pour se renseigner sur le passé, apparemment trouble, de Lefort. Elle a déjà posé des jalons en passant une petite annonce dans les journaux, concernant un supposé testament rédigé en faveur d'une personne injustement lésée, et une récompense est promise à qui pourra fournir des renseignements fiables. Les réponses ne manquent pas et Frimas est chargé de les trier et de mettre les affabulations de côté.

Il s'ensuit que quelques personnes peuvent témoigner que Lefort était un individu ne s'embarrassant pas de principes. Un peintre, un pur artiste comme il se définit mais qui n'est qu'un rapin raté habitant la proche banlieue, peut témoigner de la malhonnêteté de Lefort dans son domaine scientifique, et c'est ainsi que Sigismond Bricard, Raymonde et Frimas vont mener à bien leur enquête pour définir qui est le véritable coupable et ses motivations.

 

Si au début on peut s'attendre à un roman de science-fiction, L'homme qui fait chanter les astres est un véritable roman policier, de facture classique certes, mais dont l'intrigue est fort bien menée.

Un suspense qui s'inscrit dans le thème de Cherchez la femme, avec des prémices de meurtre en chambre close, en présence de quelques centaines de personnes. L'arme du crime est rapidement découverte, une fléchette empoisonnée, mais ce qui importe réside dans la façon dont elle a été propulsée, et par qui bien évidemment. Le pourquoi étant un des composantes du problème.

Pas de blabla inutile mais des indices qui peu à peu apparaissent, sans pour autant dévoiler la solution qui ne traîne pas en longueur. Comme bon nombre de romans d'énigme et de suspense de cette époque, l'auteur s'attache à son intrigue et ne se perd pas en considérations oiseuses ou en scènes de violence ou de sexe.

Et redécouvrir Léon Groc, c'est possible, grâce aux Moutons électriques qui proposent des rééditions de romans en version EPUB ou comme celui-ci en version papier.

 

Première parution : collection Le Masque Jaune N°322. Editions Librairie des Champs Elysées. Parution 1941.

Première parution : collection Le Masque Jaune N°322. Editions Librairie des Champs Elysées. Parution 1941.

Réédition collection La Cagoule N°42. Editions La Bruyère. Parution 1948.

Réédition collection La Cagoule N°42. Editions La Bruyère. Parution 1948.

Léon GROC : L'homme qui fait chanter les astres. Edition Les Moutons électriques. Version luxe à tirage limité. Parution 24 novembre 2016. 146 pages. 30,00€.

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 06:46

Il y a vraiment de quoi perdre la tête !

Serge RADOCHEVITCH : Hôtel Les Embruns.

Comme ce cadavre découvert par deux joggeurs en pleine forêt près de Verincourt. Déjà, découvrir un macchabée n'est pas de la plus grande réjouissance, mais lorsque la tête de celui-ci est fichée sur un piquet, il y a de quoi défaillir soi-même.

Les policiers et le SAMU arrivent rapidement sur place. Les secours pour emmener la joggeuse à l'hôpital, les représentants des forces de l'ordre pour établir les premières constatations.

Le joggeur lui n'a pas perdu la tête, il a pris en photo le spectacle, envoyant les clichés sur son ordinateur. Seulement, le gamin resté à la maison ouvre la messagerie, découvre la scène et en informe immédiatement ses copains sur les réseaux sociaux. Et comme de bien entendu, cette annonce se propage telle une traînée de poudre.

 

Simon Bielik, journaliste, séjourne à l'Hôtel Les Embruns avec sa compagne Amélia qui se produit au théâtre de la ville pour quelques représentations d'une pièce de Shakespeare. Or le décapité n'était autre que le serveur de l'établissement, un jeune homme qui a connu quelques vicissitudes lors de sa jeunesse. Les pensionnaires habituels de l'hôtel sont présentés à Simon Bielik et sa compagne, et entre eux règne une certaine connivence.

Les déclarations malheureuses, les suppositions avancées par le procureur puis par le ministre de l'Intérieur, qui jettent l'opprobre sur des islamistes, mettent de l'huile sur le feu, particulièrement dans le Quartier Nord, un quartier sensible. Simon ne peut laisser passer une telle occasion pour rédiger un papier pour l'organe de presse pour lequel il travaille et se rend donc en taxi sur les lieux. Il parlotte avec le chauffeur qui lui indique qu'un certain Moussa pourrait lui être utile comme guide.

Et en compagnie de Moussa, Simon assiste à des débordements qui ne proviennent pas, contrairement à ce qu'affirment les autorités, des résidents de ce quartier et principalement des habitants d'une barre d'immeubles où vivent des réfugiés et des migrants. Caillassages, incendies de voiture, bagarres de rue, et même quelques victimes à déplorer. Simon va être amené à déposer et sympathiser avec un policier qui non plus ne prend pas les déclarations de ses supérieurs pour parole d'Evangile, ou de Coran.

 

Deux pistes s'offrent à la sagacité de Simon Bielik, et incidemment aux forces de l'ordre. Celle d'islamistes désirant faire un coup d'éclat, ou celle d'anti-islamistes laissant régurgiter leur haine de l'étranger et assoir leur position raciste. A moins qu'une troisième piste se profile, celle d'individus soucieux de profiter des événements pour détourner l'attention de leurs petites magouilles, de leurs trafics, de leurs méfaits, leurs forfaits, leurs crapuleries, pour ne pas dire plus.

Serge Radochevitch joue avec le lecteur, l'emmenant dans des chemins détournés pour mieux le perdre, plaçant son intrigue sur le fil du rasoir, tout en gardant une idée précise de ce qu'il veut insinuer, tout en laissant la possibilité d'extrapoler.

Naturellement, il met en avant les pratiques délictueuses de certains affidés d'Affront National, mais également la propension des responsables de l'autorité et du ministre de l'Intérieur à jeter l'opprobre sur certaines catégories d'immigrés, uniquement dans un but politique, voire électoraliste. Des jugements à l'emporte-pièce.

Le style narratif peut, au départ, déconcerter le lecteur. Les dialogues inclus dans le corps de texte, ainsi que les pensées de certains des protagonistes, obligent à une petite gymnastique qui s'avère pas désagréable du tout, apportant un rythme dénué de platitude.

Retour en cellule. Réfléchir. Il était dans un sacré merdier. Il avait tué un mec. Non, pas un mec, un Arabe, c'est vrai monsieur le juge, je le reconnais, mais c'était pour faire plus propre, parce que, ce Selim, c'était rien qu'une raclure de trottoir, un pouilleux de clodo, y'en a un qui a dit, faut nettoyer au karcher et l'autre, dehors les migrants et tous les musulmans qu'Allah nous envoie, alors moi, je n'ai fait que suivre, comment vous dire, ces recommandations, mais je n'ai peut-être pas bien compris, c'est vrai, j'suis pas très malin, monsieur le juge ! Jackou dans sa cellule, en rigole tout seul en revoyant la tête du juge quand il lui a sorti son baratin.

Serge RADOCHEVITCH : Hôtel Les Embruns. Collection Borderline. Editions Territoires Témoins. Parution le 11 mai 2017. 184 pages. 18,00€.

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 14:10

Une réédition bienvenue, en espérant que ce ne sera pas une Fin de série...

Christian RAUTH : Fin de série.

Auteur d’un Poulpe, La Brie ne fait pas le moine, acteur, scénariste, et créateur de séries, Christian Rauth, né le 9 mai 1950, possède plusieurs cordes à son arc. De ses activités comme acteur pour le cinéma on retiendra Rue Barbare ou Omnibus, film dont il est le co-auteur avec Sam Karmann le réalisateur. Pour la télévision, révélé avec Navarro, série pour laquelle il interprète un mulet de Roger Hanin, avec Sam Karmann et Daniel Rialet il créera deux séries : Les Monos avec Daniel Rialet et surtout Père et Maire toujours avec Daniel Rialet.

Aussi le monde des tournages, il connait bien et c’est tout naturellement que ce second roman s’inscrit dans le petit monde des séries télévisées. Lors du tournage d’un épisode de Monti dans les studios de la Capelette à Marseille, une série à succès ayant pour interprète vedette Eddy Ordo, acteur imbu de lui-même et de sa notoriété, la scène 97 vire au drame. Pourtant tout était bien réglé, l’accessoiriste avait tout vérifié, n’empêche que la bavure s’étale en trainées sanglantes autour des deux comédiens qui s’affrontaient en théorie virtuellement mais qui gisent dans les décors préfabriqués.

Au tapis Ordo, mais aussi Lucas Kalou, le jeune acteur prometteur mais trop rare. Lucas, selon les premiers renseignements pris et les conclusions hâtives des policiers dirigés par le lieutenant Plume, aurait abattu Ordo puis se serait suicidé. Lucas se serait vengé après les humiliations et vexations subies de la part de la star et dont Ordo était coutumier.

Rob Marin, qui tenait le rôle de l’inspecteur Garcia dans la série, n’est pas du tout d’accord et décide d’endosser le personnage de Garcia afin de démontrer que Lucas, son ami et son presque frère, n’était pas le tueur désigné, et de découvrir le véritable coupable.

Le dossier est classé trois jours après le meurtre et le pseudo suicide sur les directives de Picot, le directeur national de la police. Le lieutenant Plume n’envisage pas de le rouvrir malgré les insistances de Rob Marin. Mais cet incident a entrainé un dommage collatéral, l’arrêt de la série et la mise sur la touche des acteurs. Rob effectue de nombreux voyages entre Paris, où il possède un appartement et Marseille où il réside pour le tournage de la série. Rob relève certaines incohérences dans la mise en scène du meurtre et dans les déclarations. Et lorsqu’il essuie deux balles en roulant en moto et sort d’un mini coma à l’hôpital, rescapé grâce au port de son casque, il se doute qu’il devient gênant.

Conclusion à laquelle adhère Plume qui va l’aider dans ses démarches, peut-être parce qui lui aussi possède un passé qu’il ne peut oublier. Par bribes, par déduction, avec l’aide d’un spécialiste du laboratoire scientifique de la police, cela commence à s’emboiter tout doucement mais le chemin est long et parsemé d’embûches.

Plume le flic sympa et torturé, Ramon qui est né avec des grains de sel dans la bouche d’où sa perpétuelle pépie qui lui tourneboule les neurones, Galli, le croque-mort qui se déplace en fauteuil roulant et Juliette, l’une des figurantes qui incarnait une fliquette et est hospitalisée depuis dans une clinique psychiatrique, complètent la galerie de personnages qui évoluent dans cette histoire dont on sait que la genèse se trouve en Galicie occidentale en 1944. Je ne vous dévoile rien puisque cette scène figure en prologue.

 

Un excellent roman qui nous entraîne dans les coulisses du tournage des séries télévisées, et l’on ne peut s’empêcher à l’ambiance des Navarro.

Certaines scènes s’inscrivent comme de petits morceaux d’humour, parfois décalé, et les divers protagonistes se montrent sympathiques, sauf quelques-uns, mais je ne vous dirais pas lesquels.

Un bon moment de détente, ce qui n’empêche pas Christian Rauth d’exprimer quelques vérités qui sont bonnes à dire. Peut-être pourra-t-on relever ça et là quelques poncifs, qui ne prêtent guère à conséquence et qui s’inscrivent logiquement dans la trame.

C’est aussi une ode à l’amitié, et l’ombre de Daniel Rialet, disparu trop tôt, plane sur ce roman. Et l’on met à rêver à d’autres épisodes ayant Rob Marin, Galli, Plume et Juliette comme personnages principaux, à moins que cela devienne un jour une série télévisée. On peut rêver...

Première édition : Editions Michel Lafon. Parution mai 2010. 348 pages.

Première édition : Editions Michel Lafon. Parution mai 2010. 348 pages.

Christian RAUTH : Fin de série. Collection Polar. Editions De Borée. Parution le 15 juin 2017. 8,90€.

Repost 0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 08:37

La curiosité n'est pas un défaut, c'est une qualité, surtout chez un journaliste...

Jean CONTRUCCI : L'affaire de La Soubeyranne.

Il suffit qu'un spectacle annoncé à grand renfort de publicité soit interdit par les autorités municipales et préfectorales pour que le public se presse pour assister à cette représentation devenue privée.

En cette fin d'après-midi du 20 mai 1909, et n'écoutant que son courage, Raoul Signoret se rend jusqu'à Palama afin d'assister dans l'enceinte du domaine de la Soubeyranne à cette exhibition prometteuse de sensations fortes. Car du courage il en faut pour grimper jusqu'à Château-Gombert en bicyclette puis d'affronter la masse compacte des curieux qui se pressent à la grille du château du sieur de Saint-Aubin. Heureusement il retrouve son vieux confrère Robert Bonnefon, l'ancien photographe du Petit Provençal devenu le correspondant du village où il est installé. Le Cirque romain comme si vous y étiez promet des sensations fortes, le combat entre des tigres de Sumatra et des taureaux du cru, importation directe d'Espagne. Passons rapidement sur cette galéjade, dans laquelle s'immisce Fourneron, le commissaire de police du quartier de la Rose venu avec ses estafiers expulser les privilégiés qui ont obtenu des places dans l'enceinte grâce à de bons gros billets émis par la banque de France, et arrêter l'imprésario et l'importateur de fauves, organisateurs du spectacle, malgré l'opposition de Saint-Aubin, le propriétaire des lieux, face aux forces de l'ordre et retrouvons-nous une semaine plus tard sur la route qui mène à la Baume Loubière.

En effet ce petit reportage a ravivé les souvenirs de Raoul Signoret, lorsque, enfant, il avait visité les grottes Loubière, non loin de Château-Gombert, en compagnie de son oncle le commissaire principal Eugène Baruteau qui suppléa son père décédé. En avant Simone et voilà donc la famille Signoret en promenade pour une balade pédagogique. Seulement lorsque Adèle et Thomas, les enfants, Cécile, l'épouse, arrivent en vue de l'entrée des fameuses grottes, elles sont murées. Et d'après Raoul, c'est tout récent, le ciment des joints étant encore à peine sec.

Raoul se renseigne auprès d'un horticulteur-restaurateur qui siège non loin. Effectivement la grotte a été bouchée un peu plus d'une dizaine d'années auparavant, suite à la découverte du corps d'une gamine violée puis assassinée. Raoul avait occulté cet épisode qui n'avait pas trouvé d'aboutissement mais le ciment frais l'intrigue. Il en informe Bonnefon et tous deux accompagnés du garde-champêtre descellent les briques et font une macabre découverte. Deux petits corps n'attendent plus les secours, vu qu'ils sont morts. Immédiatement ils établissent une corrélation avec l'affaire précédente, mais après autopsie, il s'avère que les points de ressemblance n'existent guère. Les deux gamins, garçon et fille, possèdent le type méditerranéen, ont les mains usées, et l'autopsie révèle qu'ils sont décédés d'une absorption de poison provenant de graines d'origine asiatique à effet foudroyant. Personne ne réclame les gamins, personne ne signale leur disparition, comme s'ils n'avaient jamais existé.

Raoul Signoret, fortement intéressé par ce drame assiste à l'enterrement des deux gamins. Bien entendu au premier rang de l'église, Saint-Aubin siège avec quelques compagnons, dont les prometteurs du spectacle avorté. Il a longtemps vécu en Cochinchine où il était diplomate et a magouillé d'où sa fortune. Mais sa femme est absente, d'ailleurs plus personne ne la voit depuis quelques temps. A la terrasse d'un café, Raoul assiste à l'expulsion d'un ivrogne, l'oncle de la première petite victime, qui profère des mots dont le journaliste ne comprendra la signification que plus tard. De même que le mot laissé dans son taudis lorsque le corps de l'homme est retrouvé pendu. Tout concourt à un suicide, mais on ne sait jamais. De même Raoul remarque une belle femme qui se trouve être la lavandière de Saint-Aubin, et qu'il sera amené à suivre lors d'une rencontre inopinée.

 

L'intrigue imaginée par Jean Contrucci n'aurait pas la même consistance, comme dans la plupart des œuvres d'imagination, si elle ne s'inscrivait pas dans des lieux précis et des événements réels ou transposés fictivement. Ainsi le tremblement de terre du 11 juin 1909 à Marseille, appelé aussi séisme de Lambesc, permet à Raoul Signoret de se trouver au bon moment sur le passage de la lingère de Saint-Aubin, un incident qui va favoriser son enquête en partie.

De même la prochaine tentative de Blériot de la traversée de la Manche en avion est évoquée, ainsi que la venue de Sarah-Bernhardt qui doit interpréter le rôle de l'Aiglon, dans la pièce de Jean Rostand, et qui donne lieu à un échange humoristique entre le chroniqueur théâtral et Raoul. Raoul s'esclaffe à l'idée que la comédienne de soixante et quelques années puisse jouer le rôle d'un jeune homme de vingt ans. Un peu comme si aujourd'hui un réalisateur de cinéma demandait à Gérard Depardieu de se mettre dans la peau de James Dean avant son accident de voiture.

Des faits historiques qui donnent du volume à l'histoire concoctée par Jean Contrucci. L'enquête menée par Raoul Signoret l'entraîne dans les milieux italiens, les Babbis, réfugiés napolitains mal intégrés la plupart du temps mais qui sauront s'imposer dans leur nouvelle patrie, s'insurgeant par la suite de l'arrivée d'autres étrangers, mais ceci est une autre histoire comme l'écrivait Rudyard Kipling. Et c'est surtout le rôle des enfants de ces réfugiés, ou importés directement de Naples, leurs familles pensant qu'ils étaient promis à un bel avenir, qui est le moteur de cette intrigue.

Les savonneries, les huileries, les usines de souffre, les filatures qui emploient de la main d'œuvre à très bon marché, des gamins importés d'Italie et réduits en esclavage, c'était ce qui prévalait à Marseille, mais dans d'autres régions françaises. Depuis, les industriels ont évolué et ont délocalisé leurs manières d'engranger de l'argent facilement et de nos jours, de nombreux pays d'Asie ont adopté cette économie de marché. Les patrons en veulent toujours plus, mais cela ne date pas d'aujourd'hui.

Première édition : Editions Jean-Claude Lattès. Parution le 4 mars 2015. 400 pages. 19,00€

Première édition : Editions Jean-Claude Lattès. Parution le 4 mars 2015. 400 pages. 19,00€

Jean CONTRUCCI : L'affaire de La Soubeyranne. Série Les nouveaux mystères de Marseille. Réédition Le Livre de Poche. Parution le 14 juin 2017. 416 pages. 7,10€.

Repost 0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 08:15

Hommage à John Creasey décédé le 9 juin 1973, également connu sous les pseudos de J.J. Marric, Anthony Morton, Michael Halliday...

J.J. MARRIC : Un mois de la vie d'un flic

La série consacrée à George Gidéon, policier à Scotland Yard, possède quelques variantes dans le temps, du moins lors de la publication des premiers romans : Ainsi après 24 heures de la vie d'un flic, ont suivi 7 jours de la vie d'un flic puis La nuit d'un flic, tous publiés dans la collection Un Mystère des Presses de la Cité.

Mais sous le nom de plume de J.J. Marric, se cachait un vieux routier de l'écriture, un auteur protéiforme qui fut publié par ailleurs sous son patronyme de John Creasey, de Jeremy York et peut-être le plus connu de ses pseudonymes Anthony Morton pour les aventures du Baron, gentleman cambrioleur. Mais j'aurai l'occasion d'y revenir.

Donc en ce mois de mai, et plus particulièrement le dimanche 1er mai, George Gideon, qui a franchi toutes les étapes pour devenir chef du C.I.D., organe qui correspond à notre Brigade Criminelle, quitte son bureau afin de déjeuner en compagnie de sa femme Kate dans un restaurant à Marble Arch.

En traversant Hyde Park il est intrigué par le geste d'une femme qui donne une gifle, apparemment sans raison, à son gamin. Ce geste lui déplait fortement et cela lui fait penser à une série de vols à la tire par des gamins qui selon toutes vraisemblances sont entraînés, peut-être par leurs parents, à ce genre de délit. Et naturellement il en parle à sa femme lors de leur repas.

Mais d'autres affaires recueillent son attention dès le lendemain. Ainsi l'un de ses adjoints lui apprend que Frisky Lee, un ennemi intime de Gideon qui vient de se marier, projette de s'embarquer pour l'Australie. Or Frisky Lee est un receleur, possédant de nombreuses boutiques, qui n'a jamais pu être inquiété, les preuves à son encontre n'ayant jamais pu être établies. Et Gideon souhaite pouvoir l'arrêter et mettre fin à ses trafics. D'autant qu'il soupçonne Frisky Lee d'être à l'origine des vols à la tire par les gamins. Donc il veut démontrer que Frisky Lee est impliqué dans le recel d'objets volés afin de l'empêcher de s'expatrier.

Un souhait qui ne sera jamais réalisé car Frisky Lee est découvert assassiné, et le présumé coupable est lui aussi abattu. Mais justement, était-il vraiment le meurtrier de Frisky Lee ?

Le corps d'une femme défenestrée accapare l'attention d'autres enquêteurs. Selon toutes vraisemblances, il s'agit d'un suicide, seulement son mariage ne remontait qu'à quelques semaines, et cette mort arrange bien les affaires du mari.

Gideon décide de s'octroyer quelques jours de vacances à la station balnéaire de Brighton avec sa femme. Un homme le reconnait et pense que Gideon aussi l'a reconnu. Mais le policier qui avait le soleil dans les yeux ne s'est rendu compte de rien. Pourtant si le soleil ne lui avait pas occulté la vision, peut-être aurait-il évité un drame. Mais le hasard veille, et un agent pense avoir déjà vu l'homme qui est lui aussi en instance de mariage. Mais où et quand ?

Si toutes ces affaires ne suffisaient pas à accaparer l'attention de Gideon et ses hommes, une femme vient déposer plainte. Sa fille a disparu et elle soupçonne son mari dont elle est divorcée de l'avoir enlevée.

 

Un mois dans la vie d'un flic montre l'étendue des enquêtes auxquels des policiers peuvent être confrontés, surtout un responsable qui doit tout superviser, coordonner, vérifier en se déplaçant parfois sur le terrain, et qui démontre que la mémoire joue un rôle important. Dans les années 1950, l'apport de l'informatique était nul et il fallait se fier uniquement à sa mémoire et à ses fiches.

Des enquêtes résolues parfois grâce à un petit coup de pouce du destin, mais pas que. La constance, la patience, peuvent être récompensées, surtout lorsqu'il existe des interconnexions.

Et parallèlement à ces enquêtes, se greffe l'histoire de Peter Wray, le gamin giflé par sa mère dans Hyde Park. Et l'on ne peut s'empêcher de se remémorer l'école du vol à la tire dans Oliver Twist de Dickens, Fagin enseignant aux gamins comment s'emparer d'un portefeuille, d'un foulard, d'un objet, en glissant une main dans une poche ou un sac à main. Et l'auteur met en avant le problème des enfants obligés tout jeunes à voler, ne se rendant pas compte de la portée de leur forfait. Cela devient presque un jeu, mais un jeu souvent accompagné de brimades.

Pour autant l'auteur s'intéresse également à la vie familiale de Gideon, ainsi qu'à ses adjoints, dont Lemaître dit Lem qui traverse une passe difficile suite au départ de sa femme, mais sans approfondir les incursions dans leur vie privée.

 

La traduction de Pierre Gouly laisse à désirer. Il est vrai que bon nombre de traducteurs n'étaient pas aussi pointilleux que ceux de nos jours, enfin certains, et que la réédition d'ouvrages de cette époque demande souvent une nouvelle traduction. Le personnage de Gideon devient tout simplement Gédéon alors qu'en quatrième de couverture il est bien précisé qu'il s'agit de Gideon de Scotland Yard. De plus le traducteur mélange allègrement dans son texte francs et livres sterlings. Une aberration due probablement à une non relecture.

 

J.J. MARRIC : Un mois de la vie d'un flic (Gideon's month - 1958. Traduction de Pierre Gouly). Collection Un Mystère N°488. Editions Presses de la Cité. Parution janvier 1960. 192 pages.

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 09:54

Et preuves à l'appui !

Jean-Luc HOUDU : Ultime épreuve.

L’action se situe à Saumur, au début du XVIIe siècle. Un des ouvriers, ou oeuvriers comme on les appelait à l’époque, de l’imprimeur Maillet est découvert assassiné alors que toutes les issues sont hermétiquement fermées.

Un homme habillé de noir s’est présenté, selon Petit Pierre l’apprenti réfugié dans les combles, et a occis le compagnon. Apeuré, il s’est barricadé et c’est dans un recoin que Pierre Peloup, le lieutenant criminel de la cité chargé de réorganiser la police, va le trouver tout tremblant et incapable de donner le moindre détail. Il a assisté au début de l’entretien, puis au meurtre mais ne sait comment s’est volatilisé le meurtrier. Une enquête compliquée pour le policier, d’autant qu’entre les protestants et les catholiques la tension monte.

Maître Maillet s’est installé depuis deux ans à Saumur, auparavant il exerçait à La Rochelle, et c’est de cette même cité qu’était originaire son employé. Quelqu’un de bien, muni de recommandations élogieuses. Pourtant, selon les éléments découverts près du cadavre, il imprimait en cachette de son patron, des almanachs, sur du mauvais papier, ce qui est contraire à l’éthique de l’époque et des membres de cette profession sise à Saumur. Un mystère qui s’il n’est pas élucidé rapidement risque de faire dégénérer les relations entres les membres des deux communautés religieuses de la ville.

 

La prise de La Rochelle sous le règne de Louis XVIII, à l’instigation de Richelieu et si bien décrite dans Les Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas, est en fond de drame de ce récit qui met en scène une petite ville de province en apparence sans préoccupation.

Quoique le départ du gouverneur de la ville, Duplessis-Mornay, renvoyé par le roi lors de son passage à Saumur, n’ait guère fait de vagues, le lieutenant Peloup doit marcher sur des œufs et surtout ne pas soulever de vagues, qui pourraient se transformer en mascaret et mettre la ville à feu et à sang.

C’est dans ce contexte historique que Jean-Luc Houdu nous propose un roman qui, sans être vraiment didactique ou pédagogique, nous imprègne de l’atmosphère de l’époque et nous familiarise avec l’imprimerie, une noble profession qui a bien changé depuis. Les tenants et les aboutissants, les problèmes politiques qui se rattachent à ce meurtre n’ont guère changé. Il suffit de remplacer Catholiques et Protestants par Gauche et Droite, ou inversement, pour retrouver des imbrications actuelles. Le meurtre en chambre close étant le petit plus qui accroche.

Les dialogues posent quelquefois problème de lecture, en ce que l’auteur s’est amusé à reconstituer le parler d’autrefois. Au début c’est amusant, mais pour qui n’est pas habitué à cette démarche cela devient un tantinet lassant à moins que cela se révèle une découverte, l'héritage de Rabelais, de Scarron, de Cyrano de Bergerac, le vrai pas celui de la fiction d'Edmond Rostand, de Madeleine de Scudéry ou encore de Madame de Lafayette et son décrié, par un certain N.S., Princesse de Clèves, et des libertins représentés par Théophile de Viau, Tristan L'Hermitte, liste non exhaustive...

En annexe les curieux pourront étancher leur soif de connaissance avec l’âge d’or de l’Imprimerie et de la Librairie à Saumur, une partie qui ne manque pas d’intérêt et met en valeur ce métier qui à l’origine était une véritable révolution dans l’écrit, beaucoup plus que le passage de la machine à écrire à l’ordinateur.

Première édition : Editions Cheminements. Parution mai 2001.

Première édition : Editions Cheminements. Parution mai 2001.

Jean-Luc HOUDU : Ultime épreuve. Editions Feuillage. Parution 8 juin 2017. 260 pages. 14,00€.

Repost 0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 05:44

Et demain est un autre jour...

Hervé HUGUEN : A toi demain.

La Cour d'Assises de Rennes vient d'annuler la condamnation d'un homme accusé et jugé coupable par le Tribunal de quimper trois ans auparavant. Le commissaire Nazer Baron, qui avait participé en renfort lors de la première enquête, est sur place et son regard inquisiteur s'attarde sur des membres de la famille de la victime présents ainsi que sur d'autres personnes liées de près ou de loin au drame.

L'avocat a convaincu les jurés, non de l'innocence ou de la culpabilité du prévenu, mais du manque de preuves. Le directeur de la Police Judiciaire de Rennes demande à Nazer Baron de tout reprendre à zéro.

Olivia Morcadet avait été retrouvée morte, assassinée, dans sa chambre, par Martial, son ex-mari, fin août, trois ans auparavant. Immédiatement la Brigade de Recherche de la gendarmerie de Landerneau avait été prévenue, et la légiste avait déterminé la mort par quatre balles dans la région du cœur. Toutefois, la mise en scène, si mise en scène il y avait, était assez bizarre, du moins intrigante, avec la robe retroussée, la culotte déposée auprès des mollets. Mais il n'y avait eu ni viol, ni même pénétration. Le décès remontait à quelques heures.

Après un premier mariage, qui n'avait duré que quelques années à cause d'un mari violent, Olivia s'était remariée avec Martial, une union concrétisée par la naissance de trois filles, Patricia, Julie et Constance. Patricia est mère d'un jeune garçon, tandis que Julie et Constance sont célibataires, mais elles sont encore jeunes. Puis Olivia s'était entichée d'un jeune Turc, de vingt-cinq ans plus jeune qu'elle, lors d'un séjour dans un centre de vacances en Turquie, elle l'avait épousé, mais cela n'avait fonctionné, et un nouveau divorce à la clé. L'homme travaille à Concarneau et ne pouvait être à La Roche-Maurice, lors du meurtre. Du moins, c'est ce qui ressort d'après les comparatifs d'horaire. Le compagnon de Patricia est également dans le viseur des gendarmes. Il est considéré comme un dilettante, un fainéant, malgré son travail d'informaticien indépendant. Seulement il ne roule pas sur l'or, et un coup de pouce financier de la part d'Olivia aurait été le bienvenu.

Malgré ses déboires matrimoniaux, ou peut-être à cause, Olivia s'était inscrite sur un site de rencontre, et là aussi des pistes sont à explorer.

Ce qu'a fait Baron en concordance avec les gendarmes de Landerneau.

Mais l'enquête est à reprendre depuis le début.

 

Les deux premières parties, intitulées Le Meurtre et Le doute, sont consacrées à cette enquête menée par les gendarmes, puis l'apport de Nazer Baron. Des répétitions, des redites forgent la narration, comme si le lecteur, à l'instar des enquêteurs, lisait, relisait les rapports d'enquêtes, de la légiste, s'imprégnait des différents témoignages, analysait les impressions, mettait en avant les tergiversations, comparait les déclarations, essayait de comprendre.

La troisième partie, La Vérité, est consacrée à cette nouvelle enquête, à l'exploration de nouvelles pistes.

Un livre sur les doutes qui imprègnent une enquête dans laquelle toutes les suppositions sont valables, et que rien de probant ne se dégage concernant un coupable potentiel, lorsqu'aucun mobile vient conforter une impression. Un roman mettant en évidence les tâtonnements, parfois nécessaires, afin de ne pas tomber dans les pièges de la facilité et des conclusions hâtives.

 

Hervé HUGUEN : A toi demain. Série Nazer Baron N°11. Editions du Palémon. Parution le 8 avril 2017. 288 pages. 10,00€.

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 05:27

Hommage à Frédéric Dard, décédé le 6 juin 2000.

Frédéric DARD : La Crève.

Attention, un auteur peut en cacher un autre ! Les fidèles du Fleuve Noir le savent très bien, eux qui au départ ont eu du mal à admettre que San Antonio n’était que le reflet d’art ( !) d’un auteur regardant le monde dans un miroir déformant.

Et La Crève, l’un des premiers romans du père heureux et comblé du célèbre commissaire, n’annonçait certes pas la gauloiserie, l’humour débridé, l’ironie douce-amère, le persiflage argotique de celui qui réinventait les relations auteur-lecteur.

Il faut avouer qu’à l’époque où ce livre fut écrit et publié (1946 aux éditions Confluences), il fallait une grosse dose de courage pour mettre en scène des personnages aussi troubles, sans les juger négativement comme toute une populace survoltée et prompte à retourner sa veste a pu le faire, confrontée à une réalité douloureuse.

Dans un huis-clos qu’aurait pu écrire Sartre, quatre personnages, la famille Lhargne ( !) composée du père cantonnier, de la mère à la panse fibromeuse, de la fille éternelle amoureuse, du fils milicien, se trouvent confrontés à un avenir sans issu. La guerre fait rage, la libération avance à grands pas, et ceux qui ont opté pour une France nazie sont coupés de ceux qui se découvrent une fibre patriotique.

Si certains des propos des quatre personnages sont acerbes, vis-à-vis d’eux-mêmes, ils ne remettent pas en cause le noyau familial. A quoi servent les mères lorsqu’elles ne sont plus capables de sauver leurs enfants ? Question fondamentale. Des êtres qui sont perdus, déboussolés, naviguant au gré des vagues, ne comprenant plus ce qui leur arrive, ce qui se passe.

Un changement dont Petit Louis, le milicien, est exclu. Et dire qu’autrefois je faisais partie de la foule pense-t-il, alors qu’Hélène, la fille qui a besoin d’amour, tant physique que moral, souligne : Nous autres avons tant besoin d’un Dieu, et ce sont nos parents qui le possèdent. La mère se fait des reproches : Voilà bien l’erreur des pères, ils battent leurs enfants lorsque ceux-ci sont petits et après ils n’osent plus. Et pourtant c’est quand les enfants sont grands qu’ils peuvent le mieux supporter les coups et qu’ils en ont vraiment besoin.

 

Frédéric Dard ne jette pas l’opprobre, il se contente de décrire, parfois de partager l’humiliation de ceux qui ont fauté, de ceux qui se sont rendus coupables de trahison sans vraiment en être conscient, tout en dénonçant une justice expéditive.

La mémoire est comme un organe douloureux. Certains s’y habituent comme à un mal de dent chronique et familier, d’autres préfèrent un arrachage pur et simple. Ne cherchez pas l’ombre de San Antonio dans ce roman, mais découvrez une œuvre majeure, une œuvre d’art et d’essai transformé.

Première édition : éditions Confluences. 1946.

Première édition : éditions Confluences. 1946.

Réédition Editions Fleuve Noir. Décembre 1989.

Réédition Editions Fleuve Noir. Décembre 1989.

Frédéric DARD : La Crève. Editions Fleuve Noir. Parution septembre 2010. 160 pages. 6,95€. Existe en version numérique à 7,49€.

Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 07:00

Bon anniversaire à Sandra Scoppettone née le 1er juin 1936.

Sandra SCOPPETTONE : Tout ce qui est à toi ...

Qui pourrait penser que ce petit bout de bonne femme de 1m57 est détective privé, qui plus est ancienne du FBI !

Lauren Laurano n'en est pas moins féminine et les petites rides qui se dessinent aux coins des yeux l'agacent. Mais une nouvelle affaire l'attend, proposée par Jill, une amie. Lac, qui doit son prénom à des parents baba cool et humoristiques, puisque leur nom de famille était Huron, Lac a été violée par son petit ami.

En réalité il s'agit d'une homme dont elle venait de faire la connaissance par le biais de petites annonces. Lauren doit retrouver la piste du goujat. Seulement Lac se suicide. Enfin c'est ce que son meurtrier aurait voulu faire croire. Il s'agit bel et bien d'un assassinat. Lauren se pose la question primordiale, à savoir : le meurtrier et le violeur ne font-ils qu'une et même personne ?

Et la voilà obligée de se mettre à l'informatique, elle qui a horreur des micro-ordinateurs. Ce qui perturbe quelque peu son ménage avec Kip. Kip, diminutif de Christine. Lauren est lesbienne et comme dans tous les ménages, les anicroches, les tensions, les réconciliations sur l'oreiller existent et peuvent même amener sinon à la résolution des problèmes, au moins sur une piste fiable.

 

Entre Lauren Laurano, l'héroïne, et Sandra Scoppettone, l'auteur, les points de ressemblances sont nombreux. Faut-il s'en étonner ? Un auteur se met plus ou moins en scène, se projette inconsciemment, donnant la part belle à son propre clone de fiction. Il enjolive peut-être mais se dévoile en même temps. Lauren la détective se montre fragile et pugnace à la fois, tributaire dans sa vie privée et tenace dans sa vie professionnelle.

Un personnage attachant, peut-être plus que le Brandstetter de Joseph Hansen, dont l'homosexualité s'affiche certes, mais dont la sensibilité est moins évidente.

Sandra Scoppettone ne manque pas d'humour et même si l'épilogue se révèle un peu longuet et tiré par les cheveux, son roman vaut autant par la qualité de l'intrigue que par l'analyse psychologique - qui n'est pas forcément un plaidoyer - de la société américaine et surtout de l'intolérance envers des communautés dites marginales.

Réédition Pocket 7 septembre 2000.

Réédition Pocket 7 septembre 2000.

 

Sandra Scoppettone s'est fait connaitre sous le nom de Jack Early à la Série Noire :

Sandra SCOPPETTONE : Tout ce qui est à toi ... (Everything You Have Is Mine - 1991. Traduit de l'américain par Christophe Claro). Collection Les Noirs. Editions du Fleuve Noir. Parution 3 octobre 1995. 406 pages.

Repost 0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 05:35

Ainsi font font font les jolies petites menottes, ou les bienfaits des dictées...

Frank KLARCZYK : Mort point final.

Si votre copine, ou votre femme, vous attache les poignets aux montants du lit avec des menottes, ne croyez pas forcément qu'il s'agit d'une nouvelle figure du kamasoutra...

Paul Catard, lorsqu'il se retrouve enchaîné par sa maîtresse Mélanie Vasseur, lieutenante de police, croit assister à une séance inédite alors que la nuit avait déjà été mouvementée. Les draps s'en souviennent encore. Mais Mélanie s'éclipse, le laissant scotché, les poignets menottés. Après de nombreux efforts il parvient à se libérer du sparadrap collé sur la bouche et à ameuter le voisinage.

Les policiers n'en reviennent pas, et lorsque le capitaine Vigeois, du commissariat d'Antony, recueille le récit du jeune homme c'est pour se demander s'il n'est pas en face d'un affabulateur, d'un mythomane. Pourtant Paul Catard est formel, tout ce qu'il a à déclarer est véridique.

 

Quelques années auparavant Mélanie a vécu une expérience douloureuse alors qu'elle était dans un lycée à Brive.

La journée aurait pu débuter normalement, comme d'habitude, avec les sempiternels accrochages entre élèves, les petites jalousies féminines, les réflexions désagréables dans la cours de récréation, avant de rejoindre les bancs de la classe de Deuxième C.

Leur professeur de français semble abattu, et pour Maryline, ce sont deux heures mortelles qui se profilent. Elle ne pensait pas si bien dire. M. Bernard, dont la vie familiale s'est réduite à sa plus simple expression depuis son divorce et le départ de son garçon lorsque celui-ci a atteint sa majorité, vit seul et n'a pour unique viatique que sa passion pour la langue française et ses livres. D'ailleurs ce matin-là, il entame son cours avec une référence à Marche ou crève de Richard Bachman, alias Stephen King. Mais la dictée qu'il leur propose sera un passage du livre de Dante, et c'est bien l'Enfer qui se profile.

La référence à Marche ou crève n'est pas anodine. Tout de suite les élèves savent qu'il ne s'agit pas d'une partie de plaisir : une faute, un avertissement. Deux fautes, et le, ou la, récidiviste sera abattu au sens littéral du terme. Et pour bien faire comprendre qu'il ne s'agit pas d'une figure de style, M. Bernard sort de son cartable un revolver muni d'un silencieux.

Deux heures qui vont être longues, pénibles, stressantes, mortelles...

 

En ce matin donc au cours duquel Vigeois auditionne les révélations sur sa lieutenante qui malgré son traumatisme a réussi à intégrer les effectifs de police, une information qui leur parvient tend à confirmer les propos de Paul Caltard. Cela ne fait que trois ou quatre mois qu'il connait Mélanie et il en est amoureux fou. Peut-être est-ce pour cela qu'elle s'est confiée en partie à lui. Mais il n'est plus question de débattre de leurs ébats, car la situation est grave. Pas encore désespérée mais cela ne saurait tarder si Vigeois et ses hommes ne prennent pas le taureau par les cornes. Un attentat est programmé au parc de la Légion d'honneur à Saint-Denis, et la cible serait une personnalité importante, très importante même. L'heure n'est plus à la discussion mais à l'action.

 

En un peu plus de 180 pages, là où il en faut 400 à 500 à Stephen King, Frank Klarczyk parvient à instiller une atmosphère d'angoisse parfois insoutenable, un suspense parfaitement maîtrisé pour une intrigue habilement décrite et écrite. Les passages constituant la demi-journée tragique avec M. Bernard en chef d'orchestre meurtrier, s'insèrent dans les quelques heures entre lesquelles Caltard est découvert nu sur le lit et le dénouement qui laisse au lecteur le soin de se forger lui-même son propre épilogue.

C'est tout le système de l'éducation nationale qui est mise en cause, ou plutôt les décisions, souvent aberrantes, qui sont prises en haut-lieu par des personnes qui n'ont jamais travaillé dans cette institution mais se permettent d'en changer les règles selon leur bon vouloir et surtout afin de laisser un nom avec de nouvelles réformes qui de toutes façons seront probablement abandonnées lors d'un nouveau gouvernement.

Et pendant ce temps ce sont les enseignants, et bien entendu les étudiants, les scolaires en général qui en subissent les conséquences.

Mort point final, d'accord, mais point de temps mort dans ce roman enlevé, prenant, dramatique, et oserais-je écrire, éducatif.

 

Frank KLARCZYK : Mort point final. Collection Plumes noires N°3. Editions Lucien Souny. Parution le 6 mai 2017. 190 pages. 6,50€.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables