Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 10:04

Et pourtant si près...

Marie-Pierre LOSFELD : Si loin…

Avec Si loin, Marie-Pierre Losfeld signait son troisième roman en neuf ans, après Tancrède et Hauts-fonds, mais gardait le même regard pétri d’humanisme envers les marginaux, qui se font la belle, parcourant la France à la recherche d’un Graal inaccessible.

Agil, pickpocket, et Paule, sa compagne, squattent une vieille baraque en attendant mieux. Faut bien s’abriter surtout lorsqu’on a charge d’âme, un petit poussin prénommé Titi. Et puis faut songer à nourrir la petite famille, alors le mieux pour Agil, c’est de travailler dans un endroit passager, dans une fête foraine par exemple.

Les badauds ont autre chose à faire que de surveiller leur portefeuille, attirés par les attractions, occupés à manger des friandises ou à s’embrasser, l’un n’empêchant pas l’autre.

L’esprit occupé ils ne se rendent pas compte qu’Agil les déleste, d’autant que Paule sait accaparer leur attention, profitant des cris du poussin réclamant sa pitance.

Des amitiés se nouent entre les forains et le couple. Avec Tonino, le Gitan, puis de fil en aiguille avec Ferdinand le camelot, vendeur de couteaux qui a plus d’un accroc dans son contrat de mariage, ou encore Robber, l’illusionniste. Bon, il y a bien Alexandra, la femme de Ferdinand, qui n’apprécie pas d’avoir été larguée, et le voue aux gémonies, mais ses interventions ne sont que des entractes dans la vie quotidienne.

C’est la foire, entre potes, c’est la Foire du Trône aussi, et un beau jour l’incendie. Pas celui qui ravage les cœurs, mais celui qui détruit la baraque. Alors la seule solution, c’est de partir sur les routes de France, et de vivre de nombreux avatars.

 

Un livre humoristique, chaleureux, noir, sensible, vivant, qui par certains côtés retrouve la veine des romans feuilletons avec l’aspect épopée aux nombreux rebondissements.

Marie-Pierre Losfeld se fait trop rare et c’est dommage.

Marie-Pierre LOSFELD : Si loin… Editions Bartillat. Parution septembre 1999. 252 pages. 16,00€.

Repost 0
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 13:09

Vous pouvez remplacer les points de suspension par le vocable qui vous semble le plus approprié...

Stanislas PETROSKY : Je m'appelle Requiem et je t'...

Être curé et s'appeler Requiem, cela pourrait sembler prédestiné, n'est-ce pas ? En réalité notre homme en soutane se nomme Estéban Lehydeux, mais pour un homme du culte, c'est un peu inconvenant de porter un tel nom. Quoique...

Donc Requiem est curé et cumule les fonctions d'exorciste, une activité qui existe dans chaque diocèse, car la sorcellerie est toujours vivante dans les esprits des provinciaux, mais pas que.

Les bigotes du quartier hantent son confessionnal, elles ont toujours quelque chose à se reprocher, mais que Martine vienne le solliciter un matin il ne s'y attendait pas. Faut dire que Martine traîne une drôle de réputation derrière elle. Martine fait son cinéma.

Elle tourne chez elle, ou en extérieur, des petits films jugés X, qu'elle met en ligne sur Internet. Cela intéresse pas mal d'hommes friands de sexe mais ne trouvant pas toujours la satisfaction et l'épanouissement éjaculatoire légitime chez eux. Or elle vient de recevoir un message, photos à l'appui, lui proposant une somme rondelette si elle veut bien participer à des séances spéciales. Avec des enfants. Pour les encadrer une espèce de catcheur ne portant pour tout vêtement qu'une cagoule. Sa virilité est dressée comme le bras de la Statue de la Liberté, et aussi grosse, d'où le surnom dont il est affublé, La poutre de Bamako.

On honore ses saints comme on les aime. Et Requiem les aime beaucoup les... seins de Martine. L'entrée des artistes aussi, mais ne nous aventurons pas plus loin, cela relève du domaine privé. Disons que Requiem et Martine s'adonnent à la pratique du simulacre de la procréation, au grand dam du Patron du curé, celui d'en haut. Dieu si vous voulez que je vous mette les points sur les I.

Ce n'est pas cette séance non prévue dans les missels et les bréviaires qui incite Requiem à s'occuper de cet exorcisme particulier, mais bien parce que des enfants sont en cause.

Requiem propose à Martine de répondre à l'annonce à sa place et comme il manie habilement l'informatique, de suivre son correspondant de son ordinateur, grâce aux codes qu'elle lui délivre. Il se rend fréquemment chez elle, ce qui attise les regards des voisins jaloux et d'une voisine curieuse comme une vieille chatte.

Une partie de l'argent promis est déposée chez la jeune femme, ce qui fait réfléchir notre curé qui n'officie pas forcément chez les nudistes. Celui qui lui a demandé cette vidéo spéciale connait donc l'adresse de Martine. A-t-il péché quelque part ? Il semblerait bien que oui car Martine est retrouvée chez elle, assassinée et ayant subi des tortures avant sa mort et même après. Elle a été crucifiée, et d'autres éléments laissent penser que Requiem est dans le viseur de l'objectif.

Le commissaire Régis Labavure (ça ne s'invente pas !), ami de Requiem, se doute que le curé est au cœur de l'affaire mais pourquoi, comment, jusqu'à quel degré, autant de questions qu'il se pose, et bien d'autres plus tard lorsque des événements mettront l'exorciste en présence d'un des salaces (ça lasse ?) et que l'un des deux restera sur le bitume. Mais s'occuper l'esprit, c'est bien, faut également penser au physique et Requiem va prendre un abonnement dans une salle de fitness.

 

Concentré de Belmondo, Requiem possède la Ford Mustang coupé 1967 qui a servi dans Le Marginal, de Guy Gilbert, le prêtre des loubards avec son perfecto, de San Antonio pour sa verve et ses pointes d'humour assaisonnées d'interpellations au lecteur, et du Poulpe alias Gabriel Lecouvreur, Requiem est un fervent amateur de bières, notre curé atypique se lance dans une aventure à double facette.

Au début, c'est joyeux, mais pas gay, enlevé, saupoudré d'humour parfois potache, puis au fil des lignes et de l'avancement de l'intrigue, l'histoire se pare de couleurs sombres, pessimistes, et la séquence chez le médecin légiste n'est pas une simple documentation puisque l'auteur est lui-même thanatopracteur. Mais chassez le naturel il revient au galop et les références à Frédéric Dard, et à son fils Alix Karol, ne manquent pas, de même que celles destinées à Michel Audiard. Des citations musicales sont également disséminées dans le texte, à rechercher comme s'il s'agissait d'une chasse au trésor de la chanson française.

Après l'émouvant et historique Ravensbrück, mon amour, après le romantique et Au dramatique L'Amante d'Etretat, voici donc le décapant et décoiffant (vous saurez pourquoi en lisant ce roman) Je m'appelle Requiem et je t'...

Stanislas Petrosky est le nouveau Frégoli de la littérature populaire !

 

Stanislas PETROSKY : Je m'appelle Requiem et je t'... Préface de Nadine Monfils. Editions Lajouanie. Parution le 8 juillet 2016. 192 pages. 18,00€.

Repost 0
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 13:41

Dis Tonton, pourquoi tu tousses ?

Samuel SUTRA : Les deux coups de minuit

Se réveiller tout nu, mais pas bronzé, dans la chambre de Donatienne qui cumule les fonctions de bonne et baronne, descendre les escaliers et trouver ses gars dans les bras de l'orfèvre, comme disait San-A, cela dénote que la soirée a due être copieusement arrosée avec moult charrettes à la clé, breuvage inventé par la dite Donatienne.

Seulement deux ombres se profilent devant les rideaux qui ne sont pas tirés. D'abord les valises de billets ardemment et brillamment enlevées au prix d'un rude et louable effort lors d'un marché entre un acheteur et un vendeur d'armes destinées à entretenir une petite guérilla dans un pays démocratique de l'Amérique Centrale, les fameuses valises se sont volatilisées.

Second point qui chiffonne Tonton, le cadavre allongé et qui n'était pas prévu au programme. Et ce n'est pas la peine de demander quoique ce soit à Donatienne, qui doit encore être en train de cuver quelque part et à Bruno qui a bel et bien disparu dans la nature. En additionnant deux plus deux, les neurones de Tonton ne sont pas encore confits dans l'alcool ingéré sans mesure, le malfrat suppute, pute c'est interdit mais suppute non, suppute donc que les unes sont parties aux poignets de l'autre.

Tout a commencé lorsque le baron Edouard de Gayrlasse, le mari de Donatienne, dont il est séparé depuis des années, a souhaité rencontrer Tonton et ses acolytes. Il lui avait proposé de dérober des valises de billets, lors d'une rencontre entre un riche salvadorien et un marchand d'armes. L'idée était née dans la petite tête de Donatienne, qui savait que les finances d'Edouard étaient au plus mal, grâce ou à cause des confidences d'une compagne de casque-séchoir chez le coiffeur. Mais Edouard ne se sent pas assez courageux et intelligent pour perpétrer le vol lui-même, aussi il requiert les bons offices de Monsieur Tonton.

L'opération doit avoir lieu au Royal Monceau et Tonton image un subterfuge pour s'approprier l'argent, assisté de Pierre son neveu à la cervelle d'oiseau, de Gérard guère mieux loti question neurones, de Bruno, de Mamour l'aveugle, et de Donatienne. Le début se déroule presque comme imaginé, sauf qu'une vieille dame veut absolument entrer dans l'ascenseur qui doit les emmener jusqu'à la chambre où doit s'effectuer l'échange.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes possible sauf si une échauffourée provoquait quelques victimes et si la police qui n'avait pas été convoquée investit l'établissement. Seulement il faut compter sur les capacités de Tonton à réagir au moindre incident, et enfin tout ce petit monde rejoint Saint-Maur dans la grande demeure du truand. Et bien entendu, comme il faut fêter copieusement cette victoire, les flacons sont rapidement et nombreusement débouchés.

Et donc au petit matin, la tête dans le sac, Tonton s'aperçoit de la disparition de l'argent et de la présence d'un invité qui ne l'était pas à l'origine mais qui ne pourra pas expliquer pourquoi il est mort.

Tonton n'a plus qu'une chose à faire, démêler lui même cette affaire pour le moins biscornue, retrouver son bien, et par la même occasion Bruno et Donatienne qui ne sont peut-être pas innocents dans cette affaire.

 

Indéniablement Samuel Sutra a subi l'influence de Michel Audiard, de San-Antonio, d'Alphonse Boudard, mais il est un autre écrivain dont il ne se revendique pas ouvertement, je pense à Pierre Siniac. En effet si l'écriture de Samuel Sutra rejoint celle des auteurs précités, le style, la démesure dans la narration et les avatars subis par les protagonistes, les descriptions des personnages, les mises en scène, le machiavélisme de l'intrigue nous ramène à Pierre Siniac.

Car il s'agit bien d'une histoire machiavélique qu'a imaginé Samuel Sutra qui nous démontre que le temps, s'il ne fait rien à l'affaire, passe plus vite qu'on serait tenté de le croire, et que les journaux ne mentent pas toujours. Car comme l'affirmait Coluche, La seule chose exacte dans un journal, c'est la date.

Une réussite de plus à mettre à l'actif de Tonton et ses sbires, via l'entregent de Samuel Sutra, et à peine lue, on espère une nouvelle aventure de ce sympathique truand et de ses ineffables séides.

 

Samuel SUTRA : Les deux coups de minuit (Tonton passe aux heurts divers). Editions du Flamant noir. Parution le 1er juillet 2016. 254 pages. 15,00€.

Repost 0
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 13:01

Les bons comptes font les bons amis, les bons contes aussi...

James HOLIN : Un zéro avant la virgule.

Quinquagénaire chauve mais regard pétillant, Lacroix est flatté lorsqu'il apprend par le président de la Chambre régionale des comptes de Normandie qu'il pourrait devenir président de la première section. Une place qu'il brigue depuis de nombreuses années, mais l'occasion ne s'était pas encore présentée.

Mais auparavant Lacroix doit réaliser un petit contrôle, tout ce qu'il y a de plus anodin, au musée de la Sculpture contemporaine de Deauville. Un musée original situé en plein air, selon le président. Seule contrariété ressentie par Lacroix, il sera associé à Eglantine de Tournevire, magistrate à la Cour des comptes. Et Lacroix est bien obligé d'accepter cette collaboratrice qu'il n'apprécie guère. Mais pour le président c'est indispensable, car la directrice de ce musée particulier, Isabelle Bokor, est candidate aux élections régionales sur la liste du maire de Deauville, Koutousov, ancien secrétaire d'état au logement et sculpteur mammaire.

Eglantine de Tournevire est fâchée avec la ponctualité et c'est régulièrement en retard qu'elle se présente à ses rendez-vous. Faudra que Lacroix s'y habitue. Pour l'heure, il rejoindra Deauville en train tandis qu'Eglantine partira de Rouen installée confortablement dans sa Morgan. Et bien entendu ils ne coucheront pas ensemble. Je veux dire qu'ils ne partageront pas le même hôtel. Lacroix possède un portefeuille en peau de hérisson, Eglantine ne lésinant pas sur les dépenses grâce son héritage.

Dans le train, Lacroix fait la connaissance d'un homme bizarre, un incruste qui ne se départ jamais de son mouchoir parfumé à la menthe poivrée, et qui justement se rend à l'inauguration d'une statue réalisée par le père du maire Koutouzov. Une abomination qui va être célébrée grâce à l'amour filial.

Enfin rendez-vous est pris avec madame Bokor, et effectivement elle en a un, un entretien au cours duquel Eglantine démontre ses connaissances en art plastique. Madame Bokor présente aux deux envoyés spéciaux Jean-Guy Bougival, l'agent comptable qui devrait leur faciliter dans leurs recherches et vérifications. Eglantine de Tournevire qui ne manque pas d'à-propos en profite pour demander la possibilité d'assister à l'inauguration. Requête acceptée par madame Bokor avec dédain.

Au cours de cette cérémonie, Bougival avale son bulletin de naissance. Les premières constatations sont effectuées par Koutousov, maire et mammologue tout en étant toubib. Un empoisonnement ne fait aucun doute, mais la substance est inconnue.

 

Le capitaine Arnaud Serano est débordé par les événements car il doit assurer la sécurité des citoyens Deauvillais, le festival du Film américain devant ouvrir dans peu de temps. Un invité de marque doit être reçu avec les honneurs et il serait dommage qu'un incident quelconque plombe cette festivité annuelle. Mais le préfet de la Perruchole le tanne. En plus de son boulot il doit enquêter sur le décès prématuré et suspect de Bougival. Alors la sécurité sera assurée par un militaire et son petit détachement en plus de la municipale.

Eglantine va s'immiscer dans cette enquête qui la passionne, la change de son quotidien de femme récemment divorcée. Une enquête piquante pour Eglantine d'autant qu'apparemment quelqu'un lui en veut. Elle habite sur les bords de Seine, une imposante maison située sur la colline, et reporte son affection sur son chat et son cheval. Seulement son cheval est la victime collatérale de cette affaire.

 

Passons directement aux remarques qui fâchent, on en sera débarrassé et on pourra s'étendre plus longuement sur la partie positive du roman. Il manque toutefois un peu de maîtrise, à moins que ce soit de la faute des correcteurs, dans l'appellation des noms d'habitants. On écrit des Caennais et non Cannais, par exemple. Et je tiens à préciser que dorénavant l'emploi de mots anglais est désormais taxé à la douane puisque la Grande-Bretagne est sortie de l'Union Européenne et doit donc posséder un visa pour s'introduire dans la langue française. Donc, désolé, mais il serait plutôt convenable de ne pas employer le mot Hipster, celui-ci désignant à l'origine de jeunes blancs amateurs de jazz qui adoptaient le style vestimentaire et fréquentaient des musiciens afro-américains. De même il existe un mot français pour désigner un Bodyguard, qui est Garde du corps. Je sais je suis pointilleux et on ne me refera pas. Mon côté vieux ronchon.

 

Mais en dehors de ce qui ne sont que de petits défauts, il est à signaler de belles pages, et parfois un humour presque britannique (ça c'est permis), un peu à la façon de P.G. Wodehouse. Un roman qui allie humour et sérieux.

Des scènes très cinématographiques sont disséminées et par exemple j'ai relevé celle de la baleine échouée dans l'estuaire de la Touque, encombrant le passage. Et bien évidemment tandis que certains préconisent une solution radicale, d'autres tentent de sauver ce cétacé perdu et gonflé.

Ou encore lors de la cérémonie d'hommage rendu au comédien Hollywoodien, John Baltimore. Paul Hector Flambard, dit PHB, le grand intello de la rue de Valois, l'agrégé de philo peine à jouir, l'énarque pisse-vinaigre qui citait du Péguy, s'invite dans la manifestation et tente de porter sur lui tous les regards. On reconnaîtra dans PHB un certain supposé intellectuel dans ce penseur, auteur, éditorialiste, vedette de télévision, philosophe, visionnaire, homme de médias, de lettres et de cinéma, moraliste (j'en passe volontairement) dont il ne manque que la modestie. pas facile mettre un nom sur ce personnage issu du réel ? Avec sa crinière poivre et sel, ses chemises blanches ouvertes sur son persil, ses costumes sur mesure super 13's bleu nuit et ses souliers vernis, cette description devrait vous aider.

A part les deux ou trois petits défauts cités précédemment et qu'il sera facile de corriger par la suite, l'auteur nous propose un roman jubilatoire qui joue avec les mots et les chiffres, car il ne faut pas oublier que nos deux envoyés de la cour des comptes sont là surtout pour travailler et éplucher les factures, les recettes et les dépenses de ce musée de la sculpture contemporaine avec en toile de fond ce festival du film américain annuel. Et se glisse dans l'intrigue un léger ingrédient nommé fantastique qui donne son piquant à cette histoire.

Quant aux différents personnages qui évoluent dans ce roman, ils sont pour la plupart atypiques, ce qui permet des descriptions et des mises en scène particulièrement réjouissantes.

Monsieur Serano, comment trouvez-vous Deauville ?
Sympa mais pluvieux. On a de la chance quand l'été tombe un week-end.

James HOLIN : Un zéro avant la virgule. Collection Polars en Nord. N°211. Editions Ravet-Anceau. Parution 14 juin 2016. 280 pages. 14,00€. Version numérique 10,99€.

Repost 0
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 12:54

Bon anniversaire à Alain Demouzon né le 13 juillet 1945.

Alain DEMOUZON : N'importe où avec une fenêtre.

Maxime Lehutin est promis à un bel avenir.

Pensez donc, son premier roman, finement littéraire, a obtenu l'un des cinq mille obscurs prix décernés en France par an, et de la presse critique favorable.

Son éditeur pense en vendre mille cinq cents exemplaires et lui ouvre les portes de sa collection policière Nuit Métallique, à condition de pondre trois polars par an.

L'écriture, Max la ressent comme une merveilleuse et douloureuse aventure pleine de désappointement et d'aridité. Mais il l'aime trop pour ne pas tout lui sacrifier par avance. Ce qu'il lui faut : une fenêtre. Regarder par delà la baie vitrée, c'est l'espoir, la contemplation d'un autre monde. L'entrebâiller, c'est l'aspiration vers l'aventure, c'est chevaucher allègrement le grand souffle romanesque, jongler avec les lettres puis les mots puis les phrases. Stop.

Greg Von Bluff, l'éditeur de Max, bouleverse les données, propose un contrat mirifique et bouscule notre écrivain en herbe. Il le lance sur le sentier de la guerre à la recherche d'un temps perdu. Le temps perdu par Marcel Proust à écrire cette prose qui se révèle être apocryphe.

Dur dur pour les maisons d'éditions, ce manuscrit indigeste. Qui dit indigeste dit indigestion. Qui dit indigestion dit pruneaux. La voilà la panacée ! Les pruneaux généreusement offerts par le Syndicat, avec en prime un revolver, le tout délicatement posé dans une boîte à chaussures. Il faut absolument que Max retrouve et fasse disparaitre de la circulation l'auteur de cette thèse selon laquelle Marcel Proust ne serait pas l'auteur des écrits proustiens.

Proust alors ! Le pavé dans la mare.

 

Partant de cette donnée simple, Demouzon rêve, extrapole sur ce qui pourrait être un cauchemar éditorial, lance son héros sur les pistes de l'imaginaire, égratignant, griffant, s'ébrouant, piaffant, ruant, pataugeant allègrement, faisant feu de tout bois, tirant dans les coins.

Il parodie, il blasphème, il vitupère, il vilipende, il surprend, il ironise, il raille, il mord, il pique, il se gausse, il se moque, il joue. L'impertinence faite homme.

Un régal, une jubilation, une récréation pour le lecteur. Une véritable macédoine de petites phrases que le chroniqueur amoureux de littérature qui, comme moi, ne se prend pas au sérieux, ramasse, glane, emmagasine, engrange, puis offre en un bouquet chatoyant et vénéneux au lecteur abasourdi.

Et tout le monde y passe, tout le monde en prend pour son grade. Le monde de l'édition bien sûr, mais également les auteurs, les découvreurs de talents, les critiques, les lecteurs aussi.

Demouzon possède une machine à écrire transformée en moulinette.

N'importe où avec une fenêtre, c'est un pamphlet, une satire, une réjouissance, une récréation, une bouffée d'air pur, une profession de foi, une Bible.

Pour souligner mes propos, je vous propose un florilège, quelques extraits savoureux qui, j'en suis persuadé, vous incitera à découvrir cet ouvrage iconoclaste, franchement hilarant et pourquoi pas moralisateur.

 

Je viens de gagner 18 000 francs dans l'édition, sans écrire une seule ligne. Me voilà un écrivain authentique.

Voyons, les gens ne lisaient pas Proust ! Non, mais ils l'achetaient.

Je n'ai pas lu votre livre, mais je l'admire beaucoup. Sincèrement.

Ne soit pas méprisant : tous les romans sont à suspense !

Un sacré bosseur, celui-là, prêt à tout, ponctuel et efficace. Un vrai professionnel. Restera inconnu et méprisé.

Alain DEMOUZON : N'importe où avec une fenêtre. Editions Seghers. Parution Mars 1990. 304 pages.

Repost 0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 13:50

Polar mode d'emploi et une enquête brillamment construite.

Paul FOURNEL : Avant le polar.

Le lieutenant Maussade ne l'est pas tant que ça, ce qui n'est pas un anachronisme comme le fait remarquer justement, finement et aimablement l'auteur puisque la corpulence du commissaire Maigret n'était pas en adéquation avec son patronyme.

Une gamine est retrouvée morte dans le parc Montsouris, dans le quatorzième arrondissement parisien, avec une mise en scène macabre dont je passe les détails puisque tout est précisé dès les premières pages. Un meurtre non signé, même si une culotte Petit-Bateau blanche avec des cœurs roses est retrouvée non loin.

La démarche consistant à recueillir les premières informations sur la jeune Clémentine auprès des parents d'icelle revient à Maussade. Il rencontre donc la mère qui répond volontiers à ses questions. Le père ? Parti depuis trop longtemps. Ils ne se parlent plus. Clémentine était, je cite, une jeune fille très régulière, bonne élève, travailleuse, sans histoire. Donc rien de spécial à signaler, sauf qu'elle regardait depuis un certain temps plus souvent la photo de son père bien mise en évidence, se renseignait sur son mode de vie, qu'elle n'allait plus à la messe depuis quelques semaines, qu'elle connaissait un garçon plus vieux qu'elle et qui lui écrivait des poèmes. Bref une petite vie d'adolescente de treize ou quatorze ans que connaissent bon nombre de jeunes filles de son âge.

Il ne reste plus à Maussade qu'à enquêter justement auprès des fréquentations de Clémentine, le jeune homme, ses copines d'école, le collège La Bruyère Sainte Isabelle, et quelques autres. Et la sage Clémentine était-elle si sage qu'il y paraissait ?

 

L'intérêt de cette intrigue ne se niche pas dans le déroulement de l'enquête menée par Maussade, de sa déception du départ de Mathilde, celle qui partageait sa vie avant de vivre ailleurs, de sa relation avec la mère de Clémentine. Non, car ceci n'est pas qu'un roman c'est un mode d'emploi.

Polar, mode d'emploi pourrait être le sous-titre de cet ouvrage, car l'auteur, qui est le troisième président de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle), met en place les principes qui régissent à la construction d'un roman policier sous forme de notes.

Ainsi peut-on lire en début de la Note 1 : Trouver une entame. Placer le crime. Après avoir longuement regardé la scène, le lieutenant Maussade ferma les yeux comme pour l'imprimer.

Note 2 : Fixer le héros. Le lieutenant Maussade. Brun, grand, la trentaine, plutôt élégant.

Note 4 : Un peu de documentation. Sous son aspect domestiqué, le parc Montsouris est le territoire des ombres.

Et ainsi de suite jusqu'à la Note 99, chaque note équivalent à un chapitre plus ou moins court.

Des conseils qui se résument à comment aborder un roman, mettre en place les personnages, laisser planer le doute, et éventuellement réfléchir à un avenir possible en adaptation télévisée :

Note 16 : Si ce polar doit faire un téléfilm un jour, ou mieux encore une série ("Lieutenant Maussade") il est indispensable de mettre un personnage noir ou handicapé.

Donc des notes utiles à un débutant désirant se lancer dans l'écriture d'un roman policier, lui fournissant des conseils, des trucs et astuces, des balises, tout en racontant sous forme d'exemple l'enquête de Maussade et ses différentes interventions. En laissant soin au lecteur parfois de combler quelques trous, de lui suggérer certaines scènes, de l'amener à participer lui aussi.

Un exercice de style réjouissant qui ne pourra laisser indifférent.

Paul FOURNEL : Avant le polar. 99 notes préparatoires à l'écriture d'un roman policier. Editions Dialogues. Parution 19 mai 2016. 78 pages. 15,00€.

Repost 0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 14:28

Ma sorcière bien-aimée...

DARNAUDET - ELRIC : Witchazel et le sort du Wlouf.

La vie est dure pour une jeune sorcière, surtout lorsqu'elle débute comme Hamamélis et qu'elle vient de quitter sur un coup de tête sa mère et sa sœur.

Elle est diplômée en sorcellerie et compte bien exercer ses talents à la Lagune brune, un territoire composé d'îlots. Un aimable gondolier, naviguant gaiment, lui propose de l'emmener, qui plus est gratuitement. Seulement, au bout de dix jours, l'officine d'Hamamélis gentille sorcière, reste désespérément vide. Pas trace de client.

Seul le chat Pristi lui rend visite chaque jour, lui offrant un bouquet de fleurs. Et des fleurs elle en a plein les vases et par-dessus la tête. Le père Duchêne aussi vient lui dire un petit bonjour amical, et lui rapporte les rumeurs, les ragots de clients potentiels. Hamamélis possède trop d'atouts qui jouent contre elle. Elle est trop jeune, trop jolie, trop gentille, inexpérimentée, bref elle est comme de nombreux jeunes qui voudraient s'installer mais ne peuvent le faire pour des raisons fallacieuses. Passons.

La nuit porte conseil a déclaré le père Duchêne. Hamamélis décide de se vieillir, de changer de nom, et surtout de prouver à tous qu'elle n'est pas manchote, mais mulote, en s'adonnant à quelques tours de magie avec la complicité du chat Pristi. Elle s'installe dans son échoppe après avoir changé de raison commerciale : Witchazel, la plus grande sorcière.

Les badauds qui ont pu assister à ces quelques exploits commencent à affluer et une file indienne de quémandeurs de sorts s'aligne sur le chemin menant à son antre, fort agréablement aménagé et lumineux.

Parmi ces nouveaux clients, certains n'hésitent pas à lui formuler des sollicitations particulières. De plus elle apprend par le chat Pitau, le cousin de Pristi, que celui-ci est emprisonné dans le tronc des Soupirs, accusé d'avoir volé la baronne des Trois-crics. Ni une, ni deux elle rend immédiatement visite à son ami, est arraisonnée par des policiers dont je ne définirai pas le comportement, et le commissaire, un client, lui propose d'élucider cette affaire en contrepartie de la liberté de Pristi.

 

Frais, réjouissant, ce conte animalier dont le décor emprunte à Venise, un lieu cher à Darnaudet, joue sur les situations et vous l'avez déjà deviné, les jeux de mots et de maux.

On pourrait penser à Benjamin Rabier, à Maurice Cuvillier le créateur de Sylvain et Sylvette, à Cécile et Jean de Brunhoff créateur et illustrateur de Babar, mais sans les personnages humains qui évoluaient dans leurs histoires, pour cette aimable fable dans laquelle apparaissent Maître Hibou Deficelle, notaire, un serpent à sornettes, un canard déchainé, et autres sympathiques, ou prétendus tels, personnages comme la Pie Lélectrique.

Et Hamamélis devenue Witchazel, la gentille mulote qui veut aider ses concitoyens par la bonté grâce à ses sorts et ses potions, va résoudre pour le mieux cette intrigue bon enfant qui n'est pas uniquement destinée justement aux enfants. Les adultes vont se délecter à lire et regarder ses aventures tout comme ils aiment se replonger dans celles de Tintin, des Pieds Nickelés, de Lucky Luke. Grâce aux dessins d'Elric, on entre dans le charme de cette fameuse ligne claire de l'école belge, tout en y dérogeant car il possède son style déjà établi dans le précédent album réalisé avec François Darnaudet : Harpignies.

Les deux auteurs, François Darnaudet et Elric se complètent et nous livrent ce premier tome d'une nouvelle série à suivre, sans oublier la coloriste Laure Durandelle.

DARNAUDET - ELRIC : Witchazel et le sort du Wlouf. Witchazel 1. Editions Kramiek/Paquet. Parution 29 juin 2016. 48 pages. 10,00€.

Repost 0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 12:27

Du grisbi à Neuilly...

Auguste Le BRETON : Du Rebecca chez les Aristos.

Délaissant le mot Rififi, qu'il avait créé en 1942 à Nantes avec son pote Gégène de Montparnasse et devenu quelque peu galvaudé, Auguste Le Breton a préféré utiliser un vieux substantif argotique tombé en désuétude pour titrer son nouveau roman.

Une incursion joyeuse à prétexte policier chez les représentants de la Haute qui vont démontrer que l'aristocratie n'est pas uniquement constituée de snobinards, fils à papa, comme certains aimeraient à le faire croire. Que nenni !

Mais avant de continuer, peut vaut-il mieux vous présenter quelques-uns des personnages qui gravitent dans cet opus. Ils ont pour patronyme le comte de Mesroustons, le duc et la duchesse de Sifilo, le marquis et la marquise de Couillemol, le baron et la baronne de Chéquenbois, le vicomte et la vicomtesse de La Pinepercée, Mr Braquemard et le sire de Moudevot. Dernière petite précision : Roseline de Chéquenbois est à la tête d'une maison particulière dite close ouverte aux portefeuilles garnis et soumet une partie de son cheptel à se faire tondre les poils du Mont de Vénus afin d'accéder au désir de certains clients étrangers.

Touchez à un cheveu d'un des leurs et vous sentirez le vent de leurs soufflets. Car ce ne sont pas des ramollis du bulbe, des atrophiés du muscle. Ils savent se lancer sur le pied de guerre lorsque le besoin s'en fait sentir. Bon chic bon genre au dehors, les Aristos de Le Breton recèlent en eux des chromosomes actifs de leurs pères, de leurs ancêtres, de ceux qui se défendaient avant qu'on les attaque, de ceux qui ont participé aux diverses croisades, de ceux qui jouaient innocemment avec de l'huile bouillante, de ceux qui troussaient hardiment les servantes et les femmes de leurs copains et qui ripaillaient à pleines bouches sans penser à leur taux de cholestérol. Après eux le déluge.

Bien entendu, comme dans toutes les couches de la société, la jalousie, la perfidie, les entrainent à se rencontrer en duel, mais que l'une de leur descendante soit prise en otage par de vulgaires bourgeois issus de la grande bourgeoisie dégénérée, et le ban et l'arrière-ban rappliquent en quatrième vitesse.

Qui s'y frotte s'y pique et tant pis pour les négociants du cartel de Medellin, ils n'avaient pas à vouloir jouer à l'héroïne. Les Aristos se shootent au Dom Pérignon, pas à la poudre de Perlimpinpin.

Dans un style rabelaisien et san-antonionesque, Auguste Le Breton en mettant en scène des personnages à la Dubout, nous offre un roman drôle, paillard, humoristique, égrillard, font la trame pseudo policière fait place parfois à des digressions pseudo-psychologiques non exemptes de bon sens.

Par exemple ces quelques pages dans lesquelles Dieu se doit de résoudre un problème kafkaïen. Après la tornade blanche et nucléaire qui a détruit toute vie sur Terre, Dieu doit-il laisser la vie sauve au misérable poisson, seul et unique survivant, afin qu'il redémarre la longue lignée des bêtises humaines, ou doit-il le noyer et continuer à jouer à la pétanque avec Saint-Pierre en toute tranquillité ?

Les amoureux de l'argot vont se régaler à la lecture de cette histoire empruntant bon nombre de mots à la langue verte, une langue imagée, savoureuse et truculente. Les autres n'auront aucun mal à décrypter, le contexte se suffisant à lui-même pour traduire les mots qu'ils ne connaissent pas encore, les quelques noms et verbes pas encore popularisés ou entrés dans le langage familier.

 

Auguste Le BRETON : Du Rebecca chez les Aristos. Editions du Rocher. Parution avril 1991. 298 pages.

Repost 0
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 08:34

Hommage à Michel Lebrun décédé le 20 juin 1996.

Michel LEBRUN : Sex-voto.

En 1939, dans Esquisse d'une psychologie de cinéma, André Malraux concluait : Par ailleurs le cinéma est une industrie. Cela a-t-il vraiment changé ? Pour Michel Lebrun, en 1975, cette affirmation était toujours de mise.

Et pourtant, Simon Malaterre, producteur, est à la recherche d'une forme d'esthétisme dans le cinéma qu'il finance. De l'art et d'essai plutôt que de lard et d'essais. Il prône un cinéma moralisateur, vertueux, et a même l'intention de réaliser un film ambitieux sur sainte Thérèse de Lisieux. Seulement il n'a que les yeux pour pleurer car il lui manque une grande partie du financement.

Pourtant il a déjà prévu des grandes vedettes pour participer à ce film. Marlène Jobert et Charles Bronson dans les rôles principaux. Il ne leur pas demandé leur avis, mais il est persuadé qu'ils ne manqueront pas de signer à l'annonce d'un tel projet. Seulement il faut de l'argent, car la vedette coûte cher, n'est-ce pas Mère Denis ?

Des retombées sur des films précédents sont promises à condition de commencer un nouveau tournage avant les trois mois. Il y aurait bien une solution, demander aux collaborateurs, le metteur en scène et l'auteur, de différer leurs défraiements, mais ils sont égoïstes. Ils refusent. Et Simon Malaterre est vraiment en colère, lui qui peut se vanter d'avoir obtenu un Oscar, le Grand Prix de l'Office Catholique du Cinéma, et quelques autres trophées prestigieux. Et il ne peut s'empêcher de vitupérer contre les pratiques administratives.

 

Je vais donner un coup de semonce à tous ces fossoyeurs. Je vais pondre un article soigné que je ferai passer dans le Cinémato. Nous allons reprendre la liste de tous ces films merdiques qui ont obtenu des avances sur scenario et des primes à la qualité, ça fait toujours rire. Puis je vais parler de mon projet, et leur mettre le nez dans leur caca. L'Etat subventionne des films contestataires, scatologiques, voire pornographiques comme La grande bouffe et autres saloperies, et quand un producteur entre mille ose préparer une vie de Sainte-Thérèse, on lui rit au nez !

Un repas d'affaires en compagnie d'un autre producteur spécialisé dans des films Q, devenus X, tourne au vinaigre. L'homme veut bien lui prêter de l'argent mais à condition que Malaterre se tourne vers des films moins cultes et plus cul. Malaterre refuse et s'obstine, ce qui fait que les ponts sont coupés entre les deux hommes, et les fonds aussi.

Si Malaterre manque d'argent, il n'est pas dénué de ressources et d'idées. D'abord confier le nouveau scénario à un ami, qui grenouille dans les Lettres, même s'il n'a jamais écrit pour le cinéma, et comme il lui a sauvé la vie, quelques décennies auparavant, de le pistonner auprès de la commission qui attribue les aides à la création. Après tout cet ami est membre de cette commission, alors un petit coup de pouce de sa part, ce serait un juste retour des choses.

Seulement, outre ses problèmes financiers, Malaterre connait quelques désagréments à cause de l'attitude de sa fille. Et acculé, il acceptera, à contrecœur de tourner un film, dérivé de Sainte Thérèse et le monde interlope, dans lequel les scènes de sexe seront simulées. Les attributs masculins n'apparaitront pas à l'écran. Bref un film avec une introduction, un développement et une conclusion. Seulement, les scènes dites osées, explicites, seront réservées pour la revente du film à l'étranger, afin de satisfaire à des exigences provenant de pays qui ne rechignent pas à admirer la beauté de jeunes hommes et filles batifolant ensemble.

 

C'est bien l'hypocrisie cinématographique que Michel Lebrun dénonce ici avec humour, ironie et causticité dans une trame policière. Il suffit qu'un film soit catalogué comme un véritable chef d'œuvre pour qu'il soit encensé et que le réalisateur peut tout se permettre. Les Galettes de Pont-Aven, Les Valseuses et plus tard 37.2 le matin ou encore L'amant bénéficient d'une aimable tolérance, tandis que les films catalogués X sont relégués dans des salles dont la réputation en pâtit.

Michel Lebrun connaissait bien le monde du cinéma et de la télévision, ayant œuvré comme scénariste ou dialoguiste pour des films impérissables tels que Estouffade à la Caraïbe, Ces dames s'en mêlent, La dernière bourrée à Paris, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !, La tête du client... et pour la télévision quelques épisodes de la Série Les cinq dernières minutes ainsi que pour Le sang des Atrides.

Alors ce microcosme du cinéma, Michel Lebrun le écrit avec réalisme et humour féroce, car le dieu Argent règne en maître et que sans lui, opérateurs du son, éclairagistes, cameramen, metteurs en scène et acteurs ne pourraient vivre. Seulement pour réaliser un film, il faut accepter quelques compromissions.

 

Mon problème est un problème d'éthique. Durant toute ma carrière, j'ai réussi, seul sur la place de Paris à garder mon nez propre. Je n'ai jamais un film pour gagner de l'argent facilement en flattant les goûts du public, et cette politique s'est avérée payante sur la longueur. Je me sens avili, crasseux, d'entrer dans le système, dans l'épicerie.

Michel LEBRUN : Sex-voto. Editions Presses de la Cité. Parution 1er trimestre 1975. 254 pages.

Repost 0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 13:05

Mois de mai joli, mois de fièvre et de sève, mois de liesse.

Jacques MONDOLONI : Fleur de rage ou le Roman de Mai.

Délaissant pour un temps - des cerises - le roman noir, Jacques Mondoloni nous entraîne dans la cueillette primesautière de ses souvenirs. Souvenirs de printemps, alors que les pavés fleurissaient dans les mains des étudiants et que ceux-ci offraient leurs bouquets aux flics hilares, bâtons de guignol dans les mains. Souvenirs de jeune déluré, sonorisateur engagé‚ pour accompagner Chanteur Engagé par une station de radio périphérique.

Mois de mai joli, mois de fièvre et de sève, mois de liesse.

Chanteur Engagé est la vedette du Car Podium et bien content de porter la bonne parole aux ruraux et provinciaux. Engagé mais pas intellectuel, le Chanteur. Populaire. C'est la consigne. Etre et rester populaire.

 

Le narrateur, embarqué dans cette galère, entre province et Paris, entre sono et lumière, entre pétards et turbulence, entre théâtre en plein air et Odéon. Le bon vieux temps où les étudiants bizutaient les syndicats, où les hommes politiques tiraient à eux une couverture effilochée, où flics et grévistes se tenaient par la main dans une ronde enflammée, prémices de la Saint-Jean et des départs en vacances. Il faut bien que jeunesse se passe et la turbulence d'un enfant témoigne de sa bonne santé.

 

Merci Jacques de l'avoir fait, et nostalgie livre de chevet. Mondoloni joue des phrases comme des ricochets. Les verbes se catapultent, billes de flippers renvoyés par les plots des événements. Mai, j'y étais, vieux grognard sans étiquette ni distinction.

 

Ce roman est précédé d'extraits de Tenue de galère, publié en 1991 aux éditions Denoël.

Les tribulations d'un ingénieur du son, surnommée la Boue, et de ses compagnons, l'éclairagiste, les musiciens, le secrétaire de J.B., la révélation de l'année 87, lors d'une tournée de l'Idole. Il ne faut pas oublier les groupies qui accompagnent l'Idole, mais également Marie-Jeanne que les musicos et les techniciens se partagent allègrement entre deux canettes. Marie-Jeanne, plus ou moins bien roulée mais toujours en pétard !

Les difficultés avec les bénévoles des communes dans lesquelles J.B. et ses accompagnateurs doivent se produire, la grève envisagée afin d'obtenir une augmentation, les voyages de nuit après le spectacle et le débranchement des spaghettis de fils électriques, les beuveries et les réveils difficiles, l'annonce impromptue de l'arrivée des femmes de J.B. et de la Boue, les deux F. pour Fantôme et Framboise, qui débarquent le thermomètre à la main pour bien signifier que c'est le moment propice pour procréer, la méthode Ogino à l'envers en quelque sorte, relâche dans un gîte-château... et... Bref, la galère quoi !

Narrée sur un mode caustique et humoristique, cette histoire, Jacques Mondoloni l'a peut-être vécue, ou tout au moins il en a emprunté des séquences véridiques pour décrire le monde du spectacle et surtout des intermittents. Lui-même ayant été sonorisateur-régisseur, il sait ce dont il écrit et c'est réjouissant en diable, sauf pour ceux qui vivent ce genre de situation mais n'en perdent pas pour autant leur bonne humeur.

 

Première édition Editions le Temps des Cerises. Parution octobre 1996.

Première édition Editions le Temps des Cerises. Parution octobre 1996.

Tenue de galère, publié en 1991 aux éditions Denoël.

Tenue de galère, publié en 1991 aux éditions Denoël.

Jacques MONDOLONI : Fleur de rage ou le Roman de Mai. Préface d'Alphonse Boudard. Réédition Editions Arcane 17. Parution 9 juin 2016. 316 pages. 22,00€.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables