Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 16:43

Bon anniversaire à Philippe Bouin, né le 23 mars 1949.

Philippe BOUIN : L'homme du paradis.

Internet offre des possibilités inouïes en matière d'information sur la vie privée jusque dans le moindre petit village.

Ainsi Saint-Vincent-des-Vignes, paisible petite commune nichée dans le Beaujolais à quelques dizaines de kilomètres de Lyon, n'échappe pas à ce nouveau système de cafardage malsain. Village en folies, journal électronique sans concession, publie chaque jour les travers des habitants, lesquels ont été prévenus de ce nouveau mode de communication local. On n'arrête pas le progrès !

Prévenu, Archibald Sirauton, au nom prédestiné puisqu'il s'est reconverti comme vigneron, premier édile de la petite cité et ancien magistrat, ne peut laisser faire cet anonymographe perturbateur.

Mais bientôt Archibald va être confronté à une autre enquête, qui le touche de près, puisque Xa, sa chère et tendre Xa, comédienne de profession et amante à temps complet, lorsque sa vocation d'artiste lui en laisse le temps, est accusée de meurtre. Le crime s'est déroulé lors de la répétition d'une pièce de Molière, dans un théâtre lyonnais. Le metteur en scène est assassiné, et comme si cela ne suffisait pas, son remplaçant également.

 

Archibald, heureusement pour lui, ne se prélasse pas dans les Vignes du Seigneur, et cette double affaire va requérir toutes ses facultés d'enquêteur amateur.

Saint-Vincent-des-Vignes est un petit village comme tous les autres, un peu Clochemerle, avec ses habitants qui boivent ensemble des canons, mais qui ne manquent pas de se dénigrer, avec ses bigotes et ses anticléricaux, ses boute-en-train, ses grognons, ses malotrus et ceux qui sont toujours prêts à aider leur prochain.

Parmi ce petit monde, qu'observe d'un œil perplexe le chien de Sirauton, il est à noter qu'entre le curé, le père Goma originaire d'un pays d'Afrique et donc regardé parfois avec suspicion par ses paroissiens, et Archibald règne une entente plus que cordiale, amicale même. Nous sommes loin de l'animosité qui oppose Don Camillo et Peppone, au contraire. Et s'ils ne sont pas cul et chemise, ils se comprennent à demi-mot et se complètent dans leurs démarches.

 

Philippe Bouin, avec ce nouvel opus nous propose une tranche de vie villageoise mais également un aperçu des coulisses théâtrales qui ne manque pas de piquant. Une double enquête, rurale et urbaine, que mènera à bien notre vigneron dont la vêture intrigue ses concitoyens, mais comme l'on dit, ce n'est pas l'habit qui fait le moine.

Placé résolument sous le signe de l'humour, L'homme du Paradis nous plonge dans une atmosphère bon enfant, un peu comme aimait les décrire Charles Exbrayat dans ses romans de terroir situés la plupart du temps dans le Lyonnais. Et comme pour Charles Exbrayat je placerai Philippe Bouin du côté des Epicuriens et non loin de Rabelais qui disait : Pour ce que rire est le propre de l'homme...

 

Je vous propose de découvrir l'excellente chronique d'Yv sur son blog :

A lire de Philippe Bouin dans la même collection et avec les mêmes personnages :

Philippe BOUIN : L'homme du paradis. Collection Terres de France. Editions Presses de la Cité. Parution 11 juin 2015. 320 pages. 20,00€.

Repost 0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 10:56

Méfiez-vous des contrefaçons !

Jan THIRION : Sex toy.

Derrière un roman policier, ou tout autre genre de la littérature dite populaire, se cache un écrivain qui regarde le monde tel qu’il est et l’intègre dans ses intrigues sans vraiment le déformer, juste en apportant sa sensibilité et ses phantasmes. Comme le fabuliste animalier mettait en scène ses contemporains, dénonçant leurs travers avec humour, et clôturait sa démonstration par une morale élégante, Jan Thirion avec Sextoy made in China, titre évocateur qui devrait se passer de commentaires, nous propose de nous plonger dans un épisode qui bizarrement colle à l’actualité.

Alors que Hu Jintao, le président de la République Populaire de Chine, est en visite officielle en France, les rues et les places de la capitale ont été décorées en son honneur. Ce n’est pas toujours de très bon goût, mais les Parisiens, et les Français en général, sont volontiers farceurs et frondeurs. Fayrouz Jasmin, journaliste d’investigation à Trustinfo, site d’informations sur le web, est réveillée brutalement, au sortir d’une nuit amoureuse, par son patron qui lui demande d’aller illico presto rue de la Butte aux Cailles, un attentat supposé venant de se produire. Les autres médias n’en ont pas encore parlé, et Lucas, son patron, est tout guilleret à l’idée de les griller.

Enfourchant son vieux scooter, Fayrouz se rend sur place et retrouve le commissaire Naseau, lequel manque parfois de nez, car il n’a pas flairé des indices laissés sur place par une des victimes. L’une d’elles n’est autre que Marie, la fille adoptive pour les uns, naturelle pour les autres, du ministre Ledamier, et qui joue aux dames. Marie était en compagnie d’une partenaire et l’objet du délit est un olibos en matière synthétique, fluo et vibrant. Fayrous se renseigne auprès d’un commerçant qui lui remet des clés qu’aurait perdues la jeune fille, clés qui justement mettent en marche une petite moto et permettent de découvrir à l’intérieur de la malle arrière un prospectus émanant d’une boutique vendant des articles de compensation à la libido des femmes en manque de satisfaction charnelle. Ni une, ni deux, Fayrous emprunte l’engin à deux roues et afin de ne pas éveiller la suspicion du marchand de succédanés sexuels achète un article du même acabit. Mais elle se fait enlever par quatre trublions masqués qui s’interpellent à l’aide de noms d’animaux.

Les rues que doit emprunter le cortège présidentiel sont très animées, surveillées par moult policiers, et l’ambiance se révèle plutôt électrique. C’est dans ce gentil foutoir qu’évoluent la belle Fayrouz et quelques protagonistes aux agissements pour le moins surprenant. Notamment le brave commissaire Naseau, qui semblait bien esquinté physiquement lorsque Fazyrouz l’a abordé rue de la Butte aux Cailles, ou encore Coralie, une autre journaliste de Trustinfo qui ne manque pas de battant, un inspecteur de l’IGS, une vieille dame qui joue à la Guerre des Etoiles avec les dildos que vend son fils, et les fameux agresseurs qui fomentent quelque chose de pas très net.

 

Jan Thirion nous entraîne dans une intrigue complètement débridée, et qui aurait pu se dérouler lors du séjour de Hu Jintao. Mais ça vous ne le saurez jamais. La réaction de quelques parisiens adeptes du lancer d’objets manufacturés en Asie, elle, ne s’est pas produite, mais je suis persuadé que bon nombre de personnes y ont pensé sans mettre leur idée en pratique.

Première édition : Sextoy made in China.Collection Forcément Noir, éditions Krakoen. Parution septembre 2010.

Première édition : Sextoy made in China.Collection Forcément Noir, éditions Krakoen. Parution septembre 2010.

Jan THIRION : Sextoy. Réédition Collection Noire Sœur. Editions SKA. 2,99€.

Repost 0
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 11:14

Je vous ai apporté des bonbons...

SAN-ANTONIO : Des dragées sans baptême.

Le commissaire San-Antonio n'en revient pas. Son collègue aux Services Spéciaux est un traître. Et le Vieux, qui parfois cultive les idées spéciales, signifie à San-Antonio que le meilleur moyen de se débarrasser d'un mouton noir, d'une brebis galeuse, d'un ovin non ovni, est justement de s'en débarrasser. Et le seul qui serait apte à le faire n'est autre que notre commissaire.

Le tout en douceur, sans que les autres, les commanditaires de Wolf, ce loup dans la bergerie, se doute de quoique que ce soit. Le Vieux est persuasif : Il a une façon de présenter les choses qui rendrait baba un ministres des Affaires Etrangères.

Pour accomplir sa mission à bien, San-A rencontre Nez-Creux, un ancien jockey reconvertit dans la brocante et le transport de revues dites porno en Belgique. Il lui achète une arme à feu et lui conseille de se rendre de l'autre côté de la frontière. Ce n'est qu'une mise en scène afin de pouvoir faire arraisonner Nez-Creux à la Gare du Nord et assurer ses arrières.

Puis San-A avance ses pions téléphonant au Vieux afin de lui envoyer un homme pour l'aider dans une démarche. Comme convenu c'est Wolf qui est désigné et en l'attendant il s'enfile au bar, d'où il a passé son coup de fil, sept petits verres, pas moins. San-A fait croire à Wolf qu'ils vont appréhender Nez-Creux et l'emmène dans un hangar, un véritable guet-apens. Il tire sur Wolf, le blesse mortellement. Son ancien coéquipier a le temps, avant d'expirer, de souffler : demain, on va tuer... Orsay...

Un boulot d'effectué, un autre se profile. Et celui-là s'avère nettement plus compliqué et mettant en cause des personnalités politiques étrangères. Car une réunion au sommet entre les quatre grands et leurs représentants doit avoir lieu au Quai d'Orsay. Et une statue, le buste de Montesquieu, pourrait en être le déclencheur. Il ne reste plus à San-A qui n'a pas peur de se fourvoyer dans les pires situations et ne ménageant pas les coups durs, de se lancer dans la bagarre, avec l'aval du Vieux évidemment. Il n'a que vingt-quatre heures pour élucider cette enquête.

 

Ce roman est le cinquième San-Antonio paru dans la collection Spécial Police du Fleuve Noir et l'on sent toujours de la retenue dans l'écriture de la part de Frédéric Dard. De l'humour certes, de l'ironie, des scènes amusantes, un peu d'argot bon enfant, mais pas ce qui deviendra par la suite une succession de situations cocasses, de jeux de mots, de clins d'œil et de notes en bas de page qui seront une forme de complicité, de connivence certaine avec le lecteur. Le tandem Bérurier Pinaud n'est pas encore présent.

Entre roman policier et contre-espionnage, ce roman s'inscrit dans une veine classique avec toutefois ce petit quelques chose qui promet de grandes envolées lyriques et parfois pessimistes. Les métaphores amusantes sont nombreuses donnant un ton particulier qui sera exploité jusqu'à plus soif.

Le commissaire San-Antonio est un homme comme les autres, ceux des années cinquante. Il ne rechigne pas devant un verre de Beaujolais, quelques fines, même dans la matinée, des verres de vin blanc, et autres liquides susceptibles de caler son estomac et huiler l'engrenage de ses neurones.

Déjà il est intéressé par des rapports féminin-masculin, mais la description de ces relations et liaisons, à même une table, ne tombe pas dans la description évocatrice de ses aventures postérieures.

Toutefois on découvre un San-Antonio méconnu, un homme qui doit faire front et n'a pas de veine. Sans être jugulaire jugulaire, il doit se défendre bec et ongle envers un adversaire coriace. Et le meilleur moyen pour lui faire lâcher prise est de le mordre au cou tel un vampire.

 

Curiosité : A noter que la version numérique est plus chère que la réédition. On n'arrête pas le progrès !

Première édition : collection Spécial Police N°38. 1953.

Première édition : collection Spécial Police N°38. 1953.

SAN-ANTONIO : Des dragées sans baptême.

SAN-ANTONIO : Des dragées sans baptême. Editions Pocket. Parution 26 novembre 2015. 256 pages. 6,30€. Version numérique 6,49€.

Repost 0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 17:08

Le nez dans la poussière...

C'est pas la faute à Voltaire !

Frédéric LENORMAND : Docteur Voltaire et Mister Hyde.

Et de la poussière, il en vole dans Paris et plus particulièrement dans l'échoppe d'un apothicaire. Une poudre blanche qui provoque la mort du potard. Pour les policiers arrivés sur place, il ne fait aucun doute, l'homme a été poignardé. Pour le médecin, la situation est plus grave. Le défunt avait contracté la peste. Mais il ne faut pas ébruiter cette information, afin d'éviter un vent de panique qui pourrait se transmettre comme une traînée de poudre. Il ne faut en aucun cas que les Parisiens s'affolent. Dernière petite précision, le pharmacien italien se nommait Sanofo Sanofi, un nom prédestiné.

Pendant ce temps François-Marie Arouet, plus connu des collégiens et des lycéens sous le nom de Voltaire, passe du bon temps à Cirey, propriété de la famille du Châtelet dont une représentante est Emilie, sa maîtresse avouée. La noble demeure tombe en ruines et il a toute latitude pour rénover ce château ancestral. Il ne ménage pas sa peine, ni l'argent. Emilie bientôt vient lui rendre visite. Mais ils ne s'entendent pas sur la disposition des fenêtres, des escaliers, de petits détails.

Des Anglais viennent s'immiscer dans ce bel ordonnancement foutraque. Accompagné de deux personnages qui feraient fortune dans une foire aux monstres, le sujet de la perfide Albion se présente. Hyde, gardeneur, enfin jardinier-paysagiste, baronet of Jek'Hill. Mais les incidents s'enchaînent. Voltaire manque sombrer alors qu'il s'est réfugié à bord d'un canot. Il est sauvé de la noyade par Buffon, qui se promenait dans le quartier, étudiant faune et flore. Il échappe également de peu à une poutre éprise de liberté qui tombe d'un échafaudage. Et un message codé lui est remis, signifiant à peu près qu'il est en danger, qu'il doit regagner Paris au plus vite. Signé un admirateur secret.

C'est le départ pour la capitale mais les soldats rôdent. Hyde lui conseille de se cacher dans une malle capitonnée, lubie à laquelle il se plie volontiers. Enfin presque. La cantine est emplie de ses œuvres tandis que Voltaire qui se doutait d'une manœuvre pas très catholique gagne Paris dans la voiture d'Emilie. Arrêté par les douaniers, il ne peut faire que contre mauvaise fortune bon cœur. Ses charcuteries lorraines, rillettes et saucissons sont taxés hors de prix.

- Mais c'est vu vol, s'insurgea la philosophie maltraitée.
- oui, mais c'est décidé par l'Etat, alors c'est légal, dit le douanier.

Alors que le syndrome de la peste s'est propagé comme une traînée de poudre (bis), Hérault, lieutenant de police, mande à Voltaire d'enquêter sur cette manifestation mettant en péril la vie de ses concitoyens, malgré les gens d'arme qui sont à la recherche du philosophe pour ses écrits séditieux. Voltaire, toujours accompagné de son fidèle secrétaire, l'abbé Linant, s'installe chez son frère Armand, celui-ci supposé vaquer en un autre lieu en province. Il se vêt des habits de son aîné et bientôt il va se trouver confronté à de nombreuses péripéties, en compagnie ou séparément et malgré lui, d'Armand, receveur des épices, ce qui ne veut pas dire qu'il était épicier, mais qu'il était chargé de percevoir la taxe due pour les minutes à l'issue d'un procès par écrit. Ce point d'histoire éclairci, revenons à nos moutons comme disait Panurge.

Et c'est ainsi qu'entre Voltaire et son frère Armand s'établit un chassé-croisé qui met aux prises les deux hommes à des personnages qui prennent l'un pour l'autre, et inversement.

 

Un livre réjouissant, humoristique, mettant Voltaire dans des situations périlleuses, mêlant personnages de fiction et ceux ayant véritablement existés.

Les rapports entre Voltaire et son frère, qui s'entendent comme chien et chat, leurs démêlés, les incidents, pour ne pas dire les accidents et tentatives de meurtre auxquels ils sont confrontés, l'ambiance qui règne dans un Paris pesteux, et les manigances médicales et autres, les tours de passe-passe, tout ceci fait de ce roman un livre hautement jouissif.

Voltaire est montré sous un jour facétieux, entre Louis de Funés et Rowan Atkinson (mais si, vous connaissez ! Mister Bean !), et pourtant certains épisodes sont véridiques. Pour preuve les différents documents, lettres principalement, qui sont donnés en exemple en fin de volume.

Voltaire est en avance sur son temps et certaines de ses expressions resteront dans la mémoire musicale. Ainsi s'écrie-t-il, alors qu'il est dans une barque en train de couler : Help ! I need somebody ! Help ! Des paroles dont s'empareront quatre garçons dans le vent plus de deux siècles plus tard pour forger un tube mondial, le terme planétaire devenant tellement galvaudé, et qui marquerat toute une génération.

Les petites répliques acides, les remarques non dénuées de bon sens prolifèrent comme autant de piques :

- Les gens ont du mal à comprendre que les livres sont tous différents, surtout quand ils ne les lisent pas.

Et l'auteur, Frédéric Lenormand, ne se prive pas de s'amuser avec l'actualité, qui comme nous le savons, n'est qu'une répétition d'épisodes déjà joués dans les siècles précédents.

- Alors ? Vous avez réfléchi à ma proposition ?
- J'y pense tous les matins en me rasant.
- Tiens ? Vous vous rasez vous-même ?
- Oui, je côtoie trop de raseurs dans la journée.

Frédéric LENORMAND : Docteur Voltaire et Mister Hyde. Voltaire mène l'enquête. Editions Jean-Claude Lattès. Parution 3 février 2016. 342 pages. 18,00€.

Repost 0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 09:45

Pas étonnant avec l'augmentation du prix des péages...

Maxime GILLIO : Les disparus de l’A16.

Dès la première page, le ton est donné : « Mais comme on est dans un polar sérieux, je ne vais pas m’abaisser à écrire toutes ses répliques en petit rosbif. Faites juste un léger effort d’imagination ».

C’est un peu comme du…. Continuons.

Virginia Valmain, célèbre détective de la région Nord, basée à Dunkerque, a une pile de dossiers et d’affaires à traiter, mais elle se laisse séduire non pas par la cliente dont le fondement a du mal à être absorbé par un fauteuil en cuir et qui lui fait face, mais de la demande de recherche qu’elle lui propose. Que le mari de madame Slatter ait disparu, vu la dégaine de sa conjointe serait un acte pardonnable, sauf que le dit époux est camionneur, qu’il transportait de la farine destinée à l’alimentation du bétail, qu’il n’a pas donné de ses nouvelles depuis six mois, et surtout que la dernière fois où il a été aperçu c’est à Saint Folquin.

Or il semblerait que ce patelin, et ses environs, serait le nouveau triangle des Bermudes du Nord, dans lequel se seraient volatilisées quatre autres personnes, deux Français dont une femme, un Belge et un Allemand. Du pain béni pour la réputation de Virginia selon Mère-Grand, alias la tante de notre détective et dont Lao-Tseu partage le point de vue.

Attardons nous quelque peu sur ces deux nouveaux personnages qui entrent dans le décor. Mère-Grand, c’est 1,60 m à peine, pour près de 100 kg dont 15 au moins de nibards, deux sacs à farine en guise de poitrine, la petite cinquantaine bien marquée sur le visage, et dont la consommation d’alcool avoisine la demi bouteille de Bourbon. Si vous ne me croyez pas, lisez le livre, c’est Virginia qui décrit sa tante en ces termes. Et encore, je n’ai pas tout dit, ou écrit.

Quant à Lao-Tseu, de son vrai nom Sidi Coulibaly, géant noir d’origine malienne, il doit son surnom à sa propension à citer le philosophe chinois, capable de mémoriser tout ce qu’il lit et limite autiste. Des personnages à la Dubout, et la galerie en comporte bien d’autres sur lesquels je fais l’impasse, sinon vous échapperiez au charme de la lecture. Je poursuis.

Voilà donc Virginia en pleine enquête à Saint Folquin, accompagnée d’un troisième larron, Curly, ainsi appelé à cause de la ressemblance de son appareil supposé reproductif qui n’est guère plus conséquent que ce gâteau apéritif.

Le village est envahi par des touristes voyeurs venus s’imprégner de l’atmosphère trouble de la bourgade et ils retrouvent avec un plaisir mitigé Adam Bathany, un policier qui a déjà goûté aux faveurs de Virginia. Les relations entre notre quatuor d’enquêteurs et certains villageois soulèvent des vagues. Les membres des familles des disparus, que rien ne raccorde entre eux, ne sont pas forcément perturbés par les disparitions, sauf lorsque leur vie privée et familiale subit des désagréments.

 

C’est un peu comme du…, écrivais-je en début de présentation de cette chronique. Je suppose que vous avez deviné que je parlais de San-Antonio, mais première époque. Calembours, interpellations au lecteur, notes en bas de pages, descriptions caricaturales des personnages, un humour omniprésent, tels sont les ingrédients qui composent ce roman agréable à lire, que dis-je à déguster.

J’ai relevé pour le plaisir quelques sentences édictées par Lao-Tseu : « Les paroles sincères ne sont pas élégantes ; les paroles élégantes ne sont pas sincères » ou encore « Ceux qui savent ne parlent pas, ceux qui parlent ne savent pas ». Des pensées que bien des hommes politiques, et d’autres, devraient mettre en application.

J’allais oublier de préciser que Maxime Gillio, spécialiste de l’œuvre de Frédéric Dard, est membre de l’association Les Amis de San Antonio, et qu’il est (ou était, je ne sais plus) le rédacteur en chef de la revue Le Monde de San Antonio. Il n’a pas écrit une parodie, ou un pastiche, mais plutôt une forme d’hommage.

Dernière précision : la détective narratrice se nomme Valmain, comme Frédéric Valmain, auteur de romans policiers qui signait également James Carter, et dont certains affirment qu’il ne s’agirait que d’un des multiples pseudo de Frédéric Dard. Mais ceci est une autre histoire.

Première édition Polars en Nord N°55. Editions Ravet-Anceau. Parution novembre 2009. 224 pages.

Première édition Polars en Nord N°55. Editions Ravet-Anceau. Parution novembre 2009. 224 pages.

Maxime GILLIO : Les disparus de l’A16. Collection Thriller N° 11261. Editions J'ai Lu. Parution le 3 février 2016. 286 pages. 5,00€.

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 09:21

Et si c'était vrai...

Jean-Jacques REBOUX : Je suis partout ; les derniers jours de Nicolas Sarkozy.

Politique-fiction ou uchronie ? Satire, pamphlet, ou simple fiction basée sur des personnages réels ? Un peu de tout ça mon général, comme dirait Sarko qui voue à de Gaulle une grande admiration. Un relent de mai 68 qui lui obstrue encore les bronches et le fait vitupérer contre la chienlit encore aujourd’hui. Mais ceci est une autre histoire, quoi que, si l’on se réfère à sa motivation à devenir président, c’est un peu à cause des conséquences de mai 68. S’il n’avait pas été interdit de manifestation par sa mère pour soutenir le général le 31 mai 1968, son destin aurait-il été autre ? Peut-être. C’est à partir de cette époque et en 1970 qu’il décide qu’un jour il sera président. On peut affirmer qu’il ne s’agit pas dès lors d’une idéologie mais d’une ambition personnelle.

Sarkozy, ou plutôt Sàrközy, c’est un nom difficile à porter, quand on en connait la signification – Sàr = boue, Közy = entre, soit entre les boues – et lorsqu’on a un père qui trainaille voir les jolies femmes, délaissant son épouse et ses gosses, fatalement on se fait chahuter à l’école. La vie de gamin n’est pas un long fleuve tranquille, pour le petit Nicolas, Nicolas Minus comme l’avait surnommé jeune son frère Guillaume. Le temps passe et nous retrouvons le petit Nicolas en octobre et novembre 2007.

Réconciliés pour la forme et dans l’optique des élections présidentielles, dans une unité de façade factice afin de ne pas décevoir les électeurs principalement de sexe féminin, Nicolas et Cécilia se sont séparés et Nicolas qui depuis l’enfance est obsédé par son organe génital se trouve bien seul en son grand palais. Grâce à Jacques Séguéla il fait la connaissance de Carla, dont la voix fluette n’aura pas été prépondérante dans les urnes, et youpi, coup de foudre et autres assurés.

Mais notre président, qui a le don d’ubiquité et celui d’énerver pas mal de monde, est sujet à des malaises dont l’origine est indiscernable. D’abord lors d’une réunion du G8 le 7 juillet 2007, puis le 26 juillet 2009, alors qu’il décide d’aller effectuer un petit jogging dominical et qu’un rêve qui va devenir récurrent l’a laissé profondément perturbé physiquement et mentalement. Ce rêve, ou plutôt ce cauchemar le réveille de plus en plus souvent en sursaut, entamant des neurones déjà mis à mal. Ce cauchemar prend sa source dans une page d’histoire, le 21 janvier 1793, jour de l’exécution de Louis XVI. Et Carla est obligée de subir les sautes d’humeur de Chouchou. Le coup de grâce est asséné lors d’un conseil des ministres sous la forme d’un numéro de Paris Match proposant en couverture Carla et Dominique de Villepin, main dans la main à New-York.

Il est évident que ce numéro est un faux, une contrefaçon, mais dès lors tout s’enchaine, les ministres présents s’engueulent, se disent leurs quatre vérités, et le président qui est déjà atteint de paranoïa aigüe voit sa maladie s’amplifier. Il se laisse pousser la moustache à la façon brosse à dents sous le nez, et se bunkérise. Tout va de mal en pis jusqu’au dénouement final qui bien sûr n’est qu’une fiction.

Le début de cette histoire est un peu un rappel biographique de Nicolas, et dont la vérité ne peut être mise en cause, sauf peut-être quelques petits détails, mais de toute façon les historiens lorsqu’ils glissent des dialogues dans leurs livres font aussi preuve d’imagination, même si leurs sources peuvent être vérifiées mais rédigées par des laudateurs ou des opposants au régime.

Et les personnages réels se bousculent au portillon afin de garder leur place prépondérante dans un régime dédié à Pinocchio. Mais si ! Vous savez bien, cette marionnette gesticulante dont le nez s’allonge quand il ment. Vérifiez bien sur les photos, il me semble bien que l’appendice nasal de qui vous savez s’est accru depuis quelques années.

Un livre réjouissant qui s’inscrit dans la longue lignée des pamphlets dont le dernier en date était signé Jean-Hugues Oppel : Réveillez le Président ! Je suis partout, un livre roboratif et jubilatoire malheureusement dédaigné par de nombreux critiques littéraires, peut-être parce qu’ils ont peur de se faire virer, comme Alain Genestar lorsqu’il avait laissé publier la photo de Cécilia et Richard dans Paris Match.

Jean-Jacques REBOUX : Je suis partout ; les derniers jours de Nicolas Sarkozy. Editions Après la lune. Parution juin 2010. 378 pages. 18,00€.

Repost 0
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 14:40

Viens dans mon joli pavillon...

Fred KASSAK : Une chaumière et un meurtre.

Il n'est guère aisé de travailler dans une ambiance dans laquelle le bruit est roi.

C'est ce que déplore Lionel Fribourg, égyptologue distingué, qui aimerait pouvoir écrire un mémoire sur les religions de l'Egypte ancienne d'après les tonnes de notes qui s'entassent dans un appartement exigu et réceptif à toutes sortes de sons discordants, cacophoniques et assourdissants.

Un mémoire qui lui entrouvrirait les portes du Collège de France et lui apporterait la consécration, et peut-être l'opulence.

Une rencontre inopinée avec Agnès, jeune femme naïve, très naïve, pour ne pas dire plus, lui fait miroiter ce qu'il n'osait plus espérer : un havre de paix dans un pavillon de banlieue.

Ah le calme, la tranquillité !

C'est sans compter sur le destin malin qui semble jouer comme au ludion inaccessible avec ce pavillon tentateur.

 

Fred Kassak est un auteur de roman policiers et romans noirs et, outre une ingéniosité perverse dans ses intrigues, il allie à une trame solide une écriture humoristique très travaillée, proche de celle de Wodehouse ou de Dickens dans les Papiers Posthumes de Monsieur Pickwick ou encore Charles Exbrayat.

L'humour est présent d'une façon sobre, apparemment facile, excluant toute vulgarité. C'est un humour axé sur le descriptif et la situation des personnages.

Ce roman a été adapté en 1963 par Pierre Chenal sous le titre L'assassin connait la musique. Avec dans les rôles principaux Paul Meurisse, Maria Schell (que j'aime) et Jacques Dufilho.

Fred KASSAK : Une chaumière et un meurtre.
Première édition Collection Un Mystère N° 570. Presses de la Cité. 192 pages.

Première édition Collection Un Mystère N° 570. Presses de la Cité. 192 pages.

Réédition format Kindle avril 2015. 4,49€.

Réédition format Kindle avril 2015. 4,49€.

Envie de connaitre Fred Kassak ? Cliquez sur le lien ci-dessous :

 

Fred KASSAK : Une chaumière et un meurtre. Collection Le Masque jaune N°1981. Librairie des Champs Elysées. Parution décembre 1989.

Repost 0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 10:55

Et envoyez-moi la rhubarbe...

Pierre DAC et Francis BLANCHE : Mangez de la salade

Tout ceux qui écoutaient religieusement les feuilletons radiophoniques dans les années 1950 se souviennent sûrement de cette annonce : Signé Furax ah ah ah ah... le tout souligné d'un rire méphistophélique.

Signé Pierre Dac et Francis Blanche, ce feuilleton connu deux périodes : 1951/1952 sur les ondes parisiennes de la RTF et une suite de 1956 à 1960 sur les ondes d'Europe N°1.

Ce feuilleton fut également adapté par les auteurs en livres et celui-ci est le troisième tome d'une quadrilogie dont le titre générique était Malheur aux Barbus.

 

Les Barbus, dont le professeur Merry Christmas, qui avaient été enlevés par Edmond Furax et détenus dans le royaume de Sama-Kutra sur lequel règne la Maharané Pauline V, ont été délivrés et doivent regagner la France à bord du Bouc émissaire. Mais à Marseille la déception étreint tous ceux qui se pressent sur les quais, impatients de participer à la fête organisée en faveur des otages libérés.

L'ignoble Edmond Furax a détourné le navire par un procédé malveillant mais efficace et l'a amené bord à bord avec le sien au nom significatif de L'Electro-aimant.

Pendant ce temps, au restaurant de la Tour Eiffel, quelques convives devisent joyeusement mais sérieusement tout en consommant des plats légers, truites en papillotes, morilles à la crème et autres bricoles roboratives. Sont attablés, Fred Transport et sa fiancée Carole, la fille du professeur Merry Christmas, Malvina, qui est toutefois un peu triste car son père Gugumus a été assassiné par Asti Spumante l'homme de main de Furax, le commissaire Socrate et son adjoint Euthymènes, et les inséparables détectives Black et White.

Tous ces joyeux personnages, sauf Malvina qui a du mal à cacher son chagrin, sont satisfaits de l'arrivée prochaine des Barbus à Marseille, ils déchanteront bien vite, et déblatèrent sur le dernier message de Furax adressé à Malvina, un poème chanté de Guillaume Apollinaire gravé sur un disque. Malvina qui était très proche de Furax, son Fufu comme elle aimait à le surnommer, est fortement en colère vis à vis de celui-ci, n'ayant pas digéré, non pas la truite, mais la traitrise de l'infernal.

Bien entendu, mais à l'abri des oreilles indiscrètes, ces sept dîneurs tentent de comprendre ce message énigmatique titré sobrement par son auteur, Guillaume Apollinaire je le répète, Les Saltimbanques, chanté je le précise à toutes fins utiles par Yves Montand sur une musique de Serges Bessières, et les suppositions ne manquent pas. Toutefois, ils savent que Furax est en Amérique, c'est grand l'Amérique comme ne manque pas de le souligner fort à propos White, et de supputations en hypothèses qui ne sont pas forcément farfelues mais parfois tirées par les cheveux que ne possède plus Black, ils parviennent à localiser précisément l'endroit qui se trouverait probablement en Californie.

 

Pierre DAC et Francis BLANCHE : Mangez de la salade

Fin du chapitre Zéro. En effet le roman débute par le chapitre zéro, ce qui est peu commun, mais ce n'est pas pis que commencer par un prologue qui vous dévoile la fin, ou presque.

 

Ensuite le lecteur ébaubi va assister, littérairement parlant puisqu'il ne voit devant ses yeux que des pages emplies de caractères d'imprimerie, mais son imagination supplée à la description, à une folle équipée dont les pérégrinations se bousculent les unes après les autres comme les petits cochons accrochés sur le plateau d'un manège (si vous préférez chevaux de bois, cela me sied également) et qu'il serait sûrement malséant de tout narrer, ne serait-ce que par respect envers les auteurs qui ont eu du mal à imaginer toutes ces péripéties, que les raconter en bloc et sans préparation aucune serait donc leur faire injure.

Sachez toutefois que Carole se fait enlever et que Black, White, Socrate, Euthymènes et surtout Fred Transport, bientôt rejoint par Jejeeboy, serviteur de la Maharané Pauline V qui quittant le Sama-Kutra leur apporte quelques menus subsides, les pauvres étant financièrement amoindri, ce qui ne les empêche pas de réfléchir, se lancent à sa recherche accompagnés de Mustel de Ponchicatron et de son pendule. Pendule qui s'avère efficace puisqu'il permet de mettre la main sur une, puis deux, puis trois chaussures de Carole, j'allais oublier une quatrième, mais vides des pieds de leur propriétaire qui n'est pas Cendrillon.

Quelques promenades du Centre au Nord-Ouest de la France puis le grand départ pour l'Amérique, quelques tracasseries par l'administration Etats-unienne qui ne badine pas avec les nombreux vaccins obligatoires, et enfin l'arrivée au Ranch de la Betterave Maudite, une modeste ferme de 12 700 hectares située près de la petite ville de Pissaladiéra.

Il serait toutefois injuste d'oublier deux hommes, deux malfrats du nom de Mortimer et Rinaldo, qui se font embaucher par le propriétaire des lieux, un certain monsieur Fraux, en tentant d'exercer un chantage à la fourmi rouge. Ces deux individus patibulaires, mais presque, possèdent la remarquable particularité de se vêtir de vestes réversibles (c'est une image) ce qui leur permet de changer d'opinions selon les circonstances.

Enfin, vous vous demandez sans aucun doute pourquoi ce titre de Mangez de la salade.

Etant comme la cigale fort démunie, quelle que soit la saison, Black et White décident de compenser leur enquête, tout comme les émissions à la Radio, qui à l'époque l'étaient par des produits et non par des marques, (je parle des radios d'état), comme par exemple des endives, le sucre, les pâtes (mangez des pâtes, vous serez moins nouille). Ou encore les manifestations sportives qui étaient soutenues par la publicité, dont la fameuse caravane publicitaire du Tour de France. Donc ayant émis cette idée, ils la mettent en pratique en demandant au Président de la Chambre syndicale de la salade de les soutenir financièrement. Proposition acceptée, voiture non banalisée et couverte de décalcomanies vantant ce légume mise à disposition, charge à eux de porter la bonne parole au cours de leurs déplacements en incitant tout un chacun et même les autres à manger de la salade.

Comme vous l'aurez compris, ce roman feuilleton engendre la bonne humour, à condition d'aimer les histoires loufoques, farfelues, burlesques, saugrenues, abracadabrantesques. Une histoire complètement décalée, déjantée, à vous faire tordre les boyaux.

Moralité : mangez de la salade, les auteurs eux ne nous en proposent pas, du moins pas autant que les hommes politiques...

 

Pierre DAC et Francis BLANCHE : Mangez de la salade

Pierre DAC et Francis BLANCHE : Mangez de la salade (Malheur aux Barbus III). Editions André Martel. Parution novembre 1952. 192 pages.

Repost 0
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 09:52

Hommage à John Sladek né le 15 décembre 1937.

John SLADEK : L'aura maléfique

Le spiritisme et le mysticisme ont de tous temps attiré et inspiré les auteurs de romans policiers, à commencer par Conan Doyle lui-même.

Sherlock Holmes ainsi que le Chevalier Dupin, créé par Edgar Allan Poe, sont des détectives repères, des détectives phares et il est de bon ton de s'y référer.

Les histoires de meurtres en chambre close, de meurtres dits impossibles, intéressent d'autant plus le lecteur que le problème proposé parait insoluble alors qu'une fois la solution révélée, une seule phrase vient à l'esprit : Bon sang, mais c'est bien sûr !

L'Aura maléfique de John Sladek contient tous ces éléments propices à l'élaboration d'un bon roman policier, plus quelques autres composantes que je ne vous dévoilerai pas sous peine de vous confier en même temps la clé, ce qui avouez le ôte en grande partie le charme de la découverte et de la lecture.

Autre composante, non pas indispensable mais bienvenue, et que je signale tout de même en passant : l'humour. L'humour léger, subtil, parfois plus ravageur dans le contexte que l'humour à base de jeux de mots, aère le récit, détend le lecteur et la situation parait plus acceptable même si elle est macabre.

 

Thackeray Phin, le Sherlock Holmes des années 1970, infiltré dans une société spirite va assister à des événements étranges, bizarres et parfois tragiques.

Un homme enfermé dans une salle de bain disparait. Un autre, au cours d'une séance de lévitation, va se rompre le cou. Ces adeptes de la communication avec l'au-delà ne sont-ils que de doux illuminés ou des charlatan avisés ?

Une belle brochette que forment un chanteur pop, une jeune fille ravissante dont la principale occupation consiste à rénover les ongles des pieds, un pasteur débonnaire, un membre sceptique, un vrai médium (il en faut !), une jeune femme comptable qui pense pouvoir corriger sa vision par des exercices musculaires, etc.

 

Thackeray Phin attrapera-t-il le meurtrier, si meurtrier il y a ?

L'aura, l'aura pas ,

Un véritable régal dû à John Sladek, un auteur méconnu.

 

Première édition. Collection Engrenage N°133. Editions Fleuve Noir. Parution février 1986.

Première édition. Collection Engrenage N°133. Editions Fleuve Noir. Parution février 1986.

John SLADEK : L'aura maléfique (Black Aura - 1974. Traduction de Jean-Paul Gratias). Collection Série 33 N°7. Editions Clancier-Guénaud. 286 pages. Parution avril 1988.

Repost 0
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 14:33

Comme s'il n'y en avait qu'un à mettre à son actif ! Pour la plus grande joie des cinéphiles...

Georges BAXT : Le meurtre d'Alfred Hitchcock

En 1925, alors qu'Alfred Hitchcock réalise son premier film à Munich, le tournage est émaillé d'incidents divers.

D'abord il aperçoit la silhouette furtive d'un homme au visage tailladé, ravagé, couturé, dont il aimerait faire la connaissance afin d'éventuellement l'engager comme acteur.

Plus grave, Anna Grieban, la script, est assassinée sous sa douche de vingt-neuf coups de couteau. Voilà un tableau qui s'intégrerait parfaitement dans les films que rêve de mettre en scène Hitchcock, des films à suspense au lieu de ces navets cuits au court-bouillon de l'eau de rose.

Ce qu'il préfère, c'est l'action, pimentée d'humour, le tout noyé dans le voile du suspense, du tragique, de l'angoisse.

Mais ce meurtre est réel et Hitchcock est bien embêté. Le tournage du film prend du retard.

Un second meurtre est commis sur le plateau alors qu'un inspecteur de police est en train d'enquêter. Une pure provocation.

Cette fois, la victime est le pianiste, Rudolph Wagner, compositeur d'une charmante mélodie qui trottine dans la tête d'Alma, la fiancée scénariste du cinéaste bedonnant. Hitchcock s'arrache les quelques cheveux qui lui restent.

Onze ans plus tard, alors que la menace nazie est devenue une terrible réalité, le génial metteur en scène se trouve en possession d'un scenario fournit par Fredrick Regner, qu'il a connu à Munich. Il existe des coïncidences bizarres dans la vie. La réalité suit pas à pas le scenario imaginé par l'Allemand apatride. De nouveau les meurtres se succèdent, Alma se fait enlever et Hitchcock est entraîné à son corps défendant dans une sombre histoire d'espionnage.

 

Le Meurtre d'Alfred Hitchcock, roman dans lequel personnages réels et fictifs se côtoient, est d'un humour particulièrement noir, truffé de réparties comiques et de situations cocasses.

La bonne humeur qui se dégage de ce livre n'empêche pas la rigueur d'une trame habilement tissée, et l'on se prend à rêver au film qu'Hitchcock eut pu réaliser d'après cette histoire parfois loufoque.

 

Georges BAXT : Le meurtre d'Alfred Hitchcock (The Alfred Hitchcock Murder Case - 1986. Traduction de Jean Esch). Le Masque jaune N° 2049. Parution juin 1991. 256 pages.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables